Critique: L’Eté

1436964.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Лeто
Réalisation Kirill Serebrennikov
Scénario Mikhaïl Idov
Lili Idova
Acteurs principaux
Sociétés de production Hype film
Pays d’origine Drapeau de la Russie Russie
Genre Drame
Sortie 5 décembre 2018

Leningrad. Un été du début des années 80. En amont de la Perestroïka, les disques de Lou Reed et de David Bowie s’échangent en contrebande, et une scène rock émerge. Mike et sa femme la belle Natacha rencontrent le jeune Viktor Tsoï. Entourés d’une nouvelle génération de musiciens, ils vont changer le cours du rock’n’roll en Union Soviétique.

Résolument opposant au régime de Poutine, Kirill Serebrennikov n’a pu sortir de Russie pour venir présenter son dernier film au Festival de Cannes. « L’Eté » est ce que l’on pourrait qualifier de biopic sans en emprunter les codes. Tourné en noir et blanc, à l’instar de « Control » d’Anton Corbijn, sur un sujet similaire, « l’Eté » retrace la naissance du groupe de rock Kino dans les années 80 dans une Russie peu libertaire. Magnifiquement photographié, le film de Serebrennikov offre quelques magnifiques scènes musicales fantasmatiques et propose quelques moments de grâce lorsque des passants entonnent des tubes de Lou Reed ou Bowie. Se concentrant sur le trio Mike/Natacha/Viktor, tous les seconds rôles sont malheureusement délaissés et la seconde partie tombe dans un faux rythme un peu léthargique, que les rares rebondissements ne parviennent pas à briser. Si le film est donc esthétiquement une réussite et le sujet éminemment politique, l’ennui guette et l’on se dit que l’on passe à côté de quelque chose de grand. Dommage…

3.5

Publicités

Critique: Arrythmia (Festival de Cinéma Européen des Arcs)

Arrhytmia.jpg

Boris KHLEBNIKOV

Russie, Finlande, Allemagne

2017 / 116’ / VO : Russe

Un médecin urgentiste, Oleg, la trentaine, prend à cœur son métier, un peu trop peut-être. Au travail, il s’oppose à sa hiérarchie qui veut appliquer de nouvelles règles absurdes au détriment des patients. Katya, sa femme qui est infirmière à l’hôpital lui reproche parfois son implication, mais aussi son penchant pour l’alcool. Un jour, lors d’une fête de famille, elle lui annonce par texto qu’elle veut divorcer. Parviendra-t-il à sauver son couple ?

Présenté en compétition lors du dernier Festival de Cinéma Européen des Arcs, « Arrythmia » représentait fièrement les couleurs de la Russie, prouvant une fois de plus la belle vitalité de ce Cinéma. Boris Khlebnikov parvient à mêler l’histoire d’un couple, Oleg, ambulancier à la descente facile et Katya, infirmière qui tente de sauver son couple et sortir son mari de ses penchants alcooliques, mais aussi la chronique sociale. Khlebnikov dénonce habilement les dérives du productivisme jusque dans le système de santé, imposant aux ambulanciers de ne pas mettre plus de vingt minutes par intervention! Drôle, choc et émouvant, « Arrythmia » met en scène deux personnages passionnants et remarquablement écrits et s’impose forcément comme l’un des films majeurs de cette sélection!

 

Critique Dvd: The Major

81l-yuTlaSL._SL1500_

  • Date de sortie salles :
    06 novembre 2013
  • Réalisé par :
    Yury Bykov
  • Avec :
    Denis Chvédov, Irina Nizina, Ilya Isayev…
  • Durée :
    1h39min
  • Pays de production :
    Russie
  • Année de production :  2013
  • Titre original : Mayor
  • Distributeur :
    Zootrope Films

LE FILM:

4

Un jour d’hiver, Serguei Sobolev, un commandant de police locale, est en route vers l’hôpital où sa femme s’apprête à accoucher. Surexcité il conduit trop vite et renverse un enfant qui meurt à la suite de l’accident. Le commandant a deux options : aller en prison ou cacher le crime. Sobolev décide alors de compromettre sa conscience et appelle un collègue pour l’aider.

Si le thème de ce film russe, la corruption généralisée qui gangrène l’ex-URSS,  n’a rien d’original, la forme fait de « the Major » un film réussi. Le réalisateur traite ici son sujet sous la forme d’un polar mené tambour battant; point de salut ni de héros, tout est noir et nous scotche d’un bout à l’autre! Une vraie surprise!

TECHNIQUE:

4

Rien à dire pour le support!

BONUS:

Pas de bonus sur cette édition excepté un petit livret avec une interview du réalisateur!

VERDICT:

4

Un film coup de poing!

Disponible en DVD( 14.99 euros) chez Luminor film

Critique: Enfant 44

574925.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie :
    15 avril 2015
  • Réalisé par :
    Daniel Espinosa
  • Avec :
    Tom Hardy, Gary Oldman, Noomi Rapace…
  • Durée :
    2h16min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Child 44
  • Distributeur :
    SND

Hiver 1952, Moscou. Leo Demidov est un brillant agent de la police secrète soviétique, promis à un grand avenir au sein du Parti. Lorsque le corps d’un enfant est retrouvé sur une voie ferrée, il est chargé de classer l’affaire. Il s’agit d’un accident, Staline ayant décrété que le crime ne pouvait exister dans le parfait Etat communiste. Mais peu à peu, le doute s’installe dans l’esprit de Léo et il découvre que d’autres enfants ont été victimes « d’accidents » similaires. Tombé en disgrâce, soupçonné de trahison, Léo est contraint à l’exil avec sa femme, Raïssa. Prenant tous les risques, Léo et Raïssa vont se lancer dans la traque de ce tueur en série invisible, qui fera d’eux des ennemis du peuple…

Trois ans après un prometteur « Sécurité Rapprochée« , le Suédois Daniel Espinosa revient avec un polar historico-moscovite pas totalement réussi mais pas complètement raté non plus, en tout cas surprenant dans son positionnement commercial. Si l’on ne peut que louer l’intérêt historique du projet et sa noirceur, peu en adéquation avec la production standard hollywoodienne, on regrettera deux choses. Tout d’abord, si l’on ne peut critiquer le casting avec notamment Tom Hardy, Noomi Rapace, Gary Oldman ou encore Vincent Cassel, il est toujours dur d’accepter ces castings internationaux pour interpréter des Russes; si, comme moi, vous n’avez pu visionner le film en version originale, vous aurez en plus dû supporter une version française plus que moyenne et ça fait beaucoup! D’autre part, le film manque cruellement de rythme et de suspense et les rares scènes d’action, caméra à l’épaule, pâtissent d’un abus de vodka de la part du chef op! Bref, un projet ambitieux mais peu convaincant…

2.5

Critique Dvd: Leviathan

81wllTnul2L._SL1467_

  • Date de sortie :
    24 septembre 2014
  • Réalisé par :
    Andreï Zviaguintsev
  • Avec :
    Alexei SEREBRIAKOVElena LyadovaVladimir Vdovichenkov
  • Durée :
    2h21min
  • Pays de production :
    Russie
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Leviafan
  • Distributeur :
    Pyramide

LE FILM:

4.5

 

Kolia habite une petite ville au bord de la mer de Barents, au nord de la Russie. Il tient un garage qui jouxte la maison où il vit avec sa jeune femme Lylia et son fils Roma qu’il a eu d’un précédent mariage. Vadim Cheleviat, le maire de la ville est bien décidé à s’approprier, de gré ou de force, le terrain de Kolia, sa maison et son garage. Mais ce dernier ne peut pas supporter de perdre tout ce qu’il possède, non seulement le terrain mais aussi la beauté qui l’entoure depuis sa naissance. Face aux intimidations de l’homme politique, il fait appel à Dmitri, son vieil ami devenu avocat à Moscou. Alors Vadim Chelevia devient plus agressif.

Deux ans après l’excellent « Elena« , Zviaguintsev continue son portrait de la Russie d’aujourd’hui en pointant cette fois du doigt la corruption qui gangrène les élites politiques mais aussi les ravages de l’alcoolisme dans toutes les strates de la société russe. Une réussite totale pour ce film qui non seulement multiplie les pistes de réflexion mais propose également du vrai cinéma avec une mise en scène brillante, une photo somptueuse et une interprétation irréprochable. Voilà un film qui aurait fait une très belle Palme d’Or!

TECHNIQUE:

4

 

 

Un résultat plus que convaincant pour le support!

BONUS:

3.5

 

Outre quelques scènes coupées, on trouve une intéressante interview du réalisateur.

VERDICT:

4.5

 

Un grand cinéaste est né!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Pyramide Vidéo

Critique Bluray 3D: Stalingrad

A1vg80JVApL._SL1500_

LE FILM:

1.5

 

 

En 1942, les troupes allemandes atteignent les rives de la Volga mais échouent dans leur tentative de franchir le fleuve. Les troupes soviétiques ont dû battre en retraite. Cependant, quelques soldats sont restés sur place et se terrent dans une maison, près de la rive, occupée par quelques civils. Parmi eux, Masha, une jeune fille dont la maison est occupé par les Allemands. Les Allemands lancent l’assaut contre la maison, et l’officier qui les commande devient amoureux de Masha. Au coeur de la bataille la plus sanglante de l’histoire de l’Humanité débute une histoire d’amour, et, dès lors, les soldats doivent protéger cette jeune fille à tout prix.

Premier film russe entièrement tourné en 3D, ce Stalingrad pouvait aiguiser notre curiosité! Les amateurs d’Histoire ou de grande fresque guerrière resteront sur leur faim! En effet, structuré sur un flashback (curieusement, le film débute au Japon au lendemain du Tsunami de 2011!!!), Stalingrad nous fait suivre deux groupes de personnages: des soldats russes accompagnés d’une civile et de l’autre côté, un officier allemand qui tient en otage une jeune femme russe. Le film s’intéresse donc particulièrement à deux histoires d’amour dont une un peu dérangeante, celle entre l’officier allemand et son otage débutant par un viol. A côté de ces bluettes sans grand intérêt, le film est parsemé de scènes d’action plus proche de Michael Bay que du Soldat Ryan, très esthétisantes et essentiellement au ralenti! Tout réalisme est donc mis de côté au profit de coups d’éclats pyrotechniques tout à la gloire de notre chère Russie à la grande joie de l’ami Poutine qui en a certainement fait son film de chevet!

TECHNIQUE:

4

Très belle copie avec une 3D très réussie, sans aucun effet de dédoublement et un son explosif!

BONUS:

1.5

Outre les bandes-annonces, on trouve un court making of sans intérêt!

VERDICT: 

1.5

Les amateurs de 3D y trouveront peut-être leur bonheur! Les autres…

Disponible en DVD( 19.99 euros), bluray (24.99 euros) et bluray 3D (29.99 euros) chez SPHE