Critique: Faute d’Amour

588369.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original Нелюбовь
Loveless
Réalisation Andreï Zviaguintsev
Scénario Oleg Neguine
Andreï Zviaguintsev
Acteurs principaux

Mariana Spivak
Alexeï Rozin

Sociétés de production Non-stop Production
FetisOFF IllusiON
Why Not Productions
Senator Film
Les Films du Fleuve
Pays d’origine Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Drame
Durée 127 minutes
Sortie 20 Septembre 2017

Boris et Genia sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Genia fréquente un homme aisé qui semble prêt à l’épouser… Aucun des deux ne semble avoir d’intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu’à ce qu’il disparaisse.

Cinquième film du Russe Andreï Zviaguintsev, après les remarqués « Elena » et « Leviathan« , « Faute d’Amour » a raflé très justement le Prix du Jury lors du dernier Festival de Cannes. A travers une histoire de famille, le cinéaste dénonce les travers de sa patrie et de ses institutions. Boris et Genia, en pleine séparation, sont chacun obsédés par leur propre personne et leurs histoires d’amour respectives. Entre les deux, le petit Aliocha reste invisible à leurs yeux et souffre en silence de voir ses parents s’éloigner l’un de l’autre mais aussi de lui. Tout à coup, la disparition de l’enfant va rappeler les parents à leurs responsabilités mais aussi malheureusement, offrir à chacun des munitions contre l’autre. A côté de ça, la justice russe impuissante à gérer l’affaire, les recherches sont confiées à une sorte de « milice privée ». A travers cette histoire qui aurait pu donner lieu à un thriller, Zviaguintsev décide de parler, plus que d’une disparition d’un enfant, de la disparition de l’amour, tant tous ses personnages rivalisent de cynisme et d’égoïsme. Puissant par son histoire, « Faute d’Amour » l’est également par son interprétation et sa mise en scène en tous points remarquable. L’un des plus grands films de 2017, si ce n’est le plus grands! Chef d’oeuvre!

5

Critique Dvd: Leviathan

81wllTnul2L._SL1467_

  • Date de sortie :
    24 septembre 2014
  • Réalisé par :
    Andreï Zviaguintsev
  • Avec :
    Alexei SEREBRIAKOVElena LyadovaVladimir Vdovichenkov
  • Durée :
    2h21min
  • Pays de production :
    Russie
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Leviafan
  • Distributeur :
    Pyramide

LE FILM:

4.5

 

Kolia habite une petite ville au bord de la mer de Barents, au nord de la Russie. Il tient un garage qui jouxte la maison où il vit avec sa jeune femme Lylia et son fils Roma qu’il a eu d’un précédent mariage. Vadim Cheleviat, le maire de la ville est bien décidé à s’approprier, de gré ou de force, le terrain de Kolia, sa maison et son garage. Mais ce dernier ne peut pas supporter de perdre tout ce qu’il possède, non seulement le terrain mais aussi la beauté qui l’entoure depuis sa naissance. Face aux intimidations de l’homme politique, il fait appel à Dmitri, son vieil ami devenu avocat à Moscou. Alors Vadim Chelevia devient plus agressif.

Deux ans après l’excellent « Elena« , Zviaguintsev continue son portrait de la Russie d’aujourd’hui en pointant cette fois du doigt la corruption qui gangrène les élites politiques mais aussi les ravages de l’alcoolisme dans toutes les strates de la société russe. Une réussite totale pour ce film qui non seulement multiplie les pistes de réflexion mais propose également du vrai cinéma avec une mise en scène brillante, une photo somptueuse et une interprétation irréprochable. Voilà un film qui aurait fait une très belle Palme d’Or!

TECHNIQUE:

4

 

 

Un résultat plus que convaincant pour le support!

BONUS:

3.5

 

Outre quelques scènes coupées, on trouve une intéressante interview du réalisateur.

VERDICT:

4.5

 

Un grand cinéaste est né!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Pyramide Vidéo