Critique Bluray: Embrasse-moi idiot

814+H0v1DfL._SL1500_.jpg

Titre original Kiss Me, Stupid
Réalisation Billy Wilder
Scénario I. A. L. Diamond
Billy Wilder
Acteurs principaux
Sociétés de production The Mirisch Corporation
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Durée 126 minutes
Sortie 3 février 1965

LE FILM:

4.5

D’une jalousie maladive, Orville doit héberger, durant une nuit, Dino, célèbre crooner à la réputation de séducteur. Redoutant que sa femme soit sensible au charme du chanteur, il la renvoie chez sa mère et engage Polly, une entraîneuse de bar, pour jouer son rôle. La nuit va être longue…

Pas étonnant que le film fasse un vrai scandale à sa sortie! Sorti quelques mois après « Irma la Douce », « Embrasse-moi idiot » dépeint à travers l’histoire d’Orville, jaloux maladif, une Amérique vulgaire et misogyne! Polly, prostituée au grand coeur , incarnée par une superbe Kim Novak, est sans doute le seul personnage vraiment attachant du film. A ses côtés, le maladif Orville est incarné par le cartoonesque Ray Walston et Dean Martin interprète un chanteur membre du Rat Pack (tiens tiens!). Un régal!

TECHNIQUE:

4.5

Superbe copie restaurée, un vrai plaisir de redécouvrir le film dans ces conditions!

BONUS:

4.5

Qualité et quantité au rendez-vous! Comme dans les précédents films de Wilder sortis chez Rimini, on trouve un face à face entre Olivier Macheret et l’intarissable Fred Mercier , un doc sur Wilder, et un autre sur l’association Wilder/Diamond à l’écriture! Le bonheur!!!

VERDICT:

4.5

Une édition une fois de plus parfaite!

Disponible en bluray chez Rimini (19.99 euros)

Publicités

Critique Bluray: La Vie Privée de Sherlock Holmes

71vFuH+VB0L._SL1000_.jpg

Titre original The Private Life of Sherlock Holmes
Réalisation Billy Wilder
Scénario Billy Wilder
I.A.L. Diamond
Acteurs principaux
Sociétés de production Phalanx Productions
Mirisch Films Limited
Sir Nigel Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Film policier
Durée 125 minutes
Sortie 3 décembre 1970

LE FILM:

5

Billy Wilder décortique le mythe de Sherlock Holmes ! Dans leur appartement de Baker Street, Holmes et Watson voient arriver une jeune veuve sauvée des eaux de la Tamise. Se nommant Gabrielle Valladon, cette dernière semble amnésique mais va vite retrouver la mémoire. Le fin limier et son équipier vont être entrainés dans une enquête hors du commun, où ils croiseront Mycroft Holmes, le frère de Sherlock, la reine Victoria et le monstre du Loch Ness.

Réalisé en 1970, « La Vie Privée de Sherlock Holmes » est l’un des derniers films de Billy Wilder. S’il fut un relatif échec public, il s’agit pourtant d’un film riche et passionnant. Wilder nous montre un Sherlock Holmes  sous un nouveau jour, n’éludant pas sa dépendance à la cocaïne et jetant également le doute sur ses orientations sexuelles et notamment la nature de sa relation avec son fidèle Watson. A côté, il plonge le célèbre détective dans une aventure dont il a le secret. Le film multiplie les péripéties, les mystères avec notamment des nains disparus, du trafic d’oiseaux qui changent de couleurs, des moines bizarres… Plein d’humour, le film est un divertissement rare qui, en outre, bénéficie de la présence de Christopher Lee dans le rôle de Mycroft, le frère de Sherlock! Du grand Cinéma!

TECHNIQUE:

3.5

Une copie restaurée propre qu’un léger voile semble tout de même recouvrir…

BONUS:

5

Une orgie!!! On y trouve des heures de documents passionnants: Scènes coupées, une interview de Christopher Lee, l’intervention d’un journaliste sur le cinéaste, un Entretien avec le monteur Ernest Walter, une Fin alternative inédite, un Making of inédit et la Présentation d’Eddy Mitchell dans « La dernière séance »!

VERDICT:

5

Une grande comédie d’aventures dans une éditon exceptionnelle!

Disponible en bluray chez l’Atelier d’Images (19.99 euros)

Critique Bluray: Irma la Douce

518aFPNLeDL.jpg

Réalisation Billy Wilder
Scénario Billy Wilder et I. A. L. Diamond
Acteurs principaux
Sociétés de production Mirisch Corporation
Phalanx Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie romantique
Durée 147 min
Sortie 21 août 1963

LE FILM:

3.5

A Paris, dans le quartier des Halles, les prostituées et leurs souteneurs vivent en bonne intelligence avec les gens de la police. C’est alors que débarque Nestor Patou, flic droit, honnête et naïf. Il ne tarde pas à tomber amoureux d’Irma la Douce, la plus populaire des prostituées de la rue.

Quelques années à peine après « Certains l’aiment chaud » et « la Garçonnière », Billy Wilder adapte une comédie musicale, « Irma la Douce » dont il a fait disparaître toutes les chansons! Situé dans un Paris d’opérette, le film de Wilder réunit à nouveau le duo Jack Lemmon/Shirley McLaine. Elle est prostituée et lui un policier d’une naïveté confinant à la bêtise. Après avoir été viré de la police, il va se retrouver l’amant et le souteneur de la belle Irma. Ne supportant pas l’idée de la voir avec d’autres hommes, il va s’inventer un personnage pour devenir son seul et unique client. Après une première heure bien tenue et assez drôle, le film s’enlise un peu dans son quiproquo et s’étire un peu. Si « Irma la Douce » est un film mineur de son cinéaste, il vaut tout de même le détour pour son duo d’interprète et même son trio, le personnage du barman Moustache valant son pesant de cacahuètes!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie restaurée impeccable!

BONUS:

3.5

Outre deux sujets sur les décors et la naissance du personnage d’Irma, on trouve surtout un excellent entretien entre les journalistes Olivier Macheret et Fred Mercier, fan de Wilder devant l’éternel!

VERDICT:

3.5

Même un Wilder mineur reste indispensable!

Disponible en Bluray (19.99 euros) chez RIMINI EDITIONS

Critique Bluray: Assurance sur la Mort

81dnet-Y-8L._SL1500_

  • Réalisé par :
    Billy Wilder
  • Avec :
    Fred MacMURRAY, Barbara STANWYCK, Edward G. Robinson…
  • Durée :
    1h47min
  • Pays de production :
     Etats-Unis
  • Année de production :  1944
  • Titre original : DOUBLE INDEMNITY
  • Distributeur :
    PARAMOUNT

LE FILM: 10/10

Agent d’assurances, Walter Neff est fasciné par Phyllis Dietrichson, l’une de ses clientes. Ensemble, ils préparent l’assassinat de son mari, non sans que Walter n’ait fait souscrire à ce dernier une police d’assurance vie…

Chef d’oeuvre absolu que ce quatrième film de Billy Wilder. Classique et référence absolue du film noir, Assurance sur la Mort s’ouvre sur la confession de Walter Neff avouant avoir tué le mari de Phyllis Dietrichson. S’il n’y a donc plus de suspense sur l’identité de la victime comme de l’assassin, ce bijou scénaristique joue tout le film sur le sort des amants criminels sur lesquels la fatalité semble s’acharner! Wilder rend non seulement le crime banal avec un assassin, Monsieur Toutlemonde, mais s’amuse avec le spectateur avec son écriture finement ciselée.

assurance sur la mort

La mise en scène, brillante, sublime l’ensemble, soutenue par un trio d’acteurs au cordeau, Fred McMurray, Barbara Stanwyck idéale dans ce rôle de manipulatrice vénale et le génial Edward G. Robinson en assureur à qui on ne l’a fait pas!

L’un des plus grands films de tous les temps!

TECHNIQUE: 7/10

Une copie honnête malgré un grain assez présent mais pas de différence vraiment frappante avec la précédente édition DVD de Carlotta. Les deux versions audio sont en HD!

BONUS: 7/10

On trouve ici les mêmes bonus que sur l’édition DVD parue en 2006, à l’exception d’une version téléfilm ici absente. On trouve donc un commentaire audio d’un historien et d’un scénariste,  un documentaire sur le film et un autre sur le travail de Billy Wilder.

VERDICT: 10/10

Indispensable évidemment!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Carlotta Films

 

CRITIQUE BLU-RAY: FEDORA

71RqAyFzMuL._SL1500_

  • Date de sortie :
     13 septembre 1978
  • Réalisé par :  Billy Wilder
  • Avec : Marthe Keller , William HOLDEN , Henry Fonda …
  • Durée :
    1h56min
  • Pays de production :
     France Allemagne
  • Année de production :  1978
  • Titre original : FEDORA
  • Distributeur :
    GERIA

LE FILM: 9/10

La critique est ici: https://cinedingue.com/2013/08/09/critique-ressortie-fedora/

TECHNIQUE: 8/10

Très belle restauration malgré quelques scènes en dessous en terme de définition et de couleurs.

BONUS: 10/10

Outre la bande-annonce, une galerie photos, un module sur la restauration qui montre bien le travail effectué, on trouve un documentaire absolument passionnant d’1h15 qui retrace toute la fabrication du film avec des entretiens notamment de Michael York (qui peut faire un procès sans problème à son chirurgien esthétique!) et Marthe Keller.

VERDICT: 9.5/10

Un grand film et des bonus passionnants font de ce Fedora un indispensable!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Carlotta Films dès le 26 février



CRITIQUE (RESSORTIE): FEDORA

21006715_20130517114022778_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Fedora, grande star hollywoodienne désormais retirée en Europe, met fin à sa vie en se jetant sous un train. Deux semaines auparavant, le producteur Barry Detweiler était parti à sa recherche dans l’espoir de la faire revenir sur le devant de la scène. Mais la mystérieuse Fedora vit désormais recluse auprès de gens étranges et s’avère difficile à approcher…

Avant-dernier film de Billy Wilder, Fedora n’est pas le plus connu mais reste malgré tout un grand film que Carlotta a la riche idée de ressortir dans sa version restaurée. S’il n’en a pas la même dimension esthétiquement parlant, Fedora est indissociable de Sunset Boulevard, partageant avec ce chef d’oeuvre la même thématique, une critique d’Hollywood à travers notamment le sort réservé aux  anciennes stars. Dans Fedora, Wilder y incorpore une dimension fantastique avec cette star portant sans cesse chapeau, gants et lunettes de soleil et vivant recluse entourée d’un personnel pour le moins étrange et peu disert. Construit sur des flash-backs, le film nous plonge dans le passé de cette star et ce qui l’a amenée à vivre un tel cauchemar. Cet aspect étrange fait la réussite du film qui tient en haleine d’un bout à l’autre, avec un twist incroyable à mi-parcours. Brillamment interprété par Marthe Keller et William Holden (déjà présent dans Sunset Boulevard!), Fedora est un bijou d’écriture et conserve peut-être une force supérieure à son aîné tant Wilder pousse la cruauté à son paroxysme. Une réflexion terrible sur le monde du cinéma et le métier d’acteur à voir et revoir dès le 21 août!

NOTE: 9/10

CRITIQUE: BOULEVARD DU CREPUSCULE (1949)

J’ai vu pour la première fois hier soir un film absolument magnifique qui confirme tout le bien que je pense de son réalisateur Billy Wilder, à qui l’on doit entre autres « la Garçonnière », « Certains l’aiment chaud » « embrasse-moi idiot » ou encore « 7 ans de réflexion ».

Une star du cinéma muet, interprétée par une époustouflante Gloria Swanson, vit recluse dans sa villa en compagnie de son seul majordome (Erich Von Stroheim) qui fut par ailleurs son premier mari et son metteur en scène. Le cinéma est devenu parlant et elle fait partie de ces nombreux acteurs que cette évolution a fait disparaître. Un jeune scénariste en manque d’argent se retrouve dans cette maison à la suite d’une panne de voiture et va être embauché pour travailler à l’écriture du film qui relancera la carrière de la star déchue: « Salomé ». Il deviendra son amant puis s’en éloignera progessivement, fuyant la folie dans laquelle elle plonge progressivement.

Wilder signe ici un magnifique hommage au cinéma et en particulier au passage du muet au parlant comme l’avait fait Stanley Donen avec « Chantons sous la pluie ».  Il signe en même temps une satyre sur Hollywood et le star-system. En tout cas, un des joyaux du cinéma américain de l’après-guerre qui de plus n’a pas pris une ride