Critique Bluray: Lorenzo

Titre originalLorenzo’s Oil
RéalisationGeorge Miller
ScénarioGeorge Miller
Nick Enright
Acteurs principauxNick Nolte
Susan Sarandon
Peter Ustinov
Sociétés de productionUniversal Pictures
Pays d’origine États-Unis
GenreDrame
Durée129 minutes
Sortie10 mars 1993

En 1984, Augusto et Michaela Odone apprennent que leur fils de cinq ans, Lorenzo, est atteint d’une maladie rare, réputée incurable, l’adrénoleucodystrophie (ALD), qui provoque la détérioration brutale et irréversible du système nerveux. Totalement étrangers au monde médical et scientifique, les Odone vont se battre pour leur fils.

LE FILM:

Après trois Mad Max et un gros film hollywoodien, « les Sorcières d’Eastwick », le cinéaste australien se lance dans un projet de prime abord surprenant. Tiré d’une histoire vraie, « Lorenzo » raconte le combat d’une famille dont le fils de 5 ans se trouve condamné par une maladie orpheline qui détruit son cerveau. Alors que les médecins lui donnent deux ans à vivre, la mère lui consacre tout son temps à s’occuper de lui et son père, Augusto délaisse son métier pour se documenter et tenter de trouver la faille dans la progression de la maladie. Pur mélo sur le fond, Lorenzo trouve tout son intérêt dans son traitement, le film de Miller tenant plus sur la forme du film d’action voire parfois d’horreur. Le cinéaste raconte chronologiquement le terrible combat de cette famille à travers des scènes souvent très courtes mais frontales, toujours liées par un fondu enchaîné pour mieux signifier les épisodes successifs traversés par les Odone. Si Miller n’édulcore rien des crises, des larmes, des tensions, Lorenzo n’est jamais dans le tire-larmes, gardant le spectateur sous tension permanente. Ignoré voire déglingué par la critique lors de sa sortie, « Lorenzo » a gagné avec le temps ses galons de très beau film et sa ressortie en bluray mettra fin à l’injustice qu’il a subi par le passé. D’autant que le couple Sarandon/Nolte livre une prestation à couper le souffle!

TECHNIQUE:

Très belle copie remasterisée qui met en valeur la très belle photo du film!

BONUS:

Outre quelques bandes annonces, on trouve une intéressante analyse du film par un critique de cinéma, Rafik Djoumi.

VERDICT:

Une bien belle édition pour réhabiliter un très bon film de George Miller!

Disponible en combo bluray/dvd chez Elephant Films

Critique: l’Origine du Monde

Jean-Louis réalise en rentrant chez lui que son coeur s’est arrêté. Plus un seul battement dans sa poitrine, aucun pouls, rien. Pourtant, il est conscient, il parle, se déplace. Est-il encore vivant ? Est-il déjà mort ? Ni son ami vétérinaire Michel, ni sa femme Valérie ne trouvent d’explication à cet étrange phénomène. Alors que Jean-Louis panique, Valérie se tourne vers Margaux, sa coach de vie, un peu gourou, pas tout à fait marabout, mais très connectée aux forces occultes. Et elle a une solution qui va mettre Jean-Louis face au tabou ultime…

Pour son premier film de réalisateur, Laurent Lafitte adapte la pièce de théâtre éponyme, traitant du secret de famille en dynamitant les tabous et les limites. En effet, Jean-Louis, malgré sa réussite sociale, est malheureux dans sa vie, dans son couple. Cerise sur le gâteau, un jour, son coeur s’arrête de battre et pourtant il est toujours en vie; Michel son ami vétérinaire ne comprend pas. La coach de vie de sa femme a trouvé la solution: s’il ne ramène pas une photo du vagin de sa mère, l’origine de son existence, il mourra vraiment dans les trois jours! Voilà donc Jean-Louis (Laurent Lafitte), Michel (Vincent Macaigne) et sa femme (Karin Viard) en mission pour ramener sous trois jours une photo du sexe de la mère de 82 ans (Hélène Vincent). Si le spectateur accepte le second voire le troisième degré, le premier film de Lafitte est réjouissant par ses dialogues incisifs, son rythme parfaitement tenu mais surtout par les prestations de l’ensemble du casting qui est allé très très loin, jusqu’à une scène de près de 10 minutes complètement nu! Une comédie surprenante et vivifiante!