Critique Bluray: Soudain l’été dernier

81vQhvJyPBL._SL1500_

Titre original Suddenly, Last Summer
Réalisation Joseph L. Mankiewicz
Scénario Gore Vidal
Tennessee Williams (pièce)
Acteurs principaux
Sociétés de production Horizon Pictures
Columbia Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 114 minutes
Sortie 1959

LE FILM:

5

Le docteur Cukrowicz vient de prendre ses fonctions à Lions View, un hôpital psychiatrique de La Nouvelle-Orléans, mais est rapidement découragé par le manque de moyens octroyés à l’établissement. C’est alors qu’il reçoit une étrange proposition de la part de Violet Venable, une riche notable qui vient de perdre son fils Sebastian dans des circonstances étranges. Celle-ci est prête à lever un fonds d’un million de dollars si le Dr Cukrowicz accepte de pratiquer une lobotomie sur sa nièce Catherine qui, selon elle, aurait perdu la raison depuis la mort de son cousin…

Après les deux échecs de « Blanches colombes et vilains messieurs » et « un Américain bien tranquille », Mankiewicz, réalise son seizième film en adaptant la pièce la plus personnelle de son auteur, Tennesse Williams. Celui-ci ne pardonna jamais à sa mère la lobotomie de sa soeur! La pièce est le matériau idéal pour le cinéaste pour y explorer des thèmes qui lui sont chers comme le secret ou le poids du passé. Remarquablement mis en scène et interprété par un somptueux trio d’acteurs Elisabeth Taylor, Katharine Hepburn et Montgomery Clift, « Soudain l’été dernier » est aussi marquant par l’audace des thèmes traités par un film de studio dont l’inceste, l’homosexualité… Un chef d’oeuvre à (re)découvrir!

TECHNIQUE:

4.5

Une somptueuse copie à tous points de vue avec une VO à privilégier tout de même à la VF!

BONUS:

2.5

On trouve principalement une superbe présentation du film par Michel Ciment.

VERDICT:

5

Un chef d’oeuvre indispensable!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Carlotta Films dès le 23 août

 

Publicités

Critique: Un Mariage à Boston

18381103.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original The Late George Apley
Réalisation Joseph L. Mankiewicz
Scénario Philip Dunne, George S. Kaufman, d’après le roman de John P. Marquand
Acteurs principaux
Sociétés de production Fred Kohlmar
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 96 min.
Sortie 1947

A Boston, en 1912, le vénérable George Apley est une des personnalités les plus respectées de la ville. Bostonien de souche, il veille à ce que ses enfants soient élevés dans le respect des traditions. Seulement voilà : un soir, George Apley surprend sa fille en train de faire une bataille de boules de neige avec un jeune homme qui n’a rien d’un gentleman de la haute-société…

Troisième film de Joseph L. Mankiewicz, tourné en 1947 juste avant « l’Aventure de Madame Muir », « Mariage à Boston » est avec « Escape », le seul film du cinéaste inédit en vidéo chez nous. Heureusement que les chaînes de cinéma sont là pour nous permettre d’enfin voir ce film. Mankiewicz nous brosse ici le portrait d’une famille bourgeoise de Boston mais surtout dépeint l’univers de la noblesse bostonienne, un monde à part et en voie de disparition. Si le père est à cheval sur les principes et les traditions d’un monde recroquevillé sur lui-même, ses enfants souhaitent, à travers leurs histoires d’amour respectives, briser les codes. Mankiewicz ne tombe pas dans la farce et nous offre une comédie légère, subtilement écrite et mise en scène. Un petit délice que les éditeurs français devraient nous offrir au plus vite.

4.5

Critique Bluray: Quelque part dans la nuit

61EUdxcj1gL._SL1052_.jpg

  • Réalisé par :
    Joseph L. Mankiewicz
  • Avec :
    John HODIAK, Nancy GUILD, Lloyd Nolan…
  • Durée :
    1h45min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  1946
  • Titre original : SOMEWHERE IN THE NIGHT

LE FILM:

4.5

George Taylor, soldat devenu amnésique après une blessure, revient à Los Angeles avec comme seuls repères sur son passé un nom qui ne lui dit rien, Larry Cravat, et la lettre haineuse d’une femme, morte entre-temps…

Deuxième film de Joseph L. Mankiewicz après le Château du Dragon, Quelque part dans la Nuit est un pur film noir qui s’appuie sur un scénario extrêmement malicieux. Sans star à l’affiche, le plus connu étant Richard Conte, le film nous immerge d’entrée avec une caméra subjective dans la peau d’un soldat amnésique. A partir de deux indices, il va tenter de faire la lumière sur un passé quelque peu ombrageux. Si l’acteur principal ne bénéficie pas d’un charisme à toute épreuve, il s’en sort avec les honneurs, et l’on suit ses aventures avec grand intérêt. Superbement écrit, Quelque part dans la nuit n’en est pas moins magnifiquement mis en scène, notamment avec quelques scènes brillantes dans l’hôpital psychiatrique ou sur les docks. Quant à la jeune Nancy Guild, elle joue d’un charme mystérieux à la Lauren Bacall qui participe à l’ambiance noire de ce petit chef d’oeuvre! A découvrir!

TECHNIQUE:

4.5

Magnifique copie restaurée avec une définition au top! A noter l’absence de VF.

BONUS:

3.5

Seul bonus, une excellente présentation de la carrière de Mankiewicz par l’inévitable Patrick Brion.

VERDICT:

4.5

Un film noir par un immense cinéaste, forcément indispensable!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez RIMINI EDITIONS

Critique Dvd: On Murmure dans la Ville

51nzGvZBxOL

  • Réalisé par :
    Joseph L. Mankiewicz
  • Avec :
    Cary Grant, Jeanne CRAIN, Hume Cronyn…
  • Durée :
    1h50min
  • Pays de production :
     Etats-Unis
  • Année de production :  1951
  • Titre original : PEOPLE WILL TALK
  • Distributeur :
    FOX/2004 : LES ACACIAS

LE FILM: 8.5/10

Noah Praetorius est un médecin en avance sur son temps. Pour lui, le soutien psychologique de ses patients est au moins aussi important que les traitements qu il leur prescrits. Sa générosité, son charme naturel et ses méthodes avant-gardistes séduisent. Mais alors qu il épouse Déborah, une jeune femme célibataire et enceinte d un autre, le Dr Elwell, jaloux, entreprend d enquêter sur son passé.

on-murmure-dans-la-ville_47081_45772

Quelques mois après son chef d’oeuvre Eve, Joseph L.Mankiewicz revient avec une comédie dont la légèreté apparente cache une charge féroce contre le Maccarthysme. La force du film repose avant tout sur un scénario et des dialogues imparables que les deux acteurs Cary Grant et Jeanne Crain prennent un plaisir apparent et communicatif à jouer.  Très malin, le film joue avec les réactions du spectateur qui se demande tout au long si la gentillesse et la bonté du Dr Praetorius ne seraient pas un peu suspects: « ne vous fiez pas aux apparences », nous dit Mankiewicz, comme il semble le dire à McCarthy et sa commission! Brillant et jubilatoire!

TECHNIQUE: 8/10

Une copie de très bonne facture qu’un léger grain ne saurait ternir!

BONUS: 0/10

Rien du tout!

VERDICT: 8.5/10

Un petit régal méconnu!

Disponible en DVD (9.99 euros) chez Fox

CRITIQUE: EVE

eve

  • Date de sortie :
    27 avril 1951
  • Réalisé par :
    Joseph L. Mankiewicz
  • Avec :
    Bette Davis,Anne Baxter, George Sanders
  • Durée :
    2h18min
  • Pays de production :
    américain
  • Année de production : 1950
  • Titre original : ALL ABOUT EVE
  • Distributeur :
    FOX/1991/ACTION GITANES

Eve Harrington, jeune actrice, reçoit la récompense suprême pour une comédienne, le Sarah Siddons Award, récompense qui, chaque année, signale au monde la plus grande actrice de théâtre. Alors que l’on prononce l’éloge d’Eve dans la salle brillamment éclairée où une foule de célébrités se presse, quelques amis qui l’ont bien connue se souviennent de la carrière d’Eve et de ce qu’elle cache… 8028e2249829b99ad4aaddd169058b32 Quelques mois après le mineur « la Porte s’ouvre« , Joseph L. Mankiewicz réalise ce qui restera comme l’une de ses plus belles réussites, voire son chef d’oeuvre! Une fois de plus, Mankiewicz construit son récit autour d’un flashback visant à retracer l’ascension d’Eve à travers le récit de trois personnages. Avec des dialogues tranchants comme des lames de rasoir, Mankiewicz dépeint un monde du spectacle dans lequel tous les coups sont permis.  Si la diva incarnée par Bette Davis n’attire pas vraiment la sympathie alors qu’on donnerait le bon dieu sans confession à Eve, incarnée par Anne Baxter, l’histoire nous montrera que les personnages portent le masque à merveille, y compris hors de la scène! L’idée de confier le rôle d’Eve à la juvénile Anne Baxter est d’ailleurs l’une des plus grandes trouvaille de l’histoire en terme de casting! Brillant, intelligent, magnifiquement interprété, l’un des plus grands films des années 50! NOTE: 10/10

CRITIQUE DVD: LA MAISON DES ETRANGERS

Capture

 

  • Réalisé par :  Joseph L. Mankiewicz
  • Avec : Susan HAYWARD , Richard CONTE , Luther ADLER …
  • Année de production :  1949
  • Titre original : HOUSE OF STRANGERS
  • Distributeur :
    FOX

LE FILM: 8.5/10

A sa sortie de prison, l’avocat Max Monetti rend visite à ses trois frères Joe, Pietro et Tony, qui ont évincé leur père Gino à la tête de sa banque. Mais il est refoulé et même menacé de mort. L’éclatement de la famille remonte à l’inculpation du patriarche pour ses actions frauduleuses. Max, son fils préféré, a choisi de le défendre lors du procès, tandis que ses frères le laissèrent aux prises avec la justice. C’est pour avoir cherché à corrompre un magistrat que Max a été en prison. Gino demande à Max sitôt libre de le venger, mais ce dernier ne le fait pas. Il préfère partir de la « maison des étrangers » et vivre auprès d’Irene, son ancienne liaison.

316098_f59f510e5891174b9a2c932c875f1ccd

Splendeur et décadence du rêve américain, voilà un titre qu’on aurait pu donner à ce film méconnu de Joseph L.Mankiewicz. Sorti en 1950, juste après Chaines Conjugales et avant la Porte s’ouvre, la Maison des Etrangers tient autant de la fresque familiale que de la critique d’une société régie par l’argent. Construit comme souvent chez Mankiewicz autour d’un long flashback qui vise à nous expliquer comment et pourquoi Max Monetti a passé sept ans en prison et quelles sont les origines de sa soif de vengeance envers ses frères. Le personnage décédé, le père,  Gino, interprété par le magnifique Edward G.Robinson (prix d’interprétation au festival de Cannes), est la clé de voûte de l’histoire. Cet immigré italien qui a fait sa fortune dans la finance, ne vit sa vie qu’à travers l’argent, négligeant sa famille. Si Max trouve grâce à ses yeux, ses autres fils n’ont droit qu’aux insultes et autres quolibets, créant ainsi une jalousie qui entraînera la famille au clash. Magnifiquement écrit et interprété, la Maison des Etrangers bénéficie d’une somptueuse mise en scène dont le lent travelling dans les escaliers sur un air d’opéra symbolise à merveille l’ascension de Gino. Le Rêve américain et le revers de la médaille…

TECHNIQUE: 8/10

Très belle copie qu’un léger grain et quelques taches ne sauraient ternir. Côté son, une seule VO disponible, de très bonne facture.

BONUS: 0/10

Rien du tout!

VERDICT: 8.5/10

L’un des rares Mankiewicz à n’avoir jamais été édité, et non des moindre! Indispensable!

Disponible en DVD (13 euros) dans les magasin FNAC et FNAC.COM

 

CRITIQUE: LA PORTE S’OUVRE

La-Porte-s-ouvre-20110909055651

  • Réalisé par :  L. MANKIEWICZ Joseph
  • Avec : Richard Widmark , Sidney Poitier, Linda Darnell …
  • Pays de production :
     américain
  • Année de production :  1950

Blessés au cours d’un hold-up, deux truands, Ray Biddle et son frère John, sont soignés d’urgence par le Dr Brooks, un interne noir. Lorsque John meurt, Ray, homme aux idées racistes, accuse Brooks de l’avoir tué. Seule une autopsie, qui nécessite l’accord de la famille de John, pourrait innocenter Brooks. Celui-ci décide d’en parler à Eddie, l’ex-femme du défunt…

porte-s-ouvre-1950-02-g

Entre « Chaînes Conjugales » et « Eve », Joseph L.Mankiewicz réalise deux films plus modestes, « la Maison des Etrangers » et « la Porte s’ouvre ». Ce dernier n’est pourtant pas à négliger, loin de là, « la Porte s’ouvre » étant son film le plus engagé. Mankiewicz dépeint brillamment le climat délétère de l’Amérique des années 50 et notamment du racisme qui gangrène le sud. Si l’on peut reprocher un certain manichéisme dans la démonstration, le film a le mérite d’être courageux et efficace, n’hésitant pas à aller au bout de sa démonstration, quitte à choquer. Le film a d’ailleurs été interdit pendant des années dans certains états. L’interprétation de Sidney Poitier et Richard Widmark est également remarquable!

NOTE: 7.5/10

Disponible en DVD (9.99 euros) chez Fox