Critique Bluray: Comancheria

611eZK8CT0L._SL1000_.jpg

Titre original Hell or High Water
Réalisation David Mackenzie
Scénario Taylor Sheridan
Acteurs principaux
Sociétés de production Sidney Kimmel Entertainment
OddLot Entertainment
Film 44
LBI Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Durée 102 minutes
Sortie  7 septembre 2016

LE FILM:

4.5

Après la mort de leur mère, deux frères organisent une série de braquages, visant uniquement les agences d’une même banque. Ils n’ont que quelques jours pour éviter la saisie de leur propriété familiale, et comptent rembourser la banque avec son propre argent. À leurs trousses, un ranger bientôt à la retraite et son adjoint, bien décidés à les arrêter.

L’Anglais David Mackenzie nous avait laissés sous le choc il y a deux ans avec « les poings contre les murs« , film carcéral surpuissant. Il enchaîne ici avec un drôle d’objet filmique, quelque part entre western moderne, polar, et comédie noire. Derrière ses apparences de film de braquage se cache un saisissant portrait d’une certaine Amérique. Si les deux frères incarnés par Ben Foster et Chris Pine se lancent dans les braquages de banque, c’est pour récupérer de quoi lever l’hypothèque sur la maison de leur mère, traitement par l’absurde de la crise des subprimes. Lors de leur cavale, Mackenzie s’amuse avec les conséquences absurdes de la libre circulation des armes, le personnage du shérif se retrouvant contraint d’emprunter un fusil à un civil. Rythmé, tendu, palpitant, remarquablement mis en scène et surtout porté par un casting de feu (mention spéciale à jeff Bridges en shériff chambreur en pré-retraite), « Comancheria » est le polar de l’année!

TECHNIQUE:

4.5

Une définition et des contrastes à tomber! Un régal!

BONUS:

1.5

Un module d’entretiens avec l’équipe, très promo… C’est tout…

VERDICT:

4.5

Indispensable!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) dès le 25 janvier chez Wild Side Video

Critique Bluray: Money Monster

71pG3zntdlL._SL1000_.jpg

Titre original Money Monster
Réalisation Jodie Foster
Scénario Alan DiFiore
Jim Kouf
Jamie Linden
Sociétés de production Allegiance Theater
Smokehouse Pictures
Sony Pictures Entertainment
TriStar
Village Roadshow Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller
Durée 98 minutes
Sortie 12 mai 2016

LE FILM:

3

Lee Gates est une personnalité influente de la télévision et un gourou de la finance à Wall Street. Les choses se gâtent lorsque Kyle, un spectateur ayant perdu tout son argent en suivant les conseils de Gates, décide de le prendre en otage pendant son émission, devant des millions de téléspectateurs…

Quatrième film en 25 ans pour Jodie Foster la réalisatrice, « Money Monster » traîte d’un sujet brûlant, la spéculation boursière au détriment des petits porteurs, mais sous l’angle du thriller. Avec un excellent Clooney en présentateur de show tv sans scrupules, « Money Monster » ne surprend pas beaucoup mais fait le job en distrayant tout en abordant l’actualité.

TECHNIQUE:

4.5

Nickel!

BONUS:

1.5

On trouve ici quelques scènes coupées et un making of divisé en trois featurettes sans grand intérêt.

VERDICT:

3

Un divertissement à message sans surprises.

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Sony Pictures

Critique: Comancheria

490464.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Hell or High Water
Réalisation David Mackenzie
Scénario Taylor Sheridan
Acteurs principaux
Sociétés de production Sidney Kimmel Entertainment
OddLot Entertainment
Film 44
LBI Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Durée 102 minutes
Sortie  7 septembre 2016

Après la mort de leur mère, deux frères organisent une série de braquages, visant uniquement les agences d’une même banque. Ils n’ont que quelques jours pour éviter la saisie de leur propriété familiale, et comptent rembourser la banque avec son propre argent. À leurs trousses, un ranger bientôt à la retraite et son adjoint, bien décidés à les arrêter.

L’Anglais David Mackenzie nous avait laissés sous le choc il y a deux ans avec « les poings contre les murs« , film carcéral surpuissant. Il enchaîne ici avec un drôle d’objet filmique, quelque part entre western moderne, polar, et comédie noire. Derrière ses apparences de film de braquage se cache un saisissant portrait d’une certaine Amérique. Si les deux frères incarnés par Ben Foster et Chris Pine se lancent dans les braquages de banque, c’est pour récupérer de quoi lever l’hypothèque sur la maison de leur mère, traitement par l’absurde de la crise des subprimes. Lors de leur cavale, Mackenzie s’amuse avec les conséquences absurdes de la libre circulation des armes, le personnage du shérif se retrouvant contraint d’emprunter un fusil à un civil. Rythmé, tendu, palpitant, remarquablement mis en scène et surtout porté par un casting de feu (mention spéciale à jeff Bridges en shériff chambreur en pré-retraite), « Comancheria » est le polar de l’année!

4.5

CRITIQUE: ELYSIUM

elysium_ver2_portrait_w532

En 2154, il existe deux catégories de personnes : ceux très riches, qui vivent sur la parfaite station spatiale crée par les hommes appelée Elysium, et les autres, ceux qui vivent sur la Terre devenue surpeuplée et ruinée. La population de la Terre tente désespérément d’échapper aux crimes et à la pauvreté qui ne cessent de ne propager. Max, un homme ordinaire pour qui rejoindre Elysium est plus que vital, est la seule personne ayant une chance de rétablir l’égalité entre ces deux mondes. Alors que sa vie ne tient plus qu’à un fil, il hésite à prendre part à cette mission des plus dangereuses –  s’élever contre la Secrétaire Delacourt et ses forces armées – mais s’il réussit, il pourra sauver non seulement sa vie mais aussi celle de millions de personnes sur Terre…

Après des débuts encourageants avec District 9, Neil Blomkamp livre son deuxième film de science-fiction sous la houlette cette fois de Sony. Grande était la crainte de voir une fois de plus un talent disparaître sous le poids d’une grosse machine; maheureusement c’est encore le cas ici. Si l’on ne peut reprocher grand chose à la mise en scène du jeune cinéaste, le film est victime d’un scénario beaucoup trop hollywoodien, dans le mauvais sens du terme. Avec ces riches vivant sur Elysium, Beverly Hills de l’espace, bien habillés parlant anglais et ces pauvres, sur Terre, entassés les uns sur les autres, sales, malades et parlant espagnol et ces méchants très très méchants, le manichéisme ne pose aucun problème à Blomkamp. Si l’on rajoute par-dessus un bon chantage émotionnel avec une petite condamnée par un cancer que le héros doit sauver, une Jodie Foster économe de son talent autant que des choix de carrière pertinents depuis 15 ans, et un happy end trop beau pour être honnête, on obtient une preuve de plus que les blockbusters de qualité sont rares!

NOTE: 4/10

 

CRITIQUE: CARNAGE

Dans un jardin public, deux enfants de 11 ans se bagarrent et l’un des deux se retrouve avec deux dents cassées. Les parents de la « victime » demandent à s’expliquer avec les parents du « coupable ». La rencontre des deux couples pourrait se transformer en carnage…

Avec « Carnage », Polanski adapte une pièce de Yasmina Reza, y trouvant l’occasion de revenir à un huis-clos et à un décor qu’il affectionne, l’appartement. Alors qu’il abritait un enfant maléfique dans « Rosemary’s baby » ou qu’il était lui-même chargé de mystère dans « le Locataire », l’appartement ici n’est que le vivarium de la comédie humaine. On y observe deux couples d’un niveau socioculturel assez élevé qui, à la suite d’une dispute violente entre leurs enfants, vont voir à petites touches leur vernis social sauter petit à petit pour découvrir leur véritable visage, le même que celui de leurs enfants.

Véritable jeu de massacres entre les quatre personnages ponctué d’alliances qui se font et se défont au gré des déclarations de chacun, le film repose entièrement, comme une pièce de théâtre, sur le texte et ses acteurs. John C. Reilly, Kate Winslet et le génial Christoph Waltz sont parfaits, Jodie Foster malheureusement un peu moins (son jeu m’a personnellement beaucoup gêné). Polanski livre donc une fantaisie brillamment mise en scène mais qui restera un pur exercice de style et un film mineur de sa filmographie.