Critique: Blackkklansman

0814411.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Spike Lee
Scénario Spike Lee
David Rabinowitz
Charlie Wachtel
Kevin Willmott
Acteurs principaux
Sociétés de production Blumhouse Productions
Monkeypaw Productions
QC Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie policière
Durée 128 minutes
Sortie 22 août 2018

Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l’histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions…

Cela faisait douze ans, depuis « Inside Man », que l’on attendait un sursaut du cinéaste Spike Lee, que l’on croyait définitivement perdu. Il a  fallu qu’il tombe sur un sujet ô combien séduisant pour enfin faire son come back! Blackkklansman, présenté au dernier Festival de Cannes qui lui remettra un mérité Grand Prix, raconte l’histoire complètement folle d’un flic noir, Ron Stallworth, dans les années 70, qui va tenter d’infiltrer pas moins que le célèbre Ku Klux Klan! Alors qu’il entretient une relation téléphonique avec le grand sorcier de l’Organisation, il envoie son coéquipier Juif pour les contacts en chair et en os! Très souvent drôle, le film réserve quelques scènes au fort potentiel culte comme le passage où Stallworth enseigne à ses coéquipiers l’accent « Black ». Remarquablement mis en scène, le film roule sur les rails d’un scénario parfaitement tenu, même si la fin s’étire un peu. L’interprétation est absolument parfaite du premier au dernier des seconds rôles avec une mention spéciale à Adam Driver dans le rôle du coéquipier juif qui démontre un fort potentiel comique. Lee parvient à traiter d’un sujet fort sur un ton proche de la farce, n’hésitant pas à pointer le ridicule de certains membres du KKK. Le film est donc le parfait divertissement plein d’intelligence jusqu’à 10 dernières minutes en forme de coup de poing pour faire comprendre que cette farce est pourtant toujours d’actualité et qu’elle est encouragée par un homme nommé Trump! Divertissant donc mais glaçant! Spike Lee is back!!!

4.5

Critique Bluray: La Vie Privée de Sherlock Holmes

71vFuH+VB0L._SL1000_.jpg

Titre original The Private Life of Sherlock Holmes
Réalisation Billy Wilder
Scénario Billy Wilder
I.A.L. Diamond
Acteurs principaux
Sociétés de production Phalanx Productions
Mirisch Films Limited
Sir Nigel Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Film policier
Durée 125 minutes
Sortie 3 décembre 1970

LE FILM:

5

Billy Wilder décortique le mythe de Sherlock Holmes ! Dans leur appartement de Baker Street, Holmes et Watson voient arriver une jeune veuve sauvée des eaux de la Tamise. Se nommant Gabrielle Valladon, cette dernière semble amnésique mais va vite retrouver la mémoire. Le fin limier et son équipier vont être entrainés dans une enquête hors du commun, où ils croiseront Mycroft Holmes, le frère de Sherlock, la reine Victoria et le monstre du Loch Ness.

Réalisé en 1970, « La Vie Privée de Sherlock Holmes » est l’un des derniers films de Billy Wilder. S’il fut un relatif échec public, il s’agit pourtant d’un film riche et passionnant. Wilder nous montre un Sherlock Holmes  sous un nouveau jour, n’éludant pas sa dépendance à la cocaïne et jetant également le doute sur ses orientations sexuelles et notamment la nature de sa relation avec son fidèle Watson. A côté, il plonge le célèbre détective dans une aventure dont il a le secret. Le film multiplie les péripéties, les mystères avec notamment des nains disparus, du trafic d’oiseaux qui changent de couleurs, des moines bizarres… Plein d’humour, le film est un divertissement rare qui, en outre, bénéficie de la présence de Christopher Lee dans le rôle de Mycroft, le frère de Sherlock! Du grand Cinéma!

TECHNIQUE:

3.5

Une copie restaurée propre qu’un léger voile semble tout de même recouvrir…

BONUS:

5

Une orgie!!! On y trouve des heures de documents passionnants: Scènes coupées, une interview de Christopher Lee, l’intervention d’un journaliste sur le cinéaste, un Entretien avec le monteur Ernest Walter, une Fin alternative inédite, un Making of inédit et la Présentation d’Eddy Mitchell dans « La dernière séance »!

VERDICT:

5

Une grande comédie d’aventures dans une éditon exceptionnelle!

Disponible en bluray chez l’Atelier d’Images (19.99 euros)