Critique: The Homesman

106160

  • Date de sortie :
     18 mai 2014
  • Réalisé par :
    Tommy Lee Jones
  • Avec :
    Tommy Lee Jones, Hilary Swank, David DENCIK…
  • Durée :
    2h2min
  • Pays de production :
     Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    EuropaCorp

LE FILM: 8.5/10

En 1854, trois femmes ayant perdu la raison sont confiées à Mary Bee Cuddy, une pionnière forte et indépendante originaire du Nebraska.Sur sa route vers l’Iowa, où ces femmes pourront trouver refuge, elle croise le chemin de Georges Briggs, un rustre vagabond qu’elle sauve d’une mort imminente. Ils décident de s’associer afin de faire face, ensemble, à la rudesse et aux dangers qui sévissent dans les vastes étendues de la Frontière américaine.

Près de dix ans après son premier film de réalisateur, l’excellent « Trois Enterrements », Tommy Lee Jones revient avec un western féministe en compétition au dernier Festival de Cannes. C’est d’un road movie dont il s’agit ici avec ce périple d’une bigote rigide en mal de mari et d’un rustre obsédé par l’argent chargés de mener trois folles en Iowa. Assez contemplatif, ce western n’en est pas moins riche: outre ses portraits de femmes décrivant la dure condition féminine dans l’Ouest Américain, The Homesman nous offre une belle histoire entre deux êtres que tout sépare. Esthétiquement magnifique, ce second film de Tommy Lee Jones sait également surprendre avec un énorme coup de théâtre dans le dernier tiers du film. Et bien sûr, on ne peut que s’enthousiasmer devant l’interprétation de Hilary Swank que l’on n’avait pas vue aussi convaincante depuis Million Dollar Baby et Tommy Lee Jones, fabuleux dans un rôle aussi émouvant que burlesque! Un grand film!

CRITIQUE DVD: LA LOCATAIRE

Le 1er décembre, Metropolitan Films sort en DVD et Blu-ray le thriller « la Locataire ».

LE FILM:

Récemment séparée, Juliet tente de se trouver un nouvel appartement. Lorsqu’elle déniche un magnifique loft à Brooklyn, la jeune femme se dit qu’elle a beaucoup de chance. L’endroit est fabuleux et le propriétaire, Max, est vraiment charmant. Pourtant, certains faits étranges alertent bientôt Juliet. Son appartement n’est peut-être pas le paradis espéré. La troublante impression de ne pas y être seule commence à l’effrayer. Elle sent des regards, des présences… Entre passages secrets et obsessions, commence alors une terrifiante partie de cache-cache. Pour avoir une chance d’échapper au piège qui se referme sur elle, Juliet va devoir faire face au pire des cauchemars.

Certains signes laissaient présager d’une bonne surprise: le retour aux affaires affaires du célèbre studio Hammer à qui l’on doit les plus grands chefs d’oeuvre du cinéma de genre des années 50-60 et la présence de l’oscarisée Hillary Swank, qui s’est même investie personnellement en produisant le film! Malheureusement, la déception ne tarde pas à poindre! Après un début certes classique mais réussi avec l’arrivée de cette jolie urgentiste au coeur brisé dans son nouvel appartement et la rencontre de son charmant propriétaire et de son non moins inquiétant paternel incarné par le monument Christopher Lee, tout s’écroule très vite!  Comment expliquer le naufrage scénaristique qui surgit au tiers du film où tout ce qui faisait le suspense du film  est incroyablement dévoilé. A partir de là, le film en devient complètement initéressant et truffé d’incohérences. Quant au personnage du père pourtant prometteur, il disparaît lui aussi avant même d’avoir eu la moindre utilité!

Malgré la catastrophe industrielle, le DVD lui est à la hauteur comme souvent chez cet éditeur d’ailleurs. Malgré les nombreuses scènes sombres, l’image est toujours au top ainsi que le son.

LES BONUS:

Un court making of et quelques bandes annonces mais c’est suffisant pour ce genre de films.

LE VERDICT:

Un DVD de très bonne qualité pour un film assez mauvais; à réserver aux fans d’Hillary Swank.