Critique: Tomb Raider

3676882.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Roar Uthaug
Scénario Geneva Robertson-Dworet
Alastair Siddons
Acteurs principaux
Sociétés de production GK Films
Square Enix
Metro-Goldwyn-Mayer
Warner Bros. Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Aventure
Durée 118 minutes
Sortie 14 mars 2018

Lara Croft, 21 ans, n’a ni projet, ni ambition : fille d’un explorateur excentrique porté disparu depuis sept ans, cette jeune femme rebelle et indépendante refuse de reprendre l’empire de son père. Convaincue qu’il n’est pas mort, elle met le cap sur la destination où son père a été vu pour la dernière fois : la tombe légendaire d’une île mythique au large du Japon. Mais le voyage se révèle des plus périlleux et il lui faudra affronter d’innombrables ennemis et repousser ses propres limites pour devenir « Tomb Raider »…

Une quinzaine d’années après les deux volets avec Angelina Jolie, une nouvelle adaptation du célèbre jeu vidéo voit le jour avec cette fois-ci Alicia Vikander dans le rôle de l’aventurière. Ce reboot a-t-il un quelconque intérêt? Rien n’est moins sûr! La bonne idée du projet est de privilégier les qualités physiques et la bravoure de l’héroïne à sa plastique comme c’était le cas avec Angelina Jolie. A part ça, ce Tomb Raider ne nous donne qu’une envie, rallumer la console. Le scénario n’a non seulement aucun intérêt mais il semble en outre compiler les « hommages » à la saga Indiana Jones avec en point d’orgue un plagiat de l’un des principaux ressorts de la Dernière Croisade, notamment l’histoire du carnet de Jones Sr! A côté de ça, les personnages secondaires sont caricaturaux au possible et les personnages du méchant et du père sont totalement insupportables. L’aspect sectaire et inquiétant des Trinitaires n’est pas du tout exploité, un comble! Cerise sur le gâteau, les scènes d’action sont filmées avec les pieds, migraine assurée! Quant au rythme, on s’endort! Bref c’est plutôt Tombe Raideur…

1

Critique Bluray: Une Vie entre Deux Océans

71lf-tTTy3L._SL1000_.jpg

Titre original The Light Between Oceans
Réalisation Derek Cianfrance
Scénario d’après Une vie entre deux océans de
M.L. Stedman
Acteurs principaux
Sociétés de production DreamWorks SKG
Heyday Films
Participant Media
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film dramatique
Sortie 5 octobre 2016

LE FILM:

4

Sur une petite île perdue au large de l’Australie, peu après la Première Guerre mondiale, Tom Sherbourne, le gardien du phare, vit heureux avec son épouse Isabel. Loin du tumulte du monde, il peut enfin oublier tout ce qu’il a vécu au combat. Mais leur bonheur se ternit peu à peu : Isabel ne peut pas avoir d’enfant, et elle se désespère. Un jour, un canot vient s’échouer sur la plage, avec à son bord le cadavre d’un homme et un bébé bien vivant…

Critique Bluray: A Vif !

71C4cDL4UtL._SL1500_.jpg

Titre original Burnt
Réalisation John Wells
Scénario Steven Knight
Sociétés de production 3 Arts Entertainment
Double Feature Films
PeaPie Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie dramatique
Durée 100 minutes
Sortie 4 novembre 2015

LE FILM:

2.5

Plus qu’un grand chef, Adam Jones est une rock star de la cuisine, couronnée par deux étoiles au guide Michelin. Grisé par le succès, arrogant et capricieux, l’enfant terrible de la scène gastronomique parisienne sombre dans l’alcool et la drogue. Quelques années plus tard, il a retrouvé la voie de la sobriété. Entouré de jeunes commis et chefs de parties, il relance un restaurant londonien, déterminé à obtenir le graal de la gastronomie : une troisième étoile. Hanté par les fantômes du passé, le chemin de la rédemption s’annonce plus âpre que prévu.

Les genres du film de danse ou du film de cuisine accouchent rarement de grands films, c’est comme ça sans que l’on sache l’expliquer. « A Vif! » n’est pas désagréable pour autant! Si l’histoire est un peu cousue de fil blanc, le quotidien d’une cuisine d’un grand restaurant est assez bien décrit et le casting Bradley Cooper/Omar Sy/Sienna Miller plutôt convaincant. Autour d’eux, une ribambelle de seconds rôles de choix est là pour faire joli sur l’affiche: Emma Thompson, Uma Thurman ou encore Alicia Vikander! Quoi qu’il en soit, si le film ne restera pas dans les annales, il donne sacrément faim et ravira les fans de Top Chef!

TECHNIQUE:

4

Rien à dire, c’est tout bon!

BONUS:

3.5

On trouve ici un making of, des scènes coupées et une interview de Bradley Cooper, tout ceci un peu promo.

VERDICT:

2.5

Un divertissement culinaire qui ouvre l’appétit!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez M6 VIDEO

 


Oscars 2016: le Palmares

leonardo-dicaprio-pl.jpg

La question qui taraudait toute la planète depuis des semaines, « Leo va-t-il enfin décroché son Oscar » a enfin trouvé sa réponse la nuit dernière! Les Oscars 2016 ont en effet trouvé leurs acquéreurs  avec un palmarès finalement sans grande surprise. Les grosses surprises venaient surtout des nominations dont étaient absents Spielberg et Tarantino!

Meilleur filmSpotlight de Tom McCarthy.

Si Mad Max semblait supérieur à Spotlight, ce dernier avait tout pour plaire à l’Académie qui raffole des films à portée politique et à la forme classique!

Meilleur réalisateur : Alejandro Gonzalez Inarritu pour The Revenant.

Inarritu était favori après son Golden Globe et a donc récidivé cette année bien que George Miller l’ait largement mérité!

Meilleur acteur : Leonardo DiCaprio dans The Revenant.

La cinquième nomination en tant qu’acteur (une en tant que producteur pour le Loup de Wall Street) fut la bonne pour DiCaprio même si, objectivement, il l’aurait mérité davantage pour « Aviator » ou » le Loup de Wall Street ». Son principal concurrent était Michael Fassbender pour « Steve Jobs » qui voit pour la deuxième fois la récompense lui échapper.

Meilleure actrice : Brie Larson dans Room.

C’est l’une des surprises de la soirée pour cette jeune actrice encore peu connue qui ravit la récompense à Cate Blanchett pourtant magnifique dans « Carol ».

Meilleur acteur dans un second rôle : Mark Rylance pour Le Pont des espions.

Si voir Sylvester Stallone soulever le trophée pour « Creed » aurait été sympa, la phénoménale performance de Rylance dans le film de Spielberg est fort justement récompensée!

Meilleure actrice dans un second rôle : Alicia Vikander dans The Danish Girl.

C’est clairement l’outsider de la catégorie qui rafle la mise sous le nez de Jennifer Jason Leigh, Rooney Mara et Kate Winslet!

Meilleur scénario original : Josh Singer et Tom McCarthy pour Spotlight.

Belle concurrence ici avec Vice Versa et le Pont des Espions, mais la récompense est tout de même méritée.

Meilleur scénario adapté : Charles Randolph et Adam McKay pour The Big Short : le casse du siècle.

Une récompense pour le très beau script de « Carol » m’aurait ravi, dommage…

Meilleur film étrangerLe Fils de Saul de László Nemes (Hongrie).

Le Français « mustang » repart bredouille, dommage…

Meilleur film d’animationVice-versa de Pete Docter et Jonas Rivera.

Evidemment!

Meilleur documentaireAmy de Asif Kapadia.

Evidemment!

Meilleure photographie : Emmanuel Lubezki pour The Revenant.

Rien à dire même si j’avais un faible pour la magnifique photo des « Huit Salopards »!

Meilleur montage : Margaret Sixel pour Mad Max: Fury Road.

Meilleurs décors : Colin Gibson et Lisa Thompson pour Mad Max: Fury Road.

Meilleure création de costumes : Jenny Beavan pour Mad Max: Fury Road.

Meilleurs maquillages et coiffures : Lesley Vanderwalt, Elka Wardega et Damian Martin pour Mad Max: Fury Road.

Meilleur montage sonore : Mark A. Mangini et David White pour Mad Max: Fury Road.

Meilleur mixage de son : Chris Jenkins, Gregg Rudloff et Ben Osmo pour Mad Max: Fury Road.

Tous les Oscars techniques pour Mad Max sont amplement mérités!

Meilleurs effets visuels : Mark Williams Ardington, Sara Bennett, Paul Norris, Andrew Whitehurst pour Ex Machina.

Surprise avec Star Wars dans la catégorie, qui repartira finalement bredouille!

Meilleure chanson originale : Jimmy Napes et Sam Smith pour Writing’s on the Wall dans 007 Spectre.

Meilleure musique de film : Ennio Morricone pour Les Huit Salopards.

Grande joie de voir l’immense Ennio Morricone remporter le premier Oscar de sa carrière pour sa formidable BO des Huit Salopards!

Meilleur court métrage de fiction : Stutterer, de Serena Armitage et Benjamin Cleary.

Meilleur court métrage d’animation : Bear Story de Pato Escala Pierart et Gabriel Osorio Vargas.

Meilleur court métrage documentaire : A Girl in the River : The Price of Forgiveness de Sharmeen Obaid-Chinoy.

Critique Bluray: Agents très spéciaux

81Dj1DMCTiL._SL1500_

Titre original The Man from UNCLE
Réalisation Guy Ritchie
Scénario Guy Ritchie
Lionel Wigram
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
RatPac-Dune Entertainment
Davis Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Espionnage
Durée 116 minutes
Sortie 16 septembre 2015

LE FILM:

4

Au coeur des années 60, en pleine guerre froide, les agents Napoleon Solo (CIA) et Illya Kuryakin KGB) sont contraints de laisser de côté leur antagonisme ancestral pour s’engager dans une mission conjointe : mettre hors d’état de nuire une organisation criminelle internationale. Ils n’ont qu’une piste : le contact de la fille d’un scientifique allemand porté disparu.

Après quelques polars vitaminés et deux « Sherlock Holmes » très clipesques, l’Anglais Guy Ritchie adapte une célèbre série des années 60, « The man from UNCLE » ou « des agents très spéciaux » en VF. Pas franchement convaincu par Ritchie jusque là, l’appréhension à l’idée de cette énième adaptation de série TV était élevée! La surprise est donc d’autant plus grande. S’il on est ici devant un blockbuster, Ritchie reste assez sage et évite l’action tendance épileptique pour nous offrir un petit bijou vintage bourré d’humour et d’une classe folle. Si l’on pense souvent au Soderbergh d’Ocean’s 11, on n’est pas surpris d’apprendre qu’il travaillait sur le projet à ses débuts! Le trio d’interprètes Cavill/Hammer/Vikander est plein de charme et la BO parsemé de tubes 60’s apporte une touche de fun bienvenue. Dans le genre, « Agents très spéciaux » est finalement largement supérieur à de nombreux Bond!

TECHNIQUE:

5

Un must!

BONUS:

4

On trouve ici un making of de 45 mins décliné en plusieurs modules sur les costumes et décors, les motos, le casting, etc… Un peu promo mais sympathique!

VERDICT:

4

Un film d’espionnage fun et vintage!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Warner Bros dès le 3 février

Critique Dvd: Mémoires de Jeunesse

81CQUXyUxZL._SL1500_

Titre original Testament of Youth
Réalisation James Kent
Scénario Juliette Towhidi
Acteurs principaux
Sociétés de production BBC Films
Heyday Films
Screen Yorkshire
BFI
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre drame historique
Durée 130 minutes
Sortie 23 septembre 2015

LE FILM:

4

 

 

Printemps 1914. Jeune femme féministe à l’esprit frondeur, Vera Brittain est résolue à passer les examens d’admission à Oxford, malgré l’hostilité de ses parents particulièrement conservateurs. Décidée à devenir écrivain, elle est encouragée et soutenue par son frère et sa bande d’amis ? et notamment par le brillant Roland Leighton dont elle s’éprend. Mais les rêves de Vera se brisent au moment où l’Angleterre entre en guerre et où tous les jeunes hommes s’engagent dans l’armée. Elle renonce alors à écrire pour devenir infirmière. Tandis que la jeune femme se rapproche de plus en plus du front, elle assiste avec désespoir à l’effondrement de son monde.

Avec ce biopic aux allures de mélodrame, l’Anglais James Kent rend hommage à un certain grand Cinéma britannique un peu à la manière d’un David Lean avec ce mélange de grand spectacle et de drame intimiste. Il dresse ici le portrait d’une femme qui refusa d’occuper la place que la société du début du XXème siècle lui réservait en tenant à faire des études mais aussi à participer à l’effort de guerre en s’engageant comme infirmière. Esthétiquement très soigné, « Mémoires de Jeunesse » s’avère très plaisant et la présence de la jolie et talentueuse Alicia Vikander n’y est pas pour rien!

TECHNIQUE:

3.5

 

 

Un résultat honorable même si un support HD conviendrait mieux à tel spectacle!

BONUS:

1.5

 

 

Un très court making of promo et c’est tout! Dommage…

VERDICT:

4

 

 

Un mélodrame tenu par une superbe actrice, ça ne se refuse pas!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez TF1 Vidéo dès le 27 janvier

 


Critique Bluray: Ex Machina

91r+xjbcyIL._SL1500_

  • Date de sortie salles:
    03 juin 2015
  • Réalisé par :
    Alex Garland
  • Avec :
    Domhnall Gleeson, Oscar Isaac, Alicia Vikander…
  • Durée :
    1h48min
  • Pays de production :
    Grande-Bretagne
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Ex Machina
  • Distributeur :
    Universal Pictures France

LE FILM:

4

Caleb, 24 ans, est programmeur de l’une des plus importantes entreprise d’informatique au monde. Lorsqu’il gagne un concours pour passer une semaine dans un lieu retiré en montagne appartenant à Nathan, le PDG solitaire de son entreprise, il découvre qu’il va en fait devoir participer à une étrange et fascinante expérience dans laquelle il devra interagir avec la première intelligence artificielle au monde qui prend la forme d’un superbe robot féminin.

On connaissait Alex Garland en tant qu’auteur de « la Plage » et scénariste de Danny Boyle notamment sur « 28 jours plus tard » ou « Sunshine ». Il passe ici derrière la caméra avec une certaine réussite malgré un sujet souvent traité, l’intelligence artificielle. Huis clos entre trois personnages, la créature androïde (Alicia Vikander), le créateur (Oscar Isaac) et le jeune employé chargé de tester la machine (Domnhall Gleeson), Ex Machina délaisse toute action pour se concentrer sur ses personnages et susciter de vraies questions chez le spectateur: qui manipule qui?  Quel est l’objectif de Nathan? Et plus généralement sur le danger de cette intelligence artificielle et les limites à ne pas franchir dans les rapports humains/machines…

Envoûtant et remarquablement interprété!

TECHNIQUE:

5

Exemplaire comme souvent chez Universal!

BONUS:

3

On trouve ici un making of décliné en diverses petites featurettes.

VERDICT:

4

Une réflexion pertinente et passionnante sur l’intelligence artificielle!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (22.99 euros)  chez Universal pictures dès le 6 octobre