Critique: The Father

Titre originalThe Father
RéalisationFlorian Zeller
ScénarioFlorian Zeller
Christopher Hampton
MusiqueLudovico Einaudi
Acteurs principauxAnthony Hopkins
Olivia Colman
Sociétés de productionF comme Film
Trademark Films
Cine@
Pays d’origine France
 Royaume-Uni
GenreDrame
Durée97 minutes
Sortie26 mai 2021

THE FATHER raconte la trajectoire intérieure d’un homme de 81 ans, Anthony, dont la réalité se brise peu à peu sous nos yeux. Mais c’est aussi l’histoire d’Anne, sa fille, qui tente de l’accompagner dans un labyrinthe de questions sans réponses.

Premier long métrage du dramaturge français Florian Zeller, « The Father » est l’adaptation en langue anglaise de sa propre pièce, « le Père », troisième volet d’une trilogie sur la famille (la mère, le père, le fils). Zeller fait appel ici à Anthony Hopkins et Olivia Colman pour incarner un père et sa fille, face à la maladie d’Alzheimer. Quel programme, me direz-vous pour une reprise à la sortie d’un confinement! Pourtant, ici point de pathos mais une plongée dans la tête d’un homme en perte de repères. Grâce une mise en scène des plus maîtrisées et l’utilisation de cinéma pur, Zeller place le spectateur dans la position d’un malade qui, petit à petit, perd pied, ne reconnaissant plus ses proches ni son environnement. Zeller joue à merveille des décors et des acteurs, dédoublant les interprètes pour un même rôle, troublant complètement le public à l’image de son personnage principal. Hopkins, symbole de l’esprit et de l’intelligence, est bouleversant dans ce rôle qui lui valut, tout comme au scénario, un Oscar bien mérité! Une expérience à tenter absolument!

Critique: Oxygène

RéalisationAlexandre Aja
ScénarioChristie LeBlanc
MusiqueRobin Coudert
Acteurs principauxMélanie Laurent
Mathieu Amalric
Malik Zidi
Sociétés de productionGateway Films
Wild Bunch
Echo Lake Entertainment
Pays d’origine États-Unis
 France
GenreThriller
Durée100 minutes
Sortie12 mai 2021

Une jeune femme se réveille seule dans une unité cryogénique. Elle ne sait plus qui elle est, ni comment elle a pu finir enfermée dans une capsule de la taille d’un cercueil. Tandis qu’elle commence à manquer d’oxygène, elle va devoir recomposer les éléments de sa mémoire pour sortir de ce cauchemar.

Deux ans après « Crawl », le frenchie Alexandre Aja est de retour avec un huitième film, cette fois-ci, alors que la planète est plongée dans le COVID et toutes les salles fermées, directement sur la plateforme Netflix. Alors que l’on pensait que son nouveau projet serait la réalisation de l’adaptation du manga « Cobra » dont on parle depuis plus de dix ans, Aja récupère un script de la Black List et l’adapte pour le tourner en France. Fortement teinté d’actualité, « Oxygène » est un huis clos dans lequel Mélanie Laurent est « confinée » dans un caisson dont elle ne sait ni où ni pourquoi elle y est. Tout ce qu’elle sait, c’est qu’elle en a pour un peu plus d’une heure avant d’être à court d’oxygène! Virus et clonage sont les moteurs de ce survival plutôt bien ficelé, largement supérieur à « Buried ». La tension est habilement distillée, l’univers sonore est angoissant à souhait; bref, cet Oxygène est une vraie bonne surprise qui confirme tout le talent d’Aja à recycler et mettre à sa sauce des recettes éprouvées!