Critique Dvd: L’insulte

71V7DK39SpL._SL1500_.jpg

Réalisation Ziad Doueiri
Scénario Ziad Doueiri
Joelle Touma
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France FranceDrapeau du Liban Liban
Genre dramatique
Durée 112 minutes
Sortie 2017

LE FILM:

4.5

A Beyrouth, de nos jours, une insulte qui dégénère conduit Toni (chrétien libanais) et Yasser (réfugié palestinien) devant les tribunaux. De blessures secrètes en révélations, l’affrontement des avocats porte le Liban au bord de l’explosion sociale mais oblige ces deux hommes à se regarder en face.

Une goutte d’eau qui met le feu aux poudres! C’est en effet une histoire de gouttière qui provoque une tension et une insulte entre un Libanais et un réfugié palestinien. L’affaire finit au tribunal et divise le pays! Ce qui débute comme une farce caustique devient donc film de prétoire réveillant les fantômes du passé (le massacre de Damour durant lequel des centaines de Chrétiens furent assassinés par des milices palestiniennes! Ziad Doueiri, évitant tout manichéisme, démonte habilement les rouages du mécanisme de la violence et de la guerre, avec notamment un duo d’interprètes époustouflant! Aussi brillant qu’utile!

TECHNIQUE:

4.5

Impeccable!

BONUS:

4.5

On trouve ici des scènes coupées, un making of et une interview du réalisateur!

VERDICT:

4.5

Un réquisitoire brillant contre la violence et la haine!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez DIAPHANA

Publicités

Critique Bluray: Evasion 2

61RULLdAuiL._SL1000_.jpg

Titre original Escape Plan 2: Hades
Réalisation Steven C. Miller
Scénario Miles Chapman
Acteurs principaux
Sociétés de production Emmett/Furla/Oasis Films
Grindstone Entertainment Group
Leomus Pictures
Lionsgate
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Genre Thriller
Durée 96 minutes
Sortie 2018

LE FILM:

0.5

Ray Breslin, le spécialiste des systèmes de sécurité inviolables a désormais monté sa propre équipe d’experts en protection. Un de ses associés est kidnappé par une mystérieuse organisation et envoyé dans une prison secrète High-Tech, HADES où d’autres maîtres de l’évasion sont également enfermés. Ray décide de lui porter secours mais le défi est d’autant plus grand que cette fois-ci, avant de sortir de la forteresse inviolable, il faudra réussir à la pénétrer.

Cinq ans après un premier volet qui à l’époque n’avait pas marqué ni la critique ni le public, Evasion 2 sort donc directement en vidéo chez nous avec en tête d’affiche, toujours Sylvester Stallone et pour succéder à Schwarzie, Dave Bautista, le Drax des Gardiens de la galaxie. Si parfois, dans la masse des DTV, on trouve quelques pépites qui auraient mérité une sortie en salles, on est ici en face du pire du genre! Si l’on passe sur un scénario complètement débile et sans aucun intérêt (les hommes de Breslin sont jetés dans une prison high tech les uns après les autres sans que l’on comprenne bien pourquoi) et que l’on accepte de se concentrer sur le reste, tout est à l’avenant! Les dialogues sont dignes de la pire série tv et les scènes d’action (des affrontements successifs entre prisonniers) sont filmées avec les pieds. Quant aux deux têtes d’affiche, elles n’ont en gros que 3 scènes chacune à négocier, sans transpirer! quant à la direction artistique, elle n’est pas en reste: la prison HADES semble avoir été shootée au Macumba de Palavas les Flots! Une question demeure: quel public pour un tel naufrage?

TECHNIQUE:

4.5

Le résultat est impeccable à tous les niveaux!

BONUS:

1.5

On trouve ici trois featurettes dont l’une croustillante dans laquelle le réalisateur nous explique tranquille, qu’il a cherché à retrouver l’esthétique de Blade Runner!!!

VERDICT:

0.5

Catastrophe!!!

Disponible en DVD et Bluray (19.99 euros) chez Metropolitan Video dès le  20 août

Critique Dvd: La Fête est finie

71YfDKooTRL._SL1300_

Réalisation Marie Garel-Weiss
Scénario Marie Garel-Weiss
Salvatore Lista
Acteurs principaux

Zita Hanrot
Clémence Boisnard
Coralie Russier

Sociétés de production Elzévir Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 90 minutes
Sortie 28 février 2018

LE FILM:

4

LA FETE EST FINIE, c’est l’histoire d’une renaissance, celle de Céleste et Sihem. Arrivées le même jour dans un centre de désintoxication, elles vont sceller une amitié indestructible. Celle-ci sera autant une force qu’un obstacle lorsque, virées du centre, elles se retrouvent livrées à elles-mêmes, à l’épreuve du monde réel et de ses tentations. Le vrai combat commence alors, celui de l’abstinence et de la liberté, celui vers la vie.

Premier film de Marie Garel Weiss, « la fête est finie » nous plonge dans le quotidien d’un centre de désintox, particulièrement dans la relation entre deux pensionnaires, Céleste et Sihem. Leur relation amicale va vite devenir elle aussi une addiction et les deux jeunes filles, ne parvenant pas à s’insérer dans ce système s’en trouveront éjectées. Face au retour à la vie réelle, leur union sera tantôt une faiblesse, tantôt une force. Ce premier film fougueux, aussi noir que solaire, doit sa grande réussite à son duo de comédiennes . Zita Hanrot qu’on avait découverte dans « Fatima » offre une nouvelle facette de son jeu, dévoilant une vraie fragilité. Clémence Boisnard irradie le film de sa force et de sa puissance. Fragilité, force, puissance, des qualificatifs qui représentent bien  ce premier film à découvrir absolument!

TECHNIQUE:

4

Pour le support, rien à dire…

BONUS:

3.5

On trouve ici des scènes coupées ainsi que deux interviews de la réalisatrice et des actrices.

VERDICT:

4

Un premier film à découvrir!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez PYRAMIDE VIDEO dès le 21 août

Critique Dvd: America

81suhOjMFjL._SL1500_.jpg

LE FILM:

4.5

America est une plongée vertigineuse au coeur de l’Arizona, à la rencontre des habitants d’une petite ville traversée par la Route 66, les héritiers cabossés du rêve américain qui nous livrent leurs espoirs et leurs craintes.

Devant la montée en puissance du candidat Trump tout au long des dernières élections présidentielles américaines, Claus Drexel est allé poser sa caméra au fin fond de l’Arizona pour s’intéresser à ses habitants et à leur vision de l’Amérique. Pro ou anti-Trump tous ont la parole et donne une image de l’Amérique, en décalage avec notre vision d’Européens. Si Hillary Clinton ne semble pas trouver beaucoup de soutien chez les protagonistes du film, la plupart semblent effrayés de la voir mettre fin à leur droit fondamental, se défendre avec leurs armes. Au milieu de tous ces témoignages parfois effrayants, parfois rassurants, le photographe du film nous offre quelques magnifiques clichés de l’Amérique profonde!

TECHNIQUE:

4.5

Pour le support, c’est irréprochable!

BONUS:

4.5

On trouve ici des scènes coupées et des interviews du réalisateur!

VERDICT:

4.5

Un superbe documentaire!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez DIAPHANA dès le 21 août

Critique Bluray: L’Homme qui n’a pas d’étoile

71lmuuTmT+L._SL1000_.jpg

Titre original Man without a Star
Réalisation King Vidor
Scénario Borden Chase
D. D. Beauchamp
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal-International Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Western
Durée 89 minutes
Sortie 19 Octobre 1955

LE FILM:

4.5

Eternel aventurier errant dans un pays en construction, Dempsey Rae se lie d’amitié avec le jeune et naïf Jeff Jimson auquel il apprend l’usage du colt. Désormais contremaître dans un ranch immense, il redoute que sa propriétaire, l’ambitieuse Reed Bowman, déclenche une guerre entre éleveurs en laissant paître ses 5.000 têtes de bétail dans la prairie. Et c’est effectivement ce qui se passe, situation aggravée par l’intervention de Steve Miles, chef d’une bande de tueurs contre lesquels Rae et les autres fermiers de la région font front commun…

La collection Western de Sidonis continue à s’agrandir, on y trouve parfois un peu à boire et à manger mais avec « L’Homme qui n’a pas d’étoile », c’est un très gros morceau qui nous est offert! Si l’idée de départ peut sembler anecdotique (un cowboy et son jeune ami sont embauchés dans un ranch et doivent faire avec les voisins qui souhaitent clôturer les champs avec des barbelés!), le film de King Vidor nous montre le combat d’un homme (incarné par un époustouflant Kirk Douglas) contre le changement vers un nouveau monde. Plein d’humour, ce western offre non seulement à son interprète l’un de ses plus beaux rôles mais offre au spectateur un magnifique spectacle à la mise en scène spectaculaire et à la photo splendide!

TECHNIQUE:

4.5

Hormis quelques défauts mineurs, la copie proposée est un régal de définition et de couleurs!

BONUS:

3.5

On trouve ici la traditionnelle présentation de Bertrand Tavernier et une analyse du film par divers intervenants dont l’inévitable Patrick Brion!

VERDICT:

4.5

Un chef d’oeuvre du western dans une édition remarquable!

Disponible en Combo Bluray / DVD (16.99 euros) chez SIDONIS

Critique Bluray: Comme un chien enragé

61MpEj0DIHL._SL1000_.jpg

Titre original At close range
Réalisation James Foley
Scénario Nicholas Kazan & Elliott Lewitt
Acteurs principaux
Sociétés de production Hemdale Film Corporation (en)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller
Durée 111 minutes
Sortie 14 janvier 1987

LE FILM:

4

Brad Jr. vient d’arrêter ses études et s’ennuie ferme dans sa petite ville de Pennsylvanie où il passe son temps à traîner avec son frère et ses amis. Lorsque son père, Brad Sr., refait surface après des années d’absence, il est immédiatement subjugué par cet homme devenu leader d’un gang local et décide de le suivre. Mais sa rencontre avec Terry, une jeune lycéenne, et l’attitude de Brad Sr., de plus en plus violent et intraitable, amènent Brad Jr. à vouloir prendre du recul vis-à-vis de son père et à monter son propre gang…

Tiré d’une histoire vraie, « comme un chien enragé » est le portrait d’une famille dysfonctionnelle dans l’Amérique profonde. Quand Brad Jr s rapproche de son père perdu de vue, c’est pour tomber dans les mêmes outrances que ce dernier. Si le scénario ne réserve que peu de surprises, on ne peut qu’être fasciné par la prestation d’un casting complètement fou: Christopher Walken incarne le père avec ce regard capable de passer de la tendresse à la folie, Sean et Chris Penn jouent les frangins et l’on peut suivre les premiers pas de kiefer Sutherland et Crispin Glover! Un plaisir!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie remarquable à tous les niveaux!

BONUS:

3.5

On trouve ici une intéressante interview de James Foley. Dans cette belle édition concoctée par Carlotta, on trouve également le dossier de presse, l’affiche et quelques photos d’exploitation!

VERDICT:

4

Une belle édition pour un film d’acteurs!

Disponible en combo Bluray/dvd (27.99 euros) dès le 22 août chez Carlotta

Critique: Under The Silver Lake

0800062.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation David Robert Mitchell
Scénario David Robert Mitchell
Acteurs principaux
Sociétés de production Pastel Productions
Michael De Luca Productions
Stay Gold Features
Vendian Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller
Durée 139 minutes
Sortie 08/08/2018

À Los Angeles, Sam, 33 ans, sans emploi, rêve de célébrité. Lorsque Sarah, une jeune et énigmatique voisine, se volatilise brusquement, Sam se lance à sa recherche et entreprend alors une enquête obsessionnelle surréaliste à travers la ville. Elle le fera plonger jusque dans les profondeurs les plus ténébreuses de la Cité des Anges, où il devra élucider disparitions et meurtres mystérieux sur fond de scandales et de conspirations.

Après « The myth of American Sleepover » et « It Follows », « Under the silver lake » est le troisième long métrage de David Robert Mitchell. Rentré bredouille du dernier Festival de Cannes, cet objet pop est pourtant l’une des superbes surprises de cet été cinématographique. Si l’on ne peut que penser au cinéma de David Lynch, principalement « Mulholland Drive », Mitchell en livre une version pleine de dérision et d’absurde. Sam, trentenaire un peu paumé, se lance dans une enquête à base de codes et d’indices cachés pour retrouver une jeune femme dont il s’est entiché! Bourré de références (Lynch, Hitchcock, le cinéma muet, Kurt Cobain…) « under the silver lake » s’amuse avec la pop culture de façon totalement folle et décomplexée. Si vous acceptez de vous laisser porter, ces deux heures quinze pourraient bien être les plus folles de votre été!

4.5