Critique Bluray: La Mule

61sMFzRQcJL._SL1000_

Titre original The Mule
Réalisation Clint Eastwood
Scénario Nick Schenk
Acteurs principaux
Sociétés de production Malpaso Productions
Warner Bros.
Imperative Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame biographique
Durée 116 minutes
Sortie 23 janvier 2018

LE FILM:

5

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain…

Il y a seulement quelques mois, Clint Eastwood réalisateur nous gratifiait de l’un de ses plus mauvais films que l’on priait qu’il ne soit pas le dernier, à 88 ans, « le 15h17 pour Paris« ! Heureusement non, le revoilà également devant la caméra, dix ans après « Gran Torino »! Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Eastwood ne se lance pas dans le film animalier mais dans l’histoire d’une mule, un passeur de drogue, mais d’un genre un peu différent! Inspiré d’une histoire vraie, le nouveau film d’Eastwood met en scène Earl Stone, un octogénaire qu’internet vient de ruiner. Rejeté par sa famille qu’il a négligée toute sa vie, il accepte de convoyer des sacs, dans un premier temps non identifiés, en échange de grosses sommes d’argent. Quand il s’apercevra de la nature des marchandises qu’il transporte, il continuera malgré tout. Dans le même temps un agent de la DEA entreprend de faire le coup de filet de sa vie. A côté de ses activités illicites, il tente de renouer les liens avec sa famille avant qu’il ne soit trop tard. Si Eastwood a souvent joué avec son âge, il apparaît pour la première fois tel qu’il est, un homme de bientôt 90 ans, avec une démarche et des mains qui ne trompent pas. Si son physique ne fait pas le poids à côté des chicanos qu’il fréquente, son esprit lui, tient largement la distance et il en joue, force répliques cinglantes comme lorsqu’il conseille à l’un de ses « employeurs » qui en a plein le cul de lui d’ »aller chez le proctologue »! Son aventure picaresque où chacun de ses « voyages » lui fait battre de nouveaux records est souvent drôle, toujours prenante alors que l’on sent l’étau se resserrer mais l’issue du périple d’Earl Stone est pleine d’émotion, résonnant comme un chant du cygne pour l’un des derniers géants d’Hollywood! Bravo!

TECHNIQUE:

4.5

Impeccable!

BONUS:

2.5

Outre un clip de la chanson du générique, on trouve un court making of d’une dizaine de minutes sans grand intérêt.

VERDICT:

4.5

Une édition minimaliste pour l’un des grands films d’Eastwood!

Disponible en DVD, bluray et bluray 4K chez Warner Bros

Publicités

Critique Bluray: Le Retour de Mary Poppins

71UKplgUYiL._SL1000_.jpg

Titre original Mary Poppins Returns
Réalisation Rob Marshall
Scénario David Magee
Acteurs principaux
Sociétés de production Marc Platt Productions
Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre fantastique
Durée 130 minutes
Sortie 19 décembre 2018

LE FILM:

4.5

Michael Banks travaille à la banque où son père était employé, et il vit toujours au 17 allée des Cerisiers avec ses trois enfants, Annabel, Georgie et John, et leur gouvernante Ellen. Comme sa mère avant elle, Jane Banks se bat pour les droits des ouvriers et apporte son aide à la famille de Michael. Lorsque la famille subit une perte tragique, Mary Poppins réapparaît magiquement dans la vie de la famille. Avec l’aide de Jack, l’allumeur de réverbères toujours optimiste, Mary va tout faire pour que la joie et l’émerveillement reviennent dans leur existence… Elle leur fera aussi découvrir de tout nouveaux personnages plein de fantaisie, dont sa cousine, l’excentrique Topsy.

Plus de cinquante ans après les premières aventures de la nounou Mary Poppins, Disney remet le couvert! Alors qu’Hollywood ne fait plus que recycler des recettes qui ont marché, parfois avec réussite souvent beaucoup moins, on avait tout à craindre de ce retour. Rob Marshall ne cherche pas à moderniser l’original: l’histoire se déroule toujours dans le Londres du début du 20ème siècle et la forme est la même avec notamment ce mélange entre film et dessin animé, à l’ancienne. Emily blunt compose une Mary Poppins des plus convaincante et le reste du casting est au diapason (Ben Wishaw, Colin Firth…), une petite réserve cependant pour le personnage incarné par Meryl Streep, un peu too much! Histoire touchante sur fond d’expropriation, scènes animées poétiques, chorégraphies emballantes (notamment le ballet des allumeurs de réverbères top!), magie à tous les niveaux, ce retour de Mary Poppins est une jolie réussite qui ravira petits et grands !

TECHNIQUE:

4.5

Un must à tous niveaux!

BONUS:

3.5

Si l’ensemble des bonus est très orienté promo, le contenu est là!

On trouve ici:

Version karaoké du film
Le retour de Dick Van Dyke
Bêtisier
Un nouveau point de vue sur les numéros musicaux
Making of
Chanson coupée : « Le zoo anthropomorphique »
Scènes coupées :
– « Au revoir »
– « Luminomagifantastique »

VERDICT:

4.5

Une suite qui mérite l’investissement!

Disponible En DVD, Blu-Ray, coffret Mary Poppins/Le Retour de Mary Poppins et en VOD depuis le 26 avril chez Disney DVD 

-les films comiques favoris des spectateurs

Critique Bluray: Miracle en Alabama

61Icv2ubejL._SL1444_.jpg

Titre original The Miracle Worker
Réalisation Arthur Penn
Scénario William Gibson
Acteurs principaux
Sociétés de production Playfilm Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 106 minutes
Sortie 10 octobre 1962

LE FILM:

4

Helen Keller a 12 ans. Elle ne voit pas, n’entend pas et présente tous les symptômes dune déficience mentale. Ses parents font appel à Annie Sullivan, éducatrice aux méthodes révolutionnaires, et elle-même mal-voyante. Les premiers contacts entre l’enfant et l’éducatrice sont difficiles et parfois violents.

Deuxième film d’Arthur Penn après « le Gaucher », « miracle en Alabama » est tiré d’une histoire vraie, celle de la jeune Helen Keller, jeune enfant sourde et malvoyante qui, grâce à sa rencontre avec une éducatrice, Annie Sullivan, va petit à petit apprendre à communiquer.

Penn nous offre une plongée radicale dans le handicap et le regard que portent les gens « normaux » sur lui. Sauvage et indomptable, la petite Helen tentait simplement de communiquer dans un monde pas fait pour elle, celui du Sud des Etats-Unis, et au sein d’une famille qui la rejetait plutôt que d’essayer de la comprendre. Si le film sent parfois le film à thèse, « Miracle en Alabama » est tout de même d’une importance capitale et offre à ses deux interprètes, Anne Bancroft et Patty Duke, l’occasion de livrer deux partitions sans fausses notes! Un film à (re)découvrir absolument dans une copie éblouissante!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie sans défaut! Un noir et blanc de toute beauté!

BONUS:

2.5

Seul bonus, une longue analyse du toujours parfait Frédéric Mercier!

VERDICT:

4

Un grand film sur la différence à réhabiliter!

Disponible en Bluray (19.99 euros) chez Rimini Editions

Critique Bluray: Premières Vacances

71MCbCpvi9L._SL1500_.jpg

Réalisation Patrick Cassir
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Sortie 2 janvier 2019

LE FILM:

3

Marion et Ben, trentenaires et parisiens, font connaissance sur Tinder. C’est à peu près tout ce qu’ils ont en commun , mais les contraires s’attirent, et ils décident au petit matin de leur rencontre de partir ensemble en vacances malgré l’avis de leur entourage. Ils partiront finalement… en Bulgarie, à mi-chemin de leurs destinations rêvées : Beyrouth pour Marion, Biarritz pour Ben. Sans programme précis et, comme ils vont vite le découvrir, avec des conceptions très différentes de ce que doivent être des vacances de rêve…

Premier film de Patrick Cassir, co-écrit avec sa compagne Camille Chamoux, « Premières vacances » est un mélange de comédie pure et de rom-com plutôt réussie notamment dans une première partie vraiment hilarante. Il faut dire que Jonathan Cohen est d’une telle puissance comique qu’il est difficile de résister à ce personnage de trentenaire un peu maniaque et avide de luxe qui se retrouve avec une baroudeuse dans des situations ô combien compliquées! Un bon moment !

TECHNIQUE:

4.5

Un sans faute!

BONUS:

2.5

On trouve ici une interview du réalisateur ainsi qu’une interview des deux comédiens dont Camille Chamoux, co-scénariste et compagne du réalisateur.

VERDICT:

3

Une première comédie qui vaut le coup d’oeil ne serait-ce que pour l’impayable Jonathan Cohen!

Disponible en DVD et bluray (19.99 euros) chez LE PACTE dès le 8 mai

 

Critique Bluray: The Intruder

812sQaTAhHL._SL1500_.jpg

Titre original The Intruder
Réalisation Roger Corman
Scénario Charles Beaumont
d’après son roman
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Thriller

LE FILM:

4.5

Caxton, petite ville du sud des États-Unis, dans les années 1950. Un homme en complet blanc descend d’un car, valise à la main, et se rend à l’hôtel le plus proche. Il se nomme Adam Cramer et travaille pour une organisation « à vocation sociale ». Ce n’est pas un hasard s’il se trouve à Caxton, la ville ayant récemment voté une loi en faveur de la déségrégation, autorisant un quota d’élèves noirs à intégrer un lycée fréquenté par des Blancs. Adam Cramer souhaite enquêter auprès des habitants pour savoir ce qu’ils pensent de cette réforme. Cet homme charismatique et beau parleur va rapidement semer le trouble dans la ville…

Si Roger Corman est connu comme le roi de la série B, aussi bien en tant que réalisateur que comme producteur, il est l’auteur de quelques bijoux comme « The Intruder » que l’éditeur Carlotta nous permet de (re)découvrir. Alors que les suprématistes Blancs font parler d’eux dans de nombreux pays comme les Etats-Unis, la vision de « The Intruder » permet de voir à quel point la situation n’a parfois pas tellement évolué. William Shatner interprète ici un étranger qui débarque dans une petite bourgade du Sud des Etats-Unis qui s’apprête à accueillir pour la première fois des étudiants Noirs malgré la réprobation des habitants. Cet homme apparemment bien sous tous rapports est en fait là pour mettre le feu aux poudres d’une ville déjà sous haute tension. Filmé comme un film fantastique avec des cadrages bizarres et inquiétants, le film expose crûment une réalité cauchemardesque en totale opposition avec l’apparente normalité des protagonistes. Un véritable brûlot à voir absolument!

TECHNIQUE:

4.5

Une superbe copie sans accrocs!

BONUS:

1.5

Seul bonus, une petite interview de Roger Corman et William Shatner qui reviennent sur le contexte du tournage et les subterfuges utilisés par le cinéaste pour tourner en « décors naturels » sans éveiller l’animosité de la population!

VERDICT:

4.5

Un brûlot à voir absolument dans une très belle copie!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Carlotta Films dès le 10 avril

Critique Bluray: A star is born

6189bvo+8XL._SL1000_.jpg

Réalisation Bradley Cooper
Scénario Bradley Cooper
Eric Roth
Will Fetters
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Live Nation Productions
MGM
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre DrameMusicalRomance
Durée 136 minutes
Sortie 3 octobre 2018

LE FILM:

3

Star de country un peu oubliée, Jackson Maine découvre Ally, une jeune chanteuse très prometteuse. Tandis qu’ils tombent follement amoureux l’un de l’autre, Jack propulse Ally sur le devant de la scène et fait d’elle une artiste adulée par le public. Bientôt éclipsé par le succès de la jeune femme, il vit de plus en plus de mal son propre déclin…

Pour son premier film en tant que réalisateur, Bradley Cooper réinvestit le classique « A star is born » pour la quatrième fois dans l’histoire du Cinéma. Pour interpréter le rôle de la star naissante, il fait confiance à la pop star Lady Gaga et il interprète lui-même le rôle de Jackson Maine, le chanteur reconnu qui lui donnera sa chance et l’épousera. Le film vaut pour ses scènes de concert vraiment bien mises en scène et très immersives ainsi que pour la BO folk des plus emballantes, avec une mention spéciale à « Shallow » qui donne au film sa meilleure scène avec dressage de poils assuré. Bradley Cooper offre une prestation très convaincante en musicien (chose qu’il n’était pas à la base!) avec un travail remarquable sur la voix. La chanteuse s’en sort plus que bien et permettra à ceux qui ne la connaitraient pas encore de découvrir sa voix phénoménale. A part ça, ceux qui ont vu l’une des versions précédentes n’auront guère de surprise tant Cooper a respecté à la lettre l’histoire originale mais les amateurs de mélo sirupeux écraseront à coup sûr leur petite larme!

TECHNIQUE:

4.5

Un pur régal à tous les niveaux et une ambiance de concert totalement dingue!

BONUS:

3.5

Outre les séquences musicales isolées et quelques clips, on trouve également des scènes coupées et un « making of » d’une trentaine de minutes sympathique!

VERDICT:

3

Les amateurs de romantisme échevelé apprécieront!

Disponible en DVD et Bluray (24.99 euros) chez Warner Bros

Critique Bluray: Nos Batailles

71Sj0YPhpAL._SL1500_.jpg

Réalisation Guillaume Senez
Scénario Guillaume Senez et Raphaëlle Valbrune-Desplechin
Acteurs principaux
Sociétés de production Iota Production
Les Films Pelléas
Pays d’origine Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 98 minutes
Sortie 3 octobre 2018

Le Film:

4.5

Olivier se démène au sein de son entreprise pour combattre les injustices. Mais du jour au lendemain quand Laura, sa femme, quitte le domicile, il lui faut concilier éducation des enfants, vie de famille et activité professionnelle. Face à ses nouvelles responsabilités, il bataille pour trouver un nouvel équilibre, car Laura ne revient pas.

Trois ans après l’excellent « Keeper » qui montrait comment un jeune garçon allait gérer une paternité prématurée, le cinéaste  Guillaume Senez brosse un nouveau portait d’homme. Olivier, marié et père de deux enfants, est également très investi dans son entreprise, notamment au niveau syndical. Tellement investi que, même s’il est fou d’amour pour sa femme, il ne voit pas les tourments que celle-ci traverse. Un soir, elle est partie, sans rien dire, sans laisser de mot, sans dire où ni pour combien de temps. La charge mentale dont on parle tant chez les femmes qui doivent tout assumer, vie familiale comme vie professionnelle, va donc être d’un coup transférer sur les épaules d’Olivier, partagé entre incompréhension et colère. Les femmes qui l’entourent, sa mère et sa soeur, vont l’aider à assumer ce nouveau rôle mais aussi à comprendre ce qui se passe. Avec une grande finesse et délicatesse, Senez démontre comment la violence sociale, celle du monde du travail, insidieusement, impacte la vie privée. Il offre également une belle réflexion sur le couple et la paternité. Romain Duris est époustouflant ainsi que les seconds rôles tous parfaits, notamment Laure Calamy qui semble faire une carrière sans faute de goût et Laetitia Dosch encore une fois magnifique. Un bijou!

TECHNIQUE:

4.5

Aucun souci!

BONUS:

3.5

On trouve ici une interview du réalisateur à Cannes, quelques scènes du film commentées par le réalisateur, quelques scènes coupées commentées également et enfin « UHT », un court métrage de Guillaume Senez.

VERDICT:

4.5

L’un des très beaux films de 2018!

Disponible en DVD et bluray (19.99 euros) chez BLAQ OUT dès le 18 février