Critique: Office

596258.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original 華麗上班族
Hua Li Shang Ban Zu
Réalisation Johnnie To
Scénario Sylvia Chang
Wai Ka-fai
Acteurs principaux
Sociétés de production Milkyway Image
Pays d’origine Modèle:Hong-Kong
Genre Comédie dramatique musicale
Durée 119 minutes
Sortie 9 août 2016

Hong-Kong, 2008. Le jeune idéaliste Lee Xiang et la surdouée Kat Ho font leurs débuts chez Jones & Sunn, une multinationale sur le point d’entrer en bourse. Alors que la banque Lehman Brothers fait faillite aux États-Unis, la tension commence à se faire sentir au sein de l’entreprise. Lee Xiang et Kat Ho vont petit à petit découvrir le monde extravagant et outrancier de la finance…

Office, c’est comme si La La Land était revisité par un maître du Cinéma d’action made in Hong Kong! Johnny To, qu’on connaît notamment pour son dyptique « Election », s’intéresse ici à la crise financière mondiale de 2008 sur le registre de la comédie musicale. L’action se déroule dans une multinationale sur le point d’entrer en bourse et comme dans les soaps américains, on suit ce petit microcosme d’employés et de dirigeants, entre mensonges, magouilles et naïveté pour certains! Ponctué de passages chantés plus ou moins convaincants « Office » est surtout une critique acerbe du Capitalisme sauvage que l’on se plaît à suivre notamment grâce à la caméra virevoltante du maître asiatique aussi à l’aise avec les flingues qu’avec le huis clos musical! Brillant!

4.5

Publicités

Critique Bluray: Money Monster

71pG3zntdlL._SL1000_.jpg

Titre original Money Monster
Réalisation Jodie Foster
Scénario Alan DiFiore
Jim Kouf
Jamie Linden
Sociétés de production Allegiance Theater
Smokehouse Pictures
Sony Pictures Entertainment
TriStar
Village Roadshow Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller
Durée 98 minutes
Sortie 12 mai 2016

LE FILM:

3

Lee Gates est une personnalité influente de la télévision et un gourou de la finance à Wall Street. Les choses se gâtent lorsque Kyle, un spectateur ayant perdu tout son argent en suivant les conseils de Gates, décide de le prendre en otage pendant son émission, devant des millions de téléspectateurs…

Quatrième film en 25 ans pour Jodie Foster la réalisatrice, « Money Monster » traîte d’un sujet brûlant, la spéculation boursière au détriment des petits porteurs, mais sous l’angle du thriller. Avec un excellent Clooney en présentateur de show tv sans scrupules, « Money Monster » ne surprend pas beaucoup mais fait le job en distrayant tout en abordant l’actualité.

TECHNIQUE:

4.5

Nickel!

BONUS:

1.5

On trouve ici quelques scènes coupées et un making of divisé en trois featurettes sans grand intérêt.

VERDICT:

3

Un divertissement à message sans surprises.

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Sony Pictures

CRITIQUE DVD: LA MAISON DES ETRANGERS

Capture

 

  • Réalisé par :  Joseph L. Mankiewicz
  • Avec : Susan HAYWARD , Richard CONTE , Luther ADLER …
  • Année de production :  1949
  • Titre original : HOUSE OF STRANGERS
  • Distributeur :
    FOX

LE FILM: 8.5/10

A sa sortie de prison, l’avocat Max Monetti rend visite à ses trois frères Joe, Pietro et Tony, qui ont évincé leur père Gino à la tête de sa banque. Mais il est refoulé et même menacé de mort. L’éclatement de la famille remonte à l’inculpation du patriarche pour ses actions frauduleuses. Max, son fils préféré, a choisi de le défendre lors du procès, tandis que ses frères le laissèrent aux prises avec la justice. C’est pour avoir cherché à corrompre un magistrat que Max a été en prison. Gino demande à Max sitôt libre de le venger, mais ce dernier ne le fait pas. Il préfère partir de la « maison des étrangers » et vivre auprès d’Irene, son ancienne liaison.

316098_f59f510e5891174b9a2c932c875f1ccd

Splendeur et décadence du rêve américain, voilà un titre qu’on aurait pu donner à ce film méconnu de Joseph L.Mankiewicz. Sorti en 1950, juste après Chaines Conjugales et avant la Porte s’ouvre, la Maison des Etrangers tient autant de la fresque familiale que de la critique d’une société régie par l’argent. Construit comme souvent chez Mankiewicz autour d’un long flashback qui vise à nous expliquer comment et pourquoi Max Monetti a passé sept ans en prison et quelles sont les origines de sa soif de vengeance envers ses frères. Le personnage décédé, le père,  Gino, interprété par le magnifique Edward G.Robinson (prix d’interprétation au festival de Cannes), est la clé de voûte de l’histoire. Cet immigré italien qui a fait sa fortune dans la finance, ne vit sa vie qu’à travers l’argent, négligeant sa famille. Si Max trouve grâce à ses yeux, ses autres fils n’ont droit qu’aux insultes et autres quolibets, créant ainsi une jalousie qui entraînera la famille au clash. Magnifiquement écrit et interprété, la Maison des Etrangers bénéficie d’une somptueuse mise en scène dont le lent travelling dans les escaliers sur un air d’opéra symbolise à merveille l’ascension de Gino. Le Rêve américain et le revers de la médaille…

TECHNIQUE: 8/10

Très belle copie qu’un léger grain et quelques taches ne sauraient ternir. Côté son, une seule VO disponible, de très bonne facture.

BONUS: 0/10

Rien du tout!

VERDICT: 8.5/10

L’un des rares Mankiewicz à n’avoir jamais été édité, et non des moindre! Indispensable!

Disponible en DVD (13 euros) dans les magasin FNAC et FNAC.COM