Critique Bluray: Frankenhooker

1507-1

LE FILM:

2.5

Jeffrey Franken aime s’adonner à des expériences scientifiques singulières durant son temps libre. Lorsque sa fiancée Elizabeth se fait hacher par une tondeuse à gazon, le jeune homme va tenter de la ramener à la vie. Il lui suffit pour cela de rassembler des parties de corps humains et d’y greffer la tête d’Elizabeth, qu’il a conservée précieusement…

Nouveau titre dans la collection « Midnight Collection » initiée par l’éditeur Carlotta, Frankenhooker ravira les amateurs de comédies horrifiques 80-90’s. Il s’agit ici d’une adaptation détournée du mythe de Frankenstein. Le professeur en question redonne vie à sa douce morte déchiquetée par sa tondeuse à gazon en reconstituant son corps avec des morceaux de corps de prostituées. Après une mise en place un peu longuette (2/3 du film) pendant lesquels on voit Jeffrey faire ses expériences et créer enfin le monstre, la dernière partie est plus divertissante quand on voit « Frankenpute » sacrifier quelques indélicats. Les effets spéciaux sont grotesques mais la charge contre l’obsession de l’image des Etats-Unis est bien présente et c’est le principal intérêt de cette comédie horrifique un peu datée.

TECHNIQUE:

3.5

Une copie plutôt correcte malgré un grain assez présent.

BONUS:

Aucun bonus sur les titres de cette collection.

VERDICT:

2.5

Pour les nostalgiques…

Disponible en bluray (14.99 euros) chez CARLOTTA FILMS dès le 7 septembre

 

Publicités

CRITIQUE: THE CHASER (2007)

Haut et Court

Joong-Ho, ancien flic devenu proxénète, voit ses prostituées disparaître les unes après les autres. Il s’aperçoit qu’elles ont toutes eu le même client. Une véritable course contre la montre va débuter afin de retrouver la trace de la dernière disparue et mettre la main sur le serial killer qui sévit.

C’est LA bombe coréenne de l’an dernier!!! Hong-Jin Na signe ici son premier long métrage et c’est une vraie réussite. Même si le scénario n’est pas d’une originalité débordante, l’idée du proxénète ancien flic évite de sombrer dans le manichéisme trop souvent de rigueur dans ce genre de production. Il court d’abord après son gagne-pain, plus que pour défendre la veuve et l’orphelin!

Le rythme ne faiblit pas un instant grâce à une mise en scène au cordeau et un montage ultra-efficace. L’interprétation est au diapason, avec un méchant très très flippant et comme disait Hitchcock, « plus le méchant est réussi, plus le film est bon ».