Critique: Porto (FIFIB 2016)

575018.png

Jake et Mati, deux étrangers, se croisent une nuit à Porto. Une brève rencontre, aussi intense que fugace, dont il ne reste que des souvenirs qui n’appartiennent qu’à eux.

Premier film de Gabe Klinger, « Porto » est l’histoire d’un coup de foudre amoureux entre une jeune Française et un Américain à Porto. Conçu en trois chapitres, « Jake », « Mati » et « Jake et Mati », le film joue entre passé et présent, déboussolant parfois le spectateur même si le jeu sur les formats (8,16 et 35 mm) et les textures est là pour se repérer. Si le film sort de l’ordinaire c’est par le doux parfum qu’il dégage et sa mélancolie mais aussi évidemment par l’interprétation totale de deux comédiens qui s’abandonnent, le regretté Anton Yelchin et la surprenante Lucie Lucas qui fait ici le grand écart avec la très commerciale série « Clem ».

4

Publicités

CRITIQUE: L’AMOUR C’EST MIEUX A DEUX (2009)

Michel rêve de la renconontre parfaite, fruit du hasard, comme ses parents ou ses grands-parents l’ont connue. Son ami Vincent, lui, pense que les hommes doivent avoir « une bite à la place du cerveau ». Au contact d’Angèle et de Nathalie, ils vont peut-être devoir revoir leurs positions.

Une dizaine d’années après le catastrophique « Trafic d’influences », comédie pas drôle avec Thierry Lhermitte et Gérard Jugnot, Dominique Farrugia repasse derrière la caméra accompagné d’Arnaud Lemort. Le résultat est bien meilleur: le film respecte à la lettre les règles de la comédie romantique (rencontre, séparation, retrouvailles, avec course pour rattraper le train qui part…) mais en y ajoutant une bonne dose d’humour avec des dialogues très souvent hilarants. La bonne surprise, à mon goût, est la prestation de Clovis Cornillac dont je ne suis pas un très grand fan mais qui m’a bien fait rire dans ce film.

Attention, je ne crie pas au chef d’oeuvre mais il y a de quoi passer un bon moment en ces temps maussades!