Critique: Madre

maxresdefault

Réalisation Rodrigo Sorogoyen
Scénario Isabel Peña
Rodrigo Sorogoyen
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Thriller
Durée 128 minutes
Sortie 22 juillet 2020

Dix ans se sont écoulés depuis que le fils d’Elena, alors âgé de 6 ans, a disparu. Dix ans depuis ce coup de téléphone où seul et perdu sur une plage des Landes, il lui disait qu’il ne trouvait plus son père. Aujourd’hui, Elena y vit et y travaille dans un restaurant de bord de mer. Dévastée depuis ce tragique épisode, sa vie suit son cours tant bien que mal. Jusqu’à ce jour où elle rencontre un adolescent qui lui rappelle furieusement son fils disparu…

Après deux thrillers, « Que Dios nos perdone » et « El Reino », l’Espagnol Rodrigo Sorogoyen revient avec un mélodrame inspiré de son court-métrage éponyme plus proche du thriller. La scène d’ouverture, l’une des plus éprouvantes de ces dernières années, voit une mère, Elena, au téléphone avec son fils de 6 ans, seul sur une plage et pourchassé par un homme. Elena, impuissante, ne peut que constater la disparition de son fils et tenter de faire un deuil impossible… Installé à Vieux Boucau, sa vie n’a plus de sens jusqu’à sa rencontre avec un adolescent, Jean, qui pourrait bien être son fils disparu…

Mené sur un rythme très lent, presque contemplatif, Madre offre une profonde réflexion sur le deuil et sur la maternité. Remarquablement mis en scène, le film de Sorogoyen questionne beaucoup, ouvre des pistes, creuse des sillons, laissant le spectateur faire ses choix. Un très beau film et un bel objet de cinéma…

Critique Bluray: Que Dios Nos Perdone

71Hx7amGG1L._SL1000_.jpg

Réalisation Rodrigo Sorogoyen
Scénario Isabel Peña, Rodrigo Sorogoyen
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre thriller
Durée 127 minutes
Sortie 9 août 2017

LE FILM:

4.5

Madrid, été 2011. La ville, plongée en pleine crise économique, est confrontée à l’émergence du mouvement des « indignés » et à la visite imminente du Pape Benoît XVI.
C’est dans ce contexte hyper-tendu que l’improbable binôme que forment Alfaro et Velarde se retrouve en charge de l’enquête sur un serial-killer d’un genre bien particulier. Les deux inspecteurs, sous pression, sont de surcroît contraints d’agir dans la plus grande discrétion…
Une course contre la montre s’engage alors, qui progressivement les révèle à eux-mêmes ; sont-ils si différents du criminel qu’ils poursuivent ?

Avec son troisième film, Rodrigo Sorogoyen confirme la bonne vitalité d’un cinéma de genre en Espagne. « Que Dios Nos Perdone » ancre son histoire dans un contexte agité; alors que le Pape est en visite à Madrid, un tueur viole et assassine des vieilles dames et la police tente de le faire cesser ses agissements en essayant de ne pas ébruiter l’affaire. Le récit, ténu et tendu, s’appuie sur un duo de flics passionnant tant Alfaro et Velarde sont loin d’être des modèles. Le premier est une brute toujours sur le fil, mal vu par sa hiérarchie. Velarde, quant à lui, extrêmement réfléchi, souffre d’un bégaiement qui le rend pratiquement mutique et semble cacher de sombres secrets. Les deux font pourtant une paire des plus efficaces façon « la tête et les jambes ». Toujours est-il que s’ils sont sur la trace du mal incarné, les deux collègues ont eu aussi leur part d’ombre . L’enquête passionnante n’élude aucun détail, même les plus scabreux et donne à ce polar un goût amer et poisseux, la révélation du coupable à mi-parcours ne gâchant pas le plaisir du spectateur, bien au contraire. L’acteur incarnant le tueur en série s’avère un concurrent de taille aux Norman Bates et autres Hannibal Lecter. « Que Dios Nos Perdone » est sans conteste l’un des meilleurs thrillers de ces vingt dernières années!

TECHNIQUE:

4.5

Pas de souci, nickel à tous niveaux!

BONUS:

0.5

Le strict minimum: une bande annonce et une micro-interview du réalisateur!

VERDICT:

4.5

L’un des meilleurs films de 2017 et un grand thriller! Indispensable!

Disponible en Bluray (19.99 euros) chez le Pacte