Critique Bluray: Benedetta

RéalisationPaul Verhoeven
ScénarioDavid Birke
Paul Verhoeven
MusiqueAnne Dudley
Acteurs principauxVirginie Efira
Charlotte Rampling
Daphné Patakia
Lambert Wilson
Olivier Rabourdin
Sociétés de productionSBS Productions
Pays d’origine France
 Pays-Bas
 Belgique
GenreDrame
Biographie
Durée127 minutes
Sortie9 juillet 2021

Au 17ème siècle, alors que la peste se propage en Italie, la très jeune Benedetta Carlini rejoint le couvent de Pescia en Toscane. Dès son plus jeune âge, Benedetta est capable de faire des miracles et sa présence au sein de sa nouvelle communauté va changer bien des choses dans la vie des soeurs.

LE FILM:

Cinq ans après « Elle », Paul Verhoeven adapte un roman qui retrace la vie d’une religieuse du XVIIème siècle, Benedetta Carlini, l’un des premiers cas documentés d’homosexualité féminine. Nouveau film « français » donc pour le cinéaste hollandais qui nous offre une réflexion sur l’obscurantisme religieux. On y retrouve tous les ingrédients favoris du réalisateur de Basic Instinct: sexe, gore et un style baroque prononcé. La mise en scène est ambitieuse et le casting français à tous points parfait avec en tête une Virginie Efira totalement habitée. Le film ne donne jamais de réponse laissant à chacun le choix de penser: Benedetta est-elle réellement habitée par le Christ ou est-elle une usurpatrice? Chacun se fera son opinion mais Benedetta ne laissera personne indifférent.

TECHNIQUE:

Magnifiques couleurs et définition et côté son , deux pistes en DTS 5.1 et stéréo des plus efficaces: Rien à dire…

BONUS:

Seul bonus une longue interview du réalisateur ponctuée d’interventions de l’actrice principale…

VERDICT:

Un bon Verhoeven qui ne laissera personne indifférent…

Disponible en DVD et bluray chez PATHE

Critique: Lui

RéalisationGuillaume Canet
ScénarioGuillaume Canet
Acteurs principauxGuillaume Canet
Mathieu Kassovitz
Laetitia Casta
Virginie Efira
Nathalie Baye
Sociétés de productionTrésor Films
Artémis Productions
Caneo Films
Pathé
Pays d’origine France
Genredrame
Sortie27 octobre 2021

Un compositeur en mal d’inspiration, qui vient de quitter femme et enfants, pense trouver refuge dans une vieille maison à flanc de falaise, sur une île bretonne déserte. Dans ce lieu étrange et isolé, il ne va trouver qu’un piano désaccordé et des visiteurs bien décidés à ne pas le laisser en paix.

Deux ans après une très dispensable suite aux Petits Mouchoirs et quelques mois avant la sortie de son Astérix, Guillaume Canet a profité de son confinement pour écrire un film plus intimiste en trois semaines et tourné en 4 semaines. Fort d’un casting VIP (outre lui-même, on retrouve Viginie Efira, Laetitia Casta, Mathieu Kassovitz, Nathalie Baye et Patrick Chesnais), ce « lui » s’avérait assez excitant sur le papier. Malheureusement le produit fini laisse songeur et prouve que le confinement n’a pas eu que du bon… Le personnage principal, un compositeur en panne d’inspiration, débarque sur une île, seul, pour retrouver la flamme alors que sa vie privée semble prendre l’eau, partagé entre sa famille et sa maîtresse. Les premières minutes, assez prometteuses, installent une atmosphère un peu sombre grâce au décor mélancolique à souhait et quelques personnages sinistres et inquiétants qu’on soupçonne plein d’enjeux pour la suite mais que l’on ne reverra malheureusement jamais. Puis tout à coup, l’absurde surgit avec l’apparition de la femme, de la maîtresse, du meilleur ami, du fils ou des parents, illustrant le désordre mental du personnage principal, le tout à la manière du Cinéma de Bertrand Blier, auquel on ne peut cesser de penser durant 90 minutes. Sauf que Blier est l’inventeur de ce Cinéma de l’absurde et s’est imposé comme un maître des dialogues, ce que n’est pas Canet. La souffrance de l’artiste et la vie de couple d’un quadra, deux thèmes traités ici sans réels enjeux. Le personnage principal ne suscite aucune empathie et le film semble sans intérêt si ce n’est le simple exercice de style. Extrêmement personnel selon Canet, ce « lui » est un ratage complet, ce qui est regrettable tant la carrière de Canet réalisateur est guidée par une véritable envie et une passion indéniable…