Critique Bluray: L’échange des Princesses

L-Echange-des-princees-Avant-premiere-Fnac-Blu-ray.jpg

Réalisation Marc Dugain
Scénario Marc Dugain
Chantal Thomas
Acteurs principaux
Sociétés de production High Sea Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre historique
Durée 100 minutes
Sortie 27 Décembre 2017

LE FILM:

4.5

1721. Une idée audacieuse germe dans la tête de Philippe d’Orléans, Régent de France… Louis XV, 11 ans, va bientôt devenir Roi et un échange de princesses permettrait de consolider la paix avec l’Espagne, après des années de guerre qui ont laissé les deux royaumes exsangues. Il marie donc sa fille, Mlle de Montpensier, 12 ans, à l’héritier du trône d’Espagne, et Louis XV doit épouser l’Infante d’Espagne, Anna Maria Victoria, âgée de 4 ans. Mais l’entrée précipitée dans la cour des Grands de ces jeunes princesses, sacrifiées sur l’autel des jeux de pouvoirs, aura raison de leur insouciance…

Adaptation du roman de Chantal Thomas, ce second film de Marc Dugain nous entraîne dans les coulisses de la royauté, dans ce qu’elle a de plus cruel. On y voit notamment le mariage forcé de l’Infante d’Espagne, seulement âgée de 4 ans avec le jeune Louis XV! Ces mariages diplomatiques sont mis en scène avec retenue et sobriété et le casting est des plus convaincant avec notamment Lambert Wilson et Olivier Gourmet. Le sujet est aussi passionnant qu’émouvant et le film est un petit régal esthétique dont on aurait tort de se priver!

TECHNIQUE:

4.5

Un régal, la très belle photo du film trouvant avec un support HD un écrin!

BONUS:


2.5

On trouve ici une intéressante interview du réalisateur et de Lambert Wilson.

VERDICT:

4.5

L’un des beaux films français de cette fin d’année dernière!

Disponible en DVD (19.99 euros)et bluray (19.99 euros) chez AD VITAM dès le 2 mai

Publicités

Jeu Concours: 1 Bluray et 2 DVD de “l’Odyssée” à gagner (jeu terminé)

A l’occasion de la sortie en vidéo de « Lodyssée »le 8 mars, CINEDINGUE et WILD SIDE VIDEO sont heureux de vous offrir 1 Bluray et 2 DVD. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 22 mars; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

UN HOMME. UNE PASSION. UN MONDE À DÉCOUVRIR…

1948. Cousteau ne rêve que d’aventure.

Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde.

Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier.

 

Critique:L’Odyssée 

238897.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Jérôme Salle
Scénario Jérôme Salle
Laurent Turner
Acteurs principaux
Sociétés de production Fidélité Films
Pan-Européenne
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre biographie
Durée 122 minutes
Sortie 12 octobre 2016

1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier.

Genre ô combien difficile que le biopic dont le risque de tomber dans l’hagiographie ou le Wikipedia illustré est bien présent. L’idée de Jérôme Salle de consacrer un film à l’une des personnalités françaises les plus emblématiques, le Commandant Cousteau, avait donc de quoi effrayer. Outre l’oeuvre de l’homme au bonnet rouge, le film de Salle a la bonne idée de se consacrer en grande partie à sa vie privée et notamment ses rapports avec ses fils, ce qui n’est pas sans lien avec son travail. En effet, le film montre bien la relation amour/haine qu’il entretenait avec son fils Philippe. Fils préféré à de nombreux égards, Philippe s’élevait contre la propension de son père à se compromettre lorsque l’argent était en jeu, comme par exemple lorsqu’il acceptait comme mécène un groupe pétrolier en échange de lui dénicher des sites à exploiter. C’est sûrement l’influence de ce fils qui fit évoluer la pensée de Cousteau vers moins de business et plus d’écologie. Le film montre également quel mari il était, amoureux de sa femme, « la bergère », pilier de son équipe, mais enclin à céder aux charmes des nombreuses femmes qui l’admiraient.

Outre le magnifique portrait d’une famille hors normes, « L’Odyssée » nous offre deux magnifiques performances d’acteurs avec un Lambert Wilson incarnant réellement son modèle et Pierre Niney dans le rôle de Philippe, comme toujours brillant. Quant à la mise en scène, véritablement inspirée et fourmillant d’idées de Cinéma ( belle idée avec des lunettes d’aviateurs), elle côtoie les sommets grâce à une photo totalement époustouflante! Quand le Cinéma Français ose donner les moyens à des projets aussi ambitieux, alliant exigence et spectacle, il serait dommage de passer à côté! Courez-y!

4.5

Critique Bluray: Bone Tomahawk

71r+qCyRBIL._SL1226_.jpg

Titre original Bone Tomahawk
Réalisation S. Craig Zahler
Scénario S. Craig Zahler
Acteurs principaux
Sociétés de production Caliber Media Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Western horrifique
Sortie DTV

LE FILM:

4

1850. Quelque part entre le Texas et le Nouveau Mexique. Dans la paisible ville de Bright Hope, une mystérieuse horde d’indiens en quête de vengeance kidnappent plusieurs personnes. Le shérif local accompagné de quelques hommes se lance alors à leur poursuite pour tenter de les sauver…

« Bone Tomahawk » fait partie de ces films qui débarquent directement en vidéo sans passer par les salles sans que l’on comprenne vraiment pourquoi! Pur western durant 90 minutes, « Bone Tomahawk » nous emmène, avec ses personnages dont un shérif incarné par l’excellent Kurt Russell,  à la recherche de la femme de l’un d’entre eux, kidnappée par des Indiens plutôt sanguinaires: grands espaces, chevauchées, soirées au coin du feu ponctuées de brillants dialogues, presque tarantiniens. Le film prend son temps pour développer ses personnages, créer une ambiance puis, au bout de 90 minutes, le film bascule dans l’horreur, comme si « la Prisonnière du Désert » avait frayé avec « Cannibal Holocaust », certaines scènes étant particulièrement gores! Bien écrit, remarquablement mis en scène et brillamment interprété, ce « Bone Tomahawk semble être LE DTV de l’année!

TECHNIQUE:

4.5

Un régal!

BONUS:

2

Outre la bande annonce, on trouve un court making of sans grand intérêt.

VERDICT:

4

Une pépite pour les amateurs de western et d’horreur!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez M6 VIDEO dès le 11 mai

Critique: La Vache

075208.jpg-r_645_430-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Mohamed Hamidi
Scénario Mohamed Hamidi
Alain-Michel Blanc
Fatsah Bouyahmed
Acteurs principaux
Sociétés de production Quad Productions
Kissfilms
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau du Maroc Maroc
Genre Comédie
Durée h 31
Sortie 17 février 2016

Fatah, petit paysan Algérien n’a d’yeux que pour sa vache Jacqueline, qu’il rêve d’emmener à Paris, au salon de l’Agriculture. Lorsqu’il reçoit la précieuse invitation devant tout son village ébahi, lui qui n’a jamais quitté sa campagne, prend le bateau direction Marseille pour traverser toute la France à pied, direction Porte de Versailles.L’occasion pour Fatah et Jacqueline d’aller de rencontres en surprises et de vivre une aventure humaine faite de grands moments d’entraide et de fous rires. Un voyage inattendu et plein de tendresse dans la France d’aujourd’hui.

Deux ans après son sympathique « Né quelque part« , Mohamed Hamidi récidive dans le feel good movie avec l’histoire de Fatah qui décide de participer au concours de la plus belle vache au salon de l’agriculture. Pour ce faire, il va faire le voyage de son petit village algérien à Paris, à pied, avec sa vache Jacqueline. Ce road movie va permettre à ce personnage de Fatah, naïf et généreux, de rencontrer une fermière qui s’appelle comme sa vache ou encore un châtelain ruiné, alors qu’il devient une star des réseaux sociaux! Evidemment, on n’est pas devant un grand film! Evidemment, cette France d’où méchanceté et racisme semblent complètement absents est loin de la réalité! Pourtant, si l’on laisse son cynisme à la porte, on prend grand plaisir à suivre cet attachant Fatah et sa vache et l’on rit même de bon coeur! Et même si l’on devine la fin dès le début, ça fait du bien! Quant à la BO d’Ibrahim Maalouf, c’est un régal! A voir en famille!

3

Critique Dvd: The Affair Saison 1

image002

Série The Affair
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d’origine Showtime
Diff. originale 12 octobre 201421 décembre 2014
Nb. d’épisodes 10

LA SERIE:

4.5

 

 

Un beau jour, au début de l’été, Noah, un homme marié et père dévoué de quatre enfants, fait la rencontre d’Alison, une femme mariée elle aussi, qui pleure la mort récente de son enfant. Dès le premier regard échangé, le coup de cœur est instantané et partagé. Commence alors une relation adultérine qui détruira leurs mariages respectifs et aura des conséquences dramatiques pour chacun des membres de leurs familles…

Si l’idée de départ, la relation extraconjugale d’un père de famille et d’une serveuse, mariée elle aussi, n’a pas grand chose d’original, c’est le traitement qui fait tout l’intérêt de cette série qui s’avère l’une des meilleures du moment! Construite autour de flashbacks, les deux personnages principaux étant soumis à un interrogatoire policier, la série crée d’entrée un suspense le spectateur ne sachant rien des raisons qui conduisent à cet interrogatoire. En outre, chaque épisode est divisé en deux parties, « Noah » et « Alison », qui nous montrent le point de vue de chacun de ces personnages. Le spectateur peut donc parfois revoir les mêmes évènements mais d’un point de vue différent: les tenues changent tout comme les dialogues ! Remarquablement écrite, cette série a le bon goût de créer des personnages originaux, loin des archétypes, évitant de dépeindre Noah comme le dernier des salauds ou Alison comme l’allumeuse de service. Petit à petit, au fil des épisodes, les mystères s’éclaircissent et l’on comprend mieux le passé des deux familles et l’importance des points de vue des personnages. Côté interprétation, c’est le top niveau également, des premiers aux seconds rôles. Une grande série sur le couple, la famille avec un final qui ne nous donne qu’une envie, voir très vite la saison 2!

TECHNIQUE:

4

 

 

Nickel!

BONUS:

3

 

 

On trouve tout un tas de petites featurettes sur la ville où se déroule l’action, les différences de costumes entre les versions et des interventions des acteurs sur leur personnage, le tout d’un intérêt relatif.

VERDICT:

4.5

 

 

A voir absolument!

Disponible en DVD (29.99 euros) chez Showtime

 


Critique VOD: Dangerous Housewife

Sans titre-2

  • Date de sortie :  Le 13/05/2015 en VOD
  • Réalisé par :
    Anthony Burns
  • Avec :
    Katherine Heigl, Patrick Wilson, Jordana Brewster…
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2015
  • Titre original : Home Sweet Hell
  • Distributeur :
    Inédit en salles en France

Don Champage est un homme d’affaires à succès, à qui rien ne semble manquer, y compris une épouse obsessionnelle, décidée à contrôler sa vie.

Quelque part entre « Serial Mother » et « The Voices« , cette comédie sanglante à souhaits débarque directement en VOD chez nous et se regarde avec un certain plaisir! « Dangerous housewife » sait être impertinente et surprenante mais surtout repose sur un duo qui fonctionne  merveille! Katherine Heigl brise son image de poupée dans ce rôle d’épouse castratrice et sadique et Patrick Wilson joue à merveille ce mari lâche et soumis! Drôle et gore, une VOD hautement recommandable!

4