LETTRE A PHILIP SEYMOUR HOFFMAN (1967-2014)

Actor Philip Seymour Hoffman-1527808

Cher Philip ou cher Philip Seymour (parce que j’ai jamais vraiment su si Seymour ça faisait partie de ton prénom ou de ton nom!),

Si je t’écris aujourd’hui c’est surtout pour t’engueuler! La première fois que j’ai vu ta trogne, c’était au cinéma dans Boogie Nights en 1997! Outre la découverte d’un réalisateur génial, Paul Thomas Anderson, je t’ai remarqué dans le rôle de Scotty J. Faut que je t’avoue quelque chose, c’est vrai que, à part Audrey Fleurot, j’aime pas tellement les roux et quand je t’ai vu, je me suis dis, comme le major Dutch, « t’as pas une gueule de porte-bonheur »! En plus tu doutais de rien à essayer de rouler une pelle à Mark Wahlberg! Malgré ton visage pas très gracieux et ta coiffure improbable, je n’ai pu que constater que tu te débrouillais pas mal du tout dans ce second rôle pas évident.

Second rôle, c’est d’ailleurs un peu ton destin car tu es de ces acteurs dont tout le monde se rappelle du visage mais jamais du nom. Quelques temps plus tard je t’ai vu à nouveau cette fois chez les frères Coen dans The Big Lebowski, preuve que tu choisis bien tes films. Tu y avais un petit rôle de secrétaire de M.Lebowski, petit mais marquant également. Puis à nouveau chez Anderson dont tu sembles être la muse avec ce rôle d’infirmier, Phil Parma, dans Magnolia. Malgré des orientations affirmées vers le cinéma d’auteur, tu apportes une valeur ajoutée à certains films plus grand public: on te voit dans Docteur Patch, Dragon Rouge ou Mission Impossible 3. Les années passent et tu t’installes dans le cinéma américain allant même jusqu’à rafler la récompense suprême, un Oscar du meilleur acteur, pour ta prestation hallucinante dans Truman Capote au nez et à la barbe de ton pote Joaquin Phoenix.

En 2007, je t’ai adoré dans la Famille Savage parce que ce rôle de fils confronté à la fin de vie d’un père pas vraiment exemplaire résonnait en moi de façon très personnelle. Ces dernières années ta carrière prenait vraiment de l’ampleur avec des prestations de grande classe comme dans les Marches du Pouvoir, Le Stratège et bien sûr the Master dans lequel tu jouais une espèce de gourou terrifiant. Et là j’attendais avec impatience de te découvrir dans le film d’Anton Corbijn, Un Homme très recherché, que tu venais de présenter à Sundance.

Si je suis à la fois très en colère et très triste depuis hier soir, tu n’y es pas pour rien! T’as eu des problèmes d’héroïne jusqu’à l’âge de 22 ans mais apparemment c’était réglé, tu avais vaincu tes démons. Tu construis une carrière riche, hétéroclite et extrêmement ambitieuse, tu réussis à séduire les cinéphiles et le grand public, tu décroches le graal et sur le plan privé tu trouves l’amour et fais trois enfants. Si tu habites tous tes personnages, tu y parviens sans recourir au poison et soudain tu rechutes. Mais pourquoi? T’as pensé à ta famille et à tous ceux qui t’admirent? Et t’as pensé à moi? Moi qui suis né le même jour que toi (à 10 ans d’intervalle certes), ce qui fait de nous quasiment des jumeaux?

T’as gagné! Tu fais des malheureux, tu laisses les beaux gosses d’Hollywood Leo, Mathew et les autres au pouvoir, tu fais un gros vide dans le cinéma américain et tu vas un peu gâcher tous mes anniversaires!

Malgré tout, je ne t’en veux pas et te souhaite un bon repos…

R.I.P.

CRITIQUE DVD: LES MARCHES DU POUVOIR

LE FILM:

Stephen Meyers est le jeune mais déjà très expérimenté conseiller de campagne du gouverneur Morris, qui se prépare pour les élections à la présidence américaine. Idéaliste et décidé à faire honnêtement tout ce qu’il peut pour faire gagner celui qu’il considère sincèrement comme le meilleur candidat, Stephen s’engage totalement. Pourtant, face aux manipulations et aux coups tordus qui se multiplient vite, Stephen va devoir faire évoluer sa façon de travailler et de voir les choses. Entre tentations et désillusions, les arcanes du pouvoir le transforment…

Même si cette quatrième réalisation de George « What else » Clooney a des airs de déjà-vu (on pense notamment au « primary colors » de Mike Nichols), « les Marches du pouvoir » (ridicule traduction de the Ides of March) se regarde avec très grand plaisir. En effet, la mise en scène de Clooney certes empreinte d’un certain classicisme est avant tout toujours juste et sert à merveille l’excellent scénario et ses dialogues brillants. Pour incarner ses personnages, Clooney réunit un casting parfait: lui, tout d’abord, est l’acteur idéal avec sa gueule à qui l’on donnerait le bon Dieu sans confession et le jeune loup aux dents longues Ryan Goslin. Mais aussi et surtout tous les seconds rôles: Philip Seymour Hoffman, Paul Giamatti, Evan Rachel Wood et Marisa Tomei (si rare et pourtant si douée!)! Pour finir, il faut noter la très belle partition de notre Alexandre Desplats national ! Quand on connaît l’implication politique de Clooney côté démocrate, il est amusant de voir que son parti n’est pas mieux que les autres dans son film! Et Clooney nous montre finalement que les hommes politiques ne sont que des marionnettes aux mains de leurs consultants tout puissants!

Une vraie réussite donc bien mise en valeur par un DVD de très belle facture ( le Blu-ray, ça doit être quelque chose!)

LES BONUS:

Outre les bandes-annonces d’usage, on trouve le commentaire audio de Clooney de Grant Heslov, le coscénariste et 4 modules: les origines (très intéressant), croire en George Clooney ( où l’on y apprend le goût de Clooney pour les blagues douteuses!), le casting ( un peu promo!) et un dernier sur le rôle d’un consultant politique.

VERDICT:

Un excellent film politique dans un DVD très recommandable!

Disponible dès le 1er mars en DVD et Blu-ray chez Metropolitan Films