Critique: Continuer

0428920.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Joachim Lafosse
Scénario Joachim Lafosse
Thomas Van Zuylen
Acteurs principaux
Sociétés de production Versus Production
Pays d’origine Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 84 minutes
Sortie 23 janvier 2019

Sibylle, mère divorcée, ne supporte plus de voir son fils adolescent sombrer dans une vie violente et vide de sens. Elle va jouer leur va-tout en entraînant Samuel dans un long périple à travers le Kirghizistan. Avec deux chevaux pour seuls compagnons, mère et fils devront affronter un environnement naturel aussi splendide qu’hostile, ses dangers, son peuple… et surtout eux-mêmes !

Deux ans après « l’Economie du couple », Joachim Lafosse revient avec une adaptation d’un livre, « Continuer » de Laurent Mauvigner. Ici, point de huis clos mais un film de grands espaces comme on en voit peu dans le Cinéma européen. Sybille et son fils, jeune homme de 17 ou 18 ans, chevauchent dans la nature hostile du Kirghizistan. Le but de cette épopée pour Sybille, se rapprocher de Samuel et recoller les morceaux d’une relation que la vie a distendue. Lafosse nous épargne les discussions philosophiques et psychanalytiques pour nous offrir un voyage au plus près de la nature, laissant le maximum de place aux corps et réduisant les plages dialoguées au strict nécessaire. Le voyage est dépaysant et bouleversant dans la trajectoire qu’il fait prendre aux deux personnages remarquablement interprétés par Virginie Efira, une fois de plus sublime, et Kacey Mottet Klein qui prend, avec l’âge, une envergure incroyable. Un très beau film sur l’incommunicabilité entre une mère et son fils aussi fort sur le fond que sublime sur la forme!

4.5

CRITIQUE: LES GARCONS ET GUILLAUME A TABLE

20529833_20131017171932686.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : « Les garçons et Guillaume, à table ! » et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : « Je t’embrasse ma chérie » ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus.

Quand la majorité des comédies françaises semble être conçue sur le même modèle, on ne peut que se réjouir d’une comédie surprenante et c’est le cas ici. Guillaume Gallienne part ici de son spectacle du même nom, l’action se déroulant d’ailleurs sur scène et par le biais de flash-backs illustrant son histoire. Interprétant son propre rôle ainsi que celui de sa mère, Gallienne se raconte de la manière la plus intime: sa relation avec sa mère, son père, ses frères, ses séjours en pension, etc…

Bien que souvent très drôle, le fond reste tout de même assez dramatique et ne manque pas de susciter la réflexion en posant de vraies questions notamment sur l’influence des parents sur le développement de l’enfant ou la part d’inné et d’acquis, la place que la société accorde à l’individu et les possibilités offertes à celui-ci d’y évoluer,…

Une comédie d’une rare intelligence donc, portée par un comédien absolument magnifique!

NOTE: 9/10