CRITIQUE BLU-RAY: CONVERSATION SECRETE

611jqNQJJeL._SL1024_

LE FILM: 9/10

Harry Caul est un professionnel de l’écoute. Il enregistre des conversations sur contrat, froidement, sans jamais s’impliquer. Cette obsession a des conséquences sur sa vie privée, il se montre distant jusqu’à la paranoïa avec ses collègues, et même son amie. Seul l’intéresse le travail bien fait. Mais les choses changent lorsqu’en espionnant un couple pour le compte d’un homme d’affaires, Harry suspecte qu’un crime pourrait etre commis.

Tourné entre les deux premiers volets du Parrain, Conversation Secrète coïncide avec le scandale du Watergate. Fortement inspiré du Blow-Up d’Antonioni sur le fond (si le personnage ne prend pas de photos de ses cibles, il les écoute), il s’en inspire également sur la forme, se tenant assez loin des standards hollywoodiens.Coppola réalise ici un grand film sur la solitude avant tout avec ce personnage incarné par Gene Hackman, obsédé par sa dernière mission. Brillamment mis en scène, Conversation Secrète distille un climat très spécial qui s’alourdit de plus en plus jusqu’à un sommet de paranoïa. Le Piano jazzy de David Shire est indissociable de cette formidable Palme d’Or.

TECHNIQUE: 9/10

Malgré un grain assez présent, la copie offre une définition exemplaire et des couleurs magnifiques!

BONUS: 10/10

Des bonus à foison et passionnants: un court making of, une interview du compositeur par Coppola lui-même, des essais des comédiens, un court entretien avec le réalisateur, et une rencontre entre Coppola et les étudiants de la Femis!

VERDICT: 9.5/10

Une édition remarquable pour un grand film!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez PFC



CRITIQUE BLU-RAY: MORT OU VIF

51Zj96+T1JL__SL500_

LE FILM: 8/10

Comme chaque année, les plus fines gâchettes de l’ouest américain se retrouvent à Rédemption. Herod, qui règne en tyran sur la petite ville, organise un tournoi de duels à mort, récompensé pour le finaliste par une énorme somme d’argent. Redoutable tireur, Herod a toujours été le vainqueur. Cette fois-ci, c’est la surprise, une jeune femme, venue de nulle part, s’inscrit pour défier le tueur…

Réalisé bien avant les Spider-Man par un Sam Raimi qui sort tout juste du troisième volet des Evil Dead, ce Mort ou Vif est un bel hommage au western en plein milieu des années 90, durant lesquelles ce dernier se fait rare: à part Danse avec les loups en 1990 et Impitoyable en 1992, les quelques autres productions n’ont pas vraiment marqué les esprits. Grande était donc la curiosité de voir ce réalisateur de films d’horreur un peu barrés se réapproprier la légende de l’Ouest!

Bonne nouvelle: Sam Raimi réussit son hommage tout en gardant son style! L’action se déroule dans une petite ville avec son saloon et son bordel et le cowboys y ont la gachette facile. L’originalité ici tient au fait que le héros est une femme et qu’elle ne compte pas se laisser faire; elle débarque en ville assoiffée de vengeance et rien ne pourra la faire dévier de sa mission. Elle veut la peau de Herod et pour ça elle devra aller au bout du tournoi de duels.

Tout en respectant les codes du western et en y ajoutant quelques clins d’oeil comme la présence de Woody Strode (acteur spécialisé dans le western qu’on a pu voir notamment dans Il était une fois dans l’Ouest) en croque-mort, on reconnaît la caméra de Raimi qui multiplie les effets, donnant à ce western des allures de cartoon! Les blessures par balle laissent même passer la lumière du jour! Et chaque duel est clairement jubilatoire!

Quant au casting, il est absolument parfait: Sharon Stone, Gene Hackman, le jeune Leonardo di Caprio et Russel Crowe sont tous excellents! Rajoutez là-dessus une bande originale d’Alan Silvestri alternant les morceaux typiques de son travail et d’autres ouvertement inspirés de Bacalov et Morricone et vous obtenez un très bon western!

TECHNIQUE: 8/10

Malgré un grain assez présent notamment sur les arrières plan, la définition est très bonne tout comme les couleurs et le son est explosif!

BONUS: 0/10

Nada!

VERDICT: 8/10

Un incontournable pour les fans de western!

Disponible en Blu-ray (14,99 euros) chez SPHE

CRITIQUE DVD: EUREKA

LE FILM: 8/10

1925, au Canada. Jack Mc Cann découvre un filon d’or et devient subitement l’un des hommes les plus riches du monde. 20 ans plus tard, il vit reclus sur une île jamaïcaine, entouré d’une femme alcoolique et de proches qui convoitent son héritage…

Inspiré d’une histoire vraie, ce film réalisé par le cinéaste peu connu Nicolas Roeg, à qui l’on doit « Ne vous retournez Pas », est un objet très curieux! Chevauchant plusieurs genres au fil de l’histoire, « Eureka » passe du film d’aventures au thriller en passant par la chronique familiale. Le climax du film n’intervenant qu’au début du dernier quart, le film peut déstabiliser le spectateur mais la mise en scène toujours audacieuse et inventive  de Roeg nous tient en haleine jusqu’au bout! Ce foisonnement, tout en étant la principale qualité du film, lui fit également le plus grand tort, la MGM ne sachant pas comment exploiter ce film. D’autre part, muni d’un budget conséquent, Roeg réunit un casting de haute volée: Gene Hackman, Joe Pesci, Rutger Hauer, Mickey Rourke et Teresa Russell!  Enfin, les plus cinéphiles retrouveront une multitude d’hommages à des films comme Pandora, Citizen Kane ou la Ruée vers l’or!Un excellent film, peu connu, à découvrir dans une édition DVD à la copie correcte malgré un grain très présent.

LES BONUS: 5/10

Le seul bonus est une présentation passionnante de Jean-Baptiste Thoret

VERDICT: 8/10

Une pépite méconnue!!!

Disponible en DVD (19,99 euros) chez POTEMKINE le 2 octobre.

 

CRITIQUE: LES PLEINS POUVOIRS (1996)

Luther Whitney est un cambrioleur de carrière. Un soir, il entreprend de cambrioler la demeure de Sullivan, l’un des hommes les plus riches de Washington. Alors qu’il est en train de dévaliser la chambre forte la femme de Sullivan et un homme pénètrent dans la chambre à coucher obligeant Whtiney à se cacher derrière une glace sans tain. Alors que Luther reconnaît le Président des Etats-Unis, les ébats dégénèrent et la femme est abattue par les hommes du Président…

Du très bon Eastwood! Un excellent thriller porté par un casting réunissant les meilleurs acteurs américains: Eastwood bien sûr, parfait dans le rôle de ce cambrioleur vieillisant qui cherche à se rapprocher de sa fille dont il ne s’est jamais occupé, Gene Hackman dans le rôle du Président, Ed Harris dans le rôle du flic qui traque Whitney et Scott Glenn, génial éternel second rôle qui incarne l’un des hommes du Président. Passionnant!