Critique Bluray: Comme un chien enragé

61MpEj0DIHL._SL1000_.jpg

Titre original At close range
Réalisation James Foley
Scénario Nicholas Kazan & Elliott Lewitt
Acteurs principaux
Sociétés de production Hemdale Film Corporation (en)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller
Durée 111 minutes
Sortie 14 janvier 1987

LE FILM:

4

Brad Jr. vient d’arrêter ses études et s’ennuie ferme dans sa petite ville de Pennsylvanie où il passe son temps à traîner avec son frère et ses amis. Lorsque son père, Brad Sr., refait surface après des années d’absence, il est immédiatement subjugué par cet homme devenu leader d’un gang local et décide de le suivre. Mais sa rencontre avec Terry, une jeune lycéenne, et l’attitude de Brad Sr., de plus en plus violent et intraitable, amènent Brad Jr. à vouloir prendre du recul vis-à-vis de son père et à monter son propre gang…

Tiré d’une histoire vraie, « comme un chien enragé » est le portrait d’une famille dysfonctionnelle dans l’Amérique profonde. Quand Brad Jr s rapproche de son père perdu de vue, c’est pour tomber dans les mêmes outrances que ce dernier. Si le scénario ne réserve que peu de surprises, on ne peut qu’être fasciné par la prestation d’un casting complètement fou: Christopher Walken incarne le père avec ce regard capable de passer de la tendresse à la folie, Sean et Chris Penn jouent les frangins et l’on peut suivre les premiers pas de kiefer Sutherland et Crispin Glover! Un plaisir!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie remarquable à tous les niveaux!

BONUS:

3.5

On trouve ici une intéressante interview de James Foley. Dans cette belle édition concoctée par Carlotta, on trouve également le dossier de presse, l’affiche et quelques photos d’exploitation!

VERDICT:

4

Une belle édition pour un film d’acteurs!

Disponible en combo Bluray/dvd (27.99 euros) dès le 22 août chez Carlotta

Publicités

Critique Reprise: Propriété Privée

378780.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Duke et Boots sont deux voyous. Un jour, alors qu’ils traînent du côté d’une station service ils voient une jeune femme à bord d’une belle voiture et décident de la suivre. Ils s’installent à côté de chez elle dans une villa inhabitée afin de l’épier…

Le 7 septembre prochain, grâce à Carlotta Films, les spectateurs pourront découvrir un film méconnu mais qui mérite toutefois largement le détour, « Propriété Privée », réalisé par le tout aussi méconnu Leslie Stevens. Sur la forme, il s’agit ici d’un thriller totalement maîtrisé sur un duo de marginaux ayant jeté leur dévolu sur une « desperate housewife » délaissée par un mari obsédé par son travail. Le suspense est rondement mené, la tension montant crescendo jusqu’à un final tendu comme un arc. Sur le fond, Stevens offre ici un portrait acide de l’American Dream, alors que dans l’une des premières scènes du film, un bourgeois explique aux deux marginaux qu »il y a des choses qui ne se mélangent pas » quand ils semblent intéressés par la riche épouse. La description de la vie du couple de bourgeois est également sans équivoque: la femme est au foyer et fait partie des meubles, attendant l’argent de poche que voudra bien lui verser son époux. Elle aura beau user de ses charmes, son mari ne lui prête guère attention. Si l’on connaît très peu ce film, on peut aisément penser qu’il ait pu inspirer d’autres oeuvres tant l’on pense tantôt aux « Nerfs à vif », aux « Chiens de paille », « Orange Mécanique » ou encore au « Funny Games » d’Haneke. Brillamment mis en scène et superbement photographié, « Propriété privée » vaut pour l’interprétation de Corey Allen et du débutant Warren Oates! Un chef d’oeuvre à découvrir absolument!!!

4.5

 

Critique bluray: Mariage à l’Italienne

71fnB-9iPeL._SL1500_

  • Date de sortie salles:
    30 décembre 1964
  • Réalisé par :
    Vittorio de Sica
  • Avec :
    Sophia Loren, Marcello Mastroianni, Aldo PUGLISI…
  • Durée :
    1h35min
  • Pays de production :
    Italie
  • Année de production :  1964
  • Titre original : MATRIMONIO ALL’ITALIANA
  • Distributeur :
    IMPERIA/1993 : CINE CLASSIC

LE FILM:

4.5

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Domenico Soriano, commerçant appartenant à une famille napolitaine aisée, rencontre dans un bordel Filumena Marturano, une femme d’origine humble. Il en tombe amoureux et l’emmène vivre chez lui. Après vingt ans de concubinage, et bien qu’elle ait toujours scrupuleusement joué son rôle de femme et de domestique, Filumena n’a pas encore reçu de proposition de mariage et décide de faire croire à Domenico qu’elle est mourante…

Pas vraiment une comédie mais pas non plus vraiment un drame, ce « Mariage à l’Italienne » est pour Vittorio de Sica l’occasion de réunir une nouvelle fois le célèbre couple Loren/Mastroianni et de le faire briller. Avec une structure non linéaire, parsemée de flash-backs, on assiste à l’histoire d’un couple dans lequel Domenico domine et joue avec Filumena. Puis au fil du temps, le rapport de force s’inverse et Filumena se fait épouser par Domenico grâce à un chantage savamment mené! Un petit régal magnifié par le superbe thème musical d’ Armando Trovajoli!

TECHNIQUE:

3.5

Une restauration satisfaisante malgré un grain très présent sur certaines scènes. La VO est bien sûr à privilégier par son ampleur.

BONUS:

4

On trouve ici en plus de la bande annonce une interview de deux critiques de cinéma sur leur vision du film.

VERDICT:

4.5

Un petit bijou!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Carlotta Films


Critique: le Cousin Jules

151417.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Réalisé par :
    Dominique Benicheti
  • Durée :
    1h31min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  1972
  • Titre original : Le cousin Jules

Dans la campagne bourguignonne, vit un couple d’octogénaires. Jules est forgeron et passe ses journées à créer des objets en fer. Sa femme, Félicie, s’occupe du potager, prépare leurs repas et partage avec lui le café du matin dans la forge. La simplicité de leur routine quotidienne nous immisce dans l’intimité d’une relation de toute une vie…

Tourné dans les années 70, ce documentaire a la particularité d’avoir été tourné en 35 mm Cinémascope et ne trouva malheureusement pas de distributeur. Sa récente restauration nous permet donc de découvrir ce formidable film. S’il fut tourné sur une période de cinq ans, le film de Benicheti nous donne l’impression de se dérouler sur une seule journée. On assiste donc au quotidien de Jules, le forgeron, et sa femme, Félicie. Mis en image avec un vrai soin, le film offre des plans de toute beauté. Au-delà de ses qualités esthétiques, « le cousin Jules » nous montre un magnifique couple, qui n’a pas besoin de mots pour s’aimer, et quand, à l’occasion d’une délicate ellipse, la faucheuse s’en vient cueillir Félicie, l’émotion est là. C’est simple, c’est beau et c’est indispensable!

4.5

Idée Cadeau: le Coffret Harold Lloyd

81jzhdZIrRL._SL1500_

Vous ne savez pas quoi offrir à un ami cinéphile à Noël! Carlotta a une excellente idée pour vous: un coffret 9 Dvd regroupant 16 longs métrages, 13 courts métrages et des docs passionnants sur Harold Lloyd, l’une des grandes stars du slapstick! De quoi passer plus d’une vingtaine d’heures à rire et découvrir qu’il n’y a pas que le célèbre « Monte-là dessus » dans la filmographie du célèbre binoclard!

Voici le contenu du coffret:

DISQUE 1
Longs métrages :
– « Et puis ça va ! » (1922 – 60′)
– « Le talisman de grand-mère » (1922 – 56′)
Courts métrages :
– « Mon ami le voisin » (1919 – 9′)
– « Ma fille est somnambule » (1920 – 26′)
– « Harold bonne d’enfant » (1921 – 36′)
DISQUE 2
Longs métrages :
– « Monte là-dessus » (1923 – 73′)
– « À la hauteur » (1930 – 91′)
Court métrage :
– « Voyage au Paradis » (1921 – 29′)

 

DISQUE 3
Longs métrages :
– « Ça t’la coupe » (1924 – 77′)
– « Une riche famille » (1924 – 55′)
– « Pour l’amour du ciel » (1926 – 55′)
Court métrage :
– « La vie de Billy » (1919 – 13′)

 

DISQUE 4
Longs métrages :
– « Vive le sport ! » (1925 – 76′)
– « Faut pas s’en faire » (1923 – 63′)
Courts métrages :
– « Harold à la rescousse » (1917 – 10′)
– « Un, deux, trois… partez ! » (1919 – 10′)
– « Le manoir hanté » (1920 – 25′)

 

DISQUE 5
Longs métrages :
– « Le petit frère » (1927 – 82′)
– « En vitesse » (1928 – 86′)
Court métrage :
– « Rien ne va plus » (1919 – 25′)

 

DISQUE 6
Longs métrages :
– « Silence on tourne ! » (1932 – 92′)
– « Quel phénomène ! » (1929 – 113′)
Court métrage :
– « On n’entre pas » (1919 – 13′)

 

DISQUE 7
Longs métrages :
– « Patte de chat » (1934 – 98′)
– « Marin malgré lui » (1921 – 47′)
Courts métrages :
– « Oh, la belle voiture ! » (1920 – 25′)
– « Viré à l’ouest » (1920 – 24′)

 

DISQUE 8
Long métrage :
– « Soupe au lait » (1936 – 84′)
Court métrage :
– « Harold chez les pirates » (1920 – 18′)
Archives :
– La famille Lloyd à la plage (9′)
– Un après-midi à Greenacres (6′)
– Golf à Greenacres (8′)
– Home movie 1932 – Partie 1 (9′)
– Home movie 1932 – Partie 2 (8′)
– Home movie 1932 – Partie 3 (8′)
– Home movie 1932 – Partie 4 (8′)

 

DISQUE 9
Documentaires :
– « Le monde comique d’Harold Lloyd » (1962 – N&B – 93′)
– « Harold Lloyd’s Funny Side of Lige » (1963 – N&B – 95′)
Archive :
– Social Security in action (14′)

 

Disponible en Coffret 9 DVD (49.99 euros) chez Carlotta Films

Critique Bluray: Assurance sur la Mort

81dnet-Y-8L._SL1500_

  • Réalisé par :
    Billy Wilder
  • Avec :
    Fred MacMURRAY, Barbara STANWYCK, Edward G. Robinson…
  • Durée :
    1h47min
  • Pays de production :
     Etats-Unis
  • Année de production :  1944
  • Titre original : DOUBLE INDEMNITY
  • Distributeur :
    PARAMOUNT

LE FILM: 10/10

Agent d’assurances, Walter Neff est fasciné par Phyllis Dietrichson, l’une de ses clientes. Ensemble, ils préparent l’assassinat de son mari, non sans que Walter n’ait fait souscrire à ce dernier une police d’assurance vie…

Chef d’oeuvre absolu que ce quatrième film de Billy Wilder. Classique et référence absolue du film noir, Assurance sur la Mort s’ouvre sur la confession de Walter Neff avouant avoir tué le mari de Phyllis Dietrichson. S’il n’y a donc plus de suspense sur l’identité de la victime comme de l’assassin, ce bijou scénaristique joue tout le film sur le sort des amants criminels sur lesquels la fatalité semble s’acharner! Wilder rend non seulement le crime banal avec un assassin, Monsieur Toutlemonde, mais s’amuse avec le spectateur avec son écriture finement ciselée.

assurance sur la mort

La mise en scène, brillante, sublime l’ensemble, soutenue par un trio d’acteurs au cordeau, Fred McMurray, Barbara Stanwyck idéale dans ce rôle de manipulatrice vénale et le génial Edward G. Robinson en assureur à qui on ne l’a fait pas!

L’un des plus grands films de tous les temps!

TECHNIQUE: 7/10

Une copie honnête malgré un grain assez présent mais pas de différence vraiment frappante avec la précédente édition DVD de Carlotta. Les deux versions audio sont en HD!

BONUS: 7/10

On trouve ici les mêmes bonus que sur l’édition DVD parue en 2006, à l’exception d’une version téléfilm ici absente. On trouve donc un commentaire audio d’un historien et d’un scénariste,  un documentaire sur le film et un autre sur le travail de Billy Wilder.

VERDICT: 10/10

Indispensable évidemment!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Carlotta Films

 

Critique Reprise: Othello

371325_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Réalisé par :
    Orson Welles
  • Avec :
    Orson Welles, Suzanne CLOUTIER, Michael MAC LIAMMOIR
  • Durée :
    1h30min
  • Pays de production :
    Maroc
  • Année de production : 1952
  • Titre original : Othello
  • Distributeur :
    LES FILMS MARCEAU COCINOR/1995:ACTION GITANES

Nègre mercenaire, Othello est général de la flotte vénitienne. Un de ses officiers, Iago, qui le hait et en qui il a pourtant confiance, fait naitre le doute dans son esprit en suggérant que Desdemone, son épouse, est la maitresse de Cassio, second bien-aimé d’Othello. Ivre de jalousie, Othello étouffe sa femme puis se suicide. Emilia, femme de Iago, avouera le role tenu par son mari dans ce drame…

Annex%20-%20Welles,%20Orson%20(Othello)_NRFPT_01

Quatre ans après Macbeth, Orson Welles donne naissance à une nouvelle adaptation de Shakespeare malgré les difficultés financières, Othello! Le quatre années de tournage et les soucis de casting ne terniront en rien l’éclat de ce qui reste comme l’une des très grandes réussites du cinéaste. Le génie de la mise en scène de Welles n’est que plus éclatant dans ce projet « bon marché » et les décors d’Alexandre Trauner n’y sont pas pour rien! A redécouvrir absolument sur grand écran dans une copié restaurée de toute beauté grâce à Carlotta!

NOTE: 9.5/10