Critique Bluray: Inspecteur la Bavure

81g9XKmutRL._SL1500_

Réalisation Claude Zidi
Scénario Claude Zidi
Jean Bouchard
Acteurs principaux
Sociétés de production Renn Productions
France 3 Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie policière
Durée 100 minutes
Sortie 3 décembre 1980

LE FILM:

3.5

Michel Clément obtient de justesse son diplôme d’inspecteur stagiaire. Il rêve d’arrêter l’ennemi public n°1 Roger Morzini. Celui-ci ne doit pas être bien loin, car une opération esthétique lui permet de ne pas être reconnaissable.

Cette comédie de Claude Zidi semble revisiter l’affaire Mesrine avec Depardieu dans le rôle de l’ennemi Numéro 1. Pour le traquer, c’est Michel Clément incarné par Coluche, flic le plus nul de tous les temps, exerçant ce noble métier pour succéder à son père, héros national! Si le film ne fait pas partie des grands films du genre, on retient le duo Depardieu/Coluche qui fonctionne à merveille et quelques gags bien trouvés! A revoir pour raviver quelques souvenirs!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie restaurée parfaite!

BONUS:

4.5

On trouve ici deux documentaires (plus d’1h30 en tout) sur la carrière de Coluche et sur lui de manière plus intime avec de nombreuses interventions de ses proches.

VERDICT:

3.5

Une comédie culte à défaut d’être exceptionnelle!

Disponible en Combo Bluray/dvd chez PATHE

Publicités

Critique: Un Beau Soleil Intérieur

266725.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Claire Denis
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Sortie 20 septembre 2017

Isabelle, divorcée, un enfant, cherche un amour. Enfin un vrai amour.

Drôle de film que ce douzième long de Claire Denis! Sans véritable intrigue, on y suit les tentatives parfois désespérées d’Isabelle, joli quinquagénaire divorcée, de trouver l’amour, entre considérations sociales, désir de jouissance ou juste d’être simplement considérée. Autour d’une Juliette Binoche sensuelle et lumineuse, une pleïade de seconds rôles tous brillants se met au service du remarquable script de Claire Denis et Christine Angot. Xavier Beauvois, Philippe Katerine, Josiane Balasko ou encore Nicolas Duvauchelle campent les amants, collègues ou voisins de cette femme qui aspire seulement à vivre et non juste à survivre. On gardera également longtemps en mémoire la formidable scène finale avec Gérard Depardieu qui prouve s’il en est encore besoin le génial comédien qu’il est!

4.5

Critique Dvd: Saint Amour

81CiNMpWHdL._SL1500_

LE FILM:

4.5

Tous les ans, Bruno fait la route des vins… sans quitter le salon de l’Agriculture ! Mais cette année, son père, Jean, venu y présenter son taureau champion Nabuchodonosor, décide sur un coup de tête de l’emmener faire une vraie route des vins afin de se rapprocher de lui. Et s’ils trinquent au Saint-Amour, ils trinqueront bien vite aussi à l’amour tout court en compagnie de Mike, le jeune chauffeur de taxi embarqué à l’improviste dans cette tournée à hauts risques entre belles cuvées et toutes les femmes rencontrées au cours de leur périple…

Après les pauvres retraités (Mammuth) ou les punks à chien (le Grand Soir), Delépine et Kervern continuent à s’intéresser aux laissés pour compte avec deux personnages d’agriculteurs incarnés par Depardieu, père du personnage joué par Poelvoorde. Ces deux-là vont se lancer dans un tour de France des vins, conduits par un chauffeur de taxi (Vincent Lacoste). Plus qu’une histoire de beuverie, ce road movie est l’occasion d’une touchante relation père fils et d’un état peu glorieux de l’agriculture française. Si cette balade paraît parfois avancer en roue libre, les rencontres faites par le trio sont toujours surprenantes avec une mention spéciale à un propriétaire de chambre d’hôtes un peu spécial (Houellebecq) ou encore une agent immobilier légèrement zélée (Ovidie). On pense inévitablement au cinéma de Bertrand Blier. Souvent drôle, le duo Depardieu/Poelvoorde suscite aussi l’émotion et les réalisateurs semblent avoir trouver une certaine assurance et sérénité. Saint Amour est peut-être bien leur film le plus réussi!

TECHNIQUE:

4

Sans souci, sans éclat…

BONUS:

4.5

Outre un entretien avec les réalisateurs et un court sujet sur les acteurs sur le tournage, le principal bonus tient en un excellent documentaire qui revient à travers le tournage du film sur la carrière entière des réalisateurs. Passionnant!

VERDICT:

4.5

Une excellente comédie douce-amère avec un duo survolté!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez le Pacte

 

 

//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ss&ref=as_ss_li_til&ad_type=product_link&tracking_id=c0cf-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=B01CKCON7G&asins=B01CKCON7G&linkId=780411f288e527e8e4a866b7822cdf9f&show_border=true&link_opens_in_new_window=true

 

Marseille: Shakespeare est-il soluble dans la bouillabaisse ?

05.05.Marseille-serie-1.NETFLIX.1280.640_reference.jpg

Titre original Marseille
Genre Série politique
Création Dan Franck
Production Pascal Breton
Pays d’origine Drapeau de la France France
Chaîne d’origine Netflix
Nb. de saisons 1
Nb. d’épisodes 8
Durée 42 minutes

On connaît bien la chaîne privée Netflix spécifiquement pour ses créations en matière de séries TV. Parmi ses réussites, « Daredevil », « Bloodline », « Narcos » ou encore « House of cards »! Quand la chaîne annonça sa première création française avec Florent Emilio Siri à la barre et avec des talents comme Depardieu, Magimel ou Géraldine Pailhas, on espérait beaucoup. Puis la rumeur enfla et la communication sur cette nouvelle série, laissant imaginer un « House of cards » à la Française! Maintenant que le nouveau-né a montré le bout de son nez, le choc est brutal et le déchaînement critique qui s’abat sur cette série est loin d’être complètement immérité.

Le principal problème tient en fait dans le décalage entre les promesses et le résultat final. On est effectivement bien plus proche de « Sous le soleil » ou « Plus belle la vie » que de la grande série politique américaine. « Marseille » est le récit d’un combat parricide entre Robert Taro le maire sortant et Lucas Barres son dauphin avec son lot d’histoires familiales et d’intrigues amoureuses sans intérêt. Une fois que la bataille municipale est lancée, on suit, au gré des coups bas portés par chacun, les hausses et les baisses dans les sondages, jusqu’au résultat final. Malheureusement, tout va mal! La mise en scène est inexistante alors qu’aujourd’hui, les séries sont de plus en plus exigeantes, avec la volonté d’égaler le grand écran; les effets de mise en scène se réduisent aux SMS récurrents qui apparaîssent à l’écran et quelques ralentis parfaitement inutiles. Pour accentuer l’émotion que cette mise en scène peine à imprimer, la musique souligne tout d’une façon totalement ridicule. Pas autant ridicule tout de même que l’interprétation, le pompon revenant à Depardieu en totale roue libre, qui semble se demander ce qu’il fait là et évidemment à Benoît Magimel, jamais crédible, qui jongle toute la série avec un accent marseillais qui apparaît et disparaît au gré des scènes. Le montage, catastrophique, multipliant jusqu’à l’overdose les plans de coupe sur les toits de Marseille, se permet même de montrer des personnages parlant sans bouger les lèvres! Quant aux personnages féminins, les pauvres actrices chargées de les incarner ne servent malheureusement qu’à combler les pulsions sexuelles des personnages masculins. Tout le pittoresque est là: le foot, la drogue, la criminalité et l’intrigue aux relents shakespeariens a bien du mal à se fondre dans ce décorum! Pathétique…

0.5

Critique Bluray: Le cri du cormoran le soir au-dessus des jonques

618D5o+ddhL._SL1100_.jpg

Réalisation Michel Audiard
Scénario Michel Audiard
Jean-Marie Poiré
d’après le roman Le Pauméd’Evan Hunter
Acteurs principaux
Pays d’origine France
Genre Comédie policière
Durée 88 minutes (1 heure 28)
Sortie 10 février 1971

LE FILM:

4

Alfred Mullanet est un homme tout à fait ordinaire. Ce qui, paradoxalement, lui vaut de vivre une aventure extraordinaire. Le voici engagé pour servir de cadavre. Hélas, il fait un très mauvais cadavre. Le genre rebelle , qui profite des dissensions entre deux chefs de gangs, le colérique K. et le flegmatique Kruger. Car il y a de l’argent en jeu. Une grosse somme. Qui provoque de grosses envies et de gros dégâts.

Un an après « Elle boit pas, elle fume pas… », Michel Audiard réalise son quatrième film au titre tout autant loufoque, « le cri du cormoran le soir au-dessus des jonques »! On y retrouve les fidèles du dialoguiste comme Paul Meurisse, Bernard Blier, Robert Dalban ou Dominique Zardi et toute une clique de nouveaux: Depardieu dans son premier rôle, Michel Serrault, Carlos, Yves Robert, Michel Modo ou encore Romain Bouteille! L’histoire, inracontable, est prétexte à une course poursuite complètement loufoque avec un Michel Serrault traqué par des mafieux et les forces de l’ordre pour une veste à la valeur inestimable. Les fans d’humour absurde et de dialogues décalés seront à la fête: les policiers sont complètement bourrés, leurs voitures patrouillent dans les couloirs des immeubles, Michel Serrault fréquentent des soirées créoles en tant que « fromage blanc », et bien d’autres surprises! Les comédiens d’amusent et nous aussi!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie limpide à tous points de vue! Un régal!

BONUS:

4

On trouve ici une présentation du film par Jean-Marie Poiré, une petite interview de Michel Serrault, un petit lexique de quelques termes argotiques et un court montage sur les thématiques d’Audiard.

VERDICT:

4

Un petit bijou d’absurde jubilatoire à découvrir!

Disponible en bluray (14.99 euros) chez Gaumont dès le 6 avril

Critique: Saint-Amour

479468.jpg

Tous les ans, Bruno fait la route des vins… sans quitter le salon de l’Agriculture ! Mais cette année, son père, Jean, venu y présenter son taureau champion Nabuchodonosor, décide sur un coup de tête de l’emmener faire une vraie route des vins afin de se rapprocher de lui. Et s’ils trinquent au Saint-Amour, ils trinqueront bien vite aussi à l’amour tout court en compagnie de Mike, le jeune chauffeur de taxi embarqué à l’improviste dans cette tournée à hauts risques entre belles cuvées et toutes les femmes rencontrées au cours de leur périple…

Après les pauvres retraités (Mammuth) ou les punks à chien (le Grand Soir), Delépine et Kervern continuent à s’intéresser aux laissés pour compte avec deux personnages d’agriculteurs incarnés par Depardieu, père du personnage joué par Poelvoorde. Ces deux-là vont se lancer dans un tour de France des vins, conduits par un chauffeur de taxi (Vincent Lacoste). Plus qu’une histoire de beuverie, ce road movie est l’occasion d’une touchante relation père fils et d’un état peu glorieux de l’agriculture française. Si cette balade paraît parfois avancer en roue libre, les rencontres faites par le trio sont toujours surprenantes avec une mention spéciale à un propriétaire de chambre d’hôtes un peu spécial (Houellebecq) ou encore une agent immobilier légèrement zélée (Ovidie). On pense inévitablement au cinéma de Bertrand Blier. Souvent drôle, le duo Depardieu/Poelvoorde suscite aussi l’émotion et les réalisateurs semblent avoir trouver une certaine assurance et sérénité. Saint Amour est peut-être bien leur film le plus réussi!

4.5

 

Jeu concours: 15×2 places à gagner pour « Valley of love »(jeu terminé)

236881.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

A l’occasion de la sortie en salles de « Valley of love » le 17 juin, CINEDINGUE et LE PACTE sont heureux de vous offrir 15×2 places pour découvrir le film. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 16 juin; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

SYNOPSIS: 

Isabelle et Gérard se rendent à un étrange rendez-vous dans la Vallée de la mort, en Californie. Ils ne se sont pas revus depuis des années et répondent à une invitation de leur fils Michael, photographe, qu’ils ont reçue après son suicide, 6 mois auparavant.

Malgré l’absurdité de la situation, ils décident de suivre la programme initiatique imaginé par Michael…