Critique Bluray: Tout le monde dit I love you

71-5+VMer3L._SL1500_.jpg

Titre original Everyone Says I Love You
Réalisation Woody Allen
Scénario Woody Allen
Acteurs principaux
Sociétés de production Buena Vista Pictures
Miramax Films
Sweetland Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre film musical, comédie et romance
Durée 101 minutes
Sortie 12 février 1997

LE FILM:

4.5

Djuna vit à New-York dans une famille aisée et plutôt turbulente. Steffi, sa mère divorsée, veut « faire dans le social ». Bob, son nouveau mari, est millionnaire et démocrate. Drame : son fils est maladivement Républicain ! Sa fille Skylar, fiancée à Holden, craque pour le premier repris de justice soi-disant repenti que Steffi ramène à la maison ! Quant aux deux dernières, Lane et Laura, elles ne pensent qu’au premier flirt ! Pour les vacances, voilà Djuna avec son père Joeà Venise, où ils rencontrent la superbe Von… et son mari !

Le cru de 1996 du plus régulier des cinéastes, Woody Allen, est une comédie musicale! Certes, le marivaudage est comme souvent présent avec les histoires d’amour de toute une famille, entre New-York, Venise et Paris. Les jeunes cumulent les conquêtes ou rêvent au grand amour, les vieux tentent de recoller les morceaux d’une vie sentimentale cabossée, tout ceci ponctué de numéros chantés et dansés toujours surprenants et totalement jubilatoires comme cette séquence dans l’hôpital ou malades, médecins et infirmières se livrent à une folle chorégraphie ou encore ce ballet de fantômes en plein enterrement! Le casting est à tomber (Julia Roberts, Alan Ladd, Goldie Hawn, Edward Norton, Tim Roth…) et Woody ne se prive pas d’une petite dose de cynisme, en brocardant non seulement mais les Républicains mais également les Démocrates qui ont l’air d’avoir du mal à appliquer leurs grands principes!  S’il s’agit ici d’un des plus grands succès de son réalisateur, « Tout le monde dit I love you » est aussi l’un de ses meilleurs films!

TECHNIQUE:

4

Une copie correcte sans vraiment impressionner!

BONUS:

Pas de bonus ici, comme c’est l’habitude pour les films de Woody Allen!

VERDICT:

4.5

Indispensable!!!

Disponible en DVD (9.99 euros) et bluray (14.99 euros) chez Metropolitan Vidéo

Critique: Birdman

511837.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie :
    25 février 2015
  • Réalisé par :
    Alejandro Gonzalez Inarritu
  • Avec :
    Michael KeatonZach GalifianakisEdward Norton
  • Durée :
    1h59min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Birdman or (The Unexpected Virtue of Ignorance)
  • Distributeur :
    20th Century Fox

À l’époque où il incarnait un célèbre super-héros, Riggan Thomson était mondialement connu. Mais de cette célébrité il ne reste plus grand-chose, et il tente aujourd’hui de monter une pièce de théâtre à Broadway dans l’espoir de renouer avec sa gloire perdue. Durant les quelques jours qui précèdent la première, il va devoir tout affronter : sa famille et ses proches, son passé, ses rêves et son ego…
S’il s’en sort, le rideau a une chance de s’ouvrir…

Quatre ans après un très décevant Biutiful, on attendait beaucoup de ce Birdman, qui plus est après son passage réussi aux derniers Oscars (meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario). Si l’on est loin du ratage Biutiful, force est de reconnaître que l’on reste un peu sur notre faim. Sur la forme, le résultat est remarquable! Grâce à un astucieux montage, Inarritu enchaîne les plans séquences vertigineux pour nous faire croire à un plan séquence unique. Cela donne une impression assez folle de direct et un rythme parfois presque épuisant. Autre satisfaction, le jeu des acteurs, tous éblouissants, Michael Keaton en tête, choix pertinent et même troublant tant son destin et celui de son personnage s’entrecroisent (Batman/Birdman), Edward Norton déchaîné et Emma Stone, de plus en plus intéressante. Sur le fond, malheureusement, le brillant exercice de style ne sert pas grand chose tant le discours d’Inarritu sur les acteurs et la célébrité a déjà été entendu maintes et maintes fois. Dommage…

3