Critique: Mission Impossible Fallout

0850449.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Mission: Impossible – Fallout
Réalisation Christopher McQuarrie
Scénario Christopher McQuarrie
Acteurs principaux
Sociétés de production Skydance Productions
Bad Robot Productions
TC Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre espionnage
Durée 147 minutes
Sortie 1er août 2018

Les meilleures intentions finissent souvent par se retourner contre vous… 
Dans MISSION : IMPOSSIBLE – FALLOUT, Ethan Hunt accompagné de son équipe de l’IMF – Impossible Mission Force et de quelques fidèles alliées sont lancés dans une course contre la montre, suite au terrible échec d’une mission.

Sixième opus de la franchise MI, « Fallout » est à nouveau réalisé par Christopher McQuarrie et reste dans le prolongement du précédent.  Le Syndicat est toujours au centre de la menace que doit combattre l’équipe d’Ethan Hunt. Il s’agit ici de mettre la main sur trois charges de plutonium destinées à  causer des millions de morts. Si l’on peut faire un reproche à ce nouveau volet, c’est de compliquer et d’étirer au maximum une intrigue finalement assez basique pour arriver à un film de près de 2h30 qui aurait pu être raccourci d’une bonne vingtaine de minutes. Mais ne faisons pas la fine bouche, ce Mission Impossible  est un film d’action crépusculaire qui n’est pas sans rappeler les derniers Batman de Nolan. Les nombreuses scènes d’action sont hallucinantes, Cruise ne vieillit toujours pas et la prestation d’Henry Cavill vaut son pesant de cacahuètes! Les amateurs de grand spectacle échevelé en auront pour leur argent!

4

Publicités

Critique: Justice League

4837499.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Après avoir retrouvé foi en l’humanité, Bruce Wayne, inspiré par l’altruisme de Superman, sollicite l’aide de sa nouvelle alliée, Diana Prince, pour affronter un ennemi plus redoutable que jamais. Ensemble, Batman et Wonder Woman ne tardent pas à recruter une équipe de méta-humains pour faire face à cette menace inédite. Pourtant, malgré la force que représente cette ligue de héros sans précédent – Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et Flash –, il est peut-être déjà trop tard pour sauver la planète d’une attaque apocalyptique…

« Justice League » visiblement conçu pour concurrencer les Avengers, réunit donc tous les super-héros DC Comics, à savoir Batman, Superman, Wonder Woman, Flash, Aquaman et Cyborg. Si les films de super-héros tendaient ces dernières années à rendre ces derniers plus humains et ancrés dans le réel, ce Justice League confronte la joyeuse bande reconstituée à un super méchant cornu tout droit sorti de la mythologie! Bâti sur un scénario indigent et sans surprise (l’avenir de la Terre tient à la réunion de trois boîtes sacrées volées par le Steppenwolf que les héros devront récupérer!), « Justice League » n’a comme seul intérêt que l’éclosion de Flash, incarné par le jeune Ezra Miller, et quelques vannes envoyées entre les héros. Le reste est un bouillon indigeste servi par des effets spéciaux et une photo d’une laideur qui, après « Thor Ragnarok », semblent être de mises dans ce type de « produits ». Encore un film que l’on oubliera aussi vite!

1

Critique Bluray 3D: Batman V Superman, l’Aube de la Justice

61XsC64a90L._SL1000_.jpg

Titre original Batman v Superman:
Dawn of Justice
Réalisation Zack Snyder
Scénario David S. Goyer
Chris Terrio
Acteurs principaux
Sociétés de production Dune Entertainment
DC Entertainment
Warner Bros.
Atlas Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre super-héros
Durée 151 minutes
Sortie 23 mars 2016

LE FILM:

4

Craignant que Superman n’abuse de sa toute-puissance, le Chevalier noir décide de l’affronter : le monde a-t-il davantage besoin d’un super-héros aux pouvoirs sans limite ou d’un justicier à la force redoutable mais d’origine humaine ? Pendant ce temps-là, une terrible menace se profile à l’horizon…

Trois ans après le décevant « Man of Steel », Zack Snyder orchestre cette fois-ci la confrontation entre Batman et Superman. Les deux super-héros ont du mal ici à gérer la concurrence et Superman souffre en plus d’un racisme d’une partie de la population qui a du mal à supporter les « extra-terrestres »! Très noir et dépourvu d’humour, au contraire des Avengers, ce film de super-héros bénéficie de la mise en scène de Snyder, vraiment inspirée et d’un dosage plutôt réussi entre psychologie des personnages et action pure. Toutefois, ne soyons pas dupe, ce BVS n’est qu’un prétexte à lancer, grâce à l’apparition de Wonder Woman, Flash ou Aquaman, la Justice League, concurrent officiel des Avengers de Marvel. Mention spéciale à Jesse Eisenberg en Lex Luthor!

TECHNIQUE:

4.5

Magnifique à tous points de vue! Même la 3D vaut le détour, avec une belle visibilité et sans dédoublement!

BONUS:

5

On trouve ici un making of de près de deux heures avec notamment des sujets sur Batman, Superman ou Wonder Woman mais aussi sur la Batmobile  et même des images du long métrage dédié à la super-héroïne! Très complet!

Sans oublier, sur un troisième bluray la version longue du film (3 h!)!

VERDICT:

4

Une édition vraiment « Ultimate » pour le lancement réussi d’une nouvelle saga!

Edition Ultimate (34.99 euros) chez Warner Bros

Critique Bluray: Agents très spéciaux

81Dj1DMCTiL._SL1500_

Titre original The Man from UNCLE
Réalisation Guy Ritchie
Scénario Guy Ritchie
Lionel Wigram
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
RatPac-Dune Entertainment
Davis Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Espionnage
Durée 116 minutes
Sortie 16 septembre 2015

LE FILM:

4

Au coeur des années 60, en pleine guerre froide, les agents Napoleon Solo (CIA) et Illya Kuryakin KGB) sont contraints de laisser de côté leur antagonisme ancestral pour s’engager dans une mission conjointe : mettre hors d’état de nuire une organisation criminelle internationale. Ils n’ont qu’une piste : le contact de la fille d’un scientifique allemand porté disparu.

Après quelques polars vitaminés et deux « Sherlock Holmes » très clipesques, l’Anglais Guy Ritchie adapte une célèbre série des années 60, « The man from UNCLE » ou « des agents très spéciaux » en VF. Pas franchement convaincu par Ritchie jusque là, l’appréhension à l’idée de cette énième adaptation de série TV était élevée! La surprise est donc d’autant plus grande. S’il on est ici devant un blockbuster, Ritchie reste assez sage et évite l’action tendance épileptique pour nous offrir un petit bijou vintage bourré d’humour et d’une classe folle. Si l’on pense souvent au Soderbergh d’Ocean’s 11, on n’est pas surpris d’apprendre qu’il travaillait sur le projet à ses débuts! Le trio d’interprètes Cavill/Hammer/Vikander est plein de charme et la BO parsemé de tubes 60’s apporte une touche de fun bienvenue. Dans le genre, « Agents très spéciaux » est finalement largement supérieur à de nombreux Bond!

TECHNIQUE:

5

Un must!

BONUS:

4

On trouve ici un making of de 45 mins décliné en plusieurs modules sur les costumes et décors, les motos, le casting, etc… Un peu promo mais sympathique!

VERDICT:

4

Un film d’espionnage fun et vintage!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Warner Bros dès le 3 février

CRITIQUE: MAN OF STEEL

21008110_20130524125237634_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Un petit garçon découvre qu’il possède des pouvoirs surnaturels et qu’il n’est pas né sur Terre. Plus tard, il s’engage dans un périple afin de comprendre d’où il vient et pourquoi il a été envoyé sur notre planète. Mais il devra devenir un héros s’il veut sauver le monde de la destruction totale et incarner l’espoir pour toute l’humanité…

La mode des prequels et autres reboots bat décidément son plein! La DC Comics souhaitant prochainement damer le pion à la Marvel et ses Avengers en sortant un film sur la Justice League, organisation regroupant les super-héros de son écurie (Batman, Superman, Wonder Woman, Green Lantern, etc…), Il fallait d’abord offrir une seconde jeunesse à Superman, comme ce fut le cas avec la trilogie Batman réalisée par Christopher Nolan. En effet, la tentative de Bryan Singer avec Superman Returns fut un échec, précipitant son interprète, Brandon Routh, dans l’oubli.

Christopher Nolan à l’origine du projet, la réalisation est confiée à Zack Snyder (300, Sucker Punch…), chargé de dépoussiérer le mythe. Alors que Christopher Nolan apportait une vraie nouveauté à la franchise Batman en resituant l’action dans un environnement plus réaliste et en apportant des réponses sur son personnage, Snyder, au contraire, s’éloigne de tout réalisme pour satisfaire ses fantasmes de gamin qui prendrait son pied en cassant ses jouets! Après un premier quart d’heure assez emballant, où l’action se passe sur Krypton menacée de disparition, avec une esthétique vraiment intéressante, les choses se gâtent. Une fois Kal-El sur Terre, Snyder multiplie les flash-backs, nous baladant tantôt dans l’enfance de Clark Kent, tantôt dans son adolescence, sans vraiment un vrai fil conducteur et surtout sans apporter de nouveauté par rapport à la version de Richard Donner exceptée la disparition de tout l’humour entourant le côté gaffeur du héros. Enfin, le film vire à mi-parcours dans un maelstrom permanent de bagarres titanesques où immeubles, voitures et camions sont irrémédiablement broyés, déchiquetés, explosés, à l’image de nos yeux et de nos oreilles que vous aurez peut-être pris soin d’achever avec les lunettes 3 D pour quelques euros de plus. La 3 D parlons-en!

Comme souvent malheureusement, outre l’intérêt qu’elle représente pour l’exploitant qui palpe réellement le contenu de votre porte-monnaie, elle n’apporte strictement rien si ce n’est l’inconfort qui rendra ces 2h20 de supplice cinéphile interminables! Vive Christopher Reeves!

NOTE: 2/10