Critique: L’Eté

1436964.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Лeто
Réalisation Kirill Serebrennikov
Scénario Mikhaïl Idov
Lili Idova
Acteurs principaux
Sociétés de production Hype film
Pays d’origine Drapeau de la Russie Russie
Genre Drame
Sortie 5 décembre 2018

Leningrad. Un été du début des années 80. En amont de la Perestroïka, les disques de Lou Reed et de David Bowie s’échangent en contrebande, et une scène rock émerge. Mike et sa femme la belle Natacha rencontrent le jeune Viktor Tsoï. Entourés d’une nouvelle génération de musiciens, ils vont changer le cours du rock’n’roll en Union Soviétique.

Résolument opposant au régime de Poutine, Kirill Serebrennikov n’a pu sortir de Russie pour venir présenter son dernier film au Festival de Cannes. « L’Eté » est ce que l’on pourrait qualifier de biopic sans en emprunter les codes. Tourné en noir et blanc, à l’instar de « Control » d’Anton Corbijn, sur un sujet similaire, « l’Eté » retrace la naissance du groupe de rock Kino dans les années 80 dans une Russie peu libertaire. Magnifiquement photographié, le film de Serebrennikov offre quelques magnifiques scènes musicales fantasmatiques et propose quelques moments de grâce lorsque des passants entonnent des tubes de Lou Reed ou Bowie. Se concentrant sur le trio Mike/Natacha/Viktor, tous les seconds rôles sont malheureusement délaissés et la seconde partie tombe dans un faux rythme un peu léthargique, que les rares rebondissements ne parviennent pas à briser. Si le film est donc esthétiquement une réussite et le sujet éminemment politique, l’ennui guette et l’on se dit que l’on passe à côté de quelque chose de grand. Dommage…

3.5

Critique: Arrythmia (Festival de Cinéma Européen des Arcs)

Arrhytmia.jpg

Boris KHLEBNIKOV

Russie, Finlande, Allemagne

2017 / 116’ / VO : Russe

Un médecin urgentiste, Oleg, la trentaine, prend à cœur son métier, un peu trop peut-être. Au travail, il s’oppose à sa hiérarchie qui veut appliquer de nouvelles règles absurdes au détriment des patients. Katya, sa femme qui est infirmière à l’hôpital lui reproche parfois son implication, mais aussi son penchant pour l’alcool. Un jour, lors d’une fête de famille, elle lui annonce par texto qu’elle veut divorcer. Parviendra-t-il à sauver son couple ?

Présenté en compétition lors du dernier Festival de Cinéma Européen des Arcs, « Arrythmia » représentait fièrement les couleurs de la Russie, prouvant une fois de plus la belle vitalité de ce Cinéma. Boris Khlebnikov parvient à mêler l’histoire d’un couple, Oleg, ambulancier à la descente facile et Katya, infirmière qui tente de sauver son couple et sortir son mari de ses penchants alcooliques, mais aussi la chronique sociale. Khlebnikov dénonce habilement les dérives du productivisme jusque dans le système de santé, imposant aux ambulanciers de ne pas mettre plus de vingt minutes par intervention! Drôle, choc et émouvant, « Arrythmia » met en scène deux personnages passionnants et remarquablement écrits et s’impose forcément comme l’un des films majeurs de cette sélection!