Critique: Spider-Man : New Generation

1696141.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Spider-Man: Into the Spider-Verse
Réalisation Peter Ramsey
Bob Persichetti
Rodney Rothman
Scénario Phil Lord
Rodney Rothman
Sociétés de production Columbia Pictures
Marvel Entertainment
Sony Pictures Animation
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre animation
Durée 117 minutes
Sortie 2018

Spider-Man : New Generation suit les aventures de Miles Morales, un adolescent afro-américain et portoricain qui vit à Brooklyn et s’efforce de s’intégrer dans son nouveau collège à Manhattan. Mais la vie de Miles se complique quand il se fait mordre par une araignée radioactive et se découvre des super-pouvoirs : il est désormais capable d’empoisonner ses adversaires, de se camoufler, de coller littéralement aux murs et aux plafonds ; son ouïe est démultipliée… Dans le même temps, le plus redoutable cerveau criminel de la ville, le Caïd, a mis au point un accélérateur de particules nucléaires capable d’ouvrir un portail sur d’autres univers. Son invention va provoquer l’arrivée de plusieurs autres versions de Spider-Man dans le monde de Miles, dont un Peter Parker plus âgé, Spider-Gwen, Spider-Man Noir, Spider-Cochon et Peni Parker, venue d’un dessin animé japonais.

Pour les fêtes, les créateurs de « la Grande Aventure Lego » dépoussièrent le mythe Spider-Man avec un film d’animation hors du commun. Si le scénario est parfois un peu convenu avec des enjeux pas toujours très clairs, le spectacle est au rendez-vous. Graphiquement, le rendu est proche de la BD (on voit même le piqué de la BD sur les visages des personnages) et action et humour font bon ménage! Peter Parker passe ici le relais à Mile Morales fils d’un policier noir et d’une infirmière latino qui va devoir découvrir ses nouveaux pouvoirs et en même temps, faire équipe avec toute une équipe de spider-héros (un Spider-man noir, Spider-Gwen, une Spider woman sorti d’un manga et un spider-cochon tout droit sorti d’un Looney Tunes!). C’est drôle, énergique et visuellement étourdissant et une bonne raison d’aller faire un tour au ciné en famille!

4.5

Publicités

Critique Bluray: Divorce Saison 1

61xcFXf1jZL._SL1000_.jpg

Titre original Divorce
Genre Comédie
Création Sharon Horgan
Production Producteurs exécutifs :
Sharon Horgan
Paul Simms
Aaron Kaplan
Sarah Jessica Parker
Alison Benson
Société de production :
Pretty Matches Productions
Merman Films
Kapital Entertainment
343 Incorporated
Acteurs principaux Sarah Jessica Parker
Thomas Haden Church
Molly Shannon
Talia Balsam
Tracy Letts
Sterling Jerins
Charlie Kilgore
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d’origine HBO
Nb. de saisons 1
Nb. d’épisodes 10
Durée 30 minutes

LA SERIE:

3.5

Frances, une mère de famille new-yorkaise dans la force de l’âge, décide de « recommencer » sa vie avec l’aide de ses amies Dallas et Diane, et songe même au divorce. Mais son mari ne l’entend pas de cette façon…

Mini-série lancée par la chaîne HBO, « Divorce » nous conte durant 10 épisodes d’une trentaine de minutes la fin d’un couple, celui de Frances et Robert, deux quinqua frappés par l’aventure de la femme qui remettra tout en cause. Si la série est très souvent drôle, le ton est plutôt mélancolique et assez noir. Les deux premiers tiers de la série sont assez réjouissants, jusqu’au dernier tiers, sorte de « guerre des Rose » où tous les coups sont permis, peu intéressant et déjà vu. Si la série vaut le coup d’oeil, ce n’est pas tellement pour son interprète principale, Sarah Jessica Parker, mais pour son mari, incarné par un Thomas Haden Church, qui trouve peut-être ici son meilleur rôle!

TECHNIQUE:

4.5

RAS, c’est parfait!

BONUS:

0.5

Un commentaire audio et c’est tout…

VERDICT:

3.5

Une première saison prometteuse à défaut de convaincre totalement!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Warner dès le 31 mai