CRITIQUE BLU-RAY: LA CITE ROSE

81t+4C7uk8L__SL1500_

LE FILM: 6/10

« Mitraillette » a 12 ans. Il vit à la Cité Rose, sa cité qu’il ne quitterait pour rien au monde. Son univers, c’est sa famille : Isma, son cousin de 16 ans, qui
admire Narcisse, le caïd du quartier et prend un mauvais chemin. Son grand frère, Djibril, 22 ans, étudiant à La Sorbonne et qui rêve de devenir avocat.
Mitraillette, lui, aimerait juste sortir avec Océane, la plus belle fille du collège… Leurs destins sont liés, au sein d’un quartier, au coeur de ses tours
où les rêves, parfois, se payent cash…

Premier film de Julien Abraham, la Cité Rose avait tout pour être un énième film sur la banlieue véhiculant son lot de clichés, drogue, rap, violence, etc… Surprise, même si le réalisateur évoque ces points, le film ne sombre jamais dans le misérabilisme et se veut même assez souvent d’une légèreté salvatrice. La bande originale, quant à elle, a l’excellente idée de passer du rap à la soul en passant par les musiques du monde. En suivant trois histoires en parallèle, celle du petit Mitraillette qui rêve de séduire Océane, celle de Isma son cousin qui se rêve en Tony Montana, et celle de Djibril dont l’objectif est de devenir avocat, Abraham veut nous montrer que d’autres voies que la délinquance existent et que même dans la Cité Rose, on a droit de rêver.

Même si le message peut paraître un brin naïf, le film dégage assez d’énergie et ses acteurs tellement d’enthousiasme que l’on passe un bon moment. Loin du naufrage annoncé!

TECHNIQUE: 9/10

Une HD limpide!

BONUS: 8/10

Outre deux clips de Soprano et Youssoupha, on a droit à un très sympathique making of qui reflète bien la bonne humeur dégagée par les comédiens amateurs!

VERDICT: 6/10

Un film optimiste et sympathique!

Disponible en DVD (19.99 euros) et blu-ray (24.99 euros) chez TF1 Video dès le 7 août


Publicités

CRITIQUE BLU-RAY: MANIAC

MANIAC

LE FILM: 7.5/10

Frank est le timide propriétaire d’une boutique de mannequins. Sa vie prend un nouveau tournant quand il rencontre Anna, une jeune artiste. Frank commence à développer une véritable obsession pour la jeune fille. Au point de donner libre cours à une pulsion trop longtemps réfrénée – celle qui le pousse à traquer pour tuer…

Remake d’un classique du film d’horreur de 1980 du même nom réalisé par William Lustig, ce projet est l’initiative du producteur français Thomas Langmann qui le proposa alors à Franck Khalfoun. Celui-ci s’entoura de Gregory Levasseur et Alexandre Aja pour l’écriture du script, donnant un touche très frenchie à ce tournage très alléchant.

Maniac, c’est donc l’histoire d’un tueur en série, Frank Zito, autrefois incarné par le répugnant Joe Spinell, qui se venge des femmes en les assassinant après les avoir scalpées. Au lieu de gras et lubrique Spinell, c’est le jeune Elijah Wood qui s’y colle donnant à ce tueur sadique les traits d’un jeune garçon au visage presque angélique. Mais la vraie innovation de ce remake réside dans sa mise en scène. Au lieu de nous proposer un classique film à suspense nous mettant dans la position des victimes, Khalfoun nous offre l’occasion de nous retrouver dans la peau du tueur grâce à un tournage entièrement en caméra subjective. Les seuls moments où le visage du tueur nous est montré sont dans des reflets, des miroirs. Khalfoun choisit donc de se priver d’un vrai suspense pour offrir une version qui tient de l’expérience psychologique et même physique tant l’exercice s’avère assez éprouvant. En effet, il ne se prive pas en matière d’effets gores, ce qui ravira les fans du genre!

Une belle réussite qui montre qu’on peut faire du neuf avec du vieux!

TECHNIQUE: 9/10

Très belle copie qui met en valeur la jolie photo du film et qui ne laisse apparaître aucun défaut même dans les scènes sombres.

BONUS: 9/10

Outre la bande-annonce non censurée, on a droit à un fabuleux making-of de plus d’une heure traîtant de toutes les étapes de la fabrication du film (caméra subjective, musique, effets spéciaux…) jusqu’à la présentation au festival de Cannes!

VERDICT: 8/10

Un blu-ray d’excellence pour un film gore qui ravira les amateurs!

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez Orange Studio

 


WARNER FETE SES 90 ANS EN FANFARE

file_885file_883

A l’occasion de ses 90 ans, Warner sort deux coffrets qui feront craquer les cinéphiles! Il s’agit d’un coffret DVD qui comprend 90 films et un coffret Blu-ray comprenant 50 films. En plus des films, chaque coffret comprend un DVD du documentaire Il était une fois Warner Bros avec des tas d’entretiens et un second dvd qui propose une visite de décors de cinéma. On trouve également un livret en forme de frise chronologique avec les plus grandes dates du studio, un porte-clé et 15 magnets des plus grands films!

Concernant les films présents dans les coffrets, ils contiennent la plupart des plus grands films du studio même si l’on peut regretter certains choix notamment sur la dernière décennie (300, les derniers Burton loin d’être les meilleurs, Very Bad trip…) qui font un peu tâche par rapport au reste. De beaux cadeaux à s’offrir ou se faire offrir (prix 349 euros avec 100 euros de chèques cadeaux Fnac en ce moment!).

Liste des titres:

COFFRET BLURAY:

LE CHANTEUR DE JAZZ
LE MAGICIEN D’OZ
AUTANT EN EMPORTE LE VENT
LE FAUCON MALTAIS
CASABLANCA
UN TRAMWAY NOMME DESIR
UN AMERICAIN A PARIS
CHANTONS SOUS LA PLUIE
LES REVOLTES DU BOUNTY
LA PRISONNIERE DU DESERT
LA MORT AUX TROUSSES
BEN HUR
LA CONQUETE DE L’OUEST
LE DOCTEUR JIVAGO
2001 : L’ODYSSEE DE L’ESPACE
BULLITT
L’INSPECTEUR HARRY
ORANGE MECANIQUE
L’EXORCISTE
VOL AU DESSUS D’UN NID DE COUCOU
LES HOMMES DU PRESIDENT
SUPERMAN
SHINING
IL ETAIT UNE FOIS EN AMERIQUE
AMADEUS
L’ARME FATALE
FULL METAL JACKET
LES LIAISONS DANGEREUSES
LES AFFRANCHIS
IMPITOYABLE
BODYGUARD
ENTRETIEN AVEC UN VAMPIRE
HEAT
MATRIX
LA LIGNE VERTE
HARRY POTTER A L’ECOLE DES SORCIERS
LES NOCES FUNEBRES
TROIE
BATMAN BEGINS
CHARLIE ET LA CHOCOLATERIE
300
JE SUIS UNE LEGENDE
THE DARK KNIGHT : LE CHEVALIER NOIR
VERY BAD TRIP
SHERLOCK HOLMES
INCEPTION
THE TOWN
LE CHOC DES TITANS
SUCKER PUNCH
DARK SHADOWS

– COFFRET DVD

LE CHANTEUR DE JAZZ
L’OPERATEUR
PETIT CESAR
ENNEMI PUBLIC
TARZAN L’HOMME SINGE
LA MONSTRUEUSE PARADE
LES REVOLTES DU BOUNTY (1935)
LA CHARGE DE LA BRIGADE LEGERE
LES AVENTURES DE ROBIN DES BOIS
LE MAGICIEN D’OZ
AUTANT EN EMPORTE LE VENT
INDISCRETION
LE FAUCON MALTAIS
CHARGE FANTASTIQUE
GLORIEUSE PARADE
CASABLANCA
ARSENIC ET VIELLES DENTELLES
LE GRAND SOMMEIL
LE TRESOR DE LA SIERRA MADRE
TROIS MOUSQUETAIRES
QUAND LA VILLE DORT
UN TRAMWAY NOMME DESIR
UN AMERICAIN A PARIS
CHANTONS SOUS LA PLUIE
IVANHOE
UNE ETOILE EST NEE
FUREUR DE VIVRE
LA PRISONNIERE DU DESERT
GIGI
LA CHATTE SUR UN TOIT BRULANT
LA MORT AUX TROUSSES
RIO BRAVO
BEN-HUR
Qu’EST-IL ARRIVE A BABY JANE?
LA CONQUETE DE L’OUEST
DOCTEUR JIVAGO
QUI A PEUR DE VIRGINIA WOOLF
BLOW UP
LES DOUZE SALOPARDS
2001, L’ODYSSEE DE L’ESPACE
BULLITT
LA HORDE SAUVAGE
MORT A VENISE
JO
L’INSPECTEUR HARRY
ORANGE MECANIQUE
DELIVRANCE
NUIT AMERICAINE
OPERATION DRAGON
AMARCORD
L’EXORCISTE
UN APRES MIDI DE CHIEN
VOL AU DESSUS D’UN NID DE COUCOU
LES HOMMES DU PRESIDENT
SUPERMAN
MAD MAX
SHINING
EXCALIBUR
L’ETOFFE DES HEROS
IL ETAIT UNE FOIS EN AMERIQUE
GREMLINS
AMADEUS
GOONIES
LA COULEUR POURPRE
L’ARME FATALE
FULL METAL JACKET
L’EMPIRE DU SOLEIL
BEETLEJUICE
LIAISONS DANGEREUSES
BATMAN
LES AFFRANCHIS
IMPITOYABLE
BODYGUARD
LE FUGITIF
ENTRETIEN AVEC UN VAMPIRE
HEAT
MARS ATTACKS !
L.A. CONFIDENTIAL
MATRIX
LIGNE VERTE
HARRY POTTER A L’ECOLE DES SORCIERS
BATMAN BEGINS
CHARLIE ET LA CHOCOLATERIE
300
THE DARK KNIGHT
VERY BAD TRIP
SHERLOCK HOLMES
INCEPTION
THE TOWN
DARK SHADOWS

CRITIQUE BLU-RAY: QUI VEUT LA PEAU DE ROGER RABBIT

81teoj3hM4L__SL1500_

LE FILM: 7.5/10

1947, Hollywood. Les grandes vedettes du cinéma partagent l’affiche avec les Toons, personnages animés. Roger Rabbit, la vedette la plus populaire des Toons, est amoureux transi de sa sublime femme Jessica, et son amour l’empêche de travailler correctement. Le patron des Studios pour lequel il est engagé, tente de le ramener sur le droit chemin et engage un détective privé pour lui prouver que sa femme le trompe. Des photos compromettantes sont prises et le présumé amant est retrouvé assassiné. Roger Rabbit est accusé du meurtre et recherché par l’ignoble juge Demort.

Après avoir enchaîné ses deux premiers gros succès, « A la poursuite du diamant vert » et « Retour vers le Futur », Robert Zemeckis réalise en 1988 « Qui veut la peau de Roger Rabbit », comédie policière dont la spécificité est de combiner animation et prises de vue réelles.

Derrière un pur film de divertissement, Zemeckis s’amuse à brosser un portrait d’Hollywood assez acide même s’il s’agit ici de ToonVille! Mené à un rythme d’enfer, Roger Rabbit est une avalanche de gags bourrée de références avec outre l’excellent Bob Hoskins, un casting de toons hallucinant: Betty Boop, Bugs Bunny, Dumbo, Daffy Duck, etc… S’appuyant sur une intrigue policière qui rappelle les films des années 30 et 40, Roger Rabbit ravit aussi bien les tout petits que les plus grands! A l’époque de la sortie, la prouesse technique que représente le film est assez époustouflante!

TECHNIQUE: 8/10

Une copie dans l’ensemble assez propre malgré deux ou trois flous. L’apport HD a pour inconvénient de rendre plus évident le montage entre prises de vue réelles et animation.

BONUS: 9/10

Une édition très complète: 3 courts métrages des aventures de Roger Rabbit ,  « Qui a créé Roger Rabbit ? » : une featurette à destination des enfants(10’57 » – VOST), une scène coupée (3’53 » – VOST), « Avant/après » : comparaison avant/après effets spéciaux (3’09 » – VOST),  « Les doublures des toons » : featurette (3’15 »)qui montre le jeu avec des figurines en plastique,  « Derrière les oreilles » : making of (36’38 » – VOST),  « Sur le plateau ! » : featurette (4’52 » – VOST) et pour finir un commentaire audio de Robert Zemeckis, Frank Marshall (prod.), Steve Starkey (prod. ass.), Jeff Price (scénario), Peter Seaman (scénario) et Ken Ralston (resp. effets spéciaux) (VOST).
VERDICT: 8/10

Un blu-ray idéal pour les séances en famille!

Disponible en Blu-ray (14,99 euros) chez Touchstone Home Video

CRITIQUE BLU-RAY: PIRANHAS

51aZ-45+LwL

LE FILM: 7.5/10

Lors d’une soirée au clair de lune, deux amoureux prennent un bain de minuit dans les eaux calmes d’un lac perdu, sans savoir qu’ils vont être le prochain
repas d’un banc de piranhas affamés et féroces. Ces mangeurs d’hommes ont été génétiquement modifiés lors d’une expérience gouvernementale top secret. Mais le pire reste à venir… car ces milliers de poissons voraces se dirigent maintenant vers les berges d’une station balnéaire…

Premier film réalisé en solo par Joe Dante pour le producteur Roger Corman, Piranhas est une pure série B comme il s’en produisait à la pelle dans les années 70, avec un budget ridicule et peu d’ambition. C’était sans compter sur Joe Dante cinéaste poil à gratter qui camoufle toujours sous ses airs de films d’horreur caustiques des charges contre la société de consommation et son pays en général.

Maniant sans cesse le second degré, son Piranhas surfe sur la vague initiée par les Dents de la Mer, lui rendant même un hommage direct dès le début du film avec un personnage jouant au jeu Jaws. Beaucoup moins terrifiant que son modèle, Piranhas reste une sucrerie assez savoureuse qui se veut plutôt un hommage aux films de monstres des années 40-50.

TECHNIQUE: 7/10

Côté image, le résultat est satisfaisant, respectant le grain d’origine même si subsistent quelques rayures et tâches de temps en temps. Côté son, la VO est à préférer, se montrant plus équilibrée et moins criarde.

BONUS: 8/10

Outre la bande-annonce, on trouve un entretien avec Joe Dante bourré d’anecdotes dont la volonté de rendre hommage à Citizen Kane! On trouve également un montage d’images de tournage sans son.

VERDICT: 8/10

Indispensable pour les fans de films d’horreur 70’s!

Disponible en DVD (16,99 euros) et blu-ray (19,99 euros) chez Carlotta Films dès le 4 juin.


CRITIQUE BLU-RAY: LA POUSSIERE, LA SUEUR ET LA POUDRE

914b-NUsVeL__AA1500_LE FILM: 8.5/10

À 16 ans, Ben Mockridge ne rêve que de devenir cow-boy. Il le devient en rejoignant l’équipe de Frank Cullpepper, propriétaire d’un troupeau qu’il
convoie vers Fort Lewis, dans le Colorado. Hors-la-loi, voleurs de bétails, une nature impitoyable… Les dangers sont nombreux. Une fusillade coûte même la vie à trois de ses compagnons, puis ce sont les chevaux de la caravane qui sont volés. Confronté à une existence dont il ne soupçonnait pas la dureté et la
violence, Ben croise le chemin de pionniers que Cullpepper refuse d’aider quand un propriétaire terrien les chasse de ses terres…

Premier film de la courte carrière de Dick Richards (Adieu ma Jolie), ce western sort sur les écrans à une époque (1972) où fleurissent les westerns spaghettis à l’outrance quasi-parodique ou bien les westerns américains à la violence chorégraphique façon Peckinpah.

la_poussiere_la_sueur_et_la_poudre_photo_3

Reprenant le thème de la Rivière Rouge, le convoi d’un troupeau de vaches, le film de Richards adopte un ton très réaliste, proche du documentaire. On y suit le quotidien de ces cow-boys, prêts à braver tous les dangers pour amener à bon port des centaines de vaches. Très rythmé, le récit est régulièrement ponctué de flambées de violence fulgurantes dont le jeune Ben peine à s’habituer. Remarquablement mis en scène et bénéficiant d’un casting parfait malgré l’absence de stars (avec entre autres l’excellent Bo Hopkins), ce western est une vraie réussite dont le rythme élevé ne laisse jamais place à l’ennui!

TECHNIQUE: 8/10

Malgré un grain assez présent, une très belle copie!

BONUS: 7/10

Outre la bande-annonce et une galerie photos, on trouve également la présentation de Patrick Brion.

VERDICT: 9/10

Un film peu connu à découvrir absolument!

Disponible en DVD (16,99 euros) et blu-ray (19,99 euros) chez Sidonis.

CRITIQUE BLU-RAY: LA DILIGENCE VERS L’OUEST

91JwLT0JMCL__AA1500_LE FILM: 5.5/10

Tonto, une ville à la lisière des terres indiennes. Plusieurs passagers embarquent dans la diligence qui mène à Cheyenne. Il y a là une entraîneuse de saloon, un médecin alcoolique, une femme enceinte partie à la rencontre de son mari, un banquier, un joueur, un shérif en armes aux côtés du conducteur…
Autant de voyageurs bientôt rejoints par Ringo Kid, un hors-la-loi traqué. Tandis qu’elle perd l’escorte de cavalerie qui la protégeait, la diligence s’engage en territoire Sioux. Le danger est désormais partout, l’attaque imminente… Chacun montre son véritable visage alors que pleuvent les premières flèches.

La grande question que l’on peut se poser à la vue de ce film est sans doute: « Pour quelle raison se lancer dans le remake de l’un des classiques du genre, « la Chevauchée Fantastique » ? Certainement pour réaliser une version en couleurs…

Loin d’être un mauvais film, cette « diligence vers l’ouest » est honnêtement réalisée par l’artisan Gordon Douglas même si le scénario souffre de quelques baisses de régime. Le gros défaut du film tient en son casting dont seul émerge Van Heflin! Alex Cord, Ann Margret ou Red Buttons ne donnent jamais le change. Malgré tout si l’on oublie la qualité de remake du film, c’est un western assez correct qui bénéficie d’une très jolie photo.

 BONUS: 6/10

On trouve ici une galerie photos et la présentation de Patrick Brion.

VERDICT: 5.5/10

Une copie magnifique pour un remake condamné d’avance…

Disponible en DVD (16.99 euros) et blu-ray (19,99 euros) chez Sidonis