Critique: Titane

RéalisationJulia Ducournau
ScénarioJulia Ducournau
MusiqueJim Williams
Acteurs principauxVincent Lindon
Agathe Rousselle
Sociétés de productionKazak Productions
Frakas Productions
Pays d’origine France
 Belgique
GenreThriller
Drame
Durée108 minutes
Sortie 14 juillet 2021

Après une série de crimes inexpliqués, un père retrouve son fils disparu depuis 10 ans. Titane : Métal hautement résistant à la chaleur et à la corrosion, donnant des alliages très durs.

Cinq ans après la bombe « Grave » qui avait fait sensation dans les festivals du monde entier, Julia Ducourneau revient et fait sensation avec « Titane » et son héroïne tueuse en série. Après un accident de voiture alors qu’elle était enfant, Alexia se retrouve avec une plaque de titane sous le crâne. Danseuse de charme, elle exécute ses conquêtes, masculines ou féminines, toujours plus cruellement. Recherchée par la police, elle décide de changer d’apparence et de se faire passer pour un jeune homme et croisera la route de Vincent (Vincent Lindon), capitaine des pompiers père d’un fils disparu il y a des années. Ce dernier pense qu’elle est ce fils disparu…

Fable fantastique sur la filiation et la recherche d’identité, « Titane » emprunte à droite à gauche, principalement à Cronenberg et son Cinéma organique et pourtant affiche une identité des plus singulières. La mise en scène de Julia Ducourneau impressionne par sa maîtrise, notamment un impressionnant plan séquence dans un salon auto et la comédienne Agathe Rousselle est hallucinante de présence. Si l’on franchit 45 premières minutes parsemées d’ultra-violence, on est en suite porté par ces deux comédiens qui jouent une partition jamais vue et l’impression d’assister à quelque chose de totalement nouveau. Une Palme d’Or drôlement culottée!

Critique Bluray: Baby Driver

71lpVwUR5EL._SL1000_.jpg

Réalisation Edgar Wright
Scénario Edgar Wright
Acteurs principaux
Sociétés de production Media Rights Capital
Big Talk Productions
Working Title Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre comédie policière
Durée 113 minutes

LE FILM:

3.5

Chauffeur pour des braqueurs de banque, Baby a un truc pour être le meilleur dans sa partie : il roule au rythme de sa propre playlist. Lorsqu’il rencontre la fille de ses rêves, Baby cherche à mettre fin à ses activités criminelles pour revenir dans le droit chemin. Mais il est forcé de travailler pour un grand patron du crime et le braquage tourne mal… Désormais, sa liberté, son avenir avec la fille qu’il aime et sa vie sont en jeu.

Après la trilogie « Cornetto »et « Scott Pilgrim », Edgar Wright est débarqué du projet « Ant Man ». La déception passée, le cinéaste britannique s’attaque à un projet auquel il pense depuis une vingtaine d’années, « Baby Driver ». A travers le polar, il s’amuse avec l’importance de la musique au cinéma. Son héros, Baby, passe tout son temps les écouteurs sur les oreilles et ne conçoit pas sa vie sans le support des morceaux enregistrés sur ses différents ipods. Si le scénario rappelle grandement le « Drive » de Winding Refn et si le film évoque le Cinéma de Tarantino, « Baby Driver » est un film gadget et comme tous les gadgets, on peut s’en passer mais on adore ça! Wright rythme ses nombreuses scènes d’action par une BO 70’s-80’s allant jusqu’à les rythmer par les bruits des armes à feu! Le résultat est ultra fun et souvent jubilatoire!

TECHNIQUE:

5

Un must à tous les niveaux! Un bluray de démo!

BONUS:

5

Un must également côté bonus avec des scènes coupées, making of, storyboards, audition, répétitions, clips…

VERDICT:

4

Une édition top pour le film fun de l’année!

Disponible en Bluray (19.99 euros) chez SPHE