Critique Bluray: Lorenzo

Titre originalLorenzo’s Oil
RéalisationGeorge Miller
ScénarioGeorge Miller
Nick Enright
Acteurs principauxNick Nolte
Susan Sarandon
Peter Ustinov
Sociétés de productionUniversal Pictures
Pays d’origine États-Unis
GenreDrame
Durée129 minutes
Sortie10 mars 1993

En 1984, Augusto et Michaela Odone apprennent que leur fils de cinq ans, Lorenzo, est atteint d’une maladie rare, réputée incurable, l’adrénoleucodystrophie (ALD), qui provoque la détérioration brutale et irréversible du système nerveux. Totalement étrangers au monde médical et scientifique, les Odone vont se battre pour leur fils.

LE FILM:

Après trois Mad Max et un gros film hollywoodien, « les Sorcières d’Eastwick », le cinéaste australien se lance dans un projet de prime abord surprenant. Tiré d’une histoire vraie, « Lorenzo » raconte le combat d’une famille dont le fils de 5 ans se trouve condamné par une maladie orpheline qui détruit son cerveau. Alors que les médecins lui donnent deux ans à vivre, la mère lui consacre tout son temps à s’occuper de lui et son père, Augusto délaisse son métier pour se documenter et tenter de trouver la faille dans la progression de la maladie. Pur mélo sur le fond, Lorenzo trouve tout son intérêt dans son traitement, le film de Miller tenant plus sur la forme du film d’action voire parfois d’horreur. Le cinéaste raconte chronologiquement le terrible combat de cette famille à travers des scènes souvent très courtes mais frontales, toujours liées par un fondu enchaîné pour mieux signifier les épisodes successifs traversés par les Odone. Si Miller n’édulcore rien des crises, des larmes, des tensions, Lorenzo n’est jamais dans le tire-larmes, gardant le spectateur sous tension permanente. Ignoré voire déglingué par la critique lors de sa sortie, « Lorenzo » a gagné avec le temps ses galons de très beau film et sa ressortie en bluray mettra fin à l’injustice qu’il a subi par le passé. D’autant que le couple Sarandon/Nolte livre une prestation à couper le souffle!

TECHNIQUE:

Très belle copie remasterisée qui met en valeur la très belle photo du film!

BONUS:

Outre quelques bandes annonces, on trouve une intéressante analyse du film par un critique de cinéma, Rafik Djoumi.

VERDICT:

Une bien belle édition pour réhabiliter un très bon film de George Miller!

Disponible en combo bluray/dvd chez Elephant Films

Critique: Justice League

4837499.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Après avoir retrouvé foi en l’humanité, Bruce Wayne, inspiré par l’altruisme de Superman, sollicite l’aide de sa nouvelle alliée, Diana Prince, pour affronter un ennemi plus redoutable que jamais. Ensemble, Batman et Wonder Woman ne tardent pas à recruter une équipe de méta-humains pour faire face à cette menace inédite. Pourtant, malgré la force que représente cette ligue de héros sans précédent – Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et Flash –, il est peut-être déjà trop tard pour sauver la planète d’une attaque apocalyptique…

« Justice League » visiblement conçu pour concurrencer les Avengers, réunit donc tous les super-héros DC Comics, à savoir Batman, Superman, Wonder Woman, Flash, Aquaman et Cyborg. Si les films de super-héros tendaient ces dernières années à rendre ces derniers plus humains et ancrés dans le réel, ce Justice League confronte la joyeuse bande reconstituée à un super méchant cornu tout droit sorti de la mythologie! Bâti sur un scénario indigent et sans surprise (l’avenir de la Terre tient à la réunion de trois boîtes sacrées volées par le Steppenwolf que les héros devront récupérer!), « Justice League » n’a comme seul intérêt que l’éclosion de Flash, incarné par le jeune Ezra Miller, et quelques vannes envoyées entre les héros. Le reste est un bouillon indigeste servi par des effets spéciaux et une photo d’une laideur qui, après « Thor Ragnarok », semblent être de mises dans ce type de « produits ». Encore un film que l’on oubliera aussi vite!

1