Critique: Rock N’Roll

179029.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Guillaume Canet
Scénario Guillaume Canet
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Productions du Trésor
Canal+
M6 Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Sortie 15 février 2017

Guillaume Canet, 43 ans, est épanoui dans sa vie, il a tout pour être heureux.. Sur un tournage, une jolie comédienne de 20 ans va le stopper net dans son élan, en lui apprenant qu’il n’est pas très « Rock », qu’il ne l’a d’ailleurs jamais vraiment été, et pour l’achever, qu’il a beaucoup chuté dans la «liste» des acteurs qu’on aimerait bien se taper… Sa vie de famille avec Marion, son fils, sa maison de campagne, ses chevaux, lui donnent une image ringarde et plus vraiment sexy… Guillaume a compris qu’il y a urgence à tout changer. Et il va aller loin, très loin, sous le regard médusé et impuissant de son entourage.

Après son thriller multi-récompensé (Ne le dis à Personne), son film de potes (les Petits Mouchoirs) et son polar US injustement malmené (Blood Ties), le réalisateur Guillaume Canet revient pour son cinquième film à une comédie acide dans le ton de son premier long (Mon Idole). Souvent malmené par la presse, critiqué, voire traqué par la presse people dans le cadre du couple qu’il forme avec Marion Cotillard, Canet a eu envie de s’amuser de l’image qu’il renvoie, peu « rock n’roll » et des spéculations fantaisistes qui entourent sa vie privée. Dans son nouveau film, il incarne donc Guillaume Canet et Marion Cotillard interprète Marion Cotillard! Après une interview avec une jeune journaliste qui lui fait remarquer que son image (la quarantaine, en couple, des gosses, la passion du cheval) est tout sauf sexy, il entame une espèce de dépression et une remise en question. Clairement décliné en deux parties, « Rock n’roll » voit sa première moitié souvent hilarante, jouer sur le difficile constat de Canet sur l’image qu’il donne. La seconde partie, plus tragi-comique montre les conséquences désastreuses de la prise de conscience du comédien et suscite une réflexion sur le monde d’aujourd’hui et le jeunisme omniprésent. Si l’on peut regretter quelques longueurs récurrentes dans tous les films de Canet, il ne faut pas bouder son plaisir. Tous les guests se prêtent au jeu (mention spéciale à Johnny hilarant) et le couple vedette ne recule absolument devant rien, preuve d’un vrai sens de l’auto-dérision et surtout d’intelligence. Leurs détracteurs pourront au moins leur reconnaître cette qualité. Et surtout, Canet va tellement loin que l’on pense qu’il finira par faire demi-tour; le final totalement dingue prouve le contraire! Le Cinéma français se prend trop souvent au sérieux qu’il serait dommage de passer à côté de ce jeu de massacre tellement réjouissant! Rock n’ Roll is not dead!

4

 

Critique: Your Name

295774-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisateur
Producteur
Noritaka Kawaguchi
Genki Kawamura
Scénariste
Makoto Shinkai
Studio d’animation CoMix Wave Films
Compositeur
Licence (ja) Toho
(fr) @Anime
Durée 107 minutes
Sortie 28 décembre 2016

Mitsuha, adolescente coincée dans une famille traditionnelle, rêve de quitter ses montagnes natales pour découvrir la vie trépidante de Tokyo. Elle est loin d’imaginer pouvoir vivre l’aventure urbaine dans la peau de… Taki, un jeune lycéen vivant à Tokyo, occupé entre son petit boulot dans un restaurant italien et ses nombreux amis. À travers ses rêves, Mitsuha se voit littéralement propulsée dans la vie du jeune garçon au point qu’elle croit vivre la réalité… Tout bascule lorsqu’elle réalise que Taki rêve également d’une vie dans les montagnes, entouré d’une famille traditionnelle… dans la peau d’une jeune fille ! Une étrange relation s’installe entre leurs deux corps qu’ils accaparent mutuellement. Quel mystère se cache derrière ces rêves étranges qui unissent deux destinées que tout oppose et qui ne se sont jamais rencontrées ?

Difficile de résumer clairement ce film d’animation nippon aussi atypique qu’attachant. Sous des allures SF voire catastrophe, « Your Name » est surtout une romance entre deux adolescents, mitsuha et Taki qui, suite au passage d’une comète,s’échangent leurs corps, de façon épisodique. Drôle, émouvant et métaphysique, ce film d’animation, entre Myiazaki et Spielberg, est surtout une vraie réussite formelle, un enchantement de chaque instant!

4

 

Critique Bluray: Un Petit Boulot

610oSFdCvcL._SL1100_.jpg

Réalisation Pascal Chaumeil
Scénario Michel Blanc 
Iain Levison (romancier)
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie
Sortie 31 août 2016

LE FILM:

4.5

Jacques habite une petite ville dont tous les habitants ont été mis sur la paille suite à un licenciement boursier. L’usine a fermé, sa copine est partie et les dettes s’accumulent. Alors quand le bookmaker mafieux du coin, lui propose de tuer sa femme, Jacques accepte volontiers… 

Quatrième et dernier film de Pascal Chaumeil (décédé peu de temps après le tournage) et cinq ans après « l’Arnacoeur », « un petit boulot » est l’adaptation par Michel Blanc d’un roman de Iain Levison. On y suit le parcours d’un chômeur qui finit par accepter de tuer des gens pour sortir de la misère. Quelque part entre le film noir et la comédie sociale, le film de Chaumeil évoque tout autant le Cinéma social anglais que les polars des frères Coen. On retrouve la patte de Blanc avec des dialogues acérés et la noirceur qu’on lui connaît. Le scénario, brillant, réserve sans cesse des surprises et surtout se déroule à un rythme qui ne faiblit jamais. Outre le duo Duris/Blanc, évidemment parfait, le casting de seconds rôles fait un sans faute: Alex Lutz en inspecteur d’une chaîne de stations services sans pitié, Gustave Kervern en pote de galère ou encore Alice Belaidi pour séduire Jacques. Cinglant, caustique et brillant, « un Petit Boulot » est un authentique régal!

TECHNIQUE:

4.5

C’est parfait!

BONUS:

Outre la bande-annonce, aucun bonus!

VERDICT:

4

Une édition famélique pour l’une des bonnes surprises de l’année!

Disponible en DVD (12.99 euros) et bluray (14.99 euros) chez Gaumont

 

Critique Bluray: Frantz

81uhwtTSX5L._SL1500_.jpg

Réalisation François Ozon
Scénario François Ozon
Acteurs principaux
Sociétés de production Mandarin Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre drame
Durée 113 minutes
Sortie 7 septembre 2016

LE FILM:

5

Au lendemain de la guerre 14-18, dans une petite ville allemande, Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front en France. Mais ce jour-là, un jeune Français, Adrien, est venu se recueillir sur la tombe de son ami allemand. Cette présence à la suite de la défaite allemande va provoquer des réactions passionnelles dans la ville.

En 18 ans de carrière, c’est déjà le 16ème long métrage que François Ozon nous offre; une régularité digne d’Hitchcock, et loin d’être le seul point commun. Les deux cinéastes ont tous les deux créé une oeuvre à la fois hétéroclite et cohérente. Si sur la forme, ce drame historique en costumes paraît inédit chez Ozon, il continue à creuser le sillon du mystère, du secret et du fantasme qu’il entamait déjà en 1998 avec « Sitcom ». Au-delà du récit passionnant qui laisse le spectateur en haleine, se demandant quels rapports entretenaient les deux soldats ou encore quelle sera l’issue de la relation entre Adrien et Anna, « Frantz » pose des questions sur la guerre et son absurdité. Sur la forme, « Frantz » est sans doute le film le plus abouti et le plus brillant avec notamment un jeu subtil sur la couleur et le noir et blanc. Pour interpréter les deux personnages principaux, Ozon a fait confiance à Pierre Niney qui confirme toujours un peu plus le talent qu’on lui prête mais surtout la révélation Paula Beer  (Prix du meilleur espoir à Venise), aux faux airs de Romy Schneider. François Ozon est un cinéaste français majeur et son « Frantz » son chef d’oeuvre!

TECHNIQUE:

5

Somptueux!

BONUS:

2

On trouve ici quelques scènes coupées, des essais costumes et lumières et un petit sujet sur la présentation du film à Venise et la récompense de son actrice. Rien sur le tournage lui même, dommage…

VERDICT:

4.5

Indispensable même si l’on aurait rêvé d’une édition plus fournie.

Disponible en DVD (17.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez FranceTV Distribution dès le 18 janvier

Critique: Fleur de Tonnerre

286868.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Date de sortie 18 janvier 2017 (1h 40min)
Genre Drame
Nationalités Français, Belge
En 1800, la Bretagne est à genoux, accablée par le régime en place et par le clergé omnipotent. Elle se meurt dans un marasme économique qui n’en finit pas et au milieu de cela, une fillette en souffrance pousse, tant bien que mal. Cette fillette c’est « Fleur de Tonnerre », une enfant isolée, malmenée par la vie et bercée par le morbide. Elle en deviendra la plus grande « serial killer » que la terre ait jamais porté et sèmera la mort, peut être juste pour être regardée et aimée.
Pour son premier film, Stéphanie Pillonca adapte le roman de Jean Teulé consacré à Fleur de Tonnerre, Hélène Jegado, empoisonneuse en série qui fit un véritable carnage au début du XIXème siècle en France. En choisissant d’alterner entre le présent (l’audition de la tueuse par le Juge) et le passé (l’itinéraire mortel depuis l’enfance), la réalisatrice choisit une structure assez classique, à l’image de sa mise en scène. Malheureusement, l’histoire passionnante à la base, n’est jamais transcendée par cette mise en scène, juste illustrative. Côté interprétation, si certains seconds rôles ne convainquent pas tout à fait, notamment Benjamin Biolay, un peu perdu, la prestation de Deborah François est quant à elle, saisissante, entre détresse et folie. Ce coup d’essai intéressant ne restera malheureusement pas dans les mémoires.
2.5

Critique: Quelques Minutes Après Minuit

287491.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original A Monster Calls
Réalisation Juan Antonio Bayona
Scénario Patrick Ness
Acteurs principaux
Sociétés de production Apaches Entertainment
La Trini
Participant Media
River Road Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Canada Canada
Genre fantastique
Durée 108 minutes
Sortie 4 Janvier 2017

Conor a de plus en plus de difficultés à faire face à la maladie de sa mère, à l’intimidation de ses camarades et à la fermeté de sa grand-mère. Chaque nuit, pour fuir son quotidien, il s’échappe dans un monde imaginaire peuplé de créatures extraordinaires. Mais c’est pourtant là qu’il va apprendre le courage, la valeur du chagrin et surtout affronter la vérité…

Alors que l’on attend de le voir aux commandes du Jurassic World 2, l’Espagnol Juan Antonio Bayona nous offre ici son troisième long métrage. Après « l’Orphelinat », film de fantômes sur les traces d’Amenabar et « The Impossible », grosse production internationale sur le tsunami de 2004, tour de force de mise en scène que certains qualifieront de chantage émotionnel, Bayona se lance ici dans le conte fantastique. Avec l’adaptation d’un roman de Patrick Ness, Bayona entend nous montrer le deuil et la séparation à travers les yeux d’un enfant. Alors que sa mère est mourante, le jeune Conor voit un monstre lui rendre visite le soir, toujours à la même heure, quelques minutes après minuit, pour lui raconter des histoires et lui montrer le chemin vers l’acceptation de son destin. Le film fait évidemment penser au BGG de Spielberg mais sans tomber dans les travers du film de Spielbey, à savoir la mièvrerie, les bons sentiments et surtout avec un vrai fond. Mêlant habilement l’intime et le spectaculaire, le film s’appuie aussi bien sur des effets spéciaux réussis que sur une histoire solide et des personnages pleins. Les scènes faisant appel à l’animation (les histoires du monstre) sont un régal visuel et poétique, l’interprétation est parfaite avec notamment une excellente Sigourney Weaver en grand-mère sévère mais aimante et l’émotion est comme jamais au rendez-vous! N’oubliez pas les mouchoirs! On tient là l’un des grands films de 2017!

4.5

 

Jeu Concours: 5×2 places pour »The Last Face » à gagner (jeu terminé)

affiche.jpg

A l’occasion de la sortie en salles de « The Last Face » le 11 janvier, CINEDINGUE est heureux de vous offrir 5×2 places pour découvrir le film. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 15 janvier. Un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Synopsis : 
 
Au Libéria, pays d’Afrique ravagé par la guerre, le docteur Miguel Leon, médecin humanitaire, et le docteur Wren Petersen, directrice d’une ONG, tombent passionnément amoureux l’un de l’autre.
S’ils sont tous les deux engagés corps et âme dans leur mission, ils n’en sont pas moins profondément divisés sur les politiques à adopter pour tenter de régler le conflit qui fait rage.
Ils devront surmonter leurs clivages et le chaos qui menace d’emporter le pays tout entier – sous peine de voir leur amour voler en éclats…