Critique: Première année

5693900.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Thomas Lilti
Scénario Thomas Lilti
Acteurs principaux
Sociétés de production 31 Juin Films
Les Films du Parc
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Durée 92 minutes
Sortie 12 septembre 2018

Antoine entame sa première année de médecine pour la troisième fois. Benjamin arrive directement du lycée, mais il réalise rapidement que cette année ne sera pas une promenade de santé. Dans un environnement compétitif violent, avec des journées de cours ardues et des nuits dédiées aux révisions plutôt qu’à la fête, les deux étudiants devront s’acharner et trouver un juste équilibre entre les épreuves d’aujourd’hui et les espérances de demain.

La première année de médecine c’est vraiment pas simple! Voilà en substance le message du troisième film de Thomas Lilti après « Hippocrate » et « Médecin de campagne » comme une conclusion à sa trilogie de la médecine. Il nous plonge dans le quotidien d’Antoine (toujours parfait Vincent Lacoste) qui triple sa première année, accroché à son rêve de devenir médecin et Benjamin  (William Lebghil), nouveau première année, surtout pour faire plaisir à papa médecin. Médecin de formation, Lilti connaît son sujet et multiplie les anecdotes qui sentent le vécu. Surchargés de travail, les deux étudiants révisent, révisent et révisent encore. En première année, pas d’amourettes, pas de soirées mais des cours à ingurgiter. Avec ce canevas tout de même très léger, Lilti réussit à brosser un film d’étudiants plutôt rythmé et plaisant avec ses deux jeunes comédiens vraiment emballants. Malheureusement, « Première année » ne donne pas l’impression de dépasser le cadre d’excellent divertissement, ce qui n’est pas mal!

3

Publicités

Critique: Plaire, Aimer et Courir Vite

2760065.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Christophe Honoré
Scénario Christophe Honoré
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Pelléas
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Durée 132 minutes
Sortie 10 mai 2018

1990. Arthur a vingt ans et il est étudiant à Rennes. Sa vie bascule le jour où il rencontre Jacques, un écrivain qui habite à Paris avec son jeune fils. Le temps d’un été, Arthur et Jacques vont se plaire et s’aimer. Mais cet amour, Jacques sait qu’il faut le vivre vite.

Plaire, aimer et courir vite, c’est un peu le credo de Jacques, écrivain quadra qui se sait condamné par le sida. Difficile de s’attacher et de faire des projets lorsque l’on sait son temps compté. Le 11ème long métrage de Christophe Honoré raconte donc la rencontre de ce condamné en sursis avec Arthur, jeune garçon plein de vie qui compte quitter sa Bretagne pour faire du Cinéma et vivre avec lui. Présenté en compétition au Festival de Cannes, le film fait évidemment penser à 120 BPM, traitant lui aussi du sida. Pourtant il n’a rien à voir avec le film militant de Robin Campillo, Honoré ne parlant ici que et uniquement d’amour!  Romantique et romanesque, loin des mouchoirs qu’un tel sujet promet, « Plaire, aimer et courir vite » réserve aussi quelques jolis moments de cinéma comme cette rencontre devant un écran projetant « la Leçon de Piano » ou deux scènes de bain fort émouvantes. La BO, de la musique baroque à Anne Sylvestre, est un bonheur, et le trio de comédiens Pierre Deladonchamps, Denis Podalydès, Vincent Lacoste est fabuleux, avec une mention passable à ce dernier, totalement surprenant, qui amène une bouffée de vie salutaire à ce projet. On ne peut imaginer que le jury reste insensible à ce qui semble être le meilleur film de Christophe Honoré!

4.5

Critique Dvd: Tout de suite maintenant

71cryyNGbIL._SL1000_.jpg

Réalisation Pascal Bonitzer
Scénario Pascal Bonitzer
Agnès de Sacy
Acteurs principaux
Sociétés de production Entre Chien et Loup
SBS Productions
Samsa Film
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 98 minutes
Sortie 22 juin 2016

LE FILM:

4

Nora Sator, jeune trentenaire dynamique, commence sa carrière dans la haute finance. Quand elle apprend que son patron et sa femme ont fréquenté son père dans leur jeunesse, elle découvre qu’une mystérieuse rivalité les oppose encore. Ambitieuse, Nora gagne vite la confiance de ses supérieurs mais entretient des rapports compliqués avec son collègue Xavier, contrairement à sa soeur Maya qui succombe rapidement à ses charmes…

A partir d’un événement anodin, la prise de poste d’une jeune femme dans une grande société financière, Pascal Bonitzer tisse un film choral où les personnages sont tous liés, par le sang ou autres. Brillamment écrit, le film offre autant d’importance à tous les rôles, portés par un casting parfait, de Vincent Lacoste à Jean-Pierre Bacri, en passant par Agathe Bonitzer ou Isabelle Huppert et surtout fait montre d’une originalité certaine.

TECHNIQUE:

4.5

Parfait!

BONUS:

3.5

On trouve ici une longue interview du réalisateur et de sa scénariste.

VERDICT:

4

Un film choral maîtrisé et original!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez DIAPHANA dès le 8 novembre

 

Critique Dvd: Saint Amour

81CiNMpWHdL._SL1500_

LE FILM:

4.5

Tous les ans, Bruno fait la route des vins… sans quitter le salon de l’Agriculture ! Mais cette année, son père, Jean, venu y présenter son taureau champion Nabuchodonosor, décide sur un coup de tête de l’emmener faire une vraie route des vins afin de se rapprocher de lui. Et s’ils trinquent au Saint-Amour, ils trinqueront bien vite aussi à l’amour tout court en compagnie de Mike, le jeune chauffeur de taxi embarqué à l’improviste dans cette tournée à hauts risques entre belles cuvées et toutes les femmes rencontrées au cours de leur périple…

Après les pauvres retraités (Mammuth) ou les punks à chien (le Grand Soir), Delépine et Kervern continuent à s’intéresser aux laissés pour compte avec deux personnages d’agriculteurs incarnés par Depardieu, père du personnage joué par Poelvoorde. Ces deux-là vont se lancer dans un tour de France des vins, conduits par un chauffeur de taxi (Vincent Lacoste). Plus qu’une histoire de beuverie, ce road movie est l’occasion d’une touchante relation père fils et d’un état peu glorieux de l’agriculture française. Si cette balade paraît parfois avancer en roue libre, les rencontres faites par le trio sont toujours surprenantes avec une mention spéciale à un propriétaire de chambre d’hôtes un peu spécial (Houellebecq) ou encore une agent immobilier légèrement zélée (Ovidie). On pense inévitablement au cinéma de Bertrand Blier. Souvent drôle, le duo Depardieu/Poelvoorde suscite aussi l’émotion et les réalisateurs semblent avoir trouver une certaine assurance et sérénité. Saint Amour est peut-être bien leur film le plus réussi!

TECHNIQUE:

4

Sans souci, sans éclat…

BONUS:

4.5

Outre un entretien avec les réalisateurs et un court sujet sur les acteurs sur le tournage, le principal bonus tient en un excellent documentaire qui revient à travers le tournage du film sur la carrière entière des réalisateurs. Passionnant!

VERDICT:

4.5

Une excellente comédie douce-amère avec un duo survolté!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez le Pacte

 

 

//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ss&ref=as_ss_li_til&ad_type=product_link&tracking_id=c0cf-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=B01CKCON7G&asins=B01CKCON7G&linkId=780411f288e527e8e4a866b7822cdf9f&show_border=true&link_opens_in_new_window=true

 

Critique: Lolo

388359.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original Lolo
Réalisation Julie Delpy
Scénario Julie Delpy
Eugénie Grandval
Acteurs principaux
Sociétés de production The Film
France 2 Cinéma
Mars Films
Wild Bunch
Tempête sous un crâne
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée h 39
Sortie 28 octobre 2015

*

LE FILM:

1

 

En thalasso à Biarritz avec sa meilleure amie, Violette, quadra parisienne travaillant dans la mode, rencontre Jean-René, un modeste informaticien fraîchement divorcé. Après des années de solitude, elle se laisse séduire. Il la rejoint à Paris, tentant de s’adapter au microcosme parisien dans lequel elle évolue. Mais c’est sans compter sur la présence de Lolo, le fils chéri de Violette, prêt à tout pour détruire le couple naissant et conserver sa place de favori.

Si Dany Boon est un peu le symbole d’une certaine comédie à la Française, populaire et pas toujours gage de qualité, grande était la surprise de voir Julie Delpy, chantre d’une comédie plus US, faire appel à ses services. Dans Lolo, elle joue sur l’opposition entre Jean-René, plouc de la Côte Basque et elle et son fils, rejetons d’un microcosme bobo parisien. Après un début placé sous le signe de la vulgarité, où les histoires de « chattes » sont à l’honneur, le film dévoile sa mécanique et Lolo va tout faire durant 1h45 pour faire capoter le couple de sa mère et JR. Si Dany Boon offre une prestation des plus correctes et Vincent Lacoste excelle, quelque part entre Tanguy et Norman Bates, « Lolo » ne réserve malheureusement que peu de surprises et le récit s’enlise et s’étire inexorablement alors que les rires s’espacent pour disparaître, au milieu d’un scénario quelconque et d’une mise en scène anorexique. Triste…

Critique Bluray: Hippocrate

81+o1mJtJCL._SL1500_

  • Réalisé par :
    Thomas Lilti
  • Avec :
    Vincent LacosteReda KatebJacques Gamblin
  • Durée :
    1h41min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Le Pacte

LE FILM:

4

 

Benjamin va devenir un grand médecin, il en est certain. Mais pour son premier stage d’interne dans le service de son père, rien ne se passe comme prévu. La pratique se révèle plus rude que la théorie. La responsabilité est écrasante, son père est aux abonnés absents et son co-interne, Abdel, est un médecin étranger plus expérimenté que lui. Benjamin va se confronter brutalement à ses limites, à ses peurs, celles de ses patients, des familles, des médecins, et du personnel. Son initiation commence.

Parcours atypique que celui de Thomas Lilti, ex-médecin qui préféra se consacrer à sa passion du cinéma à travers des scénarii et la réalisation d’un long métrage en 2007, « les yeux bandés » puis « Hippocrate » en 2014. Dans ce dernier film, il raconte son expérience de jeune interne. S’il y a un point commun avec la célèbre série « Urgences », c’est dans sa manière de conjuguer l’aspect documentaire et le romanesque, mais le spectaculaire en moins. Ce qui intéresse Lilti, c’est l’âme de ces médecins et de ces infirmières mais aussi la situation de notre système hospitalier. Ce dernier amène les médecins à se poser des questions d’ordre économique quand l’humain prendrait volontiers le dessus. Remarquablement écrit, Hippocrate ne serait pas aussi réussi sans ses comédiens, tous parfaits, Reda Kateb (César second rôle) et Vincent Lacoste en tête! Un film qui parvient à lier populaire et excellence!

TECHNIQUE:

4

 

Propre mais sans miracle!

BONUS:

3.5

 

On trouve ici un intéressant making of qui insiste sur le désir de réalisme du réalisateur ainsi que des témoignages de certains acteurs sur des expériences en milieu hospitalier.

VERDICT:

4

 

L’un des très bons films français de 2014!

Disponible en DVD (16.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez FranceTV Distribution