Critique: Supernova

RéalisationHarry Macqueen
ScénarioHarry Macqueen
MusiqueKeaton Henson
Acteurs principauxColin Firth
Stanley Tucci
Sociétés de productionBBC Films
British Film Institute
Quiddity Films
The Bureau
Pays d’origine Royaume-Uni
GenreDrame
Durée 95 minutes
Sortie8 septembre 2021

Sam et Tusker s’aiment depuis 20 ans. À bord de leur vieux camping-car, ils rendent visite à leurs amis et famille et retournent sur les lieux de leur jeunesse. Depuis que Tusker est atteint d’une grave maladie, tous leurs projets ont été suspendus. Le temps est compté et être ensemble est désormais la chose la plus précieuse. Cependant, ce dernier voyage va mettre leur amour à rude épreuve.

Premier long métrage de l’Anglais Harry McQueen, « Supernova » nous emmène sur les routes avec le couple composé de Sam et Tusker, deux quinquagénaires qui partent s’aérer en camping car. Tusker, écrivain à succès, souffre d’une maladie qui, si elle n’est pas nommée, semble s’apparenter à Alzheimer. Ce dernier voyage sera lourd de conséquences pour le couple…

Le vrai thème de cet émouvant premier film n’est pas l’homosexualité mais l’amour mis à l’épreuve de la fin de vie. L’histoire entre Sam et Tusker aurait tout aussi bien pu être celle d’un homme et une femme. Jamais dans le pathos, « Supernova » est surtout l’occasion d’assister à la superbe prestation de deux acteurs en état de grâce, Stanley Tucci et Colin Firth. A voir absolument!

CRITIQUE DVD: SHAME

LE FILM:

Trois ans après son premier film, Steve McQueen (pas celui de Josh Randall!) nous parle à nouveau d’appétit et d’enfermement. Mais point de prison ici mais un enfermement moral et l’appétit est, dans le cas de « Shame », sexuel. Brandon, jeune cadre new-yorkais, est effectivement prisonnier de son addiction au sexe. Elle régit sa vie du matin au soir: il fait venir des prostituées chez lui, se masturbe devant des vidéos ou dans les toilettes de son bureau, regarde même ces vidéos depuis son ordinateur à son bureau et séduit les femmes dans le métro. Ici, très peu de plaisir mais une réelle souffrance qui le ronge. Quand sa soeur, fragile, débarque chez lui, Brandon est dans l’incapacité de l’aider tant le mal dont il souffre l’aveugle…

Le principe du scénario qui fait se succéder  coïts et scènes de masturbation, sous une approche glaciale, clinique, pourrait vite conduire à l’impasse. Mais l’apparition de la soeur de Brandon, qu’il surprend sous la douche, lui fait perdre ses repères et dérègle la mécanique. Que faire de la vision d’un corps de femme dénudé sans pouvoir le posséder ? Un autre grain de sable vient se ficher dans cette mécanique implacable, quand Brandon fait l’amour avec l’une de ses collègues et qu’elle lui fait une caresse sur le visage: trop pour lui!

Au-delà du simple thème de l’addiction sexuelle, McQueen nous parle de la solitude et du mal-être dans notre société moderne et son film, très dérangeant, frappe un grand coup. Fassbender n’y est pas pour rien: sa prestation est hallucinante!

Rien à dire sur la copie proposée sur ce DVD de très bonne facture!

LES BONUS:

Comme unique bonus, l’éditeur nous propose une interview de McQueen et Fassbender (13 mins)! C’est bien mais peu!

VERDICT:

Un DVD de qualité pour un excellent film qui aurait mérité un peu plus de bonus!

 

Disponible en DVD (19,99 euros) et Blu-ray (24,99 euros) chez MK2 dès le 18 avril