Critique: Les Fantômes d’Ismael

268297.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Arnaud Desplechin
Scénario Arnaud Desplechin
Acteurs principaux
Sociétés de production Why Not Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 1h54
Sortie 17 mai 2017
À la veille du tournage de son nouveau film, la vie d’un cinéaste est chamboulée par la réapparition d’un amour disparu…
Si le nouveau film de Desplechin cite abondamment Bergman ou Hitchcock (comment ne pas voir une référence à Vertigo à travers le personnage de Carlotta?), « les Fantômes d’Ismael » reste avant tout un film qui ressemble à son auteur. On y retrouve le personnage de Dédalus, une sorte de sous-intrigue d’espionnage façon « la Sentinelle » ou « Trois souvenirs de ma jeunesse », le goût du romanesque et une narration sophistiquée, teintée d’un humour plein de finesse. L’histoire à priori simple est celle d’un cinéaste dont la vie est chamboulée quand réapparaît sa femme disparue vingt ans plus tôt alors qu’il a refait sa vie. La narration assez complexe fait se téléscoper présent, passé, film dans le film, tournage de façon assez ludique, le tout servi par un casting absolument parfait (Amalric, Gainsbourg, Cotillard, Garrel…) et une très belle photo. Une fantaisie ludique et stimulante, à ne pas manquer!
4.5
 
Publicités

Critique: Alien Covenant

133613.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Ridley Scott
Scénario Michael Green
John Logan
Jack Paglen
Acteurs principaux
Sociétés de production Brandywine Productions
Scott Free Productions
TSG Entertainment (en)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Science-fiction
Durée 122 minutes
Sortie 10 Mai 2017

Les membres d’équipage du vaisseau Covenant, à destination d’une planète située au fin fond de notre galaxie, découvrent ce qu’ils pensent être un paradis encore intouché. Il s’agit en fait d’un monde sombre et dangereux, cachant une menace terrible. Ils vont tout tenter pour s’échapper.

Alors Alien Covenant, nouvel Alien ou suite de Prometheus? Après ce dernier, est-ce enfin le vrai retour de Ridley Scott, le papa d’Alien? J’ai enfin les réponses, même si ce ne sont pas celles espérées! Il ne s’agit donc pas d’un nouvel Alien à proprement parler mais de la suite du Prometheus qui était une sorte de prequel à la saga Alien. L’action se situe 10 ans après Prometheus alors qu’un équipage reçoit un message de la planète où s’est écrasé le vaisseau en forme de fer à cheval. L’équipage va évidemment se heurter à un virus provoquant la fécondation des célèbres xénomorphes. Extrêmement long à démarrer, Alien Covenant souffre d’un scénario inutilement alambiqué, parsemé de réflexions philosophiques sans grand intérêt. Le rythme s’en ressent évidemment et plus grave encore, la terreur ne nous étreint jamais, le casting dénué de tout charisme et épaisseur n’aide en rien, seul Fassbender tirant son épingle du jeu. En outre certaines scènes semblent posées là au petit bonheur la chance, comme cette scène d’amour sous la douche, à pouffer de rire! Ce qui fonctionnait si bien dans les deux premiers volets de Scott et Cameron, c’était la simplicité et le jeu sur les peurs primales du spectateur, deux notions absentes de ce volet. Dans l’espace personne ne nous entend nous emmerder…

1

Critique: Aurore

471835.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Blandine Lenoir
Scénario Blandine Lenoir
Jean-Luc Gaget
Océane Michel
Acteurs principaux
Sociétés de production Karé Productions
France 3 Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée h 29
Sortie 26 avril 2017

Aurore est séparée, elle vient de perdre son emploi et apprend qu’elle va être grand-mère. La société la pousse doucement vers la sortie, mais quand Aurore retrouve par hasard son amour de jeunesse, elle entre en résistance, refusant la casse à laquelle elle semble être destinée. Et si c’était maintenant qu’une nouvelle vie pouvait commencer ?

Si la Comédie à la Française est parfois désespérante de nullité et si peu exigeante, de temps en temps une surprise surgit. C’est le cas avec le premier film de Blandine Lenoir, « Aurore » qui nous parle  de ce que c’est, encore aujourd’hui, d’être une femme passé 50 ans: la ménopause, les difficultés d’emploi, la « grand-maternité »,… Sans jamais donner de leçon, avec de vraies qualités d’écriture, cette comédie s’avère souvent très drôle mais aussi émouvante, notamment grâce à la magnifique interprétation d’Agnès Jaoui, toute en nuances, qui prouve qu’on ne la voit pas encore assez. A ses côtés, aucun second rôle n’est laissé à l’écart et apporte une plus value à ce qui pourrait bien être l’un des films français les plus réjouissants de l’année!

4.5

Critique: Les Gardiens de la Galaxie, Vol.2

438835.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Guardians of the Galaxy Vol. 2
Réalisation James Gunn
Scénario James Gunn
Acteurs principaux
Sociétés de production Marvel Studios
Moving Picture Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Super-héros
Sortie 26 avril 2017

Musicalement accompagné de la « Awesome Mixtape n°2 » (la musique qu’écoute Star-Lord dans le film), Les Gardiens de la galaxie 2 poursuit les aventures de l’équipe alors qu’elle traverse les confins du cosmos. Les gardiens doivent combattre pour rester unis alors qu’ils découvrent les mystères de la filiation de Peter Quill. Les vieux ennemis vont devenir de nouveaux alliés et des personnages bien connus des fans de comics vont venir aider nos héros et continuer à étendre l’univers Marvel.

Trois ans après un premier volet plutôt fun, les Gardiens de la Galaxie reviennent et c’est plutôt une bonne nouvelle dans un genre qui a tendance à se prendre parfois très au sérieux. La recette est la même: des personnages bien badass (Bébé Groot est craquant et Rocket le raton plutôt charismatique!), de l’action, de l’humour (le film est souvent très drôle), des punchlines qui tuent et une BO 70’s archi cool! Pour couronner le tout, les caméos sont légion ici avec notamment Stallone, Ving Rhames ou David Hasselhof! Le petit hic concerne le scénario qui, sur 2h15, contient quelques trous d’air, notamment dans la partie sur la planète d’Ego, beaucoup trop bavarde et laborieuse. Mais ne boudons pas notre plaisir tant l’ensemble s’avère ludique!

3.5

Jeu Concours: 2 lots « Jour J » à gagner (jeu terminé)

A l’occasion de la sortie de « Jour J » le 26 avril, CINEDINGUE, GAUMONT et BIRCHBOX sont heureux de vous offrir 2 lots composés de deux places pour voir le film et une pochette beauté Birchbox comprenant

– Un « Crème Rouge Cheek & Lips » de la marque ModelCo, full size (Crème 2-en-1, à la fois blush et rouge à lèvre) https://birchbox.fr/marques/modelco/creme-rouge
– Un « Tea Tree –  Oil Tea Tree Serum » de la marque CHI, format travel (15ml) (Sérum pour le cheveux) https://birchbox.fr/marques/chi/tea-tree-oil-tea-tree-serum.
Pour gagner l’un de ces deux lots, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 24 avril; un tirage au sort désignera les gagnants.


Critique: Logan

513278.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation James Mangold
Scénario Michael Green
David James Kelly
Acteurs principaux
Sociétés de production Donners’ Company
Marvel Entertainment
TSG Entertainment
20th Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre super-héros
Durée 137 minutes
Sortie 1er mars 2017

Dans un futur proche, un certain Logan, épuisé de fatigue, s’occupe d’un Professeur X souffrant, dans un lieu gardé secret à la frontière Mexicaine. Mais les tentatives de Logan pour se retrancher du monde et rompre avec son passé vont s’épuiser lorsqu’une jeune mutante traquée par de sombres individus va se retrouver soudainement face à lui.

Nouvelle aventure de Wolverine en guise d’au-revoir pour le mutant aux griffes de métal et vraie bonne surprise! Autant « Wolverine » et « Le combat de l’immortel »n’étaient pas de grandes réussites, ce dernier volet en forme de western crépusculaire et road movie « familial » s’avère être le meilleur de la saga X-Men! Violent et désenchanté (interdit aux moins de 12 ans), « Logan » marque la fin d’une époque Xavier, Wolverine et Caliban semblant être les derniers rescapés des mutants que l’on connaît et l’action se déroule dans une vingtaine d’années. Les mutants sont maintenants clonés et fabriqués en série et Logan et sa « descendance » vont devoir se frotter aux savants fous. Très soigné sur la forme, ce « Logan » maintient une vraie tension durant 2h15 et s’avère un réel plaisir! Dommage que ce soit le chant du cygne du héros griffu!

4

Critique: Lion

363964.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens.
25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde.
Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village.
Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d’un milliard d’habitants ?

Comment ne pas être touché par cette histoire incroyable d’un enfant perdu, adopté à l’autre bout du monde, qui, 25 ans après, va tenter de retrouver sa famille biologique? Garth Davis ne se concentre pas sur la recherche, évacuée en trois coups de Google Earth (quelle pub!). Il préfère axer son récit sur la difficulté de se construire, entre deux familles, celle du sang et celle du coeur. Le film n’en rajoute pas trop côté pathos et réserve même quelques jolis moments, assez intimistes, loin du spectaculaire d’un Slumdog Millionaire pourtant brandi en argument publicitaire. Si la première partie avec le jeune interprète de Saroo est émouvante et attendrissante, le film vaut surtout pour la superbe interprétation de Dev Patel! Une jolie histoire dénuée de cynisme, ça fait du bien!

4