Critique Bluray: Divorce Saison 1

61xcFXf1jZL._SL1000_.jpg

Titre original Divorce
Genre Comédie
Création Sharon Horgan
Production Producteurs exécutifs :
Sharon Horgan
Paul Simms
Aaron Kaplan
Sarah Jessica Parker
Alison Benson
Société de production :
Pretty Matches Productions
Merman Films
Kapital Entertainment
343 Incorporated
Acteurs principaux Sarah Jessica Parker
Thomas Haden Church
Molly Shannon
Talia Balsam
Tracy Letts
Sterling Jerins
Charlie Kilgore
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d’origine HBO
Nb. de saisons 1
Nb. d’épisodes 10
Durée 30 minutes

LA SERIE:

3.5

Frances, une mère de famille new-yorkaise dans la force de l’âge, décide de « recommencer » sa vie avec l’aide de ses amies Dallas et Diane, et songe même au divorce. Mais son mari ne l’entend pas de cette façon…

Mini-série lancée par la chaîne HBO, « Divorce » nous conte durant 10 épisodes d’une trentaine de minutes la fin d’un couple, celui de Frances et Robert, deux quinqua frappés par l’aventure de la femme qui remettra tout en cause. Si la série est très souvent drôle, le ton est plutôt mélancolique et assez noir. Les deux premiers tiers de la série sont assez réjouissants, jusqu’au dernier tiers, sorte de « guerre des Rose » où tous les coups sont permis, peu intéressant et déjà vu. Si la série vaut le coup d’oeil, ce n’est pas tellement pour son interprète principale, Sarah Jessica Parker, mais pour son mari, incarné par un Thomas Haden Church, qui trouve peut-être ici son meilleur rôle!

TECHNIQUE:

4.5

RAS, c’est parfait!

BONUS:

0.5

Un commentaire audio et c’est tout…

VERDICT:

3.5

Une première saison prometteuse à défaut de convaincre totalement!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Warner dès le 31 mai

Critique: L’Economie du Couple

020785.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Réalisation Joachim Lafosse
Scénario Joachim Lafosse
Fanny Burdino
Mazarine Pingeot
Thomas van Zuylen
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France FranceDrapeau de la Belgique Belgique
Genre drame
Durée 1h40
Sortie 10 août 2016

Après 15 ans de vie commune, Marie et Boris se séparent. Or, c’est elle qui a acheté la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux enfants, mais c’est lui qui l’a entièrement rénovée. A présent, ils sont obligés d’y cohabiter, Boris n’ayant pas les moyens de se reloger. A l’heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu’il juge avoir apporté.

Joachim Lafosse, cinéaste de la déliquescence du couple? Quatre ans après « A perdre la raison » où il montrait un couple sombrer dans la folie jusqu’à la tragédie, le réalisateur belge observe un couple en pleine rupture sur fond de conflit financier. Si le sujet n’a rien de neuf, Lafosse réussit à éviter tous les clichés et nous plonge dans l’intimité d’une famille avec un réalisme bluffant. Si l’on ne connaît pas grand chose des jours heureux vécus par le couple dans le passé, le film montre à merveille comment deux êtres qui se sont aimés peuvent se détester. L’une des scènes les plus saisissantes nous montre Marie se livrer à ses amis lors d’une soirée et leur avouer que tout chez Boris l’insupporte: sa démarche, sa façon de parler, etc… La mise en scène ultra précise de Lafosse nous garde l’estomac noué et parvient à faire surgir l’émotion, sans artifice, comme lors d’une scène de danse familiale véritablement poignante. Bien évidemment la réussite ne serait rien sans l’interprétation de Bérénice Bejo, décidée et fermée, et Cédric Kahn, mari éconduit, frustré, qui se raccroche à l’aspect financier. Tous les deux sont fabuleux, à l’image du film, l’un des meilleurs de l’année!

4.5

Critique VOD: People, Places, Things

812UxSHTPEL.jpg

Will Henry est un romancier graphiste fraîchement célibataire qui jongle entre ses deux jumelles et sa classe d’étudiants tout en explorant les complexités d’un nouvel amour et lâchant prise avec la femme qui l’a quitté.

Dernier film de la dernière fournée de titres de la collection OVNI en VOD chez Sony, « People, Places, Things » est une comédie indé tendance dépressive plutôt réussie. On y suit l’histoire de Will, dessinateur de BD, qui voit sa vie chamboulée par le départ de sa femme avec son amant. Idée de départ certes des plus banales mais traitée avec légèreté autant que gravité et portée par un comédien des plus attachants, Jemaine Clement, parfait dans son rôle d’intellectuel un peu paumé. Si le film est aussi séduisant, il le doit aussi aux questions qu’il pose : « peut-on aimer toute une vie? », « peut-on se quitter sans se haïr? », « les enfants peuvent-ils servir de lien entre deux parents divorcés? ». Un film charmant!

4

Critique Dvd: le Procès de Viviane Amsalem

71SnnHPXc3L._SL1500_

  • Date de sortie :
    25 juin 2014
  • Réalisé par :
    Ronit ElkabetzShlomi ELKABETZ
  • Avec :
    Ronit ElkabetzMenashe NoySimon Abkarian
  • Durée :
    1h55min
  • Pays de production :
    France Allemagne Israël
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Gett
  • Distributeur :
    Les Films du Losange

LE FILM:

4

 

Viviane Amsalem demande le divorce depuis trois ans, et son mari, Elisha, le lui refuse. Or en Israël, seuls les Rabbins peuvent prononcer un mariage et sa dissolution, qui n’est elle-même possible qu’avec le plein consentement du mari. Sa froide obstination, la détermination de Viviane de lutter pour sa liberté, et le rôle ambigu des juges dessinent les contours d’une procédure où le tragique le dispute à l’absurde, où l’on juge de tout, sauf de la requête initiale.

Durant deux heures, Ronit et Slomi Elkabetz dénoncent une société israélienne rétrograde. A travers un huis clos se tenant dans une salle d’audience où une femme tente, durant cinq ans, d’obtenir le divorce, c’est une société dans laquelle la femme n’a que peu de droits qui est dans le viseur. Viviane Amsalem n’a ici aucune raison de divorcer: son mari n’est pas infidèle, il ne la bat pas alors qu’a-t-elle à vouloir se débarrasser de son mari? En choisissant le huis clos total pour raconter son histoire, le réalisateur donne une impression d’enfermement à l’image justement de cette société archaïque. Si le sujet est assez lourd, le scénario ménage de bonnes bouffées d’oxygène à travers les témoignages souvent cocasses de certains témoins. Quant à l’interprétation notamment de Ronit Elkabetz, elle est remarquable. Un excellent film sur la condition féminine!

TECHNIQUE:

4

 

Un sans faute pour le support!

BONUS:

4

 

Outre une interview du réalisateur, on trouve un making of très intéressant!

VERDICT:

4

 

Un plaidoyer féministe assez fort!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Blaq Out