Critique Bluray: Divorce Saison 1

61xcFXf1jZL._SL1000_.jpg

Titre original Divorce
Genre Comédie
Création Sharon Horgan
Production Producteurs exécutifs :
Sharon Horgan
Paul Simms
Aaron Kaplan
Sarah Jessica Parker
Alison Benson
Société de production :
Pretty Matches Productions
Merman Films
Kapital Entertainment
343 Incorporated
Acteurs principaux Sarah Jessica Parker
Thomas Haden Church
Molly Shannon
Talia Balsam
Tracy Letts
Sterling Jerins
Charlie Kilgore
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d’origine HBO
Nb. de saisons 1
Nb. d’épisodes 10
Durée 30 minutes

LA SERIE:

3.5

Frances, une mère de famille new-yorkaise dans la force de l’âge, décide de « recommencer » sa vie avec l’aide de ses amies Dallas et Diane, et songe même au divorce. Mais son mari ne l’entend pas de cette façon…

Mini-série lancée par la chaîne HBO, « Divorce » nous conte durant 10 épisodes d’une trentaine de minutes la fin d’un couple, celui de Frances et Robert, deux quinqua frappés par l’aventure de la femme qui remettra tout en cause. Si la série est très souvent drôle, le ton est plutôt mélancolique et assez noir. Les deux premiers tiers de la série sont assez réjouissants, jusqu’au dernier tiers, sorte de « guerre des Rose » où tous les coups sont permis, peu intéressant et déjà vu. Si la série vaut le coup d’oeil, ce n’est pas tellement pour son interprète principale, Sarah Jessica Parker, mais pour son mari, incarné par un Thomas Haden Church, qui trouve peut-être ici son meilleur rôle!

TECHNIQUE:

4.5

RAS, c’est parfait!

BONUS:

0.5

Un commentaire audio et c’est tout…

VERDICT:

3.5

Une première saison prometteuse à défaut de convaincre totalement!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Warner dès le 31 mai

Publicités

Critique Bluray: Courage Fuyons

61sabrA06+L._SL1000_.jpg

Titre original Courage fuyons
Réalisation Yves Robert
Scénario Jean-Loup Dabadie
Yves Robert
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont International
Les Productions de la Guéville
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie romantique
Durée 100 minutes (h 40)
Sortie 17 octobre 1979

LE FILM:

4

Lâche depuis sa plus tendre enfance, Martin Belhomme, pharmacien quadragénaire, vit sous la domination de son épouse Mathilda et de son frère Frankie, un horrible avare. Mais au terme de cette vie monotone, survient mai 68, et sa lâcheté va paradoxalement le conduire dans une folle aventure, loin des siens, avec Eva, ravissante blonde chanteuse dans un cabaret d’Amsterdam. Dès lors, il fera tout son possible pour séduire la belle, et passer pour un aventurier à ses yeux.

Le duo Robert/Labadie fait à nouveau équipe pour une comédie très plaisante sur la couardise d’un personnage qui aura passé sa vie à fuir, reculer, devant les obstacles. Dans la peau de Martin Belhomme, on se régale de retrouver l’immense Jean Rochefort, irrésistible qui va pourtant devoir se retrousser les manches pour séduire la belle Mathilda, incarnée par Catherine Deneuve. Drôle et plein de fantaisie, « Courage fuyons » n’est peut-être pas du niveau des « éléphant » mais constitue un divertissement de très haute volée!

TECHNIQUE:

4

Une très belle copie bien définie, qui ne fait pas son âge!

BONUS:

1.5

On trouve ici deux interviews d’Yves Robert et Jean-Loup Dabadie, un peu succintes mais intéressantes!

VERDICT:

4

Un quatuor Robert/Dabadie/Rochefort/Deneuve, ça ne se refuse pas!

Disponible en bluray (14.99 euros) chez Gaumont

Critique DVD: Jamais Contente

71Whc59dVAL._SL1000_.jpg

Réalisation Émilie Deleuze
Scénario Émilie Deleuze
Marie Desplechin
Ivan Guyot
Laurent Guyot
Acteurs principaux
Sociétés de production Agat Films & Cie – Ex Nihilo
Ad Vitam Distribution
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 89 minutes
Sortie 11 janvier 2017

LE FILM:

4

Mon père est atroce, ma mère est atroce, mes soeurs aussi, et moi je suis la pire de tous. En plus, je m’appelle Aurore. Les profs me haïssent, j’avais une copine mais j’en ai plus, et mes parents rêvent de m’expédier en pension pour se débarrasser de moi. Je pourrais me réfugier dans mon groupe de rock, si seulement ils ne voulaient pas m’obliger à chanter devant des gens. À ce point-là de détestation, on devrait me filer une médaille. Franchement, quelle fille de treize ans est aussi atrocement malheureuse que moi ?

« Jamais contente », c’est un peu « la Boum » de 2017! Ce portrait d’une adolescente, c’est une description aussi fine que drôle d’une période de la vie où l’on déteste pêle-mêle l’école, les parents, les autres tout simplement et où l’on ne s’aime pas beaucoup non plus. Très rythmé, ce petit film s’avère totalement attachant notamment grâce à sa petite actrice, Léna Magnien qui, bien que détestable, ne suscite jamais le rejet, bien au contraire. A ses côtés, les seconds rôles ne sont pas mis à l’écart et bénéficient même d’une interprétation parfaite, notamment Alex Lutz dans le rôle du prof de Français qu’on aurait rêvé d’avoir! Une comédie douce amère des plus emballantes!

TECHNIQUE:

4.5

RAS pour le support!

BONUS:

2

Seul bonus, une rencontre avec la réalisatrice qui commente l’une des scènes du film. Intéressant mais frustrant!

VERDICT:

4

Une comédie sur l’adolescence réussie!

Disponible en DVD (14.99 euros) chez AD VITAM

 

Critique Bluray: Neruda

719l9ZyHxlL._SL1000_

Réalisation Pablo Larraín
Scénario Guillermo Calderón
Pays d’origine Drapeau du Chili Chili
Genre biographie
Sortie 4 janvier 2017

LE FILM:

4.5

1948, la Guerre Froide s’est propagée jusqu’au Chili. Au Congrès, le sénateur Pablo Neruda critique ouvertement le gouvernement. Le président Videla demande alors sa destitution et confie au redoutable inspecteur Óscar Peluchonneau le soin de procéder à l’arrestation du poète. Neruda et son épouse, la peintre Delia del Carril, échouent à quitter le pays et sont alors dans l’obligation de se cacher. Il joue avec l’inspecteur, laisse volontairement des indices pour rendre cette traque encore plus dangereuse et plus intime. Dans ce jeu du chat et de la souris, Neruda voit l’occasion de se réinventer et de devenir à la fois un symbole pour la liberté et une légende littéraire.

Plutôt que d’opter pour un biopic traditionnel, Pablo Larrain s’intéresse au poète chilien Pablo Neruda par le prisme de sa fuite du Chili à partir de 1948. Cette succession de vignettes courtes nous montre la poursuite du poète par un policier obstiné mais peu en veine incarné par un excellent Gael Garcia Bernal. Plus qu’un retour fidèle, le film de Neruda parvient à donner tout son sens à l’oeuvre du poète à travers cette course poursuite aussi passionnante qu’amusante. Le mérite en revient évidemment à Larrain, très inspiré, qu’à son interprète, Luis Gnecco, absolument bluffant! L’un des grands films de l’année!

TECHNIQUE:

4.5

Remarquable à tous points de vue!

BONUS:

4

Outre quelques featurettes d’interview sans grand intérêt, on trouve une très bonne intervention de 30 mins d’un professeur de littérature hispano-américaine et également un très bon making of!

VERDICT:

4.5

Superbe édition pour un grand film! Indispensable!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Wild Side Video dès le 31 mai

Critique: Les Fantômes d’Ismael

268297.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Arnaud Desplechin
Scénario Arnaud Desplechin
Acteurs principaux
Sociétés de production Why Not Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 1h54
Sortie 17 mai 2017
À la veille du tournage de son nouveau film, la vie d’un cinéaste est chamboulée par la réapparition d’un amour disparu…
Si le nouveau film de Desplechin cite abondamment Bergman ou Hitchcock (comment ne pas voir une référence à Vertigo à travers le personnage de Carlotta?), « les Fantômes d’Ismael » reste avant tout un film qui ressemble à son auteur. On y retrouve le personnage de Dédalus, une sorte de sous-intrigue d’espionnage façon « la Sentinelle » ou « Trois souvenirs de ma jeunesse », le goût du romanesque et une narration sophistiquée, teintée d’un humour plein de finesse. L’histoire à priori simple est celle d’un cinéaste dont la vie est chamboulée quand réapparaît sa femme disparue vingt ans plus tôt alors qu’il a refait sa vie. La narration assez complexe fait se téléscoper présent, passé, film dans le film, tournage de façon assez ludique, le tout servi par un casting absolument parfait (Amalric, Gainsbourg, Cotillard, Garrel…) et une très belle photo. Une fantaisie ludique et stimulante, à ne pas manquer!
4.5
 

Critique: Alien Covenant

133613.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Ridley Scott
Scénario Michael Green
John Logan
Jack Paglen
Acteurs principaux
Sociétés de production Brandywine Productions
Scott Free Productions
TSG Entertainment (en)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Science-fiction
Durée 122 minutes
Sortie 10 Mai 2017

Les membres d’équipage du vaisseau Covenant, à destination d’une planète située au fin fond de notre galaxie, découvrent ce qu’ils pensent être un paradis encore intouché. Il s’agit en fait d’un monde sombre et dangereux, cachant une menace terrible. Ils vont tout tenter pour s’échapper.

Alors Alien Covenant, nouvel Alien ou suite de Prometheus? Après ce dernier, est-ce enfin le vrai retour de Ridley Scott, le papa d’Alien? J’ai enfin les réponses, même si ce ne sont pas celles espérées! Il ne s’agit donc pas d’un nouvel Alien à proprement parler mais de la suite du Prometheus qui était une sorte de prequel à la saga Alien. L’action se situe 10 ans après Prometheus alors qu’un équipage reçoit un message de la planète où s’est écrasé le vaisseau en forme de fer à cheval. L’équipage va évidemment se heurter à un virus provoquant la fécondation des célèbres xénomorphes. Extrêmement long à démarrer, Alien Covenant souffre d’un scénario inutilement alambiqué, parsemé de réflexions philosophiques sans grand intérêt. Le rythme s’en ressent évidemment et plus grave encore, la terreur ne nous étreint jamais, le casting dénué de tout charisme et épaisseur n’aide en rien, seul Fassbender tirant son épingle du jeu. En outre certaines scènes semblent posées là au petit bonheur la chance, comme cette scène d’amour sous la douche, à pouffer de rire! Ce qui fonctionnait si bien dans les deux premiers volets de Scott et Cameron, c’était la simplicité et le jeu sur les peurs primales du spectateur, deux notions absentes de ce volet. Dans l’espace personne ne nous entend nous emmerder…

1

Critique Bluray: The Last Face

81i0HeXS82L._SL1500_.jpg

Réalisation Sean Penn
Scénario Erin Dignam
Acteurs principaux
Sociétés de production River Road Entertainment
FilmHaven Entertainment
Gerber Pictures
Matt Palmieri Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 131 minutes
Sortie 11 janvier 2017

LE FILM:

1

Au Libéria, pays d’Afrique ravagé par la guerre, le docteur Miguel Leon, médecin humanitaire, et le docteur Wren Petersen, directrice d’une ONG, tombent passionnément amoureux l’un de l’autre. S’ils sont tous les deux engagés corps et âme dans leur mission, ils n’en sont pas moins profondément divisés sur les politiques à adopter pour tenter de régler le conflit qui fait rage. Ils devront surmonter leurs clivages et le chaos qui menace d’emporter le pays tout entier – sous peine de voir leur amour voler en éclats…

Cinquième film de Sean penn réalisateur, « The Last Face » fut présenté l’an dernier au Festival de Cannes et subit l’un des plus gros lynchages critiques de l’Histoire de l’événement. L’heure est donc venue, alors que le film s’apprête à débarquer dans nos salons, de juger une oeuvre considérée comme un naufrage. Malheureusement, malgré l’alcool et le manque de sommeil, les festivaliers avaient vu juste. Si l’on comprend ce qui a séduit et motivé l’humaniste Penn dans ce projet aux ambitions louables, de mettre en lumière le travail des humanitaires aux quatre coins du globe et les lacunes des grandes nations, la forme est un ratage complet. Le film se concentre essentiellement sur une bluette surréaliste entre deux médecins (Javier Bardem et Charlize Theron) et s’appuie sur des dialogues totalement ridicules. Quant à la mise en scène, Penn est à la peine et multiplie les ralentis grotesques sur une musique pompeuse… Long, mal foutu, involontairement drôle, à montrer dans les écoles de Cinéma…

TECHNIQUE:

4.5

Une copie splendide à tous niveaux!

BONUS:

Aucun bonus ici, pas même une bande annonce!

VERDICT:

1

Un fiasco…

Disponible en DVD (14.99 euros) et Bluray (16.99 euros) chez TF1 VIDEO dès le 23 mai