Critique DVD: Ava

91CZ9i+INuL._SL1500_.jpg

Réalisation Léa Mysius
Scénario Léa Mysius
Acteurs principaux
Sociétés de production F comme film
Trois Brigands Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 105 minutes
Sortie 21 juin 2017

LE FILM:

4.5

Ava, 13 ans, est en vacances au bord de l’océan quand elle apprend qu’elle va perdre la vue plus vite que prévu. Sa mère décide de faire comme si de rien n’était pour passer le plus bel été de leur vie. Ava affronte le problème à sa manière. Elle vole un grand chien noir qui appartient à un jeune homme en fuite…

Premier film de Léa Mysius, « Ava » est l’un des films qui ont marqué la Semaine de la Critique du dernier Festival de Cannes. L’histoire de cette adolescente qui apprend juste avant de partir en vacances avec sa mère qu’elle est atteinte d’une maladie qui lui fera perdre la vue d’un jour à l’autre n’est pas traitée sur le mode du drame. C’est un évènement qui va faire prendre conscience à la jeune Ava qu’elle doit profiter de sa vie et de sa vue tant qu’il en est encore temps. Récit initiatique, « Ava » voit son personnage passer de l’enfance à l’âge adulte avec la rencontre du ténébreux Juan, qu’elle s’apprête à suivre, à la vie à la mort, façon Bonnie et Clyde des temps modernes. La jeune réalisatrice affiche dès son premier film un ton et une patte des plus originaux et révèle une jeune actrice, Noée Abita, d’une beauté et d’une présence folles dont on devrait reparler très vite. Un premier film beau, solaire, envoûtant, presque magique!

TECHNIQUE:

4.5

Impeccable même si la très belle photo 35 mm aurait mérité un support HD!

BONUS:

4.5

Outre une excellente et passionnante interview de la jeune réalisatrice, on trouve un court métrage de celle-ci.

VERDICT:

4.5

L’un des premiers films les plus emballants de l’année!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez ARTE EDITIONS

 

Publicités

Critique: Ava

515909.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Léa Mysius
Scénario Léa Mysius
Acteurs principaux
Sociétés de production F comme film
Trois Brigands Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 105 minutes
Sortie 21 juin 2017

Ava, 13 ans, est en vacances au bord de l’océan quand elle apprend qu’elle va perdre la vue plus vite que prévu. Sa mère décide de faire comme si de rien n’était pour passer le plus bel été de leur vie. Ava affronte le problème à sa manière. Elle vole un grand chien noir qui appartient à un jeune homme en fuite…

Premier film de Léa Mysius, « Ava » est l’un des films qui ont marqué la Semaine de la Critique du dernier Festival de Cannes. L’histoire de cette adolescente qui apprend juste avant de partir en vacances avec sa mère qu’elle est atteinte d’une maladie qui lui fera perdre la vue d’un jour à l’autre n’est pas traitée sur le mode du drame. C’est un évènement qui va faire prendre conscience à la jeune Ava qu’elle doit profiter de sa vie et de sa vue tant qu’il en est encore temps. Récit initiatique, « Ava » voit son personnage passer de l’enfance à l’âge adulte avec la rencontre du ténébreux Juan, qu’elle s’apprête à suivre, à la vie à la mort, façon Bonnie et Clyde des temps modernes. La jeune réalisatrice affiche dès son premier film un ton et une patte des plus originaux et révèle une jeune actrice, Noée Abita, d’une beauté et d’une présence folles dont on devrait reparler très vite. Un premier film beau, solaire, envoûtant, presque magique!

4.5

Critique DVD: Jamais Contente

71Whc59dVAL._SL1000_.jpg

Réalisation Émilie Deleuze
Scénario Émilie Deleuze
Marie Desplechin
Ivan Guyot
Laurent Guyot
Acteurs principaux
Sociétés de production Agat Films & Cie – Ex Nihilo
Ad Vitam Distribution
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 89 minutes
Sortie 11 janvier 2017

LE FILM:

4

Mon père est atroce, ma mère est atroce, mes soeurs aussi, et moi je suis la pire de tous. En plus, je m’appelle Aurore. Les profs me haïssent, j’avais une copine mais j’en ai plus, et mes parents rêvent de m’expédier en pension pour se débarrasser de moi. Je pourrais me réfugier dans mon groupe de rock, si seulement ils ne voulaient pas m’obliger à chanter devant des gens. À ce point-là de détestation, on devrait me filer une médaille. Franchement, quelle fille de treize ans est aussi atrocement malheureuse que moi ?

« Jamais contente », c’est un peu « la Boum » de 2017! Ce portrait d’une adolescente, c’est une description aussi fine que drôle d’une période de la vie où l’on déteste pêle-mêle l’école, les parents, les autres tout simplement et où l’on ne s’aime pas beaucoup non plus. Très rythmé, ce petit film s’avère totalement attachant notamment grâce à sa petite actrice, Léna Magnien qui, bien que détestable, ne suscite jamais le rejet, bien au contraire. A ses côtés, les seconds rôles ne sont pas mis à l’écart et bénéficient même d’une interprétation parfaite, notamment Alex Lutz dans le rôle du prof de Français qu’on aurait rêvé d’avoir! Une comédie douce amère des plus emballantes!

TECHNIQUE:

4.5

RAS pour le support!

BONUS:

2

Seul bonus, une rencontre avec la réalisatrice qui commente l’une des scènes du film. Intéressant mais frustrant!

VERDICT:

4

Une comédie sur l’adolescence réussie!

Disponible en DVD (14.99 euros) chez AD VITAM

 

Critique: Home (Festival de Cinéma Européen des Arcs 2016)

home

2016 – Belgique De Fien TROCH Avec : Sebastian VAN DUN, Mistral GUIDOTTI, Loïc BATOG, Lena SUIJKERBUIJK, Karlijn SILEGHEM

Home suit la confrontation entre deux générations. Des adolescents qui explorent la frontière ténue entre confiance, amitié et loyauté, des adultes qui semblent aliénés par leur propre jeunesse passée. La confrontation sera plus brutale que prévu.

Choquer, tel semble être l’objectif premier de ce film volontairement réaliste (caméra à l’épaule) et cru. La réalisatrice s’intéresse à un groupe de lycéens chahutés par la vie. Kevin sort de prison après avoir tabassé un homme et doit vivre chez sa tante, sa famille ne souhaitant pas encore le réintégrer. John, son meilleur ami, lui, vit avec sa mère dans une relation destructrice. La réalisatrice multiplie les scènes volontairement choquantes pour nous amener, on s’en doute vers plus de noirceur. Difficilement supportable, le film s’étire en outre en longueur. Le jeune casting est toutefois à saluer!

2.5

 

Critique Dvd: Keeper

81NNaamxHyL._SL1500_.jpg

Réalisation Guillaume Senez
Scénario Guillaume Senez
David Lambert
Acteurs principaux
Sociétés de production Iota Production
Louise Productions
Savage Film
Offshore
Pays d’origine Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau de la France France
Durée 96 minutes
Sortie 23 mars 2016

LE FILM:

4.5

Maxime et Mélanie s’aiment. Ensemble, ils explorent leur sexualité avec amour et maladresse. Un jour, Mélanie découvre qu’elle est enceinte. Maxime accepte mal la nouvelle, mais peu à peu se conforte dans l’idée de devenir père. C’est maintenant décidé : du haut de leurs quinze ans, Maxime et Mélanie vont devenir parents…

Premier film de Guillaume Senez, « Keeper » a tout du film « casse-gueule » avec un sujet très périlleux, une grossesse dans un couple d’ados. Pourtant, cette chronique est traitée avec un réalisme tout dardennien et réussit à éviter brillamment tous les clichés de l’adolescence. Le couple Kacey Mottet Klein/Galatéa Bellugi est bluffant de justesse en couple d’adolescents dont les rêves fous (Maxime essaie de devenir footballeur pro pour offrir une vie de luxe à sa chérie et son futur fils) vont se fracasser à la dure réalité. On est transporté d’un bout à l’autre par la vie de ce jeune couple jusqu’à un final parmi les plus bouleversants de cette année cinématographique. Un cinéaste est né!

TECHNIQUE:

4.5

Nickel!

BONUS:

3

On trouve ici deux courts-métrages du réalisateur dont le premier est un « brouillon » du long et quelques scènes coupées.

VERDICT:

4.5

L’une des magnifiques surprises de l’année!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Blaqout

Critique Bluray: l’Effrontée

719P-IT0-bL._SL1500_.jpg

 

Réalisation Claude Miller
Scénario Claude Miller
Luc Béraud
Bernard Stora
Annie Miller
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 96 minutes
Sortie 11 décembre 1985

LE FILM:

4.5

Charlotte, 13 ans, vit en province avec son père, son frère et Léone, la bonne. Pour elle l’été s’annonce sans intérêt. Un jour, son chemin croise celui de Clara, une jeune pianiste prodige. Cette rencontre va bouleverser sa vie.

Deux ans après « Mortelle Randonnée », « l’Effrontée » est le cinquième film de Claude Miller. Pour incarner Charlotte, jeune adolescente en quête d’une vie meilleure, il fait confiance à Charlotte Gainsbourg qu’il a remarqué dans « Paroles et Musique » de Chouraqui. Le miracle aura lieu: la fille du chanteur dégage une présence unique et un naturel incroyable. Cette chronique douce amère sur l’adolescence fait mouche par sa justesse, sa finesse et son intelligence. Le film sera un vrai succès et permettra à Bernadette Lafont et Charlotte Gainsbourg de glaner chacune un César. Le revoir plus de trente ans après confirme tout le talent et l’importance de l’oeuvre de Claude Miller.

TECHNIQUE:

4.5

Une copie irréprochable à tous points de vue.

BONUS:

4.5

On trouve ici un document passionnant dans lequel toute l’équipe revient sur la genèse du projet, un très joli sujet dans lequel Ludivine Sagnier explique l’importance du film dans son enfance en tant que spectatrice et enfin une passionnante interview de Charlotte Gainsbourg.

VERDICT:

4.5

L’un des plus beaux films de Claude Miller dans une édition parfaite!

Disponible en Bluray (14.99 euros) chez TF1 VIDEO dès le 25 octobre

 

Les Grands: la série qui a tout d’une grande!

grands.PNG

Ce week-end se clôturait le Festival de la Fiction TV de la Rochelle récompensant la série « les Grands » de trois trophées: meilleure série de 26 minutes, meilleur espoir féminin pour Adèle Wisme et le prix des collégiens. Cette série de 10 épisodes sera diffusée dès le 3 novembre sur la chaîne OCS City. Dans l’esprit du film « les Beaux Gosses », cette série s’intéresse à ceux que l’on appelle communément « les Grands » au collège, en d’autres termes les élèves de 3ème. S’ils sont encore des gamins, ils sont à l’âge charnière, juste avant l’entrée au lycée, où les premiers émois amoureux et l’éveil à la sexualité se manifestent, où l’on se rebelle face à l’autorité et à la norme et où l’on tente, quoi qu’il en coûte, d’exister au sein du groupe.

Si l’on retrouve évidemment certaines caractérisations fortes chez les personnages, les jeunes (celle dont on se moque, le pas très beau qui veut conclure, celui qui cherche encore sa voie, la rebelle…) comme les profs ( savoureuse prof de sport incarnée par Julie Ferrier ou le principal cool), la série évite soigneusement de tomber dans le cliché et offre surtout des personnages vraiment attachants, tous impeccablement interprétés. On suit tout un tas de petites histoires dont on attend impatiemment l’issue: MJ partira-t-elle à l’étranger rejoindre son père? Hugo choisira-t-il entre MJ et Ilona? Ilyes parviendra-t-il à y voir plus clair dans sa sexualité?

Drôle, attachante et tellement vraie, cette nouvelle série a tout d’une grande!

4.5