Critique: 3 Billboards, les Panneaux de la vengeance

0940631.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Three Billboards Outside Ebbing, Missouri
Réalisation Martin McDonagh
Scénario Martin McDonagh
Acteurs principaux
Sociétés de production Blueprint Pictures
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique policière
Durée 115 minutes
Sortie 17 Janvier 2018

Après des mois sans que l’enquête sur la mort de sa fille ait avancé, Mildred Hayes prend les choses en main, affichant un message controversé visant le très respecté chef de la police sur trois grands panneaux à l’entrée de leur ville.

Ca sent le Coen, ça ressemble à du Coen, ça sonne comme du Coen mais pourtant c’est du Martin MacDonagh, le réalisateur anglais de « Bons baisers de Bruges ». Dans une bourgade perdue du Sud des Etats-Unis, Mildred ressasse son amertume et rumine depuis que sa fille a été kidnappée, violée et assassinée et que les policiers prennent l’enquête à la légère. Elle décide de botter dans la fourmilière en louant trois panneaux publicitaires pour y diffuser un message demandant à la police de se bouger, en particulier le shérif Willoughby. Même s’il est atteint d’un cancer incurable, elle s’en fiche bien, obsédé par sa propre souffrance. Ces panneaux mettront le feu aux poudres et la ville en émoi. Porté par un scénario toujours surprenant, des dialogues piquant et des personnages passionnants, « Three Billboards » est l’une des très bonnes surprises de ces derniers mois avec une Frances McDormand fabuleuse et un Sam Rockwell en flic raciste et homophobe qui fera date.

4.5

Publicités

Critique: La Douleur

2252425.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Emmanuel Finkiel
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Sortie 24 Janvier 2018

Juin 1944, la France est toujours sous l’Occupation allemande. L’écrivain Robert Antelme, figure majeure de la Résistance, est arrêté et déporté. Sa jeune épouse Marguerite, écrivain et résistante, est tiraillée par l’angoisse de ne pas avoir de ses nouvelles et sa liaison secrète avec son camarade Dyonis. Elle rencontre un agent français de la Gestapo, Rabier, et, prête à tout pour retrouver son mari, se met à l’épreuve d’une relation ambiguë avec cet homme trouble, seul à pouvoir l’aider. La fin de la guerre et le retour des camps annoncent à Marguerite le début d’une insoutenable attente, une agonie lente et silencieuse au milieu du chaos de la Libération de Paris.

Un an après le magnifique « Je ne suis pas un salaud », Emmanuel Finkiel adapte l’inadaptable, Marguerite Duras, « la Douleur ». Mélanie Thierry campe la romancière alors que son amant, Robert Antelme, figure de la Résistance,  est déporté. A la façon d’un journal intime, la voix de la romancière s’interroge, cherche à comprendre, à travers la voix de son interprète, d’une façon presque incantatoire, tout en tentant de faire revenir son mari, quitte à traiter avec Rabier le gestapiste (Magimel parfait). Elle s’observe même parfois comme si sa pensée et ses actes se dédoublaient. Emouvant et envoûtant, le film de Finkiel est un trésor de mise en scène d’une originalité folle tout en restant fidèle à l’esprit de l’oeuvre de Duras. Mélanie Thierry tient ici son plus beau rôle et inonde l’écran de sa douleur jusqu’au plan final, l’un des plus beaux de ces dernières années!

4.5

Critique: Pentagon Papers

4821419.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original The Post
Réalisation Steven Spielberg
Scénario Liz Hannah
Josh Singer
Acteurs principaux
Sociétés de production Fox Searchlight Pictures
Amblin Partners
Amblin Entertainment
Pascal Pictures
Star Thrower Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre historique
Durée 116 minutes
Sortie 24 Janvier 2018

Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le Washington Post, Katharine Graham s’associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee pour dévoiler un scandale d’État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Ces révélations concernent les manœuvres de quatre présidents américains, sur une trentaine d’années, destinées à étouffer des affaires très sensibles… Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis…

Un peu plus d’un an avec le raté « BGG » et quelques mois avant son « Ready Player One » (sortie le 28 mars), Steven Spielberg sort son film « sérieux » du moment, « Pentagon Papers » sur les journaux qui bravèrent le gouvernement Nixon en publiant des documents « secret défense » sur la guerre du Vietnam. Il s’agit ici sur le fond sans doute de son film le plus important depuis « la Liste de Schindler ». Alors que les Etats-Unis sont depuis un an sous le joug de Trump, le film tire la sonnette d’alarme sur les abus du pouvoir et met en lumière tous ceux qui, à leur niveau, sont prêts à braver les interdits pour faire triompher la vérité. Par ailleurs, à travers le personnage incarné par Meryl Streep, Katharine Graham, la directrice du Washington Post, Spielberg rend hommage aux femmes. A une époque où la femme est réduite à son rôle de ménagère, cette dernière va s’imposer dans un monde d’hommes, au risque de tout perdre. De ces deux thèmes très forts, Spielberg, en conteur hors pair, nous offre un thriller d’une grande intelligence, véritable leçon de mise en scène, rendant le film souvent jubilatoire. Pour l’épauler, on retrouve ses habituels complices, Kaminski à la photo et John Williams pour une partition très inspirée. Mais si le film est un tel bonheur, c’est aussi grâce à ses interprètes, Tom Hanks (5ème collaboration avec Spielberg) et Meryl Streep comme toujours incroyable (l’une des scènes majeures du film alors qu’elle est au téléphone est absolument grandiose d’intensité). Spielberg est grand, Spielberg est immense et « Pentagon Papers » est un classique instantané!

5

Critique Bluray: Annabelle 2 – La Création du Mal

51UPuZuxyFL.jpg

Titre original Annabelle: Creation
Réalisation David F. Sandberg
Scénario Gary Dauberman
Acteurs principaux
Sociétés de production New Line Cinema
Atomic Monster Productions (en)
The Safran Company (en)
RatPac-Dune Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre horreur
Durée 110 minutes
Sortie 9 août 2017

LE FILM:

3.5

Encore traumatisés par la mort tragique de leur petite fille, un fabricant de poupées et sa femme recueillent une bonne soeur et les toutes jeunes pensionnaires d’un orphelinat dévasté. Mais ce petit monde est bientôt la cible d’Annabelle, créature du fabricant possédée par un démon…

Après deux moyens « Conjuring 2 » et « Annabelle », la franchise accouche d’un prequel au dernier cité. James Wan n’est pas derrière la caméra mais à la production et le résultat laisse à penser qu’il a beaucoup participé à l’entreprise. On se trouve donc aux origines de la poupée Annabelle que l’on suit jusqu’à la première scène du premier volet.

Si les connaisseurs du genre ne seront pas tellement surpris tant le film utilise tous les canons à outrance (les amateurs de jumpscares se réjouiront), le résultat est plutôt une bonne surprise. Le décor de la maison en pleine campagne fonctionne parfaitement et contient son lot d’endroits bien flippants, la mise en scène est maîtrisée, la figure du mal convaincante et quelques scènes parviennent à faire frissonner les plus réticents!

TECHNIQUE:

4.5

Démoniaque!

BONUS:

3.5

On trouve ici des scènes coupées, un making of divisé en deux parties et deux courts-métrages du réalisateur .

VERDICT:

3.5

Un belle édition pour une bonne surprise horrifique!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (17.99 euros) chez WARNER BROS

Le Festival Cinéma Télérama, l’occasion de rattraper les immanquables!

FCT 18 - Affiche 240x320.jpg

Dès demain et jusqu’au 30 janvier, BNP Paribas est partenaire du Festival cinéma Télérama. Une semaine pour voir ou revoir les meilleurs films de l’année 2017 sélectionnés par la rédaction de Télérama dans les salles art et essai ainsi que des films en avant-première.

Retrouvez BNP sur Facebook et Twitter

Jeu Concours: 2×1 places pour « Centaure » à gagner (jeu terminé)

5790969.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

A l’occasion de la sortie de »Centaure » le 31 janvier, CINEDINGUE et EPICENTRE FILMS sont heureux de vous offrir une place pour voir le film. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 2 février; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Jeu Concours: 5×1 Places pour « Last Flag Flying » à gagner(jeu terminé)

3141456.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

A l’occasion de la sortie de « Last Flag Flying – La Dernière Tournée » le 17 janvier, film réalisé par Richard Linklater avec Steve Carell, Bryan Cranston et Laurence Fishburne, CINEDINGUE est heureux de vous offrir 5×1 places pour découvrir le film. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 21 janvier; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Jeu réservé aux habitants de France Métropolitaine.

Réagissez avec #LastFlagFlying et retrouvez le film sur la page Facebook

SYNOPSIS: 

  • En 2003, Larry « Doc » Sheperd, un ancien médecin de la Navy, retrouve Sal Nealon, un gérant de bar et le révérend Richard Mueller. Tous les trois ont combattu ensemble au Vietnam mais ils ne s’étaient pas revus depuis trente ans. Larry est venu leur demander de l’accompagner aux funérailles de son fils, mort au combat en Irak et dont le corps vient d’être rapatrié aux Etats-Unis. Sur la route, l’émotion se mêle aux fous-rires car les trois hommes voient leurs souvenirs remonter et ils retrouvent leur camaraderie…