Critique Dvd: La Chance d’être femme

81wPlCIClNL._SL1500_.jpg

LE FILM:

4

Prise en photo à son insu au moment où elle raccroche ses bas, une jeune vendeuse se retrouve à la première page d’un magazine. Ayant toujours rêvé de devenir mannequin ou vedette de cinéma Antonietta exige du photographe Corrado Betti qu’il l’aide à lancer sa carrière. Il la présente donc au comte Sennetti, très introduit dans le milieu du cinéma…

Si Alessandro Blasetti n’est pas des cinéastes italiens les plus connus, il est tout de même auteur d’une oeuvre assez prolifique et l’on peut lui savoir gré d’avoir réuni pour la première fois le couple Mastroianni/Loren avec « Dommage que tu sois une canaille ». En 1956, deux ans après, il réunit à nouveau le couple vedette pour « la chance d’être femme », une comédie « à l’Américaine » dans laquelle Antonietta va se frayer un chemin sur la voie de la célébrité en faisant tourner la tête des hommes qu’elle croisera. Tout est là dans ce film méconnu: un scénario finement ciselé, une mise en scène alerte et la magie du duo Mastroianni/Loren! Une petite perle à découvrir!

TECHNIQUE:

4

Une copie plus que correcte pour ce film!

BONUS:

4

Comme dans tous les titres de cette collection, on retrouve la présentation éclairée de Jean Gili.

VERDICT:

4

Une comédie italienne à découvrir!

Disponible en DVD (12.99 euros) chez M6 VIDEO

Publicités

Critique bluray: Mariage à l’Italienne

71fnB-9iPeL._SL1500_

  • Date de sortie salles:
    30 décembre 1964
  • Réalisé par :
    Vittorio de Sica
  • Avec :
    Sophia Loren, Marcello Mastroianni, Aldo PUGLISI…
  • Durée :
    1h35min
  • Pays de production :
    Italie
  • Année de production :  1964
  • Titre original : MATRIMONIO ALL’ITALIANA
  • Distributeur :
    IMPERIA/1993 : CINE CLASSIC

LE FILM:

4.5

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Domenico Soriano, commerçant appartenant à une famille napolitaine aisée, rencontre dans un bordel Filumena Marturano, une femme d’origine humble. Il en tombe amoureux et l’emmène vivre chez lui. Après vingt ans de concubinage, et bien qu’elle ait toujours scrupuleusement joué son rôle de femme et de domestique, Filumena n’a pas encore reçu de proposition de mariage et décide de faire croire à Domenico qu’elle est mourante…

Pas vraiment une comédie mais pas non plus vraiment un drame, ce « Mariage à l’Italienne » est pour Vittorio de Sica l’occasion de réunir une nouvelle fois le célèbre couple Loren/Mastroianni et de le faire briller. Avec une structure non linéaire, parsemée de flash-backs, on assiste à l’histoire d’un couple dans lequel Domenico domine et joue avec Filumena. Puis au fil du temps, le rapport de force s’inverse et Filumena se fait épouser par Domenico grâce à un chantage savamment mené! Un petit régal magnifié par le superbe thème musical d’ Armando Trovajoli!

TECHNIQUE:

3.5

Une restauration satisfaisante malgré un grain très présent sur certaines scènes. La VO est bien sûr à privilégier par son ampleur.

BONUS:

4

On trouve ici en plus de la bande annonce une interview de deux critiques de cinéma sur leur vision du film.

VERDICT:

4.5

Un petit bijou!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Carlotta Films


CRITIQUE DVD: LE SIGNE DE VENUS

81u4LNRKqeL._SL1500_

  • Comédie dramatique
  • Date de sortie :
     01 avril 1956
  • Réalisé par :  Dino Risi
  • Avec : Sophia Loren , Vittorio de Sica , Franca Valeri …
  • Durée :
    1h50min
  • Pays de production :
     Italie
  • Année de production :  1956
  • Titre original : Il segno di Venere

LE FILM: 7.5/10

Cesira vit avec sa cousine Agnès, le père de cette dernière et sa tante, une vieille demoiselle conservatrice. Cesira ne parle qu’émancipation de la femme et égalité des droits. Le prochain mariage du médecin voisin la met cependant en émoi. Elle va jusqu’à simuler une tentative de suicide pour attirer son attention et à le suivre jusque sur le parvis de l’église. Une autre voisine, tireuse de cartes, lui laisse entendre qu’elle n’a qu’un mois, placé sous le signe de Vénus, pour trouver l’amour. De là à s’imaginer que le poète fauché, le voleur de voiture cynique, le photographe à moustache et le pompier baraqué sont tous épris d’elle ! Le pas est vite franchi, même si c’est Agnès qui attire tous les regards masculins…

Réalisé en 1953, Le Signe de Vénus est le troisième film de Dino Risi. Encore très empreint de néoréalisme, cette comédie romantique garde ce côté amer si spécifique à la comédie italienne. Tous les hommes sont affublés de tous les défauts et la plupart des femmes leur sont soumises comme la belle Agnès. Cesira fait exception mais aura du mal à se faire une place dans cette société phallocrate! Si le Signe de Vénus n’est pas dans les meilleures réussites de son réalisateur, elle est très plaisante et le casting est absolument parfait: Sophia Loren, Franca Valeri, Raf Vallone et l’excellent Vittorio de Sica!

TECHNIQUE: 9/10

Très belle copie sans défaut notable!

BONUS: 8/10

On trouve ici la présentation passionnante de Jean Gili ainsi que le documentaire sur le cinéma italien que l’on trouve également sur le DVD de Hold-up à la Milanaise.

VERDICT: 7.5/10

Une comédie italienne bien agréable!

Disponible en DVD (16.99 euros) chez Sidonis

CRITIQUE: HIER, AUJOURD’HUI ET DEMAIN (1963)

Comédie italienne sortie en 1963, « hier, aujourd’hui et demain » est très représentatif du néoréalisme rose, courant dans lequel se sont engagés de nombreux réalisateurs italiens au début des années 60 pour contourner les mesures du parti de droite « démocratie chrétienne ». En effet, après la seconde Guerre Mondiale, le néoréalisme représenté par des cinéastes comme De Sica (le voleur de bicyclettes) ou Rossellini (Allemagne année zéro) montre les difficultés économiques et sociales du pays. Le parti « démocratie chrétienne » va s’agacer de cette vision donnée de l’Italie et dans les années 50, proposera des subventions à des films plus divertissants qui sauront déplacer les foules. C’est dans cette optique que le « néoréalisme rose » permettra à des réalisateurs comme de Sica de traiter des mêmes sujets mais sur un mode humoristique largement inspiré de la Commedia Dellarte.

« Hier, aujourd’hui et demain », film à sketches en trois parties est le digne représentant de ce nouveau courant.Trois villes, trois récits sur le couple, la sexualité et le pouvoir.
A Naples, Adelina vend des cigarettes au marché noir car son mari est au chômage. Mais pour éviter l’incarcération, elle enchaîne les naissances… À Milan, Anna, une riche femme, s’ennuie et parle de s’enfuir avec son amant, un écrivain. Jusqu’au jour où il a un accident avec la voiture de celle-ci… A Rome, Mara, une call-girl, fait tourner la tête d’un jeune séminariste…

Septième collaboration Mastroianni/Loren, sous ses airs de fantaisie, le film de De Sica difuse donc des messages. Napolitain de naissance, De Sica dépeint dans le premier segment sa ville, plongée dans la misère mais sauvée par la solidarité et les qualités humaines de sa population. Dans le second, rendu au Nord, à Milan, il offre une image négative et superficielle des bourgeois de cette région. Il termine au centre de l’Italie, à Rome, qui a l’air de constituer pour le cinéaste un juste milieu. Le dernier segment reste célèbre pour la fameuse scène du strip-tease de Sofia Loren qui, il est vrai, mérite le détour. Un film formidable disponible chez Carlotta, qui, je le rappelle, est un éditeur indispensable qui fait de chaque sortie un évènement!
http://www.dailymotion.com/embed/video/x7sq7z?theme=denim&foreground=%2392ADE0&highlight=%23A2ACBF&background=%23202226
Sophia Loren – Scéne culte par marcapril

CRITIQUE: UNE JOURNEE PARTICULIERE (1977)

Hier soir, ma chère salle de proximité a eu la riche idée de projeter dans le cadre de l’opération « ciné-mémoire » le magnifique film d’Ettore Scola « Une journée particulière », film que j’avais découvert en VHS il y a une vingtaine d’années mais dont j’avais conservé plusieurs scènes en mémoire.

Le 8 mai 1938, à Rome, Hitler rend visite à Mussolini et l’Italie met les petits plats dans les grands pour rendre hommage à la rencontre des deux dictateurs. Tous les habitants d’un immeuble se rendent donc aux festivités exceptées trois personnes: une mère de famille nombreuse surexploitée par sa famille (Sophia Loren), un homme d’une quarantaine d’années gay, ce qui ne manque pas d’importance à une époque où c’est un motif de déportation (Marcello Mastroianni), et la concierge. Alors que le perroquet de la première s’échappe de la fenêtre, celle-ci doit se rendre chez le second afin de le récupérer. Les deux personnages vont donc se rencontrer pour la première fois et finalement passer la journée ensemble, pouvant enfin partager leur solitude et trouver quelqu’un pour les écouter. Malgré son mari et ses six enfants, elle est seule car elle elle est considérée chez elle telle une bonne à tout faire et par son mari comme un objet sexuel. Lui est seul car il vit dans la honte et le silence, obligé de cacher son homosexualité, pour éviter la déportation. C’est donc une journée particulière que vont passer ensemble cet homme et cette femme…

Voilà un film vraiment magnifique à voir sur grand écran avec cette très belle image presque sépia et ces deux acteurs incroyables que sont Sophia Loren et Marcello Mastroianni. L’histoire est forte et touchante; quel dommage qu’elle n’ait été partagée que par huit personnes, moi compris, alors qu’il s’agit d’un film tout à fait abordable et toujours d’actualité. Un bel hymne au respect de l’autre.