CRITIQUE DVD: UNE VIE TRANQUILLE

LE FILM:

Rosario Russo, un restaurateur de cinquante ans, s’est installé depuis douze ans en Allemagne où il mène une vie paisible, entouré de sa femme Renate, de son fils Mathias et de son ami Claudio. La vie tranquille de Rosario va prendre un tournant dramatique le jour où deux jeunes italiens arrivent sans prévenir dans son restaurant. L’un d’eux, Diego, n’est autre que le premier fils de Rosario, qu’il avait abandonné quinze années auparavant pour fuir un passé qu’il aurait préféré oublier. Rosario s’appelait alors Antonio De Martino, il était l’un des plus féroces et des plus puissants camorristes de la région de Caserta…

Certes le scénario de ce film ne brille pas par son originalité (on ne peut s’empêcher de penser au film de Cronenberg « a history of violence »!) et s’encombre parfois de fioritures comme cette amourette inutile entre Claudio et la serveuse. Mais ce film de Claudio Cuppelini tire toutefois son épingle du jeu grâce à une mise en scène maîtrisée et surtout à son interprète principal, Toni Servillo, comme toujours parfait. On se souvient de son interprétation magistrale dans le film Il Divo. Reste un très bon film noir pour cette tragédie d’un homme rattrapé par son destin. Un film à découvrir dans un DVD techniquement au top.

LES BONUS:

Pas grand chose à se mettre sous la dent avec une bande annonce et making of ultra court (8 mins)! Dommage!

VERDICT:

Un DVD à se procurer si vous aimez le Cinéma Italien, si vous voulez découvrir un des meilleurs acteurs Italiens ou si vous aimez les films noirs, ou les trois!

Chez France Télévision Distribution au prix de 19,99 euros!

 

Publicités

CRITIQUE: HIER, AUJOURD’HUI ET DEMAIN (1963)

Comédie italienne sortie en 1963, « hier, aujourd’hui et demain » est très représentatif du néoréalisme rose, courant dans lequel se sont engagés de nombreux réalisateurs italiens au début des années 60 pour contourner les mesures du parti de droite « démocratie chrétienne ». En effet, après la seconde Guerre Mondiale, le néoréalisme représenté par des cinéastes comme De Sica (le voleur de bicyclettes) ou Rossellini (Allemagne année zéro) montre les difficultés économiques et sociales du pays. Le parti « démocratie chrétienne » va s’agacer de cette vision donnée de l’Italie et dans les années 50, proposera des subventions à des films plus divertissants qui sauront déplacer les foules. C’est dans cette optique que le « néoréalisme rose » permettra à des réalisateurs comme de Sica de traiter des mêmes sujets mais sur un mode humoristique largement inspiré de la Commedia Dellarte.

« Hier, aujourd’hui et demain », film à sketches en trois parties est le digne représentant de ce nouveau courant.Trois villes, trois récits sur le couple, la sexualité et le pouvoir.
A Naples, Adelina vend des cigarettes au marché noir car son mari est au chômage. Mais pour éviter l’incarcération, elle enchaîne les naissances… À Milan, Anna, une riche femme, s’ennuie et parle de s’enfuir avec son amant, un écrivain. Jusqu’au jour où il a un accident avec la voiture de celle-ci… A Rome, Mara, une call-girl, fait tourner la tête d’un jeune séminariste…

Septième collaboration Mastroianni/Loren, sous ses airs de fantaisie, le film de De Sica difuse donc des messages. Napolitain de naissance, De Sica dépeint dans le premier segment sa ville, plongée dans la misère mais sauvée par la solidarité et les qualités humaines de sa population. Dans le second, rendu au Nord, à Milan, il offre une image négative et superficielle des bourgeois de cette région. Il termine au centre de l’Italie, à Rome, qui a l’air de constituer pour le cinéaste un juste milieu. Le dernier segment reste célèbre pour la fameuse scène du strip-tease de Sofia Loren qui, il est vrai, mérite le détour. Un film formidable disponible chez Carlotta, qui, je le rappelle, est un éditeur indispensable qui fait de chaque sortie un évènement!
http://www.dailymotion.com/embed/video/x7sq7z?theme=denim&foreground=%2392ADE0&highlight=%23A2ACBF&background=%23202226
Sophia Loren – Scéne culte par marcapril

CRITIQUE: GENERAL DELLA ROVERE (1959)

Genes, 1944. Un certain Bertone profite de l’occupation allemande pour faire du marché noir et s’enrichir. Arrêté par les Allemands, il doit se faire passer pour le genéral della Rovere, chef de la Résistance, assassiné par erreur, afin d’aider l’ennemi à démanteler le réseau de résistance.

Monument du néoréalisme italien, ce film de Roberto Rosselini conjugue l’histoire d’un homme avec la grande Histoire. Monstre de cynisme, Bertone n’a aucun scrupule quand il s’agit de tromper son prochain. Les évènements vont pourtant l’emporter dans un tourbillon dont il ne sortira pas vivant. Lâche tout au long de sa vie, il deviendra un héros à l’approche de sa mort.

Le rôle principal est confié au réalisateur Vittorio de Sica, magistral. Le film lui même est un bijou malheureusement méconnu mais à découvrir grâce à l’initiative de Gaumont qui le ressort en blu ray dans une version restaurée à couper le souffle. Pour ne rien gâcher, elle est accompagnée d’une heure de suppléments passionnants.

A posséder de toute urgence!