Critique Bluray: Tamara Vol.2

81YwQlG+-UL._SL1500_.jpg

Réalisation Alexandre Castagnetti
Scénario Alexandre Castagnetti et Béatrice Fournera
Acteurs principaux
Sociétés de production Gazelle & Cie
TF1
Nexus Factory
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 102 minutes
Sortie 4 juillet 2018

LE FILM:

2.5

Tamara est séparée de Diego depuis deux ans. Elle quitte enfin le nid pour vivre l’aventure étudiante à Paris avec sa copine Sam. En galère d’appartement, elles acceptent une coloc avec Wagner. Problème : Diego fait partie du lot, et il n’est plus célibataire ! Pour Tamara, qui rêve d’oublier sa petite vie de province, ça commence mal… Et tout se complique lorsqu’elle flashe sur James, le mec parfait : étudiant-photographe-mannequin-DJ canon, star des réseaux sociaux ! Pour l’approcher, elle va devoir devenir populaire et jouer dans la cour des grandes… Tout ça sous le regard de Diego… Entre la fac, l’ex, le futur-ex et des parents toujours sur son dos, il va falloir faire les bons choix !

La suite des aventures de l’ado rondelette, Tamara, était inévitable compte tenu du succès du premier volet! La lycéenne part à la fac et prend son envol loin de sa maman avec toujours le beau Rayane Bensetti dans les parages! Mais Tamara va découvrir les secrets d’Instagram et devenir « influenceuse », peut-être au risque de perdre ses amis? Tel est le canevas de cette comédie, certes parfois amusante mais fortement déconseillée aux plus de 16 ans! Trop de mièvrerie pourrait en effet être fatal aux plus âgés d’entre nous. Si l’on rentre dans le coeur de cible, le produit fait le job avec du rythme, des sentiments, un message positif à l’endroit des ronds, de l’humour! Bref on va kiffer grave! #FilmDeLannee

TECHNIQUE:

4.5

C’est parfait!

BONUS:

1.5

Seul bonus, quelques scènes coupées…

VERDICT:

2.5

Indispensable (si l’on a moins de 16 ans)!

Sortie le 4 novembre en VOD, et le 7 novembre en DVD, Blu-Ray et Coffret Tamara 1 et 2 chez TF1 VIDEO . Retrouvez TF1 STUDIO sur Facebook

-toutes les productions sorties en 2018

Publicités

Critique Bluray: Embrasse-moi idiot

814+H0v1DfL._SL1500_.jpg

Titre original Kiss Me, Stupid
Réalisation Billy Wilder
Scénario I. A. L. Diamond
Billy Wilder
Acteurs principaux
Sociétés de production The Mirisch Corporation
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Durée 126 minutes
Sortie 3 février 1965

LE FILM:

4.5

D’une jalousie maladive, Orville doit héberger, durant une nuit, Dino, célèbre crooner à la réputation de séducteur. Redoutant que sa femme soit sensible au charme du chanteur, il la renvoie chez sa mère et engage Polly, une entraîneuse de bar, pour jouer son rôle. La nuit va être longue…

Pas étonnant que le film fasse un vrai scandale à sa sortie! Sorti quelques mois après « Irma la Douce », « Embrasse-moi idiot » dépeint à travers l’histoire d’Orville, jaloux maladif, une Amérique vulgaire et misogyne! Polly, prostituée au grand coeur , incarnée par une superbe Kim Novak, est sans doute le seul personnage vraiment attachant du film. A ses côtés, le maladif Orville est incarné par le cartoonesque Ray Walston et Dean Martin interprète un chanteur membre du Rat Pack (tiens tiens!). Un régal!

TECHNIQUE:

4.5

Superbe copie restaurée, un vrai plaisir de redécouvrir le film dans ces conditions!

BONUS:

4.5

Qualité et quantité au rendez-vous! Comme dans les précédents films de Wilder sortis chez Rimini, on trouve un face à face entre Olivier Macheret et l’intarissable Fred Mercier , un doc sur Wilder, et un autre sur l’association Wilder/Diamond à l’écriture! Le bonheur!!!

VERDICT:

4.5

Une édition une fois de plus parfaite!

Disponible en bluray chez Rimini (19.99 euros)

Critique Bluray 3D: Un Jour dans la vie de Billy Lynn

81URUcQgXZL._SL1500_.jpg

Titre original Billy Lynn’s Long Halftime Walk
Réalisation Ang Lee
Scénario Jean-Christophe Castelli
Acteurs principaux
Sociétés de production Studio 8
LStar Capital
Film4 Productions
Bona Film Group
The Ink Factory
Marc Platt Productions
TriStar Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Genre drame
Durée 112 minutes
Sortie 1er février 2017

LE FILM:

4.5

En 2005, Billy Lynn, un jeune Texan de 19 ans, fait partie d’un régiment d’infanterie en Irak victime d’une violente attaque. Ayant survécu à l’altercation, il est érigé en héros, ainsi que plusieurs de ses camarades. Et c’est avec ce statut qu’ils sont rapatriés aux Etats-Unis par l’administration Bush, qui désire les voir parader au pays… avant de retourner au front.

Tourné dans un procédé de 3D révolutionnaire que peu de salles peuvent permettre de visionner, le dernier film d’Ang Lee passa donc du coup malheureusement totalement inaperçu en France. Pourtant, « Un jour dans la vie de Billy Lynn » est un grand film sur l’Amérique, société du spectacle. On y suit le retour de GI de la guerre en Irak, portés en héros, forcés de parader à la mi-temps du Superbowl et dragués par les studios hollywoodiens. Si la critique est cinglante, on reste sous le choc d’une esthétique encore jamais vue, même dans sa version 3D simple. Quant à la mise en scène d’Ang Lee, elle tutoie ici les sommets, notamment dans la scène centrale où les soldats se retrouvent sur scène derrière Beyoncé! L’un des plus grands film de l’année!

TECHNIQUE:

5

La version 3D visionnée est bluffante de pureté! Si les jaillissements sont rares, la profondeur de champ est quant à elle phénoménale! Une expérience d’immersion totale!

BONUS:

4.5

On trouve ici des scènes coupées, et une trentaine de minutes de docs sur le tournage.

VERDICT:

4.5

L’un des grands films de l’année à réhabiliter au plus vite!

Disponible en DVD (14.99 euros), combo bluray/bluray 3D (19.99 euros) et combo Ultra HD/bluray 3D/ Bluray (29.99 euros) chez Sony Pictures

Critique: Taj Mahal

236333.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Louise a dix-huit ans lorsque son père doit partir à Bombay pour son travail. En attendant d’emménager dans une maison, la famille est d’abord logée dans une suite du Taj Mahal Palace. Un soir, pendant que ses parents dînent en ville, Louise, restée seule dans sa chambre, entend des bruits étranges dans les couloirs de l’hôtel. Elle comprend au bout de quelques minutes qu’il s’agit d’une attaque terroriste. Unique lien avec l’extérieur, son téléphone lui permet de rester en contact avec son père qui tente désespérément de la rejoindre dans la ville plongée dans le chaos.

Alors que les attentats du mois de novembre sont encore dans toutes les têtes sort le second film de l’ex-critique Nicolas Saada, relatant les attentats de l’Hôtel Taj Mahal en 2008 à Bombay. Lors d’une première partie d’exposition, Saada nous fait découvrir une famille qui s’installe pour deux ans en Inde pour le travail du père; la fille, 18 ans, suit pour entrer dans une école de photo. Cette exposition, lente et froide ne suscite jamais l’empathie et l’on a vraiment du mal à se passionner pour le sort de cette famille. Il faut dire que Stacy Martin, qu’on avait découverte dans Nymphomaniac, ne se dépare jamais d’une fadeur et d’une froideur rédhibitoires. Puis, et c’est là tout l’intérêt du film, l’attaque de l’hôtel débute et tout au long, Saada prend le parti de ne jamais montrer le visage de l’horreur en nous confinant avec son héroïne dans sa chambre. Comme elle, le spectateur n’a comme information que les bruits d’explosion, de balles, les cris et quelques communications téléphoniques avec l’extérieur. Toute cette partie est originale, maline et finement réalisée mais malheureusement, on reste spectateur… Si le film vaut le coup d’oeil, on reste avec un goût d’inachevé…

2.5

 

 

CRITIQUE: CARS 2

Flash McQueen, la star des circuits automobiles, et son fidèle compagnon Martin la dépanneuse reprennent la route pour de nouvelles aventures. Les voilà partis pour courir le tout premier Grand Prix Mondial, qui sacrera la voiture la plus rapide du monde ! Seul impératif pour participer à cette course, rouler à l’allinol, un carburant alternatif. Mais alors que les explosions de moteur chez les participants se multiplient, Martin se retrouve malgré lui en mission secrète pour élucider ce mystère!

Ca y est! J’ai fini par voir le 12ème long métrage de la firme à la lampe de bureau! Commençons par le positif! Les artistes Pixar ont toujours autant d’imagination et savent toujours traiter de sujets sérieux de façon divertissante; ici, c’est un message écolo sur les carburants alternatifs que Cars diffuse. Techniquement, c’est toujours le top aussi bien au niveau des décors (Tokyo, Londres, Italie et Paris) que des personnages ( ici, une multitude de nouveaux venus d’une grande originalité!). Le gros bémol de ce volet dont Martin est le vrai personnage principal, c’est son scénario! Souffrant de nombreuses sorties de route au niveau du rythme, il laisse sur le côté les plus jeunes, faute à une intrigue plus qu’alambiquée! Il serait bon que Pixar n’oublie pas que son public principal reste celui des enfants! C’est donc un Pixar très moyen, c’est assez rare pour le souligner!