Critique: La Momie

286958.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original The Mummy
Réalisation Alex Kurtzman
Scénario Jon Spaihts
Christopher McQuarrie
Acteurs principaux
Sociétés de production K/O Paper Products
Sean Daniel Company
Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Aventure
Durée 111 minutes
Sortie 14 juin 2017

Bien qu’elle ait été consciencieusement enterrée dans un tombeau au fin fond d’un insondable désert, une princesse de l’ancienne Égypte, dont le destin lui a été injustement ravi, revient à la vie et va déverser sur notre monde des siècles de rancœurs accumulées et de terreur dépassant l’entendement humain. Des sables du Moyen Orient aux pavés de Londres en passant par les ténébreux labyrinthes d’antiques tombeaux dérobés, La Momie nous transporte dans un monde à la fois terrifiant et merveilleux, peuplé de monstres et de divinités, dépoussiérant au passage un mythe vieux comme le monde.

L’imagination ayant semble-t-il disparu des studios hollywoodiens, Universal décide de redonner vie, à travers l’univers « dark Universe », à l’ensemble des monstres de son catalogue comme Frankenstein, Dracula, la Créature du Lac noir ou encore la Momie! Ce nouvel univers prend donc forme avec cette énième version de la Momie avec une star à l’affiche, Tom Cruise. Ce dernier ayant le don de transformer en or tout ce qu’il touche, on pouvait être curieux du résultat. La bonne nouvelle du film, c’est que Cruise et son personnage sont aux antipodes du héros parfait que l’acteur affectionne: il est ici égoïste, cynique et malhonnête, ce qui est assez amusant! A côté de ça, le néant! Beaucoup de bruit, d’agitation, peu de Cinéma et encore moins de scénario! Le seul objectif semble être d’en rajouter toujours plus, au détriment de toute vraisemblance! Mais que viennent donc foutre Dr Jekyll et Mr Hyde dans cette histoire de momie!!! Le pire là dedans est que nous n’échapperons certainement pas à un nouveau volet d’ici peu…

1.5

Critique: The Nice Guys

529694.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original The Nice Guys
Réalisation Shane Black
Scénario Anthony Bagarozzi
Shane Black
Acteurs principaux
Sociétés de production Silver Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie policière
Durée 116 minutes
Sortie 15 mai 2016

Los Angeles. Années 70. Deux détectives privés enquêtent sur le prétendu suicide d’une starlette. Malgré des méthodes pour le moins « originales », leurs investigations vont mettre à jour une conspiration impliquant des personnalités très haut placées…

Si Shane Black était aux commandes de « Kiss Kiss Bang Bang » ou « Iron Man 3 », on le connaît plus pour ses scénarios pour « l’arme fatale », « le dernier samaritain »ou « last action hero ». Avec « The Nice Guys », il est à l’écriture et à la réalisation pour un buddy movie 70’s fort réjouissant. L’intrigue policière au demeurant assez plaisante voit ses deux personnages principaux enquêter sur la mort d’une starlette du X, aux ramifications politiques. Mais ce qui compte ici, c’est le côté jubilatoire du film qui, mené tambour battant, propose un duo de flics ultra efficace comme jamais depuis…tiens: « l’Arme Fatale »! Bourré d’un humour dévastateur, plein d’action, des dialogues irrésistibles, une BO disco-funk d’enfer et surtout l’interprétation hilarante de Ryan Gosling en Pierre Richard hollywoodien, tel est le programme de l’un des films les plus funs de l’année!

4.5

 

Welcome Back, le nouveau Cameron Crowe directement sur Netflix! Ca vaut quoi?

560042.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Réalisé par :
    Cameron Crowe
  • Avec :
    Bradley Cooper, Emma Stone, Rachel McAdams…
  • Durée :
    1h44min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2015
  • Titre original : Aloha
  • Distributeur :
    Inédit en salles en France

Un militaire de renom retourne sur les terres où il a connu les plus grands succès de sa carrière. Alors qu’il renoue des liens avec un amour de jeunesse, il tombe contre toute attente sous le charme d’une militaire de l’Air Force qu’on lui a assigné.

Quatre ans après son piteux « Nouveau Départ« , Cameron Crowe revient avec « Welcome back » (Aloha en VO). Véritable bide aux Etats-Unis malgré un casting plutôt vendeur (Bradley Cooper, Emma Stone, Rachel McAdams, Alec Baldwin et Bill Murray!), la Fox décide finalement d’annuler la sortie salles en France! Ce sont les abonnés de Netflix qui auront le privilège de découvrir le film, ce que je me suis empressé de faire!

L’impression est mitigée! La première moitié du film a dû subir des coupes car l’histoire est incompréhensible! On ne comprend que très tard dans le métrage qui est Bill Murray et quel est le rôle de Bradley Cooper, ce qui s’avère gênant pour vraiment entrer dans l’histoire! Quand le brouillard se dissipe un peu, il faut avouer que l’on s’attache aux personnages (Emma Stone a rarement été aussi craquante!) et que Crowe nous gratifie de deux scènes qui sauvent totalement le film, deux scènes sans dialogues où tout passe par le regard. Si l’on sent qu’on retrouve le cinéaste, on se demande quand même à quel point le film a subi des interventions extérieures!

3

Critique Bluray: Noe

91ILY8s+91L._SL1500_

  • Réalisé par :
    Darren Aronofsky
  • Avec :
    Russell Crowe, Jennifer Connelly, Douglas Booth…
  • Durée :
    2h19min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Noah
  • Distributeur :
    Paramount Pictures France

LE FILM: 7/10

Noé, un homme promis à un destin exceptionnel alors qu’un déluge apocalyptique va détruire le monde. La fin du monde… n’est que le commencement.

Avec cette adaptation du mythe de l’Arche de Noé, Darren Aronofsky confirme sa place un peu particulière, en marge du système hollywoodien. Quand il met en scène un blockbuster, il refuse de plaire à tout prix à tout le monde et y ajoute une bonne dose de spiritualité et de réflexion. Les scènes choc sont bien présentes (les géants, le déluge…) mais Aronofsky n’oublie pas le principal, nous faire réfléchir à la place de l’Homme dans l’univers et son instinct de destruction plus que jamais d’actualité!

TECHNIQUE: 9/10

Excellent! Aucun défaut, même dans les scènes sombres!

BONUS: 8/10

Un making of d’une heure absolument passionnant!

VERDICT: 7/10

Un blockbuster biblique difficile d’accès terriblement ambitieux!

Disponible en DVD (19.99 euros ) et bluray (24.99 euros) chez Paramount Pictures dès le 12 août

 



CRITIQUE BLU-RAY: LES MISERABLES

91zh3J+macL__AA1500_

LE FILM: 7/10

Dans la France du 19e siècle, une histoire poignante de rêves brisés, d’amour malheureux, de passion, de sacrifice et de rédemption : l’affirmation intemporelle de la force inépuisable de l’âme humaine. Quand Jean Valjean promet à Fantine de sauver sa fille Cosette du destin tragique dont elle est elle-même victime, la vie du forçat et de la gamine va en être changée à tout jamais…

Comédie musicale adaptée du grand succès de Broadway lui-même adapté du succès de Robert Hossein, ces Misérables version Tom Hopper (réalisateur du Discours d’un Roi) est plutôt réussi contrairement à tout ce qu’on a pu lire lors de sa sortie. Chanté en live, à la différence de la plupart des comédies musicales pour lesquelles les comédiens enregistrent à l’avance les chansons, le film se distingue également par sa réalisation. Usant (abusant ?) des gros plans sur ses personnages, Hopper choisit ainsi de renforcer l’émotion et peut-être un peu aussi d’économiser sur le budget décor. Côté casting, Hopper s’appuie sur des comédiens sachant pousser la chansonnette : Anne Hathaway ,magnifique Fantine qui lui valut l’Oscar du second rôle féminin, Hugh Jackman en Jean Valjean au registre vocal assez puissant, Russel Crowe en Javert, Amanda Seyfried en Cosette et le couple Thénardier version grand-guignol avec Sacha Baron Cohen et Helena Bonham Carter. L’universalité de l’histoire et quelques belles chansons font le reste: Les Misérables est un spectacle emballant à défaut d’être un grand film!

TECHNIQUE: 9/10

Comme souvent chez cet éditeur c’est du top niveau!

BONUS: 9/10

Outre un commentaire audio du réalisateur, on trouve un sujet sur Victor Hugo (11 mins) et un making of complet (1h03).

VERDICT: 7.5/10

Un blu-ray idéal pour les amateurs de comédie musicale!

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez Universal Pictures dès le 18 juin .

 

CRITIQUE BLU-RAY: MORT OU VIF

51Zj96+T1JL__SL500_

LE FILM: 8/10

Comme chaque année, les plus fines gâchettes de l’ouest américain se retrouvent à Rédemption. Herod, qui règne en tyran sur la petite ville, organise un tournoi de duels à mort, récompensé pour le finaliste par une énorme somme d’argent. Redoutable tireur, Herod a toujours été le vainqueur. Cette fois-ci, c’est la surprise, une jeune femme, venue de nulle part, s’inscrit pour défier le tueur…

Réalisé bien avant les Spider-Man par un Sam Raimi qui sort tout juste du troisième volet des Evil Dead, ce Mort ou Vif est un bel hommage au western en plein milieu des années 90, durant lesquelles ce dernier se fait rare: à part Danse avec les loups en 1990 et Impitoyable en 1992, les quelques autres productions n’ont pas vraiment marqué les esprits. Grande était donc la curiosité de voir ce réalisateur de films d’horreur un peu barrés se réapproprier la légende de l’Ouest!

Bonne nouvelle: Sam Raimi réussit son hommage tout en gardant son style! L’action se déroule dans une petite ville avec son saloon et son bordel et le cowboys y ont la gachette facile. L’originalité ici tient au fait que le héros est une femme et qu’elle ne compte pas se laisser faire; elle débarque en ville assoiffée de vengeance et rien ne pourra la faire dévier de sa mission. Elle veut la peau de Herod et pour ça elle devra aller au bout du tournoi de duels.

Tout en respectant les codes du western et en y ajoutant quelques clins d’oeil comme la présence de Woody Strode (acteur spécialisé dans le western qu’on a pu voir notamment dans Il était une fois dans l’Ouest) en croque-mort, on reconnaît la caméra de Raimi qui multiplie les effets, donnant à ce western des allures de cartoon! Les blessures par balle laissent même passer la lumière du jour! Et chaque duel est clairement jubilatoire!

Quant au casting, il est absolument parfait: Sharon Stone, Gene Hackman, le jeune Leonardo di Caprio et Russel Crowe sont tous excellents! Rajoutez là-dessus une bande originale d’Alan Silvestri alternant les morceaux typiques de son travail et d’autres ouvertement inspirés de Bacalov et Morricone et vous obtenez un très bon western!

TECHNIQUE: 8/10

Malgré un grain assez présent notamment sur les arrières plan, la définition est très bonne tout comme les couleurs et le son est explosif!

BONUS: 0/10

Nada!

VERDICT: 8/10

Un incontournable pour les fans de western!

Disponible en Blu-ray (14,99 euros) chez SPHE

CRITIQUE: MASTER AND COMMANDER (2003)

United International Pictures (UIP)

En 1805, le capitaine Jack Aubrey est l’un des plus grands marins britanniques. A bord de son vaisseau le « Surprise », il sillonne les mers du globe, accompagné de son fidèle ami, le docteur Maturin avec qui il partage l’amour de la musique. Attaqué par le navire français « Achéron », le « Surprise » subit de gros dégâts et de lourdes pertes humaines. Lucky Jack n’aura qu’une obsession, traquer le navire français et le détruire à n’importe quel prix.

Peter weir réalise un film d’aventures époustouflant qui pourrait n’être qu’un blockbuster efficace mais qui par certains aspects évoque aussi les films de Terrence Mallick comme « le Nouveau Monde » ou « la ligne rouge ». Prenant, palpitant, spectaculaire, un grand film!