CRITIQUE BLU-RAY: TRUE ROMANCE

51RBKzXGGCL__SL500_LE FILM: 8/10

Le jour de son anniversaire, Clarence Worley rencontre la splendide Alabama dans un cinéma miteux. Coup de foudre immédiat. Après une nuit d’amour, Alabama avoue a Clarence qu’elle a été en fait engagée par le patron de Clarence comme cadeau d’anniversaire. De là va commencer une folle aventure…

Avant même de réaliser son premier film Reservoir Dogs en 1992, Quentin Tarantino vend un scénario pour la somme de 40 000 dollars: c’est True Romance. Après avoir sympathisé avec le réalisateur Tony Scott dont Top Gun est l’un des films favoris de QT (sic), c’est finalement ce dernier qui réalisera le film.

C’est sans doute le scénario le plus personnel de QT tant son personnage principal, Clarence Worley, est son alter ego: il travaille dans une petite boutique de BD (ressemblant au video club de QT), a des goûts musicaux très vintage et adore le cinéma de genre, particulièrement les films d’arts martiaux avec Sonny Chiba.

true-romance-1993-06-g

Le film doit beaucoup à l’alchimie entre Clarence et Alabama interprétés par Christian Slater et Patricia Arquette qui ne retrouveront plus de meilleurs rôles, à la pleiade de seconds rôles fabuleux (Dennis Hopper, Christopher Walken, Gary Oldman en proxo rasta et l’une des premières apparitions de Brad Pitt dans un rôle inoubliable de grunge enfumé!) et bien sûr au scénario de QT, alternant scènes très dialoguées et irruptions de violence. Tony Scott réalise également son meilleur film, les scènes de dialogues le contraignant à cesser d’agiter sans cesse sa caméra comme on le lui reprochera toute sa carrière: il parvient à se calmer complètement lors de l’une des scènes d’anthologie du film entre Walken et Hopper!

Le film comprend bien sûr une scène de fusillade hallucinante qui évoque la scène finale de Reservoir Dogs.

Un vrai plaisir de revoir l’un des films choc des années 90!

TECHNIQUE: 9/10

Une bien belle copie HD avec une image à la définition et aux couleurs éclatantes. Le son n’est pas en reste, doux avec le célèbre thème d’Hans Zimmer et explosif quand les armes s’expriment!

BONUS: 8.5/10

On trouve ici  3 commentaires audio (Tony Scott, Tarantino, et Christian Slater et Patricia Arquette), des scènes coupées, le matériel promotionnel de l’œuvre, les origines du scénario (10 mn), le tournage, la production (20 mn, interview fleuve de Samuel Hadida, le producteur français), les coulisses (visionnage interactifs d’images inédites via icône – 25 mn), la version US (7 mn, suite de l’interview du producteur), les acteurs parlent de leur rôle, des interviews et les influences de Tarantino (9 mn, interviews de journalistes français).

VERDICT: 8.5/10

Un blu-ray au top pour un film culte!

Disponible en blu-ray (14,99 euros) chez Metropolitan Films

Publicités

UNSTOPPABLE (2010)

Deux conducteurs de train, l’expérimenté Franck Barnes et le novice Will Colson, tentent de stopper un train rempli de matières dangereuses, lancé à pleine vitesse sans personne aux commandes…

Voilà le bref pitch du dernier Tony Scott, réalisateur voire « movie maker » qui stigmatise la haine de nombreux cinéphiles qui lui reprochent son goût de l’esbrouffe, ses mouvements de caméra epileptiques et son usage systématique des filtres. Et bien, je vais me charger de réhabiliter son travail sans toutefois le porter aux nues, ne vous inquiétez pas!

Tiré d’une histoire vraie, le film doit être vu comme un pur divertissement. Et Tony Scott a accompli sa mission; le sujet du film se prête tout à fait à son style. Certes, un plan de plus d’une seconde ferait du bien une fois de temps en temps et reposerait un peu la rétine mais Scott n’est pas un grand fan de Bergman. Toutefois, aidé par un Denzel Washington parfait dans ce rôle de vieux de la vieille, « unstoppable » accroche le spectateur mais sans grande surprise non plus. Son acolyte Chris Pine, déjà vu dans « star trek », lui, est un peu fade et son histoire de couple sans intérêt. L’originalité du film tient au contexte social (on n’est pas chez Ken Loach non plus!): alors que les réductions d’effectif font rage, la décision concernant le sort du train fou est avant tout dicté par l’impact sur le cours des actions! Bienvenue en l’an 2011!

Un bon Popcorn movie!