Critique: Mother

2636970.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Darren Aronofsky
Scénario Darren Aronofsky
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Protozoa Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller
Durée 121 minutes
Sortie 13 septembre 2017

Un couple voit sa relation remise en question par l’arrivée d’invités imprévus, perturbant leur tranquillité. 

Trois ans après son aventure biblique, « Noe », Darren Aronofsky revient à un Cinéma proche de ce qu’il faisait avec « Black Swan », fantastico-psychologique. Il s’intéresse ici aux affres de la création artistique à travers l’histoire d’un écrivain, incarné par Javier Bardem et de son épouse, Jennifer Lawrence.  Après avoir restauré leur grande maison, partie en flammes quelques années avant que le couple ne se connaisse, les tourteraux reçoivent la visite d’un étranger (Ed Harris) à la recherche d’un toit pour la nuit. Cet étranger envahissant sera très vite suivi de son épouse (Michelle Pfeiffer), également plus qu’à l’aise. Petit à petit, de plus en plus de monde envahira la maison au grand dam de Madame qui voit son petit nid se transformer en champ de bataille! Très long (2 heures), le film s’avère aussi peu original sur le fond (on comprend très vite où Aronofsky veut en venir) qu’insupportable sur la forme! En effet, Aronofsky multiplie les gros plans sur son actrice jusqu’à l’overdose et filme le tout caméra à l’épaule dans l’agitation la plus totale rendant totalement illisibles la plupart des scènes « d’action ». Si l’on rajoute à ça le grotesque des situations et le manque d’investissement des acteurs, totalement en roue libre, on se demande comment le cinéaste à réussi à réunir les fonds pour mettre sur pied son projet, un naufrage digne de l’arche de Noe!

0.5

Critique Dvd: Kill your friends

81zpoXRL6OL._SL1500_.jpg

Réalisation Owen Harris
Scénario John Niven
Sociétés de production Unigram
AI-Film
Altitude Film Entertainment
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre comédie noire
Durée 103 minutes
Sortie 2 décembre 2015

LE FILM:

4

Londres, 1997. L’industrie musicale britannique est à son apogée. Steven Stelfox, travaille comme directeur artistique dans une maison de disques. Il n’a qu’une obsession, trouver le Hit qui va booster sa carrière. Enchaînant les mauvaises décisions, sa situation va rapidement dégénerer. Pour se remettre en selle, il va devoir éliminer quelques confrères gênants.

Pour son premier film, Owen Harris adapte un roman de John Niven, également auteur du scénario. Ayant passé 10 ans dans une maison de disques, ce dernier dépeint ici le quotidien d’un directeur artistique prêt à tout, vraiment tout, pour éliminer la concurrence et devenir le roi de la musique! La narration est ici à la première personne avec le personnage de Stelfox qui s’adresse régulièrement à la caméra, donnant ici un aspect documentaire à l’ensemble. La peinture plutôt trash du milieu musical, entre drogue, sexe et violence est l’occasion pour Harris de livrer un récit rythmé et prenant, quelque part entre les premiers Danny Boyle (Petits meurtres entre amis et Trainspotting) et la série Vinyl! Quant au choix de Nicholas Hoult, il apporte avec sa belle gueule tout ce qu’il faut de fascination et de vice! Pour emballer le tout, la BO enchaîne les tubes 90’s, de Prodigy à Ol’Dirty Bastard en passant par Radiohead! Culte?

TECHNIQUE:

4.5

Rien à dire pour le support, c’est impeccable!

BONUS:

Aucun bonus sur cette édition, dommage!

VERDICT:

4

Trash et culte!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez SEVEN7 dès le 8 avril

Critique Bluray: Night Run

81+uvTggWSL._SL1415_

  • Date de sortie salles :
    11 mars 2015
  • Réalisé par :
    Jaume Collet-Serra
  • Avec :
    Liam Neeson, Ed Harris, Joel Kinnaman…
  • Durée :
    1h54min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Run All Night
  • Distributeur :
    Warner Bros Pictures France

LE FILM:

3

 

À Brooklyn, Jimmy Conlon, mafieux et tueur à gages qu’on surnommait autrefois le Fossoyeur, n’est pas au mieux de sa forme. Ami de longue date du caïd Shawn Maguire, Jimmy, qui a aujourd’hui 55 ans, est hanté par ses crimes – et traqué par un inspecteur de police qui, depuis 30 ans, n’a jamais renoncé à l’appréhender. Et ces derniers temps, il semble que le whisky soit le seul réconfort de Jimmy. Mais lorsqu’il apprend que sa prochaine mission consiste à éliminer Mike, son fils qu’il n’a pas revu depuis des années, Jimmy doit choisir entre la « famille » mafieuse qu’il s’est construite et la vraie famille qu’il a abandonnée il y a bien longtemps. Tandis que Mike est en cavale, Jimmy comprend que pour racheter ses fautes passées, il lui faut sans doute protéger son fils du sort funeste qui l’attend lui-même désormais? Alors qu’il n’est plus en sécurité nulle part, Jimmy ne dispose que d’une seule nuit pour résoudre son conflit de loyautés et s’amender enfin.

Troisième film consécutif du réalisateur espagnol Jaume Collet-Serra avec son acteur Liam Neeson est un thriller sans une once d’originalité, à l’intrigue sans surprise. Toutefois, ça fonctionne grâce à un scénario sans temps mort et une mise en scène efficace à défaut d’être géniale. Le petit plus, c’est évidemment Ed Harris, comme toujours excellent! Les amateurs de polar musclé apprécieront!

TECHNIQUE:

5

 

Image parfaite, son explosif, le top!

BONUS:

3

 

Des scènes coupées et deux featurettes un peu promo sur Neeson et le tournage de nuit.

VERDICT:

3

 

Un polar agréable à défaut d’être surprenant!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Warner Bros dès le 29 juillet

 


CRITIQUE BLU-RAY: L’ETOFFE DES HEROS

81Z7SreGDwL__SL1500_

LE FILM: 8.5/10

Dans la lourde atmosphère de la Guerre Froide, un coup de tonnerre éclate en 57 : les russes ont lancé leur premier Spoutnik ! Eisenhower décide alors d’envoyer un homme dans l’espace. Yeager, approché par deux recruteurs, réserve sa décision, mais les volontaires ne manquent pas : le programme Mercury est en route. Après une série de tests durs, humiliants, épuisants, les candidats craquent les uns après les autres. On en retient sept, l’entraînement commence alors…

De tous les films sur la conquête spatiale, l’Etoffe des Héros est l’un des plus réussis. Il ne retrace pas seulement l’histoire de course aux étoiles menée par les Etats-Unis mais montre de manière assez fine la façon dont la plus grande puissance mondiale, uniquement pour ne pas se laisser distancer par les Russes, est allée jusqu’à faire preuve d’amateurisme.

Si ces 3h15 sont un régal, c’est donc grâce à cette vision critique de l’Amérique mais surtout grâce à son casting parfait avec entre autres Dennis Quaid, Ed Harris, Fred Ward ou encore Sam Shepard et à la musique sublime de Bill Conti! Planant!

TECHNIQUE: 9/10

Une très belle copie!

BONUS: 0/10

Un trou noir!

VERDICT: 8.5/10

Un plaisir de revoir cet excellent film dans de telles conditions!

Disponible en Blu-ray (14.99 euros) chez Warner Bros

CRITIQUE: SNOWPIERCER, LE TRANSPERCENEIGE

21038075_20130909110053289_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

2031. Une nouvelle ère glaciaire. Les derniers survivants ont pris place à bord du Snowpiercer, un train gigantesque condamné à tourner autour de la Terre sans jamais s’arrêter. Dans ce microcosme futuriste de métal fendant la glace, s’est recréée une hiérarchie des classes contre laquelle une poignée d’hommes entraînés par l’un d’eux tente de lutter. Car l’être humain ne changera jamais…

Très souvent, quand un jeune cinéaste en vogue se retrouve à la tête d’une superproduction internationale, il se retrouve muselé et le produit fini paraît fade et sans personnalité dans le meilleur des cas. Après de grands films comme Memories of Murder, The Host et Mother , l’adaptation de la BD française du même titre par Bong Joon Ho pouvait nous faire craindre le pire, un énième blockbuster sans âme. Après avoir vu le film, on ne peut qu’être rassuré et réjoui de constater qu’il est possible de concilier gros budget, scénario d’une grande richesse et metteur en scène de talent!

Extrêmement intelligent, le scénario propose au-delà d’une aventure totalement folle et jubilatoire, une véritable réflexion politique dont je ne dirai rien de plus pour ne pas ternir le plaisir de ceux qui ne l’auraient pas encore vu. Quoi qu’il en soit, la progression des héros de l’arrière vers l’avant du train donne l’occasion au cinéaste d’offrir à chaque voiture une aventure nouvelle dans des décors nouveaux et toujours plus fous et d’offrir des pistes scénaristiques foisonnantes et autant de questions: qu’y a-t-il à l’avant du train? Qui est ce personnage mystérieux au commandement de ce train? Que deviennent les enfants arrachés à leurs parents? Y a-t-il un avenir possible en dehors du train?

Visuellement éblouissant, le film repose en plus sur un casting parfait bien qu’audacieux: Chris Evans prouve qu’il vaut mieux que Captain America, Song Kan Ho, Ed Harris, John Hurt, Jamie Bell et bien sûr Tilda Swinton absolument magistrale!

Non seulement Bong Joon Ho a su rester cohérent avec son oeuvre mais Snowpiercer s’impose comme le plus grand film de science-fiction depuis les Fils de l’Homme et s’il nous invite au voyage c’est bien en première classe! Chef d’oeuvre!

NOTE: 9.5/10

 

CRITIQUE: LES PLEINS POUVOIRS (1996)

Luther Whitney est un cambrioleur de carrière. Un soir, il entreprend de cambrioler la demeure de Sullivan, l’un des hommes les plus riches de Washington. Alors qu’il est en train de dévaliser la chambre forte la femme de Sullivan et un homme pénètrent dans la chambre à coucher obligeant Whtiney à se cacher derrière une glace sans tain. Alors que Luther reconnaît le Président des Etats-Unis, les ébats dégénèrent et la femme est abattue par les hommes du Président…

Du très bon Eastwood! Un excellent thriller porté par un casting réunissant les meilleurs acteurs américains: Eastwood bien sûr, parfait dans le rôle de ce cambrioleur vieillisant qui cherche à se rapprocher de sa fille dont il ne s’est jamais occupé, Gene Hackman dans le rôle du Président, Ed Harris dans le rôle du flic qui traque Whitney et Scott Glenn, génial éternel second rôle qui incarne l’un des hommes du Président. Passionnant!