Critique : La fête est finie

2838889.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Marie Garel-Weiss
Scénario Marie Garel-Weiss
Salvatore Lista
Acteurs principaux

Zita Hanrot
Clémence Boisnard
Coralie Russier

Sociétés de production Elzévir Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 90 minutes
Sortie 28 février 2018

LA FETE EST FINIE, c’est l’histoire d’une renaissance, celle de Céleste et Sihem. Arrivées le même jour dans un centre de désintoxication, elles vont sceller une amitié indestructible. Celle-ci sera autant une force qu’un obstacle lorsque, virées du centre, elles se retrouvent livrées à elles-mêmes, à l’épreuve du monde réel et de ses tentations. Le vrai combat commence alors, celui de l’abstinence et de la liberté, celui vers la vie.

Premier film de Marie Garel Weiss, « la fête est finie » nous plonge dans le quotidien d’un centre de désintox, particulièrement dans la relation entre deux pensionnaires, Céleste et Sihem. Leur relation amicale va vite devenir elle aussi une addiction et les deux jeunes filles, ne parvenant pas à s’insérer dans ce système s’en trouveront éjectées. Face au retour à la vie réelle, leur union sera tantôt une faiblesse, tantôt une force. Ce premier film fougueux, aussi noir que solaire, doit sa grande réussite à son duo de comédiennes . Zita Hanrot qu’on avait découverte dans « Fatima » offre une nouvelle facette de son jeu, dévoilant une vraie fragilité. Clémence Boisnard irradie le film de sa force et de sa puissance. Fragilité, force, puissance, des qualificatifs qui représentent bien  ce premier film à découvrir absolument!

4

Publicités

Critique Dvd: la Ronde du Crime

611BJOuYXHL._SL1333_.jpg

Réalisation Don Siegel
Scénario Stirling Silliphant
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 86 minutes

LE FILM:

4.5

Une bande de trafiquants d’héroïne a trouvé le moyen astucieux de passer de la drogue dans des objets achetés par des touristes. Lorsque ceux-ci reviennent à San Francisco, ils sont pris en filature par plusieurs complices des passeurs pour récupérer le précieux chargement. Deux de ces hommes, Dancer, psychopathe extraverti, et Julian, homme froid et calculateur, doivent reprendre la poudre à trois personnes qui viennent de débarquer. Mais la police a découvert la manoeuvre.

Si Don Siegel est resté dans les mémoires, c’est surtout pour son travail dans les années 70 avec quelques gros succès comme « Sierra Torride », « l’Inspecteur Harry » ou « l’Evadé d’Alcatraz ».C’est oublier que sa carrière débute à la fin des années 40 et qu’elle est parsemée de quelques pépites  à réhabiliter. « The Lineup » en fait partie!

Il s’agit en fait de l’adaptation d’une série TV à succès dont les héros étaient des policiers. Après une scène d’ouverture pleine d’action, on suit d’ailleurs deux policiers qui enquêtent sur un trafic d’héroïne. Très vite Siegel délaisse l’enquête pour se concentrer sur un duo de malfrats chargés de récupérer la marchandise transportée jusque là par des « mules ». Toute la réussite tient à ce duo composé de Robert Keith, l’expérimenté et intellectuel qui se refuse à s’adonner à la violence, et Eli Wallach, le psychopathe qui se charge des basses besognes. Remarquablement mis en scène et monté avec punch, « the Lineup » est une vraie réussite peu avare en scènes chocs et idées brillantes, comme cette manie de Julian de demander à Dancer les derniers mots prononcés par ses victimes. Culte!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie parfaite!

BONUS:

4

Outre la bande annonce et une galerie photos, on trouve la présentation comme toujours passionnante de Tavernier et celle de François Guérif.

VERDICT:

4.5

Une pépite cultissime!

Disponible en DVD (16.99 euros) chez SIDONIS

Critique Bluray: Panique à Needle Park

81q3BuBbGbL._SL1500_

Titre original The Panic in Needle Park
Réalisation Jerry Schatzberg
Scénario Joan Didion
John Gregory Dunne
Acteurs principaux
Sociétés de production Twentieth Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 110 min.
Sortie 1er juin 1971

LE FILM:

4

Lorsque Helen rencontre Bobby, elle vient d’avorter. Il l’attend à la sortie de l’hôpital, passe l’après-midi avec elle : c est le coup de foudre. Bobby lui propose de s’installer avec lui dans le Nord-Est de Manhattan, à proximité de Needle Park. Le quotidien de Bobby tourne autour de ce carrefour où traînent les toxicomanes new-yorkais lui-même est accro à l’héroïne depuis de longues années. C est le début d’une grande histoire d’amour qui va petit à petit entraîner Helen dans les affres de la drogue…

Pour ce troisième tome de coffrets ultra Collector, l’éditeur Carlotta s’est penché sur le second long métrage de Jerry Schatzberg , « Panique à Needle Park », après « Portrait d’une enfant déchue », déjà édité chez Carlotta. Dans un style brut, très documentaire, sans aucune musique,  Schatzberg nous plonge dans le quotidien d’un couple qui s’enfonce petit à petit dans la drogue. On y voit les scènes de shoot, les petits coups pour trouver de l’argent, la prison, la prostitution  et malgré tout deux êtres qui s’aiment jusqu’à un final très émouvant. Les deux comédiens, le débutant Al Pacino et Kitty Winn, prix d’interprétation à Cannes, sont magnifiques. Un très beau film…

TECHNIQUE:

4

Une copie très propre avec un grain très présent mais une définition et des contrastes très bons.

BONUS:

4.5

On trouve ici une excellente interview de Jerry Schatzberg déclinée en plusieurs parties sur la carrière de photographe du réalisateur, sa carrière de cinéaste, sur Al Pacino et sur ses souvenirs de Cannes. On trouve également cinq scènes du film commentées par le réalisateur.

Evidemment l’édition ultra collector comprend le très complet livre avec des articles d’époque, une belle interview de Schatzberg par Michel Ciment, des extraits du scénario annotés, des photos inédites… Le tout avec une magnifique couverture originale!

VERDICT:

4.5

Un film culte des années 70 dans une magnifique édition!

Disponible en bluray (19.99 euros) et en édition Ultra Collector (49.99 euros) chez Carlotta Films dès le 22 juin


Critique Dvd: Kill your friends

81zpoXRL6OL._SL1500_.jpg

Réalisation Owen Harris
Scénario John Niven
Sociétés de production Unigram
AI-Film
Altitude Film Entertainment
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre comédie noire
Durée 103 minutes
Sortie 2 décembre 2015

LE FILM:

4

Londres, 1997. L’industrie musicale britannique est à son apogée. Steven Stelfox, travaille comme directeur artistique dans une maison de disques. Il n’a qu’une obsession, trouver le Hit qui va booster sa carrière. Enchaînant les mauvaises décisions, sa situation va rapidement dégénerer. Pour se remettre en selle, il va devoir éliminer quelques confrères gênants.

Pour son premier film, Owen Harris adapte un roman de John Niven, également auteur du scénario. Ayant passé 10 ans dans une maison de disques, ce dernier dépeint ici le quotidien d’un directeur artistique prêt à tout, vraiment tout, pour éliminer la concurrence et devenir le roi de la musique! La narration est ici à la première personne avec le personnage de Stelfox qui s’adresse régulièrement à la caméra, donnant ici un aspect documentaire à l’ensemble. La peinture plutôt trash du milieu musical, entre drogue, sexe et violence est l’occasion pour Harris de livrer un récit rythmé et prenant, quelque part entre les premiers Danny Boyle (Petits meurtres entre amis et Trainspotting) et la série Vinyl! Quant au choix de Nicholas Hoult, il apporte avec sa belle gueule tout ce qu’il faut de fascination et de vice! Pour emballer le tout, la BO enchaîne les tubes 90’s, de Prodigy à Ol’Dirty Bastard en passant par Radiohead! Culte?

TECHNIQUE:

4.5

Rien à dire pour le support, c’est impeccable!

BONUS:

Aucun bonus sur cette édition, dommage!

VERDICT:

4

Trash et culte!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez SEVEN7 dès le 8 avril

Critique Dvd: Une Enfance

81yOPTcaZ4L._SL1500_

Réalisation Philippe Claudel
Scénario Philippe Claudel
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films du Losange
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 100 minutes
Sortie 23 septembre 2015

LE FILM:

3

 

 

Au cours d’un trop long été, Jimmy, un enfant de 13 ans que les circonstances forcent à devenir trop vite adulte, se cogne aux limites de sa petite ville et de sa vie heurtée, entre une mère à la dérive et un beau-père qui la tient sous sa coupe.

Le quatrième film de Philippe Claudel, en partie autobiographique, a le désavantage de sortir après une flopée de films sur l’enfance au sujet très similaire. On pense entre autres au « Géant égoïste », « Jack », « l’enfant d’en haut » ou plus récemment « la Tête haute ». Tous les poncifs sont donc réunis avec le beau-père alcoolique et drogué, au chômage, violent, la mère soumise, au chômage, droguée elle aussi et le gamin, obligé de s’occuper de son petit frère, faire les courses et même ramener la drogue à la maison. Toutefois, on finit tout de même à s’attacher au petit Alexi Mathieu, révélation du film!

TECHNIQUE:

4

 

 

Sans souci!

BONUS:

3.5

 

 

On trouve ici une interview du réalisateur, quelques scènes coupées très intéressantes et des images du tournage avec un commentaire poétique du cinéaste .

VERDICT:

3

 

 

Déjà vu mais attachant.

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Les Films du Losange

Critique: Sicario

261485.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie :
    07 octobre 2015
  • Réalisé par :
    Denis Villeneuve
  • Avec :
    Emily Blunt, Benicio del Toro, Josh Brolin…
  • Durée :
    2h1min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2015
  • Titre original : Sicario
  • Distributeur :
    Metropolitan

La zone frontalière entre les Etats-Unis et le Mexique est devenue un territoire de non-droit. Kate, une jeune recrue idéaliste du FBI, y est enrôlée pour aider un groupe d’intervention d’élite dirigé par un agent du gouvernement dans la lutte contre le trafic de drogues. Menée par un consultant énigmatique, l’équipe se lance dans un périple clandestin, obligeant Kate à remettre en question ses convictions pour pouvoir survivre.

Présenté en compétition au dernier Festival de Cannes, le dernier rejeton du Québécois Denis Villeneuve suscitait une attente considérable mais largement récompensée. Villeneuve confirme pour son troisième film aux Etats-Unis après « Prisoners » et « Enemy » qu’il a parfaitement su trouver sa place et son indépendance. Après une exaltante scène d’ouverture d’un assaut du FBI mené par Emily Blunt dans la maison d’un trafiquant, on part pour deux heures de plongée d’une puissance rare dans l’univers des cartels mexicains. On y suit la jeune et intègre Kate (Emily Blunt) coincée entre un Américain macho (Josh Brolin) et un Mexicain taiseux et mystérieux (Benicio del Toro) qui va se retrouver dans un monde où la frontière entre le bien et le mal est de plus en plus ténue. Non content d’avoir soigné la forme (mise en scène au cordeau, photo sublime de Roger Deakins, interprétation sans fausse note et BO hypnotique), Villeneuve n’a pas négligé le fond, ouvrant une vraie réflexion sur la morale et la raison d’état. Prenant, excitant voire carrément jouissif, on tient le meilleur film américain de 2015!

4.5

 

 

Critique VOD: To write love on her arms

128113

  • Date de sortie :  Le 20/05/2015 en VOD
  • Réalisé par :
    Nathan Frankowski
  • Avec :
    Kat Dennings, Chad Michael Murray, Rupert Friend
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2015
  • Distributeur :
    Inédit en salles en France

Un biopic sur l’auteure Renée Yohe et son combat contre la drogue et la dépression.

Sorti directement en VOD chez nous, ce biopic retrace la naissance de l’oganisation « To write love on her arms » qui vient en aide aux jeunes drogués, dépressifs ou suicidaires, à travers le parcours de l’auteure Renée Yohe.

Il serait injuste de limiter ce film à de la propagande pure tant la volonté de proposer une oeuvre de qualité est présente. Mis en scène avec un certain savoir faire, notamment lors des nombreuses scènes oniriques illustrant les pensées de la jeune femme, le film s’appuie également sur une bande originale des plus sympathiques. Mais ce qui frappe surtout c’est la qualité de l’interprétation notamment Kat Dennings qui parvient à transmettre un maximum d’émotions!

Très recommandable!

4


Disponible en VOD chez Sony Pictures