Critique Bluray: Petit Paysan

71-1ql3lEHL._SL1000_.jpg

Réalisation Hubert Charuel
Scénario Hubert Charuel

Claude Le Pape

Acteurs principaux
Sociétés de production Domino Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée 90 minutes
Sortie 30 août 2017

LE FILM:

4.5

Pierre, la trentaine, est éleveur de vaches laitières. Sa vie s’organise autour de sa ferme, sa sœur vétérinaire et ses parents dont il a repris l’exploitation. Alors que les premiers cas d’une épidémie se déclarent en France, Pierre découvre que l’une de ses bêtes est infectée. Il ne peut se résoudre à perdre ses vaches. Il n’a rien d’autre et ira jusqu’au bout pour les sauver.

Fils d’agriculteur, Hubert Charruel a choisi le Cinéma plutôt que la vie de paysan. Pour son premier film, il choisit toutefois de s’intéresser à ce qu’il connaît bien, la vie à la ferme. L’originalité de « Petit Paysan » est d’avoir éviter le film « social » ou le documentaire pour opter pour un film de genre. Dès la première scène, un rêve dans lequel Pierre, jeune agriculteur, se voit obligé de se faufiler, dans sa maison, entre les vaches , pour atteindre sa cuisine, on sent qu’on est en face d’un objet filmique original. Pierre, le personnage principal, ne vit que pour ses vaches laitières, obsédé par leur bien être et leurs performances, ne prend même pas le temps de s’occuper de lui, alors que sa mère tente de le caser auprès de la boulangère. Alors que les infos parlent sans cesse d’une nouvelle épidémie qui cause l’éradication de nombreux cheptels, il découvre que l’une de ses vaches en est atteinte. Le film vire alors au thriller et si Pierre n’a pas à cacher un corps humain, c’est le corps de l’une de ses vaches qu’il doit faire disparaître pour sauver le reste de son troupeau. Paranoïa et angoisse deviennent alors le quotidien du jeune paysan qui voit son existence même menacée. Angoissant et émouvant, le premier film d’Hubert Charruel révèle un cinéaste et confirme le talent de ses deux interprètes, Swann Arlaud, habité et fiévreux, et Sara Giraudeau d’une grande justesse dans le rôle de la soeur vétérinaire. Un grand premier film!

TECHNIQUE:

4.5

Parfait!

BONUS:

4.5

Outre une petite interview du jeune réalisateur, on trouve quelques-uns de ses courts métrages.

VERDICT:

4.5

L’un des meilleurs films de 2017!

Disponible en bluray( 19.99 euros) et DVD chez PYRAMIDE VIDEO ainsi qu’en VOD dès le 9 janvier

Publicités

Critique Bluray: Que Dios Nos Perdone

71Hx7amGG1L._SL1000_.jpg

Réalisation Rodrigo Sorogoyen
Scénario Isabel Peña, Rodrigo Sorogoyen
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre thriller
Durée 127 minutes
Sortie 9 août 2017

LE FILM:

4.5

Madrid, été 2011. La ville, plongée en pleine crise économique, est confrontée à l’émergence du mouvement des « indignés » et à la visite imminente du Pape Benoît XVI.
C’est dans ce contexte hyper-tendu que l’improbable binôme que forment Alfaro et Velarde se retrouve en charge de l’enquête sur un serial-killer d’un genre bien particulier. Les deux inspecteurs, sous pression, sont de surcroît contraints d’agir dans la plus grande discrétion…
Une course contre la montre s’engage alors, qui progressivement les révèle à eux-mêmes ; sont-ils si différents du criminel qu’ils poursuivent ?

Avec son troisième film, Rodrigo Sorogoyen confirme la bonne vitalité d’un cinéma de genre en Espagne. « Que Dios Nos Perdone » ancre son histoire dans un contexte agité; alors que le Pape est en visite à Madrid, un tueur viole et assassine des vieilles dames et la police tente de le faire cesser ses agissements en essayant de ne pas ébruiter l’affaire. Le récit, ténu et tendu, s’appuie sur un duo de flics passionnant tant Alfaro et Velarde sont loin d’être des modèles. Le premier est une brute toujours sur le fil, mal vu par sa hiérarchie. Velarde, quant à lui, extrêmement réfléchi, souffre d’un bégaiement qui le rend pratiquement mutique et semble cacher de sombres secrets. Les deux font pourtant une paire des plus efficaces façon « la tête et les jambes ». Toujours est-il que s’ils sont sur la trace du mal incarné, les deux collègues ont eu aussi leur part d’ombre . L’enquête passionnante n’élude aucun détail, même les plus scabreux et donne à ce polar un goût amer et poisseux, la révélation du coupable à mi-parcours ne gâchant pas le plaisir du spectateur, bien au contraire. L’acteur incarnant le tueur en série s’avère un concurrent de taille aux Norman Bates et autres Hannibal Lecter. « Que Dios Nos Perdone » est sans conteste l’un des meilleurs thrillers de ces vingt dernières années!

TECHNIQUE:

4.5

Pas de souci, nickel à tous niveaux!

BONUS:

0.5

Le strict minimum: une bande annonce et une micro-interview du réalisateur!

VERDICT:

4.5

L’un des meilleurs films de 2017 et un grand thriller! Indispensable!

Disponible en Bluray (19.99 euros) chez le Pacte

 

Critique Bluray: Hangover Square

617bAYWg2YL._SL1000_.jpg

Titre original Hangover Square
Réalisation John Brahm
Scénario Barré Lyndon
Acteurs principaux
Sociétés de production Twentieth Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film noir
Durée 77 minutes
Sortie 1945

LE FILM:

4.5

Londres, 1899. Le compositeur George Bone est en train d’écrire un nouveau concerto. Surmené par son travail, il est sujet à des périodes d’absences durant lesquelles il perd le contrôle de lui-même. A son réveil, il n’a aucun souvenir de ce qu’il a fait. Certains détails l’amènent à penser qu’il est un assassin. 

L’éditeur Rimini continue son travail de défricheur avec « Hangover Square » réalisé par un cinéaste allemand méconnu, John Brahm, variation sur le thème de Jack l’Eventreur. Dans un noir et blanc expressionniste, le cinéaste met en scène un compositeur qui, en présence de bruits dissonants, perd la raison et commet des crimes, le tout dans un Londres victorien des plus angoissants. Le criminel est incarné par un acteur lui aussi peu connu, Laird Cregar, géant au regard de fou, que la mort prématurée à 31 ans empêcha de connaître plus grande carrière. Remarquablement mis en scène, Hangover Square tient en haleine jusqu’à un final complètement fou! Une vraie découverte!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie restaurée d’une netteté à toute épreuve!

BONUS:

4.5

On trouve plusieurs interventions toutes passionnantes: Guillemette Odicino, critique, qui revient sur la genèse du film, Stephan Oliva, musicien qui revient sur la musique de Bernard Hermann et enfin François Guérif sur le roman d’origine.

VERDICT:

4.5

Une pépite à découvrir dans une superbe édition!

Disponible en Bluray (19.99 euros) chez Rimini Editions dès le 3 janvier

Critique Bluray: 120 Battements par minute

617bAYWg2YL._SL1000_.jpg

Réalisation Robin Campillo
Scénario Robin Campillo
Philippe Mangeot
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films de Pierre
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 135 minutes
Sortie 23 Août 2017

LE FILM:

5

Début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d’Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l’indifférence générale. 
Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean.

Après les Revenants et Eastern Boys, Robin Campillo réalise son troisième film que les festivaliers de Cannes avaient auréolé du titre de « Palme du Coeur », le film décrochant finalement un « Grand Prix »! Campillo a voulu parler de son expérience de militant d’Act Up dans les années 90 et décrit durant les deux heures quinze du film le quotidien d’un groupe de militants, entre les réunions hebdomadaires (les RH) et les actions coup de poing. Pour mieux nous plonger dans ce quotidien, entre combat contre la maladie et rage du manque de reconnaissance de l’Etat, Campillo dilate les scènes au maximum et multiplie les détails à la manière d’un documentaire. Malgré ce parti pris, 120 Battements par minute ne faiblit jamais et trouve son souffle dans ses personnages, tous impeccablement travaillés, Adèle Haenel, la « star », ne tirant jamais la couverture à elle. Si Campillo ne recule devant rien, que ce soit dans les scènes de sexe ou dans la description de la maladie, il ne cherche jamais à choquer mais juste à marquer les esprits. Passionnant et instructif, 120 Battements par minute est surtout un plaidoyer pour le militantisme de toutes natures à la fois plein de vie et terriblement émouvant! On claque des doigts!

TECHNIQUE:

4.5

Impeccable!

BONUS:

2.5

Outre quelques images des répétitions de la scène des pom pom girls, on trouve un commentaire audio du réalisateur. On aurait aimé un making of ou un module sur la présentation à Cannes…

VERDICT:

4.5

Le Film de l’année! Indispensable!

Disponible en Bluray (19.99 euros) chez Memento Films


Critique Bluray: Dunkerque

71Xz8dSLW4L._SL1000_

Titre original Dunkirk
Réalisation Christopher Nolan
Scénario Christopher Nolan
Acteurs principaux
Sociétés de production Syncopy Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la France France
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Genre guerre
Durée 106 minutes1
Sortie 19 juillet 2017

LE FILM:

5

Le récit de la fameuse évacuation des troupes alliées de Dunkerque en mai 1940.

Pour son neuvième long métrage, Christopher Nolan délaisse la science-fiction (Inception, Interstellar) ou « Batman » pour son premier film historique. Avec « Dunkerque », il s’intéresse en effet à l’opération Dynamo , l’évacuation de près de 300 000 soldats du piège dans lequel ils se retrouvaient pris, à Dunkerque, acculés par l’armée allemande sur terre ou dans les airs. Loin d’être un film de guerre classique, didactique, « Dunkerque » est presque un survival, quasiment dépourvu de dialogues. On suit trois histoires distinctes: une heure dans un chasseur avec un pilote anglais (Tom Hardy), une journée dans un bateau civil réquisitionné pour aller chercher des militaires à Dunkerque et une semaine avec des soldats en attente d’évacuation, entre la plage et la jetée. La musique d’Hans Zimmer, organique et puissante, remplace les dialogues, seulement secondée par le son de la guerre (avions, bombes, torpilles, balles…). Durant 1h45 (film le plus court de son réalisateur!), le spectateur est jeté au coeur de l’action comme rarement depuis « le Soldat Ryan » de Spielberg, sans effusions de sang (le film est tous publics) mais une réelle immersion! On ressort bluffé par la mise en scène époustouflante de Nolan et rassuré qu’à l’air du tout numérique, un cinéaste assure le spectacle, à l’ancienne! L’UN si ce n’est LE grand film de l’année!

TECHNIQUE:

5

Un Bluray de référence à tous les niveaux!

BONUS:

5

Un second bluray est entièrement consacré à un making of passionnant de près de deux heures décliné en plusieurs modules sur tous les aspects du projet!

VERDICT:

5

Un classique du film de guerre dans une édition parfaite!

Disponible en Bluray ( 19.99 euros) chez Warner Bros

Critique Bluray: Sleepless

61NKtEpiO6L._SL1000_.jpg

Réalisation Baran bo Odar
Scénario Andrea Berloff
Sociétés de production Reliance Entertainment
Vertigo Entertainment
FilmNation Entertainment
Open Road Films
Riverstone Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 95 minutes
Sortie 9 Août 2017

LE FILM:

3

Une grosse livraison de cocaïne destinée à la mafia est détournée. Vincent Downs et Sean Tip, deux flics de Las Vegas, sont rapidement suspectés. La police des polices les met sous pression. La mafia aussi. En kidnappant le fils de Downs, la mafia franchit la ligne blanche : blessé et traqué, Downs va devenir un adversaire brutal et impitoyable. Il est prêt à tout pour sauver son fils et il n’a qu’une nuit devant lui.

Remake américain d’un film français, « Nuit Blanche », « Sleepless » est fait pour contenter les amateurs d’action movies burnés avec le casting ad’hoc, notamment Jamie Foxx. Le film multiplie les scènes d’action au détriment d’un scénario original et convaincant. On passe un bon moment mais le film ne restera pas dans les mémoires tant l’intrigue est téléphonée.

TECHNIQUE:

4.5

Nickel!

BONUS:

1

Une interview mini des deux acteurs principaux et quelques scènes coupées, un peu pauvre…

VERDICT:

3

Un polar efficace mais oubliable!

Disponible en DVD (16.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez TF1 VIDEO

 

Critique Bluray: Baby Driver

71lpVwUR5EL._SL1000_.jpg

Réalisation Edgar Wright
Scénario Edgar Wright
Acteurs principaux
Sociétés de production Media Rights Capital
Big Talk Productions
Working Title Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre comédie policière
Durée 113 minutes

LE FILM:

3.5

Chauffeur pour des braqueurs de banque, Baby a un truc pour être le meilleur dans sa partie : il roule au rythme de sa propre playlist. Lorsqu’il rencontre la fille de ses rêves, Baby cherche à mettre fin à ses activités criminelles pour revenir dans le droit chemin. Mais il est forcé de travailler pour un grand patron du crime et le braquage tourne mal… Désormais, sa liberté, son avenir avec la fille qu’il aime et sa vie sont en jeu.

Après la trilogie « Cornetto »et « Scott Pilgrim », Edgar Wright est débarqué du projet « Ant Man ». La déception passée, le cinéaste britannique s’attaque à un projet auquel il pense depuis une vingtaine d’années, « Baby Driver ». A travers le polar, il s’amuse avec l’importance de la musique au cinéma. Son héros, Baby, passe tout son temps les écouteurs sur les oreilles et ne conçoit pas sa vie sans le support des morceaux enregistrés sur ses différents ipods. Si le scénario rappelle grandement le « Drive » de Winding Refn et si le film évoque le Cinéma de Tarantino, « Baby Driver » est un film gadget et comme tous les gadgets, on peut s’en passer mais on adore ça! Wright rythme ses nombreuses scènes d’action par une BO 70’s-80’s allant jusqu’à les rythmer par les bruits des armes à feu! Le résultat est ultra fun et souvent jubilatoire!

TECHNIQUE:

5

Un must à tous les niveaux! Un bluray de démo!

BONUS:

5

Un must également côté bonus avec des scènes coupées, making of, storyboards, audition, répétitions, clips…

VERDICT:

4

Une édition top pour le film fun de l’année!

Disponible en Bluray (19.99 euros) chez SPHE