Critique Bluray: l’Effrontée

719P-IT0-bL._SL1500_.jpg

 

Réalisation Claude Miller
Scénario Claude Miller
Luc Béraud
Bernard Stora
Annie Miller
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 96 minutes
Sortie 11 décembre 1985

LE FILM:

4.5

Charlotte, 13 ans, vit en province avec son père, son frère et Léone, la bonne. Pour elle l’été s’annonce sans intérêt. Un jour, son chemin croise celui de Clara, une jeune pianiste prodige. Cette rencontre va bouleverser sa vie.

Deux ans après « Mortelle Randonnée », « l’Effrontée » est le cinquième film de Claude Miller. Pour incarner Charlotte, jeune adolescente en quête d’une vie meilleure, il fait confiance à Charlotte Gainsbourg qu’il a remarqué dans « Paroles et Musique » de Chouraqui. Le miracle aura lieu: la fille du chanteur dégage une présence unique et un naturel incroyable. Cette chronique douce amère sur l’adolescence fait mouche par sa justesse, sa finesse et son intelligence. Le film sera un vrai succès et permettra à Bernadette Lafont et Charlotte Gainsbourg de glaner chacune un César. Le revoir plus de trente ans après confirme tout le talent et l’importance de l’oeuvre de Claude Miller.

TECHNIQUE:

4.5

Une copie irréprochable à tous points de vue.

BONUS:

4.5

On trouve ici un document passionnant dans lequel toute l’équipe revient sur la genèse du projet, un très joli sujet dans lequel Ludivine Sagnier explique l’importance du film dans son enfance en tant que spectatrice et enfin une passionnante interview de Charlotte Gainsbourg.

VERDICT:

4.5

L’un des plus beaux films de Claude Miller dans une édition parfaite!

Disponible en Bluray (14.99 euros) chez TF1 VIDEO dès le 25 octobre

 

CRITIQUE BLU-RAY: JE HAIS LES ACTEURS

LE FILM: 7/10

Hollywood 1942. Un agent qui hait les acteurs, une pin-up qui a été mariée 24 fois en 5 ans, un acteur de 50 ans qui veut jouer les jeunes premiers,
un réalisateur paranoïaque, un producteur tyrannique qui pleure en voyant ses films, un fakir qui enlève les maux de tête par osmose, et trois acteurs
assassinés pendant le tournage de « Fils du destin » !

Avant d’empiler les navets tels que les « Taxi », « Wasabi », « Héroïnes » ou encore « Fanfan la tulipe », Gérard Krawczyk réalisa coup sur coup deux productions honnêtes, « Je hais les acteurs » (1986) et « l’Eté en pente douce » (1987). « Je hais les acteurs » est même intéressant à plus d’un titre! Tourné en noir et blanc, à l’exception des scènes d’intro et de fin, le film rend hommage, comme « The Artist » récemment, à l’Age d’Or d’Hollywood. La trouvaille du film est d’avoir confié le rôle des acteurs et nababs hollywoodiens à la crème du Cinéma Français: on retrouve pèle-mêle Bertrand Blier, Michel Galabru, Pauline Lafont, Guy Marchand, Jean Poiret, michel Blanc et bien d’autres! Ce décalage et des dialogues finement ciselés dans la bouche de toutes ces vedettes donnent un résultat souvent drôle et un film toujours ludique malgré une mise en scène manquant un peu de souffle.

Une copie très propre !

LES BONUS: 9/10

Belle brochette d’interviews pleines d’anecdotes: Gérard krawczyk, Jean Nainchrik le producteur, Michel Cenet le directeur photo, Roland Vincent le compositeur et Patrick Florsheim acteur, les deux derniers n’étant présents que sur le blu-ray!

VERDICT: 7/10

Un hommage amusant à l’âge d’or d’Hollywood!

Disponible en dvd (16,99 euros) et blu-ray (19,99 euros) chez Gaumont dès le 10 octobre.