Critique Bluray: Mia Madre

71iElkfVnkL._SL1500_.jpg

Réalisation Nanni Moretti
Scénario Nanni Moretti
Gaia Manzini
Chiara Valerio
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre dramatique
Durée 106 minutes
Sortie 2  décembre 2015

LE FILM:

4.5

Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé : sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable… Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ?

C’est pendant le tournage d’ »Habemus Papam », son dernier film, alors qu’il perdait sa mère, que Nanni Moretti eu l’idée de « Mia Madre ». S’il joue dans son film, Moretti confie le rôle principal à Margherita Buy, celui d’une réalisatrice que la mort de sa mère va chambouler alors qu’elle est en plein tournage. C’est un peu son rôle qu’il a confié à l’actrice, se contentant d’occuper un rôle secondaire, celui du frère qui va bien et qui assume, l’antithèse de ce qu’il est vraiment. On suit donc ici Margherita, réalisatrice en plein tournage très exigeant avec une star capricieuse et inefficace obligée de faire des allers-retours entre le plateau et la chambre d’hôpital de sa mère mourante. Le lent départ de la mère va tout remettre en perspective et faire comprendre à la fille ses manquements (son comportement irritant sur les tournages, les histoires d’amour de sa fille dont elle est la seule à ne rien savoir…).

Souvent burlesque, notamment lors des scènes avec John Turturro, désopilant dans l’un de ses tout meilleurs rôles, Mia Madre sait comme toujours chez Moretti saisir de petits instants de vie à peine esquissés et si lourds de sens et dégager une émotion intense. L’un des grands films de cette année reparti inexplicablement bredouille de Cannes!

TECHNIQUE:

4.5

Aucun souci, contraste et définition au rendez-vous!

BONUS:

0.5

La bande annonce et c’est tout! Quel dommage!

VERDICT:

4.5

Une édition minimaliste pour l’un des grands oubliés de Cannes 2015!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez le Pacte


Publicités

Cinema: le Top 10 de 2015

3D winners number podium

Très riche année cinématographique que 2015 avec près de 30 films susceptibles de truster ces 10 premières places et 5 films sur 10 européens!

10- LE PONT DES ESPIONS de Steven Spielberg

160047.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 Steven Spielberg prouve qu’il est toujours le boss avec un grand film d’espionnage!!!

9- FOXCATCHER de Bennett Miller

226062

Un biopic sportif surprenant interprété par trois acteurs impressionnants!

8- COMME UN AVION de Bruno Podalydès

comme un avion

L’odyssée drôle et poétique d’un quinqua en quête de lui-même!

7- TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE d’Arnaud Desplechin

557341

Le retour romanesque sur trois souvenirs de la jeunesse de Paul Dédalus avec la découverte de deux grands talents!

6- MAD MAX FURY ROAD de George Miller

215297.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Un retour inespéré avec l’un des plus grands films d’action de tous les temps!

5- VICE VERSA de Pete Docter

571071.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’un des grands chefs d’oeuvre de Pixar, à la fois drôle, intelligent et émouvant!

4- FATIMA de Philippe Faucon

489736.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le grand film sur l’intégration qui fait du bien!

AMY de Asif Kapadia

434692.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

LE documentaire de l’année! Bouleversant!

2- MIA MADRE de Nanni Moretti

354717.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le grand retour de Nanni moretti injustement boudé à Cannes!

1- THE DUKE OF BURGUNDY de Peter Strickland

528161.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le chef d’oeuvre esthétique de l’année!

Parmi les films qu’il ne fallait pas rater cette année, n’oublions pas « American Sniper » de Clint Eastwood, « l’homme irrationnel » de Woody Allen, « Inherent Vice » de Paul Thomas Anderson, « le Labyrinthe du Silence » de Guilio Ricciarelli, « Sicario » de Denis Villeneuve, « l’Hermine » de Christian Vincent ou encore « the Lobster » de Yorgos Lanthimos…

Critique: Mia Madre

354717.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Nanni Moretti
Scénario Nanni Moretti
Gaia Manzini
Chiara Valerio
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre dramatique
Durée 106 minutes
Sortie 2  décembre 2015

 

Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé : sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable… Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ?

C’est pendant le tournage d' »Habemus Papam », son dernier film, alors qu’il perdait sa mère, que Nanni Moretti eu l’idée de « Mia Madre ». S’il joue dans son film, Moretti confie le rôle principal à Margherita Buy, celui d’une réalisatrice que la mort de sa mère va chambouler alors qu’elle est en plein tournage. C’est un peu son rôle qu’il a confié à l’actrice, se contentant d’occuper un rôle secondaire, celui du frère qui va bien et qui assume, l’antithèse de ce qu’il est vraiment. On suit donc ici Margherita, réalisatrice en plein tournage très exigeant avec une star capricieuse et inefficace obligée de faire des allers-retours entre le plateau et la chambre d’hôpital de sa mère mourante. Le lent départ de la mère va tout remettre en perspective et faire comprendre à la fille ses manquements (son comportement irritant sur les tournages, les histoires d’amour de sa fille dont elle est la seule à ne rien savoir…).

Souvent burlesque, notamment lors des scènes avec John Turturro, désopilant dans l’un de ses tout meilleurs rôles, Mia Madre sait comme toujours chez Moretti saisir de petits instants de vie à peine esquissés et si lourds de sens et dégager une émotion intense. L’un des grands films de cette année reparti inexplicablement bredouille de Cannes!

4.5