James Horner (1953 – 2015): une note de tristesse…

James Horner.arriving at the Los Angeles Premiere of Avatar.Grauman's Chinese Theater.Los Angeles,  CA.December 16, 2009.©2009 Kathy Hutchins / Hutchins Photo.

La musique de film est parfois insupportable, parfois passe inaperçue et dans certains cas, elle sublime le film et permet même de graver les images dans nos têtes les rendant indissociables des notes. Ils sont quelques-uns à maîtriser cet art si bien que certains réalisateurs ne les ont plus quittés: Bernard Hermann, Nino Rota, John Williams, Ennio Morricone, Danny Elfman… Et puis il y a aussi James Horner qui nous a quittés trop tôt, à 61 ans, dans un accident d’avion.

James Horner a signé quelques partitions incroyables, d’autres un peu moins mais malgré tout, celles-ci sont restées dans ma mémoire et ont donné aux films qu’elles illustraient une place particulière dans mon coeur de cinéphile.

Dans les années 80, je me souviens de la musique de « 48 heures », des Steels drums de la BO de Commando, de l’énorme thème dans « Aliens le retour » lorsque Bishop et Ripley décollent sans savoir que l’alien est accroché au vaisseau, des chants russes de « Double détente », du lyrisme du thème de « Willow » ou de celui de « Glory ». Dans les années 90, comment oublier la musique de « Titanic » ou en 2009 celle d' »Avatar ». Dernièrement, il donnait une ampleur encore plus grande au film de Jean-Jacques Annaud, « le dernier loup ». Les grands se font de plus en plus rares…


Publicités

LETTRE A PHILIP SEYMOUR HOFFMAN (1967-2014)

Actor Philip Seymour Hoffman-1527808

Cher Philip ou cher Philip Seymour (parce que j’ai jamais vraiment su si Seymour ça faisait partie de ton prénom ou de ton nom!),

Si je t’écris aujourd’hui c’est surtout pour t’engueuler! La première fois que j’ai vu ta trogne, c’était au cinéma dans Boogie Nights en 1997! Outre la découverte d’un réalisateur génial, Paul Thomas Anderson, je t’ai remarqué dans le rôle de Scotty J. Faut que je t’avoue quelque chose, c’est vrai que, à part Audrey Fleurot, j’aime pas tellement les roux et quand je t’ai vu, je me suis dis, comme le major Dutch, « t’as pas une gueule de porte-bonheur »! En plus tu doutais de rien à essayer de rouler une pelle à Mark Wahlberg! Malgré ton visage pas très gracieux et ta coiffure improbable, je n’ai pu que constater que tu te débrouillais pas mal du tout dans ce second rôle pas évident.

Second rôle, c’est d’ailleurs un peu ton destin car tu es de ces acteurs dont tout le monde se rappelle du visage mais jamais du nom. Quelques temps plus tard je t’ai vu à nouveau cette fois chez les frères Coen dans The Big Lebowski, preuve que tu choisis bien tes films. Tu y avais un petit rôle de secrétaire de M.Lebowski, petit mais marquant également. Puis à nouveau chez Anderson dont tu sembles être la muse avec ce rôle d’infirmier, Phil Parma, dans Magnolia. Malgré des orientations affirmées vers le cinéma d’auteur, tu apportes une valeur ajoutée à certains films plus grand public: on te voit dans Docteur Patch, Dragon Rouge ou Mission Impossible 3. Les années passent et tu t’installes dans le cinéma américain allant même jusqu’à rafler la récompense suprême, un Oscar du meilleur acteur, pour ta prestation hallucinante dans Truman Capote au nez et à la barbe de ton pote Joaquin Phoenix.

En 2007, je t’ai adoré dans la Famille Savage parce que ce rôle de fils confronté à la fin de vie d’un père pas vraiment exemplaire résonnait en moi de façon très personnelle. Ces dernières années ta carrière prenait vraiment de l’ampleur avec des prestations de grande classe comme dans les Marches du Pouvoir, Le Stratège et bien sûr the Master dans lequel tu jouais une espèce de gourou terrifiant. Et là j’attendais avec impatience de te découvrir dans le film d’Anton Corbijn, Un Homme très recherché, que tu venais de présenter à Sundance.

Si je suis à la fois très en colère et très triste depuis hier soir, tu n’y es pas pour rien! T’as eu des problèmes d’héroïne jusqu’à l’âge de 22 ans mais apparemment c’était réglé, tu avais vaincu tes démons. Tu construis une carrière riche, hétéroclite et extrêmement ambitieuse, tu réussis à séduire les cinéphiles et le grand public, tu décroches le graal et sur le plan privé tu trouves l’amour et fais trois enfants. Si tu habites tous tes personnages, tu y parviens sans recourir au poison et soudain tu rechutes. Mais pourquoi? T’as pensé à ta famille et à tous ceux qui t’admirent? Et t’as pensé à moi? Moi qui suis né le même jour que toi (à 10 ans d’intervalle certes), ce qui fait de nous quasiment des jumeaux?

T’as gagné! Tu fais des malheureux, tu laisses les beaux gosses d’Hollywood Leo, Mathew et les autres au pouvoir, tu fais un gros vide dans le cinéma américain et tu vas un peu gâcher tous mes anniversaires!

Malgré tout, je ne t’en veux pas et te souhaite un bon repos…

R.I.P.