Critique Bluray: Assurance sur la Mort

81dnet-Y-8L._SL1500_

  • Réalisé par :
    Billy Wilder
  • Avec :
    Fred MacMURRAY, Barbara STANWYCK, Edward G. Robinson…
  • Durée :
    1h47min
  • Pays de production :
     Etats-Unis
  • Année de production :  1944
  • Titre original : DOUBLE INDEMNITY
  • Distributeur :
    PARAMOUNT

LE FILM: 10/10

Agent d’assurances, Walter Neff est fasciné par Phyllis Dietrichson, l’une de ses clientes. Ensemble, ils préparent l’assassinat de son mari, non sans que Walter n’ait fait souscrire à ce dernier une police d’assurance vie…

Chef d’oeuvre absolu que ce quatrième film de Billy Wilder. Classique et référence absolue du film noir, Assurance sur la Mort s’ouvre sur la confession de Walter Neff avouant avoir tué le mari de Phyllis Dietrichson. S’il n’y a donc plus de suspense sur l’identité de la victime comme de l’assassin, ce bijou scénaristique joue tout le film sur le sort des amants criminels sur lesquels la fatalité semble s’acharner! Wilder rend non seulement le crime banal avec un assassin, Monsieur Toutlemonde, mais s’amuse avec le spectateur avec son écriture finement ciselée.

assurance sur la mort

La mise en scène, brillante, sublime l’ensemble, soutenue par un trio d’acteurs au cordeau, Fred McMurray, Barbara Stanwyck idéale dans ce rôle de manipulatrice vénale et le génial Edward G. Robinson en assureur à qui on ne l’a fait pas!

L’un des plus grands films de tous les temps!

TECHNIQUE: 7/10

Une copie honnête malgré un grain assez présent mais pas de différence vraiment frappante avec la précédente édition DVD de Carlotta. Les deux versions audio sont en HD!

BONUS: 7/10

On trouve ici les mêmes bonus que sur l’édition DVD parue en 2006, à l’exception d’une version téléfilm ici absente. On trouve donc un commentaire audio d’un historien et d’un scénariste,  un documentaire sur le film et un autre sur le travail de Billy Wilder.

VERDICT: 10/10

Indispensable évidemment!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Carlotta Films

 

Publicités

CRITIQUE DVD: LA MAISON DES ETRANGERS

Capture

 

  • Réalisé par :  Joseph L. Mankiewicz
  • Avec : Susan HAYWARD , Richard CONTE , Luther ADLER …
  • Année de production :  1949
  • Titre original : HOUSE OF STRANGERS
  • Distributeur :
    FOX

LE FILM: 8.5/10

A sa sortie de prison, l’avocat Max Monetti rend visite à ses trois frères Joe, Pietro et Tony, qui ont évincé leur père Gino à la tête de sa banque. Mais il est refoulé et même menacé de mort. L’éclatement de la famille remonte à l’inculpation du patriarche pour ses actions frauduleuses. Max, son fils préféré, a choisi de le défendre lors du procès, tandis que ses frères le laissèrent aux prises avec la justice. C’est pour avoir cherché à corrompre un magistrat que Max a été en prison. Gino demande à Max sitôt libre de le venger, mais ce dernier ne le fait pas. Il préfère partir de la « maison des étrangers » et vivre auprès d’Irene, son ancienne liaison.

316098_f59f510e5891174b9a2c932c875f1ccd

Splendeur et décadence du rêve américain, voilà un titre qu’on aurait pu donner à ce film méconnu de Joseph L.Mankiewicz. Sorti en 1950, juste après Chaines Conjugales et avant la Porte s’ouvre, la Maison des Etrangers tient autant de la fresque familiale que de la critique d’une société régie par l’argent. Construit comme souvent chez Mankiewicz autour d’un long flashback qui vise à nous expliquer comment et pourquoi Max Monetti a passé sept ans en prison et quelles sont les origines de sa soif de vengeance envers ses frères. Le personnage décédé, le père,  Gino, interprété par le magnifique Edward G.Robinson (prix d’interprétation au festival de Cannes), est la clé de voûte de l’histoire. Cet immigré italien qui a fait sa fortune dans la finance, ne vit sa vie qu’à travers l’argent, négligeant sa famille. Si Max trouve grâce à ses yeux, ses autres fils n’ont droit qu’aux insultes et autres quolibets, créant ainsi une jalousie qui entraînera la famille au clash. Magnifiquement écrit et interprété, la Maison des Etrangers bénéficie d’une somptueuse mise en scène dont le lent travelling dans les escaliers sur un air d’opéra symbolise à merveille l’ascension de Gino. Le Rêve américain et le revers de la médaille…

TECHNIQUE: 8/10

Très belle copie qu’un léger grain et quelques taches ne sauraient ternir. Côté son, une seule VO disponible, de très bonne facture.

BONUS: 0/10

Rien du tout!

VERDICT: 8.5/10

L’un des rares Mankiewicz à n’avoir jamais été édité, et non des moindre! Indispensable!

Disponible en DVD (13 euros) dans les magasin FNAC et FNAC.COM

 

CRITIQUE BLU-RAY: LE PETIT CESAR

le_petit_cesar

LE FILM: 8.5/10

L’ascension et la déchéance de Rico Bandello. Mû par la soif de devenir quelqu’un, Rico Bandello rejoint une bande de Sam Vettori et, petit à petit, prend la place des patrons…

Réalisé en 1931 par Mervin LeRoy, cinéaste prolifique à qui l’on doit entre autres « la Valse dans l’ombre » ou « Johnny Roi des Gangsters« , ce Petit Cesar marque les grands débuts d’un des grands acteurs de l’âge d’or hollywoodien, Edward G. Robinson, dont c’est le quatrième film mais déjà l’un de ses rôles marquants. Retraçant l’ascension et la chute d’un gangster sans pitié, le film de LeRoy marque une étape importante de l’histoire du cinéma car il établit les règles du film de gangster, spécialité hollywoodienne par excellence: la ville, les voitures, les armes, les costumes, toute une iconographie qui nous paraît maintenant si familière.

LE-PETIT-CESAR-1

Autre spécificité du film, il se place pour la première fois du côté du gangster alors que jusque là les films prenaient le parti de la justice. Le Petit César, au-delà de ses propres qualité notamment dans la mise en scène, a donc une vraie valeur pour qui s’intéresse à l’histoire du 7ème art, se posant comme un jalon incontournable du genre.

TECHNIQUE: 8/10

Même si le résultat n’est pas d’une grande régularité sur la durée du métrage avec quelques plans largement en dessous en terme de grain et de définition, l’ensemble est amplement satisfaisant compte tenu de l’âge du film!

BONUS: 8/10

Comme souvent pour ces éditions de classique, Warner offre la possibilité de visionner le film dans les conditions de projection de l’époque, c’est-à-dire précédé d’un court-métrage (ici avec Spencer Tracy), d’un dessin animé (un Mickey en N et B) et d’actualités. D’autre part, on trouve également un documentaire sur le film de grand intérêt (17 mins).

VERDICT: 9/10

Un jalon important de l’histoire du Cinéma enfin en HD!

Disponible en blu-ray (14.99 euros) chez Warner Bros

CRITIQUE DVD: QUINZE JOURS AILLEURS

11770-product

LE FILM: 8/10

Après divers déboires, sentimentaux et professionnels, suivis de six ans en clinique psychiatrique, Jack Andrus est rappelé à Rome pour un tournage durant quinze jours. Jack remplace à la hâte le metteur en scène tombé malade, qui voit là une véritable trahison. Sur le plateau, Jack retrouve son ex-femme, Carlotta, qui lui fera des avances pour ensuite le bafouer. Mais il tombera amoureux de Véronica, la maîtresse d’un jeune premier, qui jaloux, veut le tuer.

TWO WEEKS IN ANOTHER TOWN [US 1962] KIRK DOUGLAS, DALIAH LAVI

Alors qu’il enchaîne les grands films comme Gigi ou les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, Vincente Minnelli résonne un comme un cri d’alarme contre ce nouvel Hollywood qui se dessine, un Hollywood qui néglige l’artistique pour privilégier l’aspect mercantile.

Le réalisateur qu’incarne l’excellent Edward G. Robinson se retrouve en effet confronté à un producteur qui ne connait pas grand chose à l’art mais maîtrise les recettes pour gagner de l’argent! Quant à la star incarnée par Kirk Douglas, elle se retrouve condamnée à superviser le doublage d’un film à cause de son passé d’alcoolique. Reprenant une thématique identique à celle des Ensorcelés (dont des extraits sont même utilisés dans le film), Minnelli dresse un portrait pessimiste de l’industrie hollywoodienne et montre tout le malaise qu’il ressent. Remarquablement interprété Quinze Jours Ailleurs montre surtout un Minnelli au sommet de son art! Point d’orgue du film, une scène en voiture tout simplement hallucinante!

Un excellent film à (re)découvrir absolument.

TECHNIQUE: 9/10

Une très belle copie aux couleurs éclatantes!

BONUS: 8/10

Outre la bande-annonce et une galerie photos, on trouve une présentation du film par Jean Douchet (12 mins)

Disponible en DVD (14,99 euros) chez Wild Side Video dans la collection les Introuvables dans les magasins Fnac et Fnac.com.

 

CRITIQUE DVD: LES SEPT VOLEURS

jaquette

LE FILM: 8/10

Professeur et scientifique disgracié, Theo Wilkins attend que son vieil ami Paul Mason sorte de prison pour organiser le casse du plus important des casinos de Monte-Carlo. Sa façon de se venger de la société. Avec cinq autres complices, dont une femme, Mason et Wilkins mettent leur plan à exécution le soir où l’établissement accueille un bal fastueux donné par un gouverneur. Si les deux hommes sont certains d’avoir tout prévu, ils doivent faire preuve d’imagination et de sang froid pour surmonter une série d’épreuves inattendues.

Film de braquage réalisé en 1960 par Henry Hathaway, « les Sept Voleurs » respecte à la lettre le canevas de ce genre de films. La première moitié du film montre la préparation du casse, et la seconde moitié voit le casse et le dénouement.
Malgré une première partie un peu bavarde, la classe de la mise en scène d’Hathaway et son casting trois étoiles emportent l’adhésion du spectateur. On retrouve avec bonheur Edward G. Robinson en instigateur du casse, Rod Steiger dans le rôle du cerveau, Éli Wallach le froussard de la bande et la magnifique Joan Collins qui nous gratifie d’un magnifique numéro de danse.

les-sept-voleurs_48431_31246

Cerise sur le gâteau, le film nous réserve un final plein d’ironie vraiment réjouissant. Injustement tombé dans l’oubli, Les Sept Voleurs n’a rien à envier à Ocean’s Eleven!

Technique: 8,5/10

Une copie très satisfaisante proposée sur ce DVD! A noter l’absence de VF mais une Vo limpide!

BONUS: 7/10

Outre la bande annonce et une galerie photos, on trouve les traditionnelles présentations de Patrick Brion et François Guerif ainsi qu’un doc anecdotique sur le film noir.

VERDICT: 8/10

Une petite pépite à découvrir absolument!

Disponible en DVD (14,99 euros) chez Sidonis