Critique: Continuer

0428920.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Joachim Lafosse
Scénario Joachim Lafosse
Thomas Van Zuylen
Acteurs principaux
Sociétés de production Versus Production
Pays d’origine Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 84 minutes
Sortie 23 janvier 2019

Sibylle, mère divorcée, ne supporte plus de voir son fils adolescent sombrer dans une vie violente et vide de sens. Elle va jouer leur va-tout en entraînant Samuel dans un long périple à travers le Kirghizistan. Avec deux chevaux pour seuls compagnons, mère et fils devront affronter un environnement naturel aussi splendide qu’hostile, ses dangers, son peuple… et surtout eux-mêmes !

Deux ans après « l’Economie du couple », Joachim Lafosse revient avec une adaptation d’un livre, « Continuer » de Laurent Mauvigner. Ici, point de huis clos mais un film de grands espaces comme on en voit peu dans le Cinéma européen. Sybille et son fils, jeune homme de 17 ou 18 ans, chevauchent dans la nature hostile du Kirghizistan. Le but de cette épopée pour Sybille, se rapprocher de Samuel et recoller les morceaux d’une relation que la vie a distendue. Lafosse nous épargne les discussions philosophiques et psychanalytiques pour nous offrir un voyage au plus près de la nature, laissant le maximum de place aux corps et réduisant les plages dialoguées au strict nécessaire. Le voyage est dépaysant et bouleversant dans la trajectoire qu’il fait prendre aux deux personnages remarquablement interprétés par Virginie Efira, une fois de plus sublime, et Kacey Mottet Klein qui prend, avec l’âge, une envergure incroyable. Un très beau film sur l’incommunicabilité entre une mère et son fils aussi fort sur le fond que sublime sur la forme!

4.5

Critique: L’Economie du Couple

020785.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Réalisation Joachim Lafosse
Scénario Joachim Lafosse
Fanny Burdino
Mazarine Pingeot
Thomas van Zuylen
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France FranceDrapeau de la Belgique Belgique
Genre drame
Durée 1h40
Sortie 10 août 2016

Après 15 ans de vie commune, Marie et Boris se séparent. Or, c’est elle qui a acheté la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux enfants, mais c’est lui qui l’a entièrement rénovée. A présent, ils sont obligés d’y cohabiter, Boris n’ayant pas les moyens de se reloger. A l’heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu’il juge avoir apporté.

Joachim Lafosse, cinéaste de la déliquescence du couple? Quatre ans après « A perdre la raison » où il montrait un couple sombrer dans la folie jusqu’à la tragédie, le réalisateur belge observe un couple en pleine rupture sur fond de conflit financier. Si le sujet n’a rien de neuf, Lafosse réussit à éviter tous les clichés et nous plonge dans l’intimité d’une famille avec un réalisme bluffant. Si l’on ne connaît pas grand chose des jours heureux vécus par le couple dans le passé, le film montre à merveille comment deux êtres qui se sont aimés peuvent se détester. L’une des scènes les plus saisissantes nous montre Marie se livrer à ses amis lors d’une soirée et leur avouer que tout chez Boris l’insupporte: sa démarche, sa façon de parler, etc… La mise en scène ultra précise de Lafosse nous garde l’estomac noué et parvient à faire surgir l’émotion, sans artifice, comme lors d’une scène de danse familiale véritablement poignante. Bien évidemment la réussite ne serait rien sans l’interprétation de Bérénice Bejo, décidée et fermée, et Cédric Kahn, mari éconduit, frustré, qui se raccroche à l’aspect financier. Tous les deux sont fabuleux, à l’image du film, l’un des meilleurs de l’année!

4.5