Critique: Les Frères Sisters

2289925.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original The Sisters Brothers
Réalisation Jacques Audiard
Scénario Jacques Audiard
Thomas Bidegain
(d’après le roman The Sisters Brothers (en) de Patrick deWitt)
Acteurs principaux
Sociétés de production Why Not Productions
Annapurna Pictures
Page 114 Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Western
Durée 121 minutes
Sortie 19 septembre 2018

Charlie et Elie Sisters évoluent dans un monde sauvage et hostile, ils ont du sang sur les mains : celui de criminels, celui d’innocents… Ils n’éprouvent aucun état d’âme à tuer. C’est leur métier. Charlie, le cadet, est né pour ça. Elie, lui, ne rêve que d’une vie normale. Ils sont engagés par le Commodore pour rechercher et tuer un homme. De l’Oregon à la Californie, une traque implacable commence, un parcours initiatique qui va éprouver ce lien fou qui les unit. Un chemin vers leur humanité ?

Trois ans après le ratage « Dheepan » (incroyable Palme d’Or!), Jacques Audiard adapte un livre que lui propose le comédien John C. Reilly et s’adonne pour la première fois au western, genre qu’il ne connaît que peu comme il le confesse lui même. Tourné en langue anglaise avec un casting américain, le projet s’avérait des plus alléchants. On y suit deux frères, les frères Sisters (John C. Reilly et Joaquin Phoenix), sortes de chasseurs de primes, chargés de retrouver un scientifique escorté par un autre chasseur de primes incarné par Jake Gyllenhall. Ce scientifique a découvert le moyen de faire briller l’or dans les rivières pour le ramasser plus facilement. C’est donc un récit picaresque que nous suivons avec une fratrie menée par le cadet (Phoenix), plus violent et immoral que son aîné. Le duo deviendra quatuor lorsque les deux pieds nickelés retrouveront le scientifique et son « cerbère ». Drôle, violent, le récit rebondit sans cesse, surprenant en permanence le spectateur, prenant des allures de conte, de fantastique ou de fable politique. Si le scientifique cherche à créer une société égalitaire, ses acolytes ne pensent qu’à l’enrichissement, malgré tous les risques. Remarquablement mis en scène, le nouveau film de Jacques Audiard est un enchantement de chaque instant qui prouve non seulement que le Cinéma Français peut être ambitieux mais aussi que Jacques Audiard est toujours là malgré son dernier faux pas! Un régal!

5

Critique Bluray: L’Homme qui n’a pas d’étoile

71lmuuTmT+L._SL1000_.jpg

Titre original Man without a Star
Réalisation King Vidor
Scénario Borden Chase
D. D. Beauchamp
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal-International Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Western
Durée 89 minutes
Sortie 19 Octobre 1955

LE FILM:

4.5

Eternel aventurier errant dans un pays en construction, Dempsey Rae se lie d’amitié avec le jeune et naïf Jeff Jimson auquel il apprend l’usage du colt. Désormais contremaître dans un ranch immense, il redoute que sa propriétaire, l’ambitieuse Reed Bowman, déclenche une guerre entre éleveurs en laissant paître ses 5.000 têtes de bétail dans la prairie. Et c’est effectivement ce qui se passe, situation aggravée par l’intervention de Steve Miles, chef d’une bande de tueurs contre lesquels Rae et les autres fermiers de la région font front commun…

La collection Western de Sidonis continue à s’agrandir, on y trouve parfois un peu à boire et à manger mais avec « L’Homme qui n’a pas d’étoile », c’est un très gros morceau qui nous est offert! Si l’idée de départ peut sembler anecdotique (un cowboy et son jeune ami sont embauchés dans un ranch et doivent faire avec les voisins qui souhaitent clôturer les champs avec des barbelés!), le film de King Vidor nous montre le combat d’un homme (incarné par un époustouflant Kirk Douglas) contre le changement vers un nouveau monde. Plein d’humour, ce western offre non seulement à son interprète l’un de ses plus beaux rôles mais offre au spectateur un magnifique spectacle à la mise en scène spectaculaire et à la photo splendide!

TECHNIQUE:

4.5

Hormis quelques défauts mineurs, la copie proposée est un régal de définition et de couleurs!

BONUS:

3.5

On trouve ici la traditionnelle présentation de Bertrand Tavernier et une analyse du film par divers intervenants dont l’inévitable Patrick Brion!

VERDICT:

4.5

Un chef d’oeuvre du western dans une édition remarquable!

Disponible en Combo Bluray / DVD (16.99 euros) chez SIDONIS