CRITIQUE BLU-RAY: LE PETIT CESAR

le_petit_cesar

LE FILM: 8.5/10

L’ascension et la déchéance de Rico Bandello. Mû par la soif de devenir quelqu’un, Rico Bandello rejoint une bande de Sam Vettori et, petit à petit, prend la place des patrons…

Réalisé en 1931 par Mervin LeRoy, cinéaste prolifique à qui l’on doit entre autres « la Valse dans l’ombre » ou « Johnny Roi des Gangsters« , ce Petit Cesar marque les grands débuts d’un des grands acteurs de l’âge d’or hollywoodien, Edward G. Robinson, dont c’est le quatrième film mais déjà l’un de ses rôles marquants. Retraçant l’ascension et la chute d’un gangster sans pitié, le film de LeRoy marque une étape importante de l’histoire du cinéma car il établit les règles du film de gangster, spécialité hollywoodienne par excellence: la ville, les voitures, les armes, les costumes, toute une iconographie qui nous paraît maintenant si familière.

LE-PETIT-CESAR-1

Autre spécificité du film, il se place pour la première fois du côté du gangster alors que jusque là les films prenaient le parti de la justice. Le Petit César, au-delà de ses propres qualité notamment dans la mise en scène, a donc une vraie valeur pour qui s’intéresse à l’histoire du 7ème art, se posant comme un jalon incontournable du genre.

TECHNIQUE: 8/10

Même si le résultat n’est pas d’une grande régularité sur la durée du métrage avec quelques plans largement en dessous en terme de grain et de définition, l’ensemble est amplement satisfaisant compte tenu de l’âge du film!

BONUS: 8/10

Comme souvent pour ces éditions de classique, Warner offre la possibilité de visionner le film dans les conditions de projection de l’époque, c’est-à-dire précédé d’un court-métrage (ici avec Spencer Tracy), d’un dessin animé (un Mickey en N et B) et d’actualités. D’autre part, on trouve également un documentaire sur le film de grand intérêt (17 mins).

VERDICT: 9/10

Un jalon important de l’histoire du Cinéma enfin en HD!

Disponible en blu-ray (14.99 euros) chez Warner Bros

CRITIQUE DVD: LA VALSE DANS L’OMBRE

LE FILM:

 

Londres, 1917. Myra tombe amoureuse de Roy, un officier, sur le pont de Waterloo pendant un raid aérien. Plus tard, l’armée annoncera qu’il est tombé sous le feu de l’ennemi. Le cœur brisé, Myra sombre dans la prostitution. Mais parfois l’histoire se répète…

Quand l’ultra-prolifique Mervyn LeRoy (plus de 60 films en 40 ans de carrière) s’attaque au pur mélodrame, il confirme qu’il est à l’aise dans tous les genres, et se montre à la hauteur du spécialiste du genre Douglas Sirk. Ne tombant jamais dans la mièvrerie, sa mise en scène inspirée distille une atmosphère onirique qui nous transporte d’un bout à l’autre. Les interprètes n’y sont pas pour rien; les deux immenses stars qu’étaient Vivien Leigh et Robert Taylor donnent un cachet particulier au film, vraiment digne du studio au lion. Tout y est: deux personnages magnifiques (le soldat et la danseuse) tombant amoureux au premier regard, les évènements se liguant contre eux, puis quand tout peut s’arranger, l’un des personnages qui se sacrifie. Tragique mais magnifique! Et la copie est inouïe, que ce soit au niveau du son que de l’image d’une pureté incroyable!


LES BONUS:

Outre les filmographies et galerie photos, un entretien avec Olivier-René Veillon (13’). Mais le bonus le plus important se trouve sur le second DVD, la version de James Whale de « Waterloo bridge » de 1931. Non seulement c’est un excellent film mais il est très différent de la version de LeRoy que ce soit au niveau du scénario qui ne véhicule pas du tout les mêmes enjeux (je n’en dis pas plus afin de ne pas spoiler) que de l’esprit du film beaucoup plus cru et plus du tout dans l’onirisme. Cette version est présentée également dans une copie impeccable!

VERDICT:

Un DVD à posséder absolument comme la plupart des titres de cette collection!

Disponible en double DVD (19,99 euros) chez Wild Side Video dans la collection Les Introuvables dès le 29 février.