Critique: Nous Finirons Ensemble

1786889.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Guillaume Canet
Scénario Guillaume Canet
Rodolphe Lauga
Acteurs principaux
Sociétés de production Trésor Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Sortie 1er Mai 2019

Préoccupé, Max est parti dans sa maison au bord de la mer pour se ressourcer. Sa bande de potes, qu’il n’a pas vue depuis plus de 3 ans débarque par surprise pour lui fêter son anniversaire ! La surprise est entière mais l’accueil l’est beaucoup moins… 
Max s’enfonce alors dans une comédie du bonheur qui sonne faux, et qui mettra le groupe dans des situations pour le moins inattendues.
Les enfants ont grandi,  d’autres sont nés, les parents n’ont plus les mêmes priorités…  Les séparations, les accidents de la vie… Quand tous décident de ne plus mettre de petits mouchoirs sur les gros bobards, que reste-t-il de l’amitié ?

Neuf ans après « les Petits Mouchoirs« , Guillaume Canet convoque à nouveau sa petite troupe pour une suite attendue par le public, moins par la critique qui avait sérieusement égratigné le premier volet d’une façon souvent injuste tant le film, loin d’être parfait, n’avait rien d’ingrat. Personnellement, j’étais plutôt dans l’attente et la déception  n’en est que plus grande.

La bande se retrouve donc pour faire une surprise à Max (Cluzet) pour son anniversaire. Depuis sa rupture avec Véro (Valérie Bonneton) et ses soucis financiers, il est plongé dans la dépression et n’accueille pas avec grand plaisir ses anciens copains, même si sa charmante et douce compagne (Clémentine Baert) tente de lui faire retrouver la raison. Eric ( Gilles Lellouche) a percé dans le Cinéma et arrive avec son bébé et la nounou. Vincent (Benoît Magimel) arrive lui, avec son nouveau petit ami, retrouvant également son ex-femme Isabelle (Pascale Arbillot), épanouie dans sa nouvelle vie de célibataire. Antoine (Laurent Lafitte) lui, se contente de figuration au Cinéma, dans l’ombre d’Eric, et est toujours aussi con et maladroit! Enfin, Marie (Marion Cotillard) arrive avec son fils qu’elle accuse de lui avoir volé sa liberté et semble en colère contre tout!

Tout ce petit monde se retrouve donc pour une semaine où il ne va pas se passer grand chose avouons-le. Premier problème, ces 2h15 sonnent creux, Canet son compère Rodolphe Lauga, semblant être obligés de combler un vide abyssal par des péripéties totalement inutiles (la ballade à vélo, le saut en parachute, la sortie en bateau…) voire ridicules! La scène où Antoine fait une allergie aux chenilles restera comme l’un des plus gros malaises de l’année! Mais rien de grave par rapport au mépris de classe affiché lors d’une scène où le personnage d’Eric insulte et vire la nounou de sa fille! Quant à la direction d’acteurs qui était l’une des belles réussites du premier volet, tout le casting semble ici en roue libre, principalement Cluzet qui en fait des tonnes comme jamais et Marion Cotillard (que j’adore je préfère le préciser!), peu crédible dans ce rôle surexcité (la scène où elle en vient aux mains avec un automobiliste vaut son pesant de cacahuètes). Quant à l’intérêt d’inclure de nouveaux personnages comme celui incarné par José Garcia, faite-moi signe si vous l’avez saisi! Restent les beaux paysages du Bassin d’Arcachon et un goût amer dans la bouche, quel dommage de finir ensemble comme ça…

1.5

Publicités

Court-Métrage: La Faucheuse

téléchargement

Salma est une jeune trentenaire responsable dans une usine de quincaillerie. Tout bascule lorsque sa société décide de licencier les ouvriers. Salma tombe dans une dépression qui l’enfonce chaque jour dans le désespoir et la drogue.

Si je vous parle de ce court-métrage, « la Faucheuse », ce n’est pas parce que sa réalisatrice écrit régulièrement sur le blog dans la rubrique « idées courtes », c’est parce qu’il mérite le coup d’oeil! Dans ce court de 11 minutes, réalisé en noir et blanc, avec Farah Parfait dans le rôle principal, la jeune femme évoque l’addiction à travers l’histoire d’une trentenaire contrainte de licencier ses ouvriers. Sous ses apparences dures, elle est paradoxalement intérieurement perdue et sombre dans la drogue, sans que son jeune voisin ne puisse l’aider. Dans un réalisme documentaire, la réalisatrice ouvre une réflexion sur une société toujours plus violente, broyant les individus qui la composent et les poussant toujours davantage vers l’autodestruction. Un court que vous pouvez trouver sur le site de sa réalisatrice https://farahparfait.com/produit/court-metrage-la-faucheuse/.

 

Critique: La Lutte des Classes

2076351.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Michel Leclerc
Scénario Michel Leclerc
Baya Kasmi
Acteurs principaux
Sociétés de production Karé Productions
France 2 Cinéma
UGC
Orange Studio
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Sortie 3 avril 2019

Sofia et Paul emménagent dans une petite maison de banlieue. Elle, brillante avocate d’origine magrébine, a grandi dans une cité proche. Lui, batteur punk-rock et anar dans l’âme, cultive un manque d’ambition qui force le respect ! Comme tous les parents, ils veulent le meilleur pour leur fils Corentin, élève à Jean Jaurès, l’école primaire du quartier. Mais lorsque tous ses copains désertent l’école publique pour l’institution catholique Saint Benoît, Corentin se sent seul. Comment rester fidèle à l’école républicaine quand votre enfant ne veut plus y mettre les pieds? Pris en étau entre leurs valeurs et leurs inquiétudes parentales, Sofia et Paul vont voir leur couple mis à rude épreuve par la « lutte des classes ».

Dans la lignée de ses précédents films (« le nom des gens », « Télé gaucho »), Michel Leclerc continue son petit bonhomme de chemin dans un genre que l’on pourrait qualifier de comédie politico-utopico-gauchiste. Ses personnages, un couple composé d’un quinqua rock n’roll (Edouard Baer) et d’une jeune femme d’origine maghrébine (Leila Bekhti) qui a réussi à surmonter les difficultés pour devenir avocate bénéficiant d’un « excès de discrimination positive », vivent à fond leurs idéaux de gauche. Leur fils est à l’école de la République (l’école Jean Jaurès!), ils vivent à Bagnolet, consomment des fruits et légumes cultivés dans un champs collectif et s’acharnent à être le plus ouverts possible! Quand tous les copains de leur fils Coco vont déserter Jean-jau pour l’école privée, tous leurs principes vont se trouver remis en question. Michel Leclerc et Baya Kasmi s’amusent des clichés et des convictions de chacun dans une comédie inventive qui, comme toujours chez le cinéaste, joue avec une naïveté voulue pour mieux susciter la réflexion. Quelques jolies idées de cinéma parsèment le film, comme cette scène où Paul cherche Sofia dans une fête en suivant les traces de rouge à lèvres qu’elle a laissées sur les joues des invités! On s’amuse beaucoup aussi du personnage de l’institutrice, interprétée par Baya Kasmi, qui ne s’exprime qu’en langage administratif (« Posez vos outils scripteurs! »). Le casting au top (Baer, Bekhti, Bedia, Kasmi) contribue à faire de cette « lutte des classes » une comédie non seulement séduisante sur la forme mais riche sur le fond! Encore!

4.5

Critique Bluray: Miracle en Alabama

61Icv2ubejL._SL1444_.jpg

Titre original The Miracle Worker
Réalisation Arthur Penn
Scénario William Gibson
Acteurs principaux
Sociétés de production Playfilm Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 106 minutes
Sortie 10 octobre 1962

LE FILM:

4

Helen Keller a 12 ans. Elle ne voit pas, n’entend pas et présente tous les symptômes dune déficience mentale. Ses parents font appel à Annie Sullivan, éducatrice aux méthodes révolutionnaires, et elle-même mal-voyante. Les premiers contacts entre l’enfant et l’éducatrice sont difficiles et parfois violents.

Deuxième film d’Arthur Penn après « le Gaucher », « miracle en Alabama » est tiré d’une histoire vraie, celle de la jeune Helen Keller, jeune enfant sourde et malvoyante qui, grâce à sa rencontre avec une éducatrice, Annie Sullivan, va petit à petit apprendre à communiquer.

Penn nous offre une plongée radicale dans le handicap et le regard que portent les gens « normaux » sur lui. Sauvage et indomptable, la petite Helen tentait simplement de communiquer dans un monde pas fait pour elle, celui du Sud des Etats-Unis, et au sein d’une famille qui la rejetait plutôt que d’essayer de la comprendre. Si le film sent parfois le film à thèse, « Miracle en Alabama » est tout de même d’une importance capitale et offre à ses deux interprètes, Anne Bancroft et Patty Duke, l’occasion de livrer deux partitions sans fausses notes! Un film à (re)découvrir absolument dans une copie éblouissante!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie sans défaut! Un noir et blanc de toute beauté!

BONUS:

2.5

Seul bonus, une longue analyse du toujours parfait Frédéric Mercier!

VERDICT:

4

Un grand film sur la différence à réhabiliter!

Disponible en Bluray (19.99 euros) chez Rimini Editions

Jeu Concours: 3 Dvd de « le Temps des Forêts » à gagner(jeu terminé)

71NqV0GLbGL._SL1000_

A l’occasion de la sortie en DVD de « le Temps des forêts« , CINEDINGUE et KMBO sont heureux de vous faire gagner 3 Dvd. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 18 avril; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Jeu Concours: 3 Dvd Collector de « la Saveur des Ramen » à gagner(jeu terminé)

71r1kYXDOjL._SL1500_.jpg

A l’occasion de la sortie en DVD de « la Saveur des Ramen » , CINEDINGUE et KMBO sont heureux de vous offrir 3 Dvd collector (avec un livret de recettes). Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 18 avril; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Si vous êtes passionnés par le Japon, allez sur la page FB d’Hanabi Cinema!

Critique Bluray: Premières Vacances

71MCbCpvi9L._SL1500_.jpg

Réalisation Patrick Cassir
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Sortie 2 janvier 2019

LE FILM:

3

Marion et Ben, trentenaires et parisiens, font connaissance sur Tinder. C’est à peu près tout ce qu’ils ont en commun , mais les contraires s’attirent, et ils décident au petit matin de leur rencontre de partir ensemble en vacances malgré l’avis de leur entourage. Ils partiront finalement… en Bulgarie, à mi-chemin de leurs destinations rêvées : Beyrouth pour Marion, Biarritz pour Ben. Sans programme précis et, comme ils vont vite le découvrir, avec des conceptions très différentes de ce que doivent être des vacances de rêve…

Premier film de Patrick Cassir, co-écrit avec sa compagne Camille Chamoux, « Premières vacances » est un mélange de comédie pure et de rom-com plutôt réussie notamment dans une première partie vraiment hilarante. Il faut dire que Jonathan Cohen est d’une telle puissance comique qu’il est difficile de résister à ce personnage de trentenaire un peu maniaque et avide de luxe qui se retrouve avec une baroudeuse dans des situations ô combien compliquées! Un bon moment !

TECHNIQUE:

4.5

Un sans faute!

BONUS:

2.5

On trouve ici une interview du réalisateur ainsi qu’une interview des deux comédiens dont Camille Chamoux, co-scénariste et compagne du réalisateur.

VERDICT:

3

Une première comédie qui vaut le coup d’oeil ne serait-ce que pour l’impayable Jonathan Cohen!

Disponible en DVD et bluray (19.99 euros) chez LE PACTE dès le 8 mai